Publié le 30 Octobre 2011

Pour commencer par une fausse note,  un encart dans le Nlle-Obs... avec comme titre :  "il  fatigue l'auvergnat" ...   Rien de bien grave dans un journal qui ose comparer le trio "Le Forestier, Souchon et Clerc" à "Ferré Brassens Brel'

 

 

SAM_4991-copie-1.JPG

Ca taille... Ca taille... Mais on voit aussi le niveau de travail : "Rémi et colette"...  cité comme titre figurant sur l'album... Ca me fait penser à Valérie Lehoux qui avoue écouter l'album qu'elle est censé chroniquer en faisant autre chose...   

 

Enfin, soit... Voilà une chronique sentant légèrement plus la transpiration... et une écoute véritable:  

C'est sur le site SEFRONIA que je découvre pour l'occasion... mais qui est riche de plus de 15 ans de chroniques (près de 5000!!)... même si Murat n'y avait pas eu droit à une critique depuis Deshoulières et Mustango... Mais l'erreur est réparée....

 

 

Chronique "Grand lièvre" à découvrir sur leur site en priorité:

http://www.sefronia.com/album/jean_louis_murat/grand_lievre.htm

 

 

 

 

 

"Jean Louis Murat

Grand lièvre
par Jérôme Fiori le 28/10/2011

Note: 7.5    
 
 
 

Revenu des grands espaces américains où hurlent les coyotes ("Le cours ordinaire des choses", 2009), "Grand lièvre" signe le retour au bercail de Jean-Louis Murat et assure en même temps sa métronomique livraison quasi-annuelle : l'Auvergnat a eu cette fois envie d'une musique assez chaude – guitare douze cordes, basse, batterie et orgue – sur laquelle il se prélasse à la manière d'un gros matou séducteur plus que comme un chaud lapin.

Murat laisse la provoc' à ses prises de paroles, souvent jouissives, dans la presse. Sur ses disques, c'est toujours du beau travail soigné, exigeant envers lui-même (bien que le Jean-Louis sache faire dans la grosse déconnade, voir Les Rancheros). Les premières mesures de "Qu'est-ce que ça veut dire" posent un groove charnu, avec la basse ronde du fidèle Fred Jimenez. Murat semble avoir intégré l'état d'esprit laid-back de la musique Us : ce titre en est un bon exemple. Sur cette trame, l'Auvergnat aborde des thèmes variés qui vont de la famille, la guerre ("Rémi est mort ainsi"), l'enracinement ("Haut Arverne") et son contraire l'exode rural ("Vendre les prés", qui aurait pu servir de bande-son à la trilogie documentaire de Raymon Depardon sur les paysans). Murat sait éviter l'écueil de la "chanson à thème" et garde de la hauteur grâce au style de ses textes. "Alexandrie", comme "Qu'est-ce que ça veut dire", s'étirent un peu longuement, et de manière plus générale, le chant chamallow renforce une sensation de monochromie. "Vendre les près" sonne même un peu jazzy cheap, mais ce n'est pas la première fois (on peut remonter jusqu'au synthétique "Cheyenne autumn", 1989). "Je voudrais me perdre de vue" est un titre programmatique qui résume le propos de la chanson, dont l'écoute s'avère du coup presque superflue. Jean-Louis Murat a coupé dans le vif de ses textes, ce qui donne parfois l'impression d'une accumulation d'images cinglantes à travers desquelles on a un peu de mal à se frayer un chemin ; mais on peut aussi se laisser simplement porter par le côté tout bonnement agréable de l'ensemble.

Accentuons notre attention sur les temps forts : la rythmique conquérante et la couleur rouge sang de "Sans pitié pour le cheval" dans laquelle Murat se retrouve dans la peau d'un troufion (en un seul mot !) pris sous le feu de l'une des batailles de la Marne lors de la première guerre mondiale. En bon grimpeur, Jean-Louis produit l'effort dans l'ascension finale : "Le champion espagnol" (Federico Bahamontès ? Miguel Indurain ?) avec ses notes de douze cordes carillonnante puis "Les rouges souliers" au gimmick de guitare acide et efficace, dégageant un lointain parfum de western. Une énième variation sur l'amour, sujet inépuisable pour le chanteur.

