Publié le 29 Août 2017

 

bonjour, c'est..euh... Nicolas..euh... Demurat, sur Auvergne euh... Inter. Bonjour à tous, sur la première muratinale de France, selon les chiffres méhueetàdiamétrie.

Et tout de suite, retour sur les événements de cet été parce qu'ils semblent que certains avaient décrochés sous prétexte que c'est l'été ou qu'on parlait de loi travail.

- Muraleaks:  Information exclusive de notre service culture,  Murat était en studio, on le rappelle... mais aucune information officielle n'a été donnée. Indiscrétion: Il  a profité des micros pour faire une petite participation pour un autre artiste.  L'information au départ provient de Denis Clavaizolle et son instagram, nous avons eu une confirmation ensuite, mais notre lanceur d'alerte a souhaité rester anonyme. Le canard enchainé et médiapart n'ont pas abordé le sujet, on s'interroge.

 

-  Murat fait partie du casting du nouvel album d'INDOCHINE qui reçoit un accueil presse intéressant. Il a écrit un texte "karma girl". Bernard Guetta, il faudra en parler à votre frère...  Quant à Nicola Sirkis, il fera l'objet d'un numéro de "sur les épaules de Darwin": Jean Claude Ameisen reviendra sur le mythe de l'éternelle jeunesse et les plantes vivaces.

- Durant l'été, d'autres textes inédits de Murat ont été dévoilés dans la voix de Matt Low

-  Pendant le mois d'août, nous sommes revenus sur Jeanne Moreau décédée le 31 juillet, et les chansons que Murat que lui a écrites. à lire ici

- Enfin, nous apprenions le retrait de la vie musicale de Marie Audigier.  A lire ici

Nous sommes en mesure ce jour d'annoncer qu'elle prend des fonctions de direction (directrice déléguée) à l'Institut Français du Congo Brazzaville. Elle ne peut plus exercer de fonctions privées... et cesse donc bien officiellement d'être la manageuse ou directrice artistique de Jean-Louis. Laure prend le relais.  Même si le rôle de "manageur de Murat" n'a jamais été une fonction très en lumière (on imagine des jobs plus faciles!), elle devait prendre toute sa place dans les négociations avec les maisons de disque, les tourneurs (...et il a fallu en changer beaucoup), les préparations d'albums et la mise en relation avec les musiciens. Murat a également évoqué certains choix qui lui étaient suggérés: la tournée solo pour Tristan, ou les chansons figurant sur les albums par exemple. J'ai également souvenir de Marie sondant les spectateurs à la sortie d'un concert de début de tournée à Lyon pour avoir leur ressenti et leurs remarques.

Sur inter, l'Afrique, c'est toujours et encore via les mots de Soro Solo... C'est le dimanche à 22 heures désormais.

 

ON PASSE SANS TRANSITION AUX DERNIERES BRICOLES :

- Jerry Lewis et Murat? Est-ce incongru? Le Mister Love auvergnat aux multiples facettes aimait le pitre américain. C'est du moins ce qu'on pouvait lire dans ZAP MAG:

Le journal de la rentrée...

- Quant à Mireille Darc, née Aigroz, certains sites  indiquent qu'elle serait  née à la BOURBOULE en 1938. D'autres parlent de Toulon et même Toulouse... Le fait est qu'elle est citée aux côtés de Murat du coup  dans ce livre sur le cyclisme et dans un article de Magic RPM.  Le plus certain est qu'on a beaucoup parlé de leur coeur, qu'il souffle, saigne, soit trop laid, ou remplacé, ou  qu'on s'interroge sur ce qui se trouve tout au fond... ou encore qu'il soit anéanti.

 

- Restons sur le cinéma:  Rétrospective CLAIRE DENIS à la cinémathèque, c'est l'occasion d'entendre un peu de Murat... du 25/09 au 20/10!  Trapenard en parlera sûrement.

http://www.cinematheque.fr/cycle/claire-denis-414.html

"Il reste des éléments de ce film annoncé, mais subsiste surtout, comme souvent dans d’autres films de la cinéaste, une œuvre somnambulique où les personnages errent, se croisent et tentent souvent de (re)créer entre eux un lien qui finit par se défaire, comme le rappelle d’ailleurs dans le film la chanson de Jean-Louis Murat.   On se croit d’amour/on se croit féroce enraciné/
mais revient toujours/le temps du lien défait.
En trente ans, Claire Denis a tissé la fragilité des affections : le lien entre une mère et son fils qui lui échappe et qu’elle ne comprend plus (J’ai pas sommeil)"

NB: Laetitia Masson, elle, a les honneurs (encore) d'arte: le 3x52 minutes "aurore" avec... ELODIE BOUCHEZ... sera diffusée cet automne. Et ce n'est pas Murat qui a signé la musique, parce que j'imagine que ça serait dit... même si celle de la bande d'annonce d'arte peut faire penser que. 

Rappel: Masson, c'est PETITE FILLE et The END,  et aussi le "making of" du Cours ordinaire des choses... entre autres choses... J'oubliais même la BO de Murat sur le film "L'orchidoclaste"  (mince, je n'ai toujours pas regardé mon DVD!)

 

PJ Harvey était en France pour les festivals... dont à St-Malo, là où selon l'histoire officielle, Murat a été transporté par sa galure  un mois d'août 1998.

Son concert à Lyon est sur ARTE CONCERT... L'occasion de croiser une vieille connaissance : Jean-Marc Butty... le batteur du Moujik. 

 

 

Dans Télérama, on rend hommage à Anne Sylvestre... et on ne manque pas de citer dans le rang de ses admirateurs Jean-Louis Murat. Il est vrai qu'il l' a très très régulièrement cité dans ses goûts musicaux.

 

- Petite respiration photographique pour les DAMES:

https://www.flickr.com/photos/96246327@N04/with/36622191482/

Scene BNP Paribas Fortis - Jean-Louis Murat - (c) Nicolas Tacheny

LE LIEN EN PLUS DANS LE RETROVISEUR

26 ans en arrière: Première diffusion de REGRETS à la télévision française... La vidéo est diffusée en exclusivité le 09 septembre 1991 dans l'émission de Michel Drucker, "Stars 90" à laquelle Mylène participe.

http://www.mylene.net/mylene/c_regrets.php

Souvenirs de tournage par Jean-Louis Murat (le clip désenchanté a été tourné juste avant... et il reste peu de pellicules!) :

"Nous tournons le clip à Budapest. Ce qui me reste du tournage, c'est la très grande sévérité de Laurent : bâtir une carrière comme ça, et durer ainsi, suppose beaucoup de professionnalisme. J'étais un peu observateur, je trouvais ça assez remarquable, je voyais bien que c'était un vrai fonctionnement de couple où l'extrême rigueur demandée par l'un était comprise et acceptée entièrement par l'autre. Une vraie complémentarité, une intensité dans le désir de faire quelque chose de qualité, sur la même longueur d'onde. Quand on travaille avec eux, c'est toujours assez bluffant de voir jusqu'à quel point ils peuvent aller dans le commandement, dans la soumission aussi. C'est très étonnant, c'est cela qui me reste du tournage de Regrets."("Mylène Farmer de chair et de sang", Annie et Bernard Réval, Editions France-Empire, 2004).

LE LIEN EN PLUS "LE JEAN-LOUIS EST SYMPA"

J'ai trouvé ça.... alors ma foi, ça ne fait pas de mal:

http://galaxiedalex.blogspot.fr/2012/03/jean-christophe.html

Février 2010, ils croisent furtivement Jean-Louis Murat au Studio Davout à Paris. Le Duo l’invite à écouter leur démo sur myspace. A leur grande surprise, l’artiste les recontacte quelques jours plus tard, déclarant que «leur musique était magnifique» ! Murat leur propose généreusement son aide. C’est ainsi qu’ils feront sa 1ère partie au Bataclan, à l’Alhambra puis s’en suivra une tournée en Estonie supportée par l’Institut Français. En 2011, ils donnent naissance à leur 1er Album « Rouge Madame » et à leur fille Anna …

Les ROUGE MADAME sont un peu en stand by... mais continuent leur activité musicale:

http://www.rougemadame.com/

----------------------------------------

C'est la fin de notre édition "spéciale rentrée".  Bon courage à tous.... et nous vous souhaitons une bonne journée, à l'écoute de Murat et d'autres... et je voudrais dire à Pascale Clark que je ne suis pas gros... et en tout cas, je ne partage pas l'antenne avec un frontiste.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 25 Août 2017

 

Le festival "les BELLES JOURNEES", comme BJ, BJ du CSBJ... BOURGOIN-JALLIEU, va bientôt se dérouler  pour la 3e fois... et on sera présent les deux soirs...  Alors, autant vous dire qu'on sera content de vous y voir... pour ce qui est le dernier festival de l'été:  le 8 et 9 septembre.

A priori, ça sera la dernière programmation de l'exigeant Laurent Toquet (interviewé ici-même)...qui souhaitait mettre en avant "la musique indépendante française".  Pari encore réussi cette année,  avec un plateau offrant une large palette musicale (et moins "française pop" que la première édition par exemple). 

Ainsi, je suis très impatient de découvrir :

- NOUVELLE VAGUE, avec Elodie Frege, et son co-fondateur Olivier Libaux (qu'on trouvait aux côtés de Murat dans la compil "L'équipe à Jojo")

- les Montain Men, le groupe isérois de blues qui travaille désormais avec l'ex batteur de Noir Désir

- Raoul Vignal, qui est souvent présenté comme notre meilleur "folkeux"... et depuis quelques temps déjà

- l'ami Bertrand Betsch qui avait repris "tout est dit"  il n'y a pas si longtemps. A écouter sur deezer

- Rodolphe Burger... qu'on est curieux de découvrir sur une scène champêtre (l'homme des Vosges avait accueilli Murat dans le festival qu'il a crée chez lui, à Ste-Marie Les Mines: C'est dans la vallée. Il n'y a pas eu d'édition en 2016 et 2017, mais une est prévue en 2018.

- Enfin, Fishbach qui clôturera.

Entretemps, on aura Thomas Fersen qui aura pour mission d'attirer le curieux local... quelques jours après avoir été du côté d'URIAGE en VOIX (encore une fois la programmation se croise).

Bientôt  LES BELLES JOURNEES qui chantent... le festival
Bientôt  LES BELLES JOURNEES qui chantent... le festival

L'entrée reste très accessible:  30 euros le pass deux jours,  18 euros pour les moins de 18 ans et  gratuité pour les moins de 12 ans, et carte M'ra (région): une place achetée= une place offerte.

 

http://www.bellesjournees.fr/billetterie.php

Bientôt  LES BELLES JOURNEES qui chantent... le festival

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 18 Août 2017

Allez.. comme je dis toujours...  Comme on est tous ou presque des  cow-boy à l'âme fresh,

Voilà nourri de racines

Le Buffalo anonyme

 

je vous refile quelques clichés d'outre-Atlantique...  Canada, Colombie Britannique, très britannique, très amerloque.. Vancouver, à une demi-heure du Washington, l'état du grunge. Rien de très esthétique, juste une vision de cette north-amérique (pour le beau, je vous le promets bientôt).

 

 

Murat:

Je cite toujours cette phrase de Wenders : "L'Amérique a colonisé nos inconscients." je pense que dans mon cas, c'était une façon d'aller vérifier là-bas si j'y étais, si j'avais vraiment quelque chose à y faire. Il se trouve que je m'y suis senti beaucoup plus chez moi qu'ici. Je n'ai jamais chanté de Ferrat ou de Brassens, on ne peut pas m'accuser de tricher avec ma culture. Pareil avec le cinéma ou la littérature : les gens de Calexico ont remarqué que je parlais anglais avec l'accent de John Wayne, c'est dire si je suis intoxiqué ! Avant de partir, je me suis gavé de Jim Harrison. J'ai tout lu d'une traite et je suis parti avec l'idée de le rencontrer pour une interview, mais je me suis arrêté en chemin pour faire l'album. Depuis que je suis rentré, j'ai essayé d'en relire un peu mais je trouve ça illisible - je ne sais pas très bien ce qui m'a attiré vers ça l'an passé, mais en tout cas c'était très fort.

 

Est-on encore loin du Pacifique?

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Où est donc le hochet qui amusait nos vies ?

Nos jours ne sont jamais à hauteur de nos nuits
Le jour projette l’ombre de ce qu’on a rêvé
«Ah non mes chers touristes… Ici pas d’étranger !»