Avec "Grand lièvre", Jean-Louis Murat reste à la fois à côté en au-dedans du peloton de tête de la chanson française, toujours dans les échappées au panache et sans un regard pour les suiveurs".

 

 

SUR LE MEME SITE:

Mme Deshoulières:

http://www.sefronia.com/album/jean_louis_murat_and_isabelle_huppert/madame_deshoulieres.htm

Mustango
http://www.sefronia.com/album/jean_louis_murat/mustango.htm

Les deux albums étaient notés 8...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Publié le 30 Octobre 2011

 

Bon, j'avais mis le lien hier sur FB...  mais je n'ai pas eu le temps d'écouter... Je viens de le faire... 20 minutes quand même! C'est rare d'avoir une discussion aussi longue sans pause, ni perturbation... même si ça peine un peu à démarrer.

 

On ne parle pas trop de musique... hélas... même si la deuxième partie m'a intéressée... Jean-Louis Murat parle de la démocratie, de Stephane Boulot...  et finit sur Brassens... "j'ai jamais aimé les types à moustache"... 

A ECOUTER:

 

 

 

 

 http://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere/podcasts?c=lp-huit-mus&e=352

clic droit sur l'icone "télécharger"... et "enregistrer la cible du lien sous" pour conserver en mp3....

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Publié le 29 Octobre 2011

Un  grand Merci SANDRINE  pour ce compte-rendu complet!!

  Sandrine m'a fait passé une deuxième version complétée:

 

27 octobre 2011, il doit être aux environs de 21h, Jean-Louis entre sur scène et nous glisse son traditionnel "bonsoir" avant de nous livrer les titres de "Grand Lièvre" dans le même ordre que la setlist de Lille...
Le concert débute donc par la "Lettre de la Pampa" puis s'enchaîne avec les "Rouges souliers" (Slim est le point fort de cette chanson je trouve), ensuite vient le "Champion Espagnol" (bien !), et "Vendre les près"... Puis, on monte d'un cran avec "Hauts Arvernes" (très bien !)... "Alexandrie" délicatement interprétée, "Rémi est mort ainsi" et "Sans pitié pour le cheval" (très bien mais trop courte !!!)
Après une entrée en matière plutôt "soft", ça y est arrive enfin "Qu'est-ce que ça veut dire", excellente, émouvante ! Je pense en effet que l'idée de la placer à ce moment là est un choix très judicieux...
Le concert prend son tournant et s'enchaîne avec une intro rock, brute et électrique... On change de dimension !
On reconnait bien évidemment "Mousse noire", on entends quelques "cris" le public frappe fort dans ses mains et se "déchaîne"...(pendant ce temps, Jean-Louis se réhydrate et enlève sa fidèle surchemise bleue à carreau blanc) puis c'est parti, jeu de lumière et il se lâche sur sa Fender (quelle version quand j'y repense !!!).
Il a mis le feu aux poudres, un petit groupe se lève, se laisse habiter par la musique, chante à tue-tête... C'est puissant !
Il enchaîne avec "Yes Sir", on reprend en choeur "C'est ma vie... Yes Sir", il y a de l'ambiance, de vifs d'applaudissements même si j'ai trouvé cette version un peu en-dessous de celle livrée sur le "Cours ordinaire tour"...
Le public (peut-être aux environ de 400 personnes) se réjouit une fois de plus avec la "Foule romaine", Jean-Louis nous invite a frapper dans nos mains, la mélodie est douce, on l'accompagne et on s'essaie sur le "fou ou oule", (je remarque que deux de mes amies s'en tirent plutôt bien sur cette prestation !. La chanson s'achève avec un "Merci les filles", il reconnait ma voisine de droite et lui fait un petit signe...
Il enchaîne avec une longue intro, j'ai reconnu... c'est Jim !
Une fois de plus l'artiste fusionne avec son instrument, les "fans" fusionnent avec l'artiste... c'est géant !
Puis, il nous salue, nous remercie, et nous présente ses musiciens... Ils quittent la scène sous de vifs applaudissements, de "bravos", de "Jean-louis" etc... Alors on en réclame encore, on est pas rassasié... et "Alcaline", "les Voyageurs perdus, "le Jaguar", ça ne peut pas être fini.., alors on s'approche de la scène, on le réclame, on est plus nombreux cette fois-ci, on applaudit fort, très fort... Ils reviennent.
1er rappel, on l'acclame..! C'est "Alcaline"... (Yes, je l'attendais celle-ci !) Une fois de plus c'est puissant, on vibre au son de la Fender... Je suis "aux Anges" ! Ensuite "les Voyageurs perdus", il nous invite à nouveau, nous "les petits voyageurs perdus" comme il dit, à taper dans nos mains et à l'accompagner sur le "la lalalala" pour un long final. Il parle à son public, "au revoir les voyageurs" "merci à vous les petits voyageurs... perdus"... C'est magique !
Il quitte à nouveau la scène... certains s'apprêtent à quitter la salle pensant que le concert s’achèverait là, mais le reste du public lui, en redemande encore, insistant au pied de la scène... Il y a de l'ambiance au Hangar 106 ce soir...!
Après une courte pause, 2ème rappel... "Les jours du Jaguar"... Quelle version !!! Longue intro solo, Jean-Louis lâche tout, il fait "chanter" sa guitare, "titille la corde sensible" (je suis émue tellement c'est fort)... Puissant, émouvant, fascinant !!!

La soirée s’achèvera par la séance de dédicace aux côtés de Jocelyne... Jean-Louis se rend disponible, il est souriant, les gens aussi, on sent qu'ils apprécient la proximité avec l'artiste... Jean-Louis échange quelques mots avec ses fans, se prête aux dédicaces, aux bises etc... Un peu plus tard, il demandera s'il a été "bon" ce soir, évidemment on le rassure..!

Ce fût un excellent concert... un grand moment... "le Jean-Louis" qu'on aime ! Et il a su ce soir là, nous rappeler une fois de plus, pourquoi on l'aime autant !!!


 

 

 SAM 4829

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Publié le 28 Octobre 2011

 

-L'interview : sur Collines la Radio... aux environs de NIORT...   Belle prod laissant la place à de larges extraits des titres... malgré le téléphone de chez les Murat qui fatigue...

Podcast-compil de toutes les séquences de la semaine : Et oui, Grand lièvre était l'album de la semaine :

http://www.collines-laradio.fr/index.php?option=com_wrapper&view=wrapper&Itemid=190&3dba08442246a34e4a808e5b3f0fc4ff=c3563040d8e37d4437570814d7929e6b

"j'aime bien quand ça vient comme ça"...

Un Murat très pro, une nouvelle fois...  même s'il faisait des crêpes à ses enfants avant de répondre à l'interview...

 

Belle séquence sur "Alexandrie" notamment...

 

 

 

 

 

-la chronique: 

http://the-shaking-sound.over-blog.com/article-jean-louis-murat-grand-lievre-85412836.html

 

"Oyez oyez, le Murat nouveau est arrivé dans les bacs fin septembre, deux ans après son prédécesseur, Le Cours Ordinaire des Choses..." reste supprimé à la demande de l'auteur du blog
  
 
LE LIEN EN PLUS :
2 annonces de concert...
 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Publié le 28 Octobre 2011

 

 

Quand le Web manager de Polydor a mis en ligne cette article sur FB, cela m'a beaucoup intéressé...  Quand le patron parle, on l'écoute...  enfin:  on fait au moins semblant. (ce que j'ai fait hier soir d'ailleurs devant TF1 et F2). J'ai ensuite posté un commentaire...mais qui n'a pas été conservé... J'avais juste traité le web manager de lèche-botte...

 

 

Alors, voilà donc une petite interview du DG de POLYDOR. On avait évoqué rapidement son arrivée  en lieu et place de l'ami de Jean-Louis Murat, Alain ARTAUD... celui là même qui a eu la gentillesse de nous accorder la dernière INTER-ViOUS et MURAT en date:  http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-n-10-alain-artaud-75198522.html .    J'veux pas passer pour l'ardent défenseur d'Artaud... et on aurait sans doute de quoi lui donner des coups de griffe aussi... d'autant plus que du côté de Polydor, on a fait plutôt du bon boulot cette année pour promouvoir "Grand Lièvre"... et d'après Murat, Christophe Lameignère considérait "haut arverne" comme le vrai single de l'album, ce qui est la marque de quelqu'un qui a du goût... et prometteur pour l'avenir.... mais soit, pour moi, l'interview se prêtait à un peu de satire... et c'est justement mon humeur... alors, j'ai tenté l'exercice d'"un billet dur"!