 

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Richard Robert (inrocks, supplément Murat en amérique):

Nomades forcés, ces chercheurs d'or sonore, de souffle et d'espace ont, un jour ou l'autre, fatalement lorgné du côté de l'Amérique. Une Amérique non littérale, recomposée, dont ils se sont abstenus de singer les codes. Une Amérique intérieure, même, ralliée en creusant des tunnels imaginaires, dont ils ont voulu atteindre les grandes prairies par des trajets clandestins et les hautes plaines par des défilés tordus. "Comme des exilés s'en vont d'un pas traînard / Cherchant le soleil rare et remuant les lèvres ", écrivait Baudelaire dans Réversibilité. Des phrases que Murat reprendra à son compte dans son album Dolorès. [...]

La conquête de son Far West personnel, le Français l'a ainsi engagée bien avant d'enregistrer Mustango entre New York et Tucson. [....]     Mustango n'a donc pas surgi par hasard, mais à un moment où Murat a pu enfin faire son baluchon, traverser l'Atlantique, se mesurer à ses obsessions de façon moins naïve et rassembler tout ce qu'il avait exprimé jusqu'alors sous forme de pièces détachées. L'Amérique n'est plus là pour lui tendre un miroir fidèle, mais pour lui amener des analogies, des complicités, des outils.

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Toute en mortaises et tenons

Grande ville, grandes maisons

Grande ville sans persiennes

Nord Américaine

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Le vélo a eu raison de mon ventre rond  pas de quoi faire une chanson

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

prêt pour l'entrainement: 

Au miroir ou rêve l'enfant

Dis as-tu des enfants
Est-ce que leur innocence
parfois te tente

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Convois interminables (de voitures japonaises...) le long de la rivière Fraser ou de la côte (tout juste traversant la frontière: White Rock)

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Vancouver: Hollywood North...  la vie est moins chère. 3 gros films à stars en tournage cet été... Ici, à Fort Langley.... la vieille Mairie (2e photo) est fraichement repeinte régulièrement au gré des envies des réalisateurs...

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

mouvements de caméra
l'intrigue je ne sais pas
et si le résultat ne me plaît pas
saurais-tu tout refaire
comme ils font au cinéma

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

En matière de poteaux et de fils... pas question d'enterrer (du fait des tremblements de terre et de la neige?), ce trafic aérien surprend un peu l'œil européen:

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

On agrafe, on punaise... mais plus d'avis de "wanted died or alive":

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Décors de parc d'attraction:

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

West Coast:

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Pays de l'automobile

Où règnent les filles

Clichés n°  38  :   Poncifs  américainsClichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américainsClichés n°  38  :   Poncifs  américains

Dans ta ville frontière
Sise au bord de l'eau....       Un fort... mais Fort Langley,  au bord de la River Fraser (musée nationale... où le bilinguisme est de rigueur. Ailleurs, ce n'est pas le cas)  

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

 

Je vois une mêlée d'indiens   Sous un grand ciel délavé  Embaument narcisse est jasmin   Au vallon détrempé

 

Mais ici, attention: on ne dit pas indiens, mais "first nation" (en Colombie Britannique, autour de 80 "nations"... et autant de langues et de dialectes).  La 3e  sculture représente leur croyance concernant l'"origine du monde" (une "Mytilida plus communément appelées moule).

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Le sort des autochtones est varié. Certains s'en tirent bien (en exploitant des casinos sur leur territoire)... mais la population est gravement touchée par l'alcool, la toxicomanie et les suicides... Ainsi, L'amérique, je l'ai aussi croisée en traversant avec ma dodge le quartier de la drogue à Vancouver (entre Chinatown et le centre ville). Marché aux puces de la cour des miracles,  deal et shoot en pleine rue, des images marquantes plus tenaces à l'œil que celles des cartes postales... (et la crise des overdoses reste toujours un sujet d'actualité là-bas: 900 morts en 2016!), mais fermons les yeux... C'est les vacances...

 

Chinatown (Vancouver et Victoria):

Clichés n°  38  :   Poncifs  américainsClichés n°  38  :   Poncifs  américains

 

Cliché de ce "La La Land" (à propos de la seule vanne originale  du film?):

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

 

Tu cites toujours autant Neil Young : c'était une fois encore pour toi le modèle principal, l'étoile du Berger ?

Plus que jamais ! Et je pense que ça s'entend sur des morceaux aussi différents que Mustang ou Nu dans la crevasse. A Tucson, j'ai appris qu'il venait de passer dans un studio de la ville et j'ai foncé illico enregistrer là-bas. La chanson Mustang, je l'ai enregistrée sur le piano et le micro qu'il avait utilisés quelques jours plus tôt. J'avais la trouille à chaque fois qu'on travaillait dessus. Je gardais un œil sur la porte tellement j'avais les jetons qu'il entre et qu'il vienne me tirer les oreilles : "Dis-moi, toi, pour qui tu te prends pour venir jouer sur mon matos ? " (rires)...

Croisé le vieux sage en sable: "Hello cowgirl in the sand" semblait-il dire à la fille d'à côté : Joni M. (à Parksville)

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

 

Quand reverrais-je un jour l'aigle dans vos grands yeux?

Sur cette route des "clichés", forcement... le  Bald Eagle (Pygargue à tête blanche) et le Life Gard à corps rouge:

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Of course dans le panorama :  The roads...  les highway et les rues à la San-Franscico (nombreuses à North-Vancouver, ici à White Rock).

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Et puis le pont couvert en bois, même si ce n'est pas celui de Madison... Juste pour les touristes de Whistler:

Clichés n°  38  :   Poncifs  américainsClichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américainsClichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

 

Ce n'est pas Santa Monica, mais la minuscule jetée de White Rock attire les touristes et les bus des "universités d'été" pour élèves chinois...

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Les canadiens comme les scandinaves raffolent des baies... La campagne proche de Vancouver compte de nombreux champs de "bleuets "(grosse myrtille)... et de Cranberry (qu'on inonde pour la récolte, 3e photo).

 

Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains
Clichés n°  38  :   Poncifs  américains

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Publié le 16 Août 2017

Dernière séance de rattrapage de l'actualité... avec la mort de Jeanne Moreau le 31 juillet à 89 ans. Pas la peine de vous faire la bio... mais elle fait partie de la longue histoire des projets inaboutis de Jean-Louis Murat. En effet, il lui avait écrit un album entier en 1993, mais qui ne vit finalement jamais le jour... La maison de disque avait été trouvée mais cela n'a pas été enregistré.