 

 

Je vous propose de  lire l'article  et  je fais une analyse de texte après.

 

lamegniere.jpg

  Article paru dans le Musique Info du mois d’Octobre 2011 (N°532).

 

 

 

              Alors, loin de moi l'idée,  oui vraiment loin, au moins un micron!  A l'échelle du microbe qui m'a gobé, c'est énorme.... d'user de mauvaise foi ou de faire ma tête de lard, mais... mais....  j'ai j'ai quand même trouvé ça assez...assez très amusant...  dans la litote.. Alors, je vous propose de traduire un peu les propos du DG (rien à voir avec Dolce et Gabbana, les filles... quoi que...) car, autant de vérité, de refus de langues de vent et de bois, j'veux dire, ça se souligne, ça... ça s'encourage, ça on dit bravo... et ça  on que ça s'est pas vu depuis hier.. à la télé française, même quand c'est les deux meilleurs intervieweurs de France qui interrogent... avec le style d'un Joseph Pulitzer, à moins que ce soir avec le confort d'un hôtel Pulitzer...  avec  l'intelligence d'un Beuve-Méry, à moins que ce soit avec la mollesse d'un boeuf bouilli... Enfin soit...

 

 

 

-  "je n'ai jamais cherché à être président de maison de disque" : On sait bien que ce qui guide les patrons et les hommes politiques, c'est le sens du devoir!

 

- "je l'ai fait dans des circonstances assez compliquées:au moment de la crise du disque. ça m'a passionné" :

Ah, oui, compliqué... pour sûr! Et pour quel résultat?

"Début décembre2007, Sony BMG annoncait le départ de 40 à 70 cadres avant la fin de l'année" Numérama

 -"la Négative attitude des dirigeants de Sony/BMG que fustigeaient ce jour quelques 300 manifestants, salariés des maisons de disques rassemblés devant le Palais Brongniart (Place de la Bourse, Paris). 178 licenciements sont en effet prévus dans le cadre du rapprochement des deux Majors du disque. Des refrains d'artistes-maison ont été joliment pastichés lors de ce grand raout printanier : Licenciements : qui a le droit (Patrick Bruel) ou Pas fans d'être virés (Pascal Obispo) connaissaient semble-t-il un beau succès dans l'assemblée..."  (foutraque)

Ah, moi aussi, élagueur, c 'tait un job qui m'aurait bien sied, tien!

 

Heureusement:

- "Gérer des choses qui ne m'amusent pas, avec lesquelles je n'étais pas d'accord"... Ah la conscience! Chez Universal, ça ne se passe pas comme ça...

 

-   La partie de dialogue avec Pascal Négre est elle aussi tout-à-fait amusante... Pas besoin d'en rajouter...  Perso, ça me fait rire comme ça...  Digne du "Parrain" : " ET QUE CA MARCHE"... Pour sûr, y'a les retraités ricains derrière qui attendent pour manger!

 

"Ca résume bien l'état d'esprit exceptionnel  qui régne chez Universal"....    Tu parles Charles! C'est ça être numéro 1 :  Moi, ça me fait penser à : http://www.dailymotion.com/video/x9faig_guignols-boite-a-con_fun

 

  - "Je n'ai rien réorganisé ... Toutefois... nous voulions  [d'un coup, on utilise le nous].... et il était donc naturel que je change de... ".  Et on fait venir le bon copain... Un? Non : "comme il faut par ailleurs que nous ayons des automatismes, j'ai demandé à... de venir nous rejoindre..." ...  à la place de ?.  Ce n'est pas précisé...mais l'important, c'est qu'il n'y ait pas eu de réorganisation...

 

  - "J'avais besoin d'une certaine complicité, d'un esprit familial avec des personnes de confiance..."  C'est vrai que la Word Company, c'est une famille... et puis, on ne peut faire confiance à personne de nos jours... surtout en s'appuyant simplement sur le simple "droit et devoir du salarié"...  Et je saute le passage corporate, Polydor, 100 ans d'histoire, tout  ça... comme si ça avait de l'importance.... EUh, si important, le back catalogue, machine à cash!!... Oups, mauvaise esprit : ce qui permet de financer la sortie de jeun's artistes....

 

- "comme il faut par ailleurs que nous ayons des automatismes" : ou  l'artistique passant dans le taylorisme? ... enfin, du vent surtout...

 

-  Le reste est tout aussi épatant... il faudrait tout citer : "de l'ambition pour le label... je veux signer des artistes que les gens veulent aimer".    Oulalla!! On s'emballe, on s'emballe! Signer des artistes pour qu'ils soient écoutés et aimés, c'est trop d'ambition, ça!!  On reconnait bien là le découvreur de Bénabar, Priscilla, Kyo...

 

-On continue sur la lancée : "Je pense que tout va changer car l'idée de développer un artiste sur 5 ou 6 ans est un peu périmé"... Ah, oui, l'ambition tout ça! Tout tout de suite... On peut croire en quelqu'un... mais si ça ne marche pas tout de suite, on dit 'tchao"...Enfin, non, pas tchao, on prend un silencieux: " si un label est capable d'avoir un instinct de tueur, le nombre de signatures importe peu".   Importe peu... d'ailleurs, s'il y en a le moins possible, c'est encore mieux!

 

 

J'oubliais: mon commentaire supprimé sur FB, il terminait par "  Jacques Canetti, Constantin, Dejacques, arrêtez de vous retourner dans vos tombes, ça sert  à rien...

 

 

A+

 

 

  

PS : 74, c'est la place de Grand Lièvre dans le classement "nouveautés" de vente de disques en France...
Semaine précédente : 50... Une baisse mais pas un effondrement...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 27 Octobre 2011

 

Lille Hier... pas de surprise, si ce n'est un changement d'ordre dans la set liste...  Comme je l'avais suggéré (héhé), "qu'est-ce que ça veut dire" a été chanté un peu loin dans la soirée...  Vu qu'un enfant était présent, Jean-Louis a peut-être été moins électrique...mais c'est à confirmer...

 

-  Demain, c'est NIORT, j'espère que vous vous y rendrez macifevement :

http://www.courrierdelouest.fr/actualite/deuxsevres/article_-Niort.-Jean-Louis-Murat-vendredi-a-l-Espace-culturel-Leclerc_37066-103_actualite.Htm

 

 

- ET ce soir, c'est ROUEN...

Abonnés de Paris-Normandie, ou camarades normands, vous avez de quoi lire :

http://www.paris-normandie.fr/article/autres-actus/murat-et-la-litterature

http://www.paris-normandie.fr/article/culture-a-la-une/le-grand-lievre-sur-les-routes

 

 

Et bien sûr, chers spectateurs chanceux, n'hésitez pas à nous laisser vos commentaires sur ces concerts...

 

 

 Sur France INTER, on fait de la pub...(on apprend grâce à eux que c'est encore Philippe Barbot qui avait écrit le dossier de presse, comme il avait celui du Cours ordinaire des choses).

http://www.franceinter.fr/evenement-jean-louis-murat-au-trianon

 

 

 

- De l'un peu plus consistant pour conclure: UNE CHRONIQUE DE GRAND LIEVRE... par Arno Mothra


 http://www.xsilence.net/disque-8225.htm    Note de l'auteur: 18/20 pour l'album.

 

"Il aura fallu deux ans à Jean-Louis Murat pour sortir son dix-huitième album. Une grande première depuis le fameux Mustango (1999) ! Ne s'entichant que rarement de ce qu'on attend de lui, Murat mise ici sur un concept plus acoustique, mais paradoxalement toujours dynamique. Les ombres de Mustango et de Mockba ne planent jamais très loin tant le son est brut, à la fois dans la puissance et la retenue.