A l'occasion du dernier disque de Jeanne avec Etienne Daho en 2010 (sur des chansons de GENET),  j'avais déjà compilé  ce que nous disait les archives. J'ai trouvé quelques éléments nouveaux: notamment un extrait de Libé où Jeanne indique qu'elle avait été aussi sollicitée pour Mme Deshoulières...

(Par contre, rien dans les articles post-mortem sur l'épisode Murat... S. Delassein dans le numéro spécial de l'OBS (du 3/8), par exemple, n'évoque pas ce qui fut la dernière occasion d'avoir un disque de Jeanne Moreau (5 à son actif + le Daho). On peut le regretter).

 

L'express 1er mars 2004: Vous avez écrit un album (finalement non enregistré) pour Jeanne Moreau. Collaboré avec Isabelle Huppert. Que vous apportent ces rencontres?

Jeanne est un monument de l'histoire de France. Je suis entré dans son intimité, et à son contact j'ai appris la modestie. Le disque ne s'est pas fait car elle ne se sentait pas prête. Isabelle est un excellent exemple pour moi. C'est une bosseuse, quelqu'un qui prend des risques. Stratégiquement, je me sens très proche d'elle.

 

les inrocks 95 :

 

LesInrockuptibles-hiver95.JPG

DANS LIBE: (interview sur sa carrière de chanteuse) 2002

Murat, Jean-Louis, j'adore sa façon de chanter. J'ai eu un projet avec lui, à partir de textes de Madame Deshoulières, qu'il a finalement réalisé avec Isabelle Huppert. Ça n'a pas marché parce qu'il voulait aller trop vite. Il était plein d'entrain, moi dans une période plus en retrait. L'idée me plaisait beaucoup, mais j'aurais voulu qu'on prenne le temps... Je suis devenue quelqu'un d'assez lent.

 

Dans la revue Messages N°439, mars-avril 94 :

Et vos chansons préférées ?

Il pleut il pleut bergère, India Song,  une chanson de Jeanne Moreau écrite par Marguerite Duras, et La mémoire et la mer, de Léo Ferré.                                              

      India song en écoute   (superbe) 

 

Chorus n°6  automne 93 ;

Vous avez écrit pour Julien Clerc, Pat Metheny, Mylène Farmer et récemment Jeanne Moreau. Ce sont eux qui vous ont sollicité ou bien est-ce vous qui aviez envie de travailler avec eux ?

Ce sont eux qui m'ont contacté, à chaque fois. Jamais je n'oserai aller frapper aux portes pour proposer mes chansons !

 

 L'express,  4/11/93 ;

Murat signe le prochain album de Jeanne Moreau. «Elle souhaitait que je m'inverse. Que je donne de la joie.» Avec succès? «Je crois.» Plus qu'un état d'âme, le bonheur serait donc une foi.

 

Rocksound automne 93

Tu travailles sur de nombreux projets en ce moment...

MURAT : Oui, je termine un titre de Manset qui se trouvera sans doute sur une compilation-hommage prévue chez Fnac Music. J'ai également composé les chansons du prochain album de Jeanne Moreau (pour la fin de l'année prochaine, je suppose chez Polydor). Puis, il y a aussi "Marie Jeanne" de Bobbie Gentry sur le projet Joe Dassin "La bande à Jojo", une musique de film et différentes choses.

 

Les inrocks n54 avril 94 :

Pendant que j'écrivais des chansons pour mon album Vénus et celui de Jeanne Moreau, j'ai fait des centaines de photos : j'avais juste à tourner la tête pour voir la vallée en bas, les bêtes. Pendant trois semaines, à toute heure du jour, je prenais la photo - avec ces appareils jetables - du même appui sur la fenêtre, je savais que ça ne bougerait pas. J'avais l'impression en regardant ces photos, l'une sous l'autre, que les changements de lumière et tout ce qui peut se passer dedans, c'est vaste comme un univers.

 

l'expresss du 26 /09/96

  Sur Aimer glisse l'ombre de Jeanne Moreau, pour laquelle il a composé un album      (aimer est un titre de Jeanne Moreau : en écoute  ) 

 

Globe hebdo :

JEANNE MOREAU et  le 33 tours-billon de la vie qui aurait pû tourner sur nos platines...

Alors, alors, ces titres, que sont-ils devenus??

Le Lien Défait nous donne une réponse :

"La chanson de Dolores"
je sais que tes larmes n'ont pas  l'importance qu'on croit  je connais tes mystères
Ecrite pour Jeanne Moreau et tout d'abord présentée sous le titre "L'irrégulière", cette chanson est sans doute la plus réclamée par les fans lors des concerts. Chef d'oeuvre absolu".

Les autres titres sont restés inédits à ma connaissance... mais diffusés sur internet via le site de Jean-Louis Murat entre 1998 et 2000.

J'ai un faible pour LONDRES:

Voici tous les textes via murattextes  (merci!)

- LONDRES : Londres

 

Toujours vous entraînera le goéland

Le cœur en peine, vers Ouessant  

Toujours vous entraînera la mémoire

Vers l'inconnu, un astre noir

Vous aurez le même rêve, un cerf-volant

Fort sous la neige, fort sous le vent

Puis un attelage, un traîneau

Passera savez-vous toujours

Plus près, plus près de votre peau

 

Vous serez Prince de Clèves rue Corvisart

Sous un regard

Vous jureriez qu'ils extraient la moelle de nos os

Comme le font direz-vous les busards, les corbeaux

 

Et nuit et jour s'égrainera le raisin noir

Vous serez la tête à migraine, la tête de lard

Vers l'infini souvent se perdra votre regard

Fini enterré Zanzibar

Viendront Adam et Ève

Pour l'amour, ici

Nous verrons comme l'âme saigne comme le crin luit

Un phare tournera sans heurt

Toujours plus près plus près de votre cœur

 

Il y aura de l'hydromel, des confettis

Quelques miliciennes  

Il y aura un nom sur le licou sur mon cœur

Et toujours vous entraînera le goéland

Vous serez capitaine vers Ouessant

 

- Le bonheur n'est pas aussi fort

Le bonheur n'est pas si fort que tu crois

Du bonheur du jour, je t'écris amour

Que je ne veux pas m'éloigner de toi

Et que le bonheur n'est pas si fort que tu crois

Non que le bonheur n'est pas si fort que tu crois

 