Bien qu'il risque de ne pas faire l'unanimité, à l'instar de Tristan avant lui, ce Grand lièvre charme par son élégance poétique et évite les petites erreurs des précédentes productions de Murat. Les pistes de remplissage de Lilith, voire du Cours ordinaire des choses, parfois un brin mollasson et prévisible dans sa construction, ne trouvent ici aucun écho.
Les guitares électriques, peu présentes, laissent place à des arrangements acoustiques dans lesquels se mêlent l'orgue, les guitares sèches – omniprésentes –, le piano et, surtout, une ribambelle de chœurs. Ces derniers, peu courants habituellement dans les albums de l'artiste, tout du moins dans cette forme, confèrent une atmosphère particulière, sur le fil du rasoir, jouant sans cesse entre l'ironie et une mélancolie complexe ("Vendre les prés", "Le champion espagnol"). L'Auvergnat n'en oublie pas quelques expérimentations, notamment au niveau du traitement de sa voix ou au sein même du processus de composition. Seule la pop légère et naïve du premier extrait "Les rouges souliers", par ailleurs horriblement mal choisi, vient contraster cet ensemble baigné dans une douceur triste et planante qui n'appelle jamais à l'ennui.

Comme à l'accoutumée, la voix et les mots caressent autant qu'ils écorchent en entraînant l'auditeur au cœur de territoires plus ou moins connus (ruralité, guerre, cyclisme, égarement de l'homme moderne). Une poésie leste au ton toujours libre, visant principalement à glorifier ce que l'artiste nommera des héros (les soldats, les paysans, les sportifs). Murat s'ouvre donc davantage au monde qui l'entoure et en oublie par-là même son amour pour les femmes, exprimé plus que bonnement auparavant.
"Chercher l'aventure au plus profond des mots" nous chante Jean-Louis ici, et c'est qu'on lui donnerait volontiers raison. Parions que "Sans pitié pour le cheval" et "Le champion espagnol" rejoindront rapidement la longue liste des titres incontournables du chanteur.

Encore une sacrée réussite donc, quoique peu évidente aux premières écoutes. L'édition limitée est agrémentée d'un album live de huit titres enregistrés à la Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand) le 7 avril 2010. Un bonus indispensable, quoique dévoilant un rendu sonore inégal, qui offre aux amateurs des versions retravaillées de quelques classiques ("Mousse noire", "Taormina", pour le coup méconnaissable), du trop rare "Pauline et François" ou encore de l'inédit "Yes Sir", direct et essentiel.
Grand lièvre s'avère donc être du grand Murat, sûrement l'un des meilleurs aux côtés de Mustango, Venus et Tristan. Un album à apprivoiser et dont le goût s'affirme encore plus en concert – pour le coup très électrique".
 
LES  TWITTS  DU  JOUR :
   
Je verrais bien Jean Louis Murat dans le rôle du capitaine Haddock dans un réalisé par Bruno Dumont
- Ivan Breton
  Tout Grand Lièvre + Jim + Foule Romaine + reprise d'Alcaline. Le Murat Live version 2011 est chouette. Allez y.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Publié le 26 Octobre 2011

Jean-Louis Murat passe sa journée au téléphone en ce moment! voici un petit phoner pour le Républicain Lorrain à l'occasion de son passage à Nancy mercredi prochain (l'autre canal)... et sans grand sabots, il adopte une posture modeste pour plaire aux lorrains... Faut dire qu'au téléphone chez lui, y'a peut-être Madame derrière pour lui tailler les oreilles s'il commence à se décaler d'un demi ton!

 

 

http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2011/10/26/jean-louis-murat-je-suis-un-chanteur-francais-de-base

publié le 26/10/2011 à 05:00 mis à jour il y a environ 30 minutes

culture | nancy Jean-Louis Murat : « Je suis un chanteur français de base »

Jean-Louis Murat a enchaîné avec la scène dès la sortie de son nouvel album Grand Lièvre. Voix de crooner, musiques envoûtantes, Murat séduit. Il sera en concert le mercredi 2 novembre à l’Autre Canal à Nancy.

Jean-Louis Murat : « J’aime beaucoup l’idée que les chansons sont dans les guitares. » Photo archives RL/Maury GOLINI

Jean-Louis Murat : « J’aime beaucoup l’idée que les chansons sont dans les guitares. » Photo archives RL/Maury GOLINI

A écouter votre nouvel album Grand lièvre, on a l’impression d’entendre revenir le son du Manteau de pluie ou de Cheyenne Autumn. C’est voulu ?

Jean-Louis Murat : « Je ne veux rien. Cela arrive comme ça. Même à écrire pendant cinquante ans, on tourne toujours autour d’une même chanson. On a une idée de son qui nous échappe un peu et qu’on recherche tout le temps. C’est peut-être ça le style aussi, des choses qui mettent une empreinte forte sur ce qu’on fait, sans qu’on s’en rende compte. Je crois qu’on change très peu. Je suis un chanteur français de base qui habite le centre de la France. »

Habiter ailleurs aurait pu changer votre source d’inspiration ?

« Il n’y a pas très longtemps que j’habite en Auvergne. J’ai bien passé vingt ans d’errance à habiter un peu partout, sur tous les continents. J’ai mis beaucoup de temps à revenir. Mais de partir au moins deux décennies, on revient d’autant plus fort. J’ai essayé plein d’endroits qui ne me convenaient pas. C’est ici que je me plais. »

A quoi ressemble le concert ?

« Je déroule les dix chansons de l’album dans un premier temps. Après, je fais une sorte de best-of festif. Mais je reste assez sage à présenter le disque, avec les musiciens de l’enregistrement. On joue l’album, ce que je n’avais jamais fait. »

La scène vous intimidait au départ. Cela a changé ?

« La scène me rendait malade. J’en ai pris mon parti. J’étais dans la dépréciation absolue et terrifié à l’idée de monter sur scène. Maintenant, j’ai intégré cette idée au reste du travail. Ecrire des chansons, les enregistrer, les promouvoir et monter sur scène, cela constitue un tout. Je dirais aujourd’hui que ce que je préfère c’est être sur scène, quand ça se passe bien. La scène, c’est une drogue. »

Chez vous, mots et musique sont intriqués. Quelle est votre façon de composer ?

« Je ne fais jamais de texte sans musique. Je tricote mélodie et mots ensemble, sinon ça ne marche pas et je n’ai pas de plaisir. Pour moi, ça fait un tout. J’essaie de mettre ça dans le même creuset, de monter la température et que ça soit indissociable. »

Se perdre de vue, chantez-vous. Que vous diriez-vous si vous vous croisiez ?

« J’ai très souvent cette sensation d’une schizophrénie douce. Mon nom n’est pas Murat et je parle parfois de lui, je dis qu’il me rend la vie impossible. Se perdre de vue est un sentiment adulte, de toujours. C’est le début de la dépression, je pense. Moi, je ne suis pas déprimé, je me soigne en chansons. »

Concert le 2 novembre à l’Autre Canal, à 20h30.

Propos recueillis par Ju. B.
 
 
Il sera également du côté de Rouen...TENDANCE OUEST annonce la conférence d'un philosophe... Apparemment, n'ont pas écouté Alcaline et Les jours du jaguar!

Le chanteur aux ballades indémodables interpétera les titres de son dernier opus “Grand Lièvre”. Un album fait de réflexions sur l’homme et son rapport avec la nature et avec lui-même. Auteur, compositeur et philosophe, Jean-Louis Murat partage avec ses “fans” des points de  vue intimistes et nostalgiques. “Ne t’attends qu’à toi seul” met en avant cette volonté de dialogue feutré et caché avec le public.


Pratique. Jean-Louis Murat, jeudi 27 octobre, 20h, grande salle du 106. Infos au 02 32 10 88 60.

 
 
LE LIEN EN PLUS:
 
Un article sur le concert lyonnais de Murat au KAO
 
 - Et puis, allez, pour finir,  comment le discours   de JLM est récupéré par un blogueur d'extrême droite:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Publié le 25 Octobre 2011

 

 

 Parce que Jean-Louis Murat n'ait pas qu'un ours égocentrique, je  parle dès que l'occasion se présente de ses "amis"ou camarades  dans le domaine de la musique...