Je construis ma vie sur le sable gris

Que charrie le chant sombre de ta voix

Et que mon bonheur n'est pas si fort que tu crois

Non que mon bonheur n'est pas si fort que tu crois

 

D'un bonheur perdu

Moi je n'ai pas d'autre horizon que toi

Et  le bonheur n'est pas si fort que tu crois

Oh le bonheur n'est pas si fort que tu crois

 

Cesse de nommer amant meurtrier

Tes instants heureux malheur silencieux

Parce que le bonheur n'est pas si fort que tu crois

Non ton bonheur n'est pas si fort que tu crois

 

Je connais tes ravissements, tes contentements

Comme le plaisir est dieu dans ton corps amoureux

Eh le bonheur n'est pas si fort que tu crois

Prends-garde le bonheur n'est pas si fort que tu crois

 

 

 

 

- Amour, oh, non

Amour... oh ! non

Amour... oh ! non

Faut pas vendre son âme sans raison

Amour... oh ! non

Y'a pas de sainteté par le poison

Aspergé de miel, tu attends le printemps

Tu veux être un poète allemand

Pour en quelques voyelles, redevenir amant

 

Amour... oh ! non

Tu n'aimes plus ta nature de taurillon

Amour... oh ! non

T'aimes te foutre en l'air les jours de l'an

Aspergé de miel, tu attends le printemps

Tu veux être un poète allemand

Pour en quelques voyelles, redevenir amant

 

Amour... oh ! non

 

- Emotions tardives

Emotions tardives

Emotions tardives, caprice du cœur

Emotions tardives, où est mon erreur ?

Emotions tardives, mon meilleur esprit

Emotions tardives

 

Emotions tardives, nous sommes en mai

Emotions tardives, mois du bien aimé

Emotions tardives, pour le roi de cœur

Emotions tardives

 

Autour de la piste,

Vois comme se meurt l'accordéoniste et le moissonneur

Ton cœur endurci, comme un diamant,

Supportera t-il tout ce qui l'attend...

 

D'émotion tardive, que veux tu de moi,

Emotions tardives, je ne voudrais pas,

Emotions tardives, ô meilleur amant

Emotions tardives

 

J'ai le cœur si triste en pensant à toi

Je n'ai pas le cœur à aimer ton chant

J'ai le cœur si triste sous un ciel en feu

Et l'âme engloutie sous les cendres bleues...

 

De tes émotions tardives on dit que tu mens

Emotions tardives, montre-moi tes dents

Emotions tardives, viens je n'ai plus peur?

Emotions tardives, émotions tardives...

 

- M'entendez-vous rire

M'entendez-vous rire ?

 

Amour marchand

Ruiné, bel amour arrogant

Tué, amour de sang

Du mâle amour de mon enfance

M'entendez- vous

Amour m'entendez-vous

Ce jour m'entendez-vous

Amour m'entendez-vous rire

 

Amour gagné

Non, mes plaisirs partagés

Au fond, bel étranger

Fuyons le fou qui ose dire que le bonheur est un don

M'entendez- vous

Amour m'entendez-vous

Ce jour m'entendez-vous

Amour m'entendez-vous rire

 

Âme énervée

Non qu'un chacun sait comme neige

Fond, … noblesse

Allons et refusons ce corps qui sanglote âprement

M'entendez-vous

Amour m'entendez-vous

Ce jour m'entendez-vous

Amour m'entendez- vous rire

 

Jeanne chantais

Pour vous qui restiez comme cœur

Sourd,  oyez ! cruel

Amant, Jeanne porte votre anneau d'oreille étincelant

M'entendez- vous

Amour m'entendez-vous

Ce jour m'entendez-vous

Amour m'entendez-vous rire

 

- Le sang des taureaux

Le sang des taureaux

 

Marche l'apprivoisée

Manière d'une once

Souriante sur l'onde

Marche l'apprivoisée

 

Songe le cœur léger

Que glisse comme une ombre

Sur les lèvres du monde

Son corps apprivoisé

 

Et rêve, le bien-aimé

A des entrailles émues

Par le même rêve

Le bien-aimé

 

Marche les nuits de mai

Quand les lilas

Envahissent le monde

Le corps apprivoisé

 

Va comme une once

Sur les lèvres du monde

Le corps apprivoisé

 

Rêve, le bien-aimé

A des entrailles émues

Par le même rêve

Le bien-aimé

 

Pensée sauvages,      venin   

Impatiente, mouron des oiseaux

Digitale, myosotis, verge d'or, épervière commune

 

Rêve, le bien-aimé

A des entrailles émues

Par le même rêve

Le bien-aimé

 

Quand le péché blanc comme neige

Glisse sur les lèvres de celui qui s'endort

Je ne prends pas plaisir au sang

Du taureau, des brebis et des boucs

 

Quand on est amoureux…

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 15 Août 2017

Encore de nouveaux textes de Murat pour Matt Low

On finit le rattrapage de l'actualité... avec de nouveaux textes de Murat pour Matt Low, qui sort une vidéo par semaine, et pense tenir ainsi jusqu'en novembre! Il publie la vidéo, puis le texte de la chanson ensuite (on n'a donc pas encore le dernier).

https://www.facebook.com/mattlowmusic/?fref=ts

On voit fille gentille manier la faux
Peu bavarde
Malade, à la faux

On voit type sympa manier la faux
Tout vandale
Banal, à la faux

Je te dis mon frère j'y vois pas beau
Si chacun veut manier la faux

La Sylvie a perdu le dodo
Bien malade
Bavarde, à la faux

Le Thierry va retrouver sa faux
Tout roublard
Bien connard, à la faux

Je te dis mon frère j'y vois pas beau
Si chacun veut manier la faux

Merde, encore l'hospital
As tu choisi le bon chandail ?
Quelle drôle d'idée Miss Cunard
Dis pourquoi tu chiales ?

Merde, encore l'accident
Quelle drôle d'idée le port d'Hendaye
Quelle drôle d'idée Miss Cunard

Mais merde ici
Tous savent à la ronde
Qu'il ne faut pas emmerder le commandant
Tout le monde sait
Sait à la ronde
Qu'il ne faut pas emmerder le commandant

Merde, encore l'accident
Qu'en aurait dit Paul Newman ?
Que t'en a dit Charlemagne ?
Dis pourquoi tu chiales ?

Merde, encore l'accident
Ai-je choisi le bon chandail ?
Quelle drôle d'idée Miss Cunard

Tous savent ici
Savent à la ronde
Qu'il ne faut pas emmerder le commandant
Tout le monde sait
Sait à la ronde
Qu'il ne faut pas emmerder le commandant
Tous savent ici
Savent à la ronde
Qu'il ne faut pas emmerder le commandant

Et on termine par une chanson 100% Matt Low:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 15 Août 2017

Avant d'aller en photos un peu plus loin d'ici, je glisse quelques clichés de ma sortie du 12 et 13 août, dans le Beaufortin, petite Suisse, avec ses routes qui montent haut dans les alpages, ses larges chalets en bois et sa fierté fromagère.

Petite mise en jambe en fin d'après midi le 12, avec une petite ballade (au bon dénivelé tout de même: +400 )...  Pas compliqué mais il faut surtout arriver jusqu'au parking: la petite vallée de NAVES au dessus de La Léchère est magnifique, mais il faut bifurquer et prendre une voie "à la viabilité incertaine"... En effet, c'est  étroit et elle se glisse rapidement au milieu des falaises dominant la vallée de l'Isère, et de nombreux cailloux sont descendus sur la route... La dite-route se transforme ensuite en chemin, ça passe en voiture, mais le chemin commence à s'éroder, et au bout de 4 kilomètres, on est content de voir le terminus: le petit parking de la Grande Maison. Direction : le lac du plan du jeu juste au dessus, dans un alpage à vaches, dans lequel justement le paysan est en train de traire ses bêtes. C'est lui qui m'indique l'emplacement du lac...

Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)

reflets (4):

Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)

Après une nuit d'insomnie, je n'entends pas le réveil dont j'avais pourtant repoussé l'heure de la  sonnerie deux fois dans la nuit, et c'est à 10 heures que je m'arrête au lac de Saint-Guérin, après une jolie montée d'Albertville en traversant Beaufort puis Arêches.  Je file pour le tour du lac via une petite passerelle himalayenne, et je me retrouve rapidement sur les rotules dans la montée. J'arrive tout de même au sommet en 3 heures (pour 4h15 annoncées) via le col de la louze (tout prêt de notre randonnée d'hier). La descente (via la variante via les pistes de ski d'arêches), même sans pause, me parait longue (7,5 km), et j'arrive à 17 heures à la voiture.

Dommage : pas un grand jour pour le panorama!  Le MONT-Blanc est dans les nuages et la Vanoise, au dessus des arcs et de la plagne, ne se distingue qu'à moitié...

Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)

Du col de la louze :

Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)

une partie des lacs de la tempête:

Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)

LA VANOISE (mont Pourri) et les Arcs au premier plan:

Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)

les saisies:

Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)

Pour rentrer en voiture, je prends un petit col au dessus d'Arêches pour voir le lac de Roselend et  la célèbre Pierra Manta (encore une montagne née de l'excentricité de GARGANTUA):

Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)
Clichés 37 : BEAUFORTIN (lac du plan du jeu et le Grand Mont)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Publié le 11 Août 2017

 

On a appris cette semaine la participation de Jean-Louis Murat au prochain album d'INDOCHINE (pour un texte), via l'écoute organisée à Bruxelles, en avant-première, de celui-ci pour les journalistes. Ce disque sortira dans un mois. En 2012, il semble que plusieurs titres avaient été proposés et finalement non retenus.

Sur DH.be, le muratien Charles Van Dievort ne fait que le signaler, même s'il a semblé apprécier l'album:

Au rayon casting, outre Mickaël Furnon, Kiddy Smile tout comme Asia Argento donnent de la voix et Jean-Louis Murat signe le texte de Karma Girls.

N’en déplaise aux détracteurs d’Indochine, il y a quelques singles potentiels bien accrocheurs sur ce disque dont on se dit aussi qu’il est taillé pour la scène étant donné les rythmes énergiques et les sonorités qu’il propose. Ça tombe bien puisqu’Indochine sera en tournée en 2018. Son 13 Tour fera étape au Palais 12 de Bruxelles les 17 et 18 mars.

Sur 20 minutes.fr:  Outre Station 13 – dont un extrait a été dévoilé fin juillet – et Black Sky, fusées new wave comme Indochine sait les emballer, on se dit que Suffragette BB et ses réminiscences d’OMD ferait un parfait single vu le retour de hype des sonorités électro 80’s. Nicola Sirkis a coécrit cette chanson avec l’auteure Chloé Delaume. Autre plume invitée, celle de Jean-Louis Murat qui signe Karma Girl, mais on a connu l'artiste auvergnat plus inspiré...

Meilleure appréciation par PARIS - MATCH, qui dans les 13 choses à savoir sur l'album cite Murat en 2  :

#2 Jean-Louis Murat, le retour : Sur Karma Girls, le chanteur français co-signe avec  Nicola Sirkis son deuxième texte pour Indochine après un Singe en Hiver sur Paradize début des années 2000. La rencontre est toujours aussi improbable entre des univers tellement différents mais fonctionne toujours aussi bien.

E. Marolle du Parisien a lui adoré l'album et la radio belge MINT également.

Le titre de Murat est le 7e de l'album qui en contient 15 (2 en bonus).

Pour rappel:

Passage par Indochine

A FOUTRAQUE en 2003:  La vie est mal faite parfois : j’ai été très surpris d’apprendre que la chanson que tu as écrite pour Nicola Sirkis d’Indochine, Un singe en hiver t’a rapporté plus que tes trois derniers albums…
Ah putain, du coup à cause de ce que j’ai dit, Nicola croit que j’ai fait ça pour le pognon ! Alors que ce n’est pas du tout ça : je l’ai fait parce qu’un ami commun m’a demandé d’écrire pour Indochine… Comme l’album d’Indochine s’est super bien vendu, ça m’a rapporté pas mal d’argent mais ce n’est pas pour ça que je l’ai fait.

J’ai vu Indochine sur scène cet été, j’ai trouvé ça assez mauvais. Nicola croit toujours qu’il a 15 ans quand il écrit des textes…
Ce n’est pas le pire Nicola ! Il vaut mieux écrire comme un gamin que faire de la musique de vieux comme IAM !