 

 

 

- Il a beaucoup évoqué en interview, les retours sur l'album de son "ami Stéphane"...   Je ne peux pas garantir qu'il s'agisse de Stéphane Mikaélian... mais...   Celui qui a souvent partagé la scène avec Jean-Louis sur les koloko est programmateur du "JAZZ au POCO" à CLERMONT.

 

Voici un de ses messages:

Ne ratez pas le magnifique quintet de GREG HOUBEN et PIERRICK PEDRON a "jazz au poco" vendredi 28 octobre.
Avec en prime une rythmique americaine de grande classe :RICK HOLLANDER ( drums) SAL LA ROCCA ( contrebasse)

www.myspace.com/jazzaupoco

 

 

On a quelque fois évoqué Oomiaq ici. Le musicien qui était de l'aventure "Muragostang" fait toujours partie des artistes mises en avant sur le myspace de Jean-Louis Murat ou sur son site officiel(même s'il y a un K au lieu du Q). Je ne savais pas trop si on pouvait pour autant parler de copains.. alors j'ai interrogé Oomiaq pour savoir comment caractériser leur relation. Voici ce qu'il m'a répondu:

"amis de vallées lointaines"? on s'est pas vus depuis longtemps mais il a été un "grand frère" pour moi (plus à un niveau personnel que professionnel)

Joli, non?   En tout cas, pour les vallées lointaines, vous comprendrez vite en visionnant la vidéo ci-dessous qui présente le nouvel album de Milenka !! 

 

 

 

C'est "expérimental" selon leur propre  terme... mais plutôt très écoutable et envoutant...

http://oomiaq.bandcamp.com/
http://milenka.bandcamp.com/

 

 

-  Avez-vous aperçu Camille dans la vidéo? C'est grâce à Oomiaq que Murat l'a connue..  On ne sait pas s'ils sont encore copains... mais cela nous permet d'évoquer vite fait qu'elle sort un 3e album... Apparemment, tout va bien pour elle!

 

- Autre grand copain d'Oomiaq, et de Jean-Louis Murat : les HOLDEN!

Mocke est venu chez eux enregistré au cours de ce mois d'octobre pour son nouveau projet "Midget!".  Milenka a fait les choeurs, et Oomiaq du synthé.... 

Des Holden décidemment bien occupés : Superbravo (projet solo d'Armelle Pioline) était en concert le 12 octobre aux 3 baudets, Holden en concert un vendredi par mois jusqu'en juin sur Paris... et des nouveaux projets...  On en parlait lors de l'inter-ViOUS ET MURAT d'ARMELLE PIOLINE

 

 

313329_296786170348379_100000509956482_1285846_2086944107_n.jpg

 

 

http://www.myspace.com/SuperBravoMusic

 

 

-  Puisqu'on parle des copains, il faut bien parler d'ALAIN BONNEFONT... membre de la chorale du "grand Lièvre", enregistrée chez le patron, par Christophe Pie...

  http://www.surjeanlouismurat.com/article-pour-un-nouvel-album-d-alain-bonnefont-54262289.html

 http://www.myspace.com/alainbonnefont

 On peut maintenant l'écouter sur DEEZER:

http://www.deezer.com/en/music/alain-bonnefont

 En lisant ce qu'en dit Hervé... ça peut le faire:

http://hervepizon.over-blog.com/article-alain-bonnefont-et-son-arsenal-de-merveilles-71870326.html

 

 

  - Enfin, dernier rappel : ELYSIAN FIELDS a sorti un nouvel album... Jean-Louis Murat en a fait la publicité sur le FB officiel... pour retrouver la douce voix de Jennifer Charles (a bird on a poire).

 

 

  LE LIEN EN PLUS :

 

interview au long cours de Claire DENAMUR...  où il est question de Murat et de l'Amérique:

 

http://jwc-photos.com/legrogstore/?p=2294

Ce qui tu fais aujourd’hui, ça appelle aux fondements du rock français sur la fascination de la musique américaine. On peut faire une liste : Eddy Mitchell, Dutronc, Johnny, Christophe, voir même Julien Clerc selon le point dans lequel on se place. S’attaquer aussi frontalement à des genres aussi déterminés, le folk, le blues, la country dans ton cas, en tant que français, n’y-a-t-il pas un risque de se faire bouffer