Passage par Indochine
Passage par Indochine
Passage par Indochine

Sirkis qui parle de Murat et du titre singe en hiver (document pdf à télécharger):

Depuis Paradize, on a pu croiser plusieurs fois Nicola aux concerts de Murat. La preuve, une photo signée Sirkis (via twitter):

Passage par Indochine

Bonus:   RAPHAEL a chanté "Un singe en hiver" en concert. A écouter ici.

NB:  Au moins, une autre collaboration devrait parvenir à nos oreilles dans les mois qui viennent...

LE LIEN EN PLUS ET UN BOUCHON EN MOINS

Proust, le vin...  et une cuvée qui s'appelle Mustango, madeleine de l'auteur.... sur un blog consacré au breuvage:

https://lapinardotheque.wordpress.com/2017/08/08/proust-et-la-musique-du-pif/

 

LE LIEN EN PLUS ET LE TOURISME EN TROP

Le Servières souffre... mais certains grands amoureux du lac ne se gênent pas pour s'y baigner...

http://www.lamontagne.fr/orcival/environnement/puy-de-dome/2017/08/04/le-lac-servieres-est-il-pris-en-otage-par-les-campeurs_12507232.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 10 Août 2017

collection C. Dupouy

collection C. Dupouy

Je n'étais pas parti de chez vous... car j'avais programmé quelques articles le temps pour moi de faire un beau voyage... et mettre entre parenthèse l'actualité du blog...  Pour le voyage, je vous infligerai quelques photos (et pas qu'un peu, désolé), et pour l'actualité, il faut que je rattrape... On fera ça en 4 articles...

 Pour les retardataires:  je rappelle que Murat était en studio il y a quelques temps et on attend donc des nouvelles... On espère que ça sera d'ici les fêtes, même si ça fait peut-être un peu juste. 

On vient par contre d'apprendre via la page Fb personnelle de Marie Audigier qu'elle prenait une nouvelle voie (via la 3e voie sans doute!). Elle est en train de faire ses cartons pour déménager en Afrique (Congo)... et occuper un poste d'Attachée culturelle (Ministère des Affaires étrangères).  C'est une suite assez logique de sa relation avec ce continent (elle a notamment programmé la Nuit africaine au stade de France et managé plusieurs artistes).  Cela arrive après la fin de l'épisode chez NAIVE, qui s'annonçait compliqué, mais qu'on peut je pense qualifier de succès:  La maison a été rachetée par Believe à un bon prix et en sauvant les salariés (détail sur un article de Télérama), et avec le catalogue que Marie a contribué à développer (Hugo Bariol notamment, croisé dans le métro).

Depuis qu'elle a fait le choix d'arrêter sa carrière musicale pour devenir la directrice artistique de Jean-Louis, elle occupait cette activité pour lui et d'autres en indépendante, puis chez universal notamment. L'est-elle encore aujourd'hui?  Le site officiel  n'a pas été modifié... En tout cas, bonne chance à elle pour cette nouvelle aventure... et si, à ses heures perdues, elle peut enfin rendre possible l'album "africain" de Murat... on ne se plaindra pas...

Voilà une occasion de plonger dans les archives de notre cher Matthieu (bise aux poils!)... inédites ici. 3 Articles parus chez ROCKSOUND... et dans la Montagne

 

 

Départ pour l'Afrique
Départ pour l'Afrique

et la Montagne (8/11/1993):

 

Pour la photo en haut de l'article: vous reconnaitrez bien sûr Denis C, Alain B, C. Pie,  et J. Pietri (interview par Matthieu, "au coeur de Passions privées) et aussi C. Dupouy.

Articles du blog:

- http://www.surjeanlouismurat.com/article-marie-audigier-55631763.html à propos de son interview sur France inter, le lien dans l'article n'est plus bon, mais c'est encore écoutable

- sa disco: http://www.surjeanlouismurat.com/article-collection-112141685.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri, #vieilleries -archives-disques

Publié le 8 Août 2017

Bon, suite à mon compte-rendu de concert de JULIEN CLERC AU PALAIS IDEAL du FACTEUR CHEVAL,

je vous propose de faire un point rapide avec quelques documents pas encore partagés... sur la relation Julien Murat/Jean-Louis Clerc... mais il semble inapproprié de les fusionner...

En 1991:

 "fais comme Etienne, fais comme Julien"... ou l'autre chemin (Julien Clerc-Jean-Louis Murat)

Murat, c'est donc finalement qu'une chanson "le Verrou" sur l'album ci-dessous, puis "Quand femme rêve" sur "fais moi une place".

 "fais comme Etienne, fais comme Julien"... ou l'autre chemin (Julien Clerc-Jean-Louis Murat)
 "fais comme Etienne, fais comme Julien"... ou l'autre chemin (Julien Clerc-Jean-Louis Murat)
 "fais comme Etienne, fais comme Julien"... ou l'autre chemin (Julien Clerc-Jean-Louis Murat)
 "fais comme Etienne, fais comme Julien"... ou l'autre chemin (Julien Clerc-Jean-Louis Murat)

Quand femme rêve...

Quand femme rêve...
Un cerf-volant
Fort sur la neige
Docile au vent
Un attelage
Un traîneau
Passe au plus près
De ma peau

Toujours l'entraîne
Le goéland
Le coeur en peine
Vers Ouessant
L'entraîne
Le goéland
Là-bas
Vers Ouessant

Prince de Clèves
Rue Corvisard
Prisonnier d'elle
Sous un hangar

Où elle extrait
La moelle de mes os
Comme fait busard
Au louveteau

Pour du bonheur
à partager
Elle prend mes je t'aime
Mes baisers
Comme grand lézard là-haut
Elle boit mon sang
Comme l'eau

Voici-ci dessous à télécharger les pages de la biographie "julien" où il est question de Murat et de la réconciliation avec Roda...

 

Il ne semble pas que Murat soit proche de Julien Clerc... Musicalement, Murat a été pressenti un moment pour le remplacer dans le coeur des ménagères, mais l'auvergnat a pris un autre chemin....  On peut quand même noter leur relation commune avec Carla Bruni, ou leur présence commune sur un disque d'Isabelle Boulay.

Voici ce que nous disait l'ancien DG de Polydor et ex-Virgin, Alain Artaud dans son inter-ViOUS ET MURAT- :

"il n'était pas content chez Virgin de plusieurs choses : De la proximité avec les autres artistes de variété, la peur ( injustifiée selon moi ) qu’on le présente comme un nouveau Julien Clerc ( c'est compliqué car il le respecte par ailleurs, « le verrou » :  quelle chanson!), échapper à la pression d’Emmanuel de Buretel pour vendre plus (la peur d'être dénaturé), le cirque de la promotion"

Murat lui aussi l'expliquait: L'oreille qui gratte en 2004

Tu viens de parler de Daho. Hors il t’arrive souvent de le casser dans tes interviews. Je n’ai jamais compris ça. Pour moi Daho est un des rares artistes qui marche bien qui ait un véritable intérêt artistique ?

Non j’explique souvent cela en interview, mais les journalistes ne doivent pas trop reprendre l’explication. C’est une vielle blague en fait. Avant j’étais dans la maison mere de Virgin, comme Daho. Donc j’étais coincé entre Renaud, Julien Clerc, Etienne Daho et tous ça. Et durant mais deux ou  trois premières années chez Virgin j’ai vécu l’enfer, parce que la phrase que j’ai entendue le plus souvent c’était : « Etienne le fait bien ». Par exemple on me disait : on pourrait faire une bouffe avec la programmation d’NRJ, je disais vous êtes surs, ça me fait vraiment chier, et on me répondait mais enfin « Etienne le fait bien ». On me disait : on pourrait aller voir le mec de la chance aux chansons, « Etienne le fait bien ». A la fin j’en avait marre je disais Etienne je l’emmerde, il voulait toujours me faire faire ce que Etienne avait fait. Alors petit a petit dans les interviews j’ai commencé a dire Etienne Daho, il me fait chier, parce qu’il dit amen a des truc que je ne ferais jamais. Après on voudrait que je les fasse en me disant : « Pourquoi tu crois que tu es mieux qu’Etienne Daho ? Tu peux bien faire les trucs que fait Etienne. Etienne le fait bien »  Et petit a petit ça s’est développé au fil des interviews je disais je ne suis pas Etienne Daho, quel con ce Daho, tous ça avec l’air de péquenot que je sais parfois faire admirablement bien. Petit a petit j’ai rajouté des couches sur Daho, et une couche, deux couches, quinze couches, vingt couches, vingt cinq couches. Je ne sais même plus qui est Etienne Daho. C’était devenu une blague, je dis Etienne Daho. A cause de cette phrase « Etienne le fait bien ». Bizarrement tant pour lui que pour sa musique j’ai rien contre. Imagine que tu es dans une boite : on veut te faire faire des trucs, et la seule justification qu’on te donne c’est un tel la bien fait. Et lui Daho il faisait des trucs pas possibles, il pouvait tenir les bollocks d’un type d’NRJ pendant trois heures durant, sans broncher, moi je ne pouvais pas le faire. Alors « Etienne le fait bien ». Voilà c’est pour ça. Mais sinon je n’ai vraiment rien contre lui, vraiment rien du tout.Chez Virgin, ils ne savaient pas où me foutre, entre Daho et Julien Clerc. Ils orientaient ma carrière comme ils pouvaient. Ils voulaient que j’écrive un album pour Julien Clerc, et que je fasse les trucs que faisait Etienne Daho, c’était leurs deux seules références. C’est pour ça que j’en pouvais plus, que j’ai voulu partir, la vie était infernale pour moi. « Etienne le fait bien », c’est une phrase qui me réveillait la nuit. Je me réveille droit sur le lit, ma copine me demande ce qui se passe, je lui répond « Etienne le fait bien ». Donc tu vois a quel point ça m’a traumatisé.

 

Et encore, dans l'express, au moment de Vénus:

   

Un souci parfois mal compris. «Ma maison de disques exige désespérément que je devienne un Julien Clerc bis.» Un temps, un rire, et puis: «Je résiste. Quand même, à la première mouture, ils m'ont expliqué: "Un album pareil, on ne peut pas le sortir.'' J'ai donc modifié l'apparence des choses. Le souffle. Le frisson. N'empêche, si j'avais choisi pour titre "La Momie mentalement'', je déclenchais quinze jours de discussions.»

Et aussi dans Magic 2002:

Autant je déteste le cinéma, autant j’aurais aimé collaborer à nouveau avec Kieslowski, mais il est mort avant. J’avais été d’autant plus touché qu’il connaissait ce que je faisais, et chez Virgin, ils ont essayé pendant des mois de lui refourguer Julien Clerc, Alain Souchon... Et il disait: “Non, je veux Murat”. Chez Virgin, ils sont très sympas, mais quand tu fais un métier d’enculé, il faut bien se comporter comme tel.

Et enfin, un bon tacle de 2003 (foutraque):

Ce qui est agréable quand on assiste à un de tes concerts, c’est qu’il y a souvent des différences entre les versions live et les versions studio… Un exemple : Se mettre aux anges que tu fais seul au piano alors qu’elle est très orchestrée sur Lilith.
C’est comme ça que je l’ai envoyée à Dickon (Hinchliffe des Tindersticks, Ndr.), je lui ai donné la version piano/voix. J’aime bien modifier les chansons sur scène. Enfin, ce n’est pas tant ça, je suis incapable de refaire un truc ; je ne pense pas que ce soit obligatoirement une qualité… Ça serait un peu mieux parfois si j’arrivais à refaire des choses. Mais faire cinquante fois la même chose comme Julien Clerc, ça c’est de la connerie !

 

 

La version de J. Clerc de "l'ange déchu" sorti en 45 et disponible sur un disque d'inédits (68/98):

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié le 4 Août 2017

Pour célébrer le mois d'août, et les adieux mettant fin aux flirts pleins de sables et de chaleurs...  Le lien défait.

Après 3 semaines de succès au festival "off" d'Avignon, voici donc un extrait du spectacle "LE CABARET DES GARCONS D'HONNEUR" dans lequel Murat est à l'honneur... Un moment d'émotions dans ce spectacle qui arrive à mêler humour et grandes chansons françaises ( et un peu plus petites aussi).

Et je vous fais aussi re-découvrir les talents d'interprète d'Alain Klingler... sur une version de "CONNE" de Brigitte Fontaine... J'adore.

Et pour rappel, sa version des Jours du jaguar:

Une cover du "Lien défait"

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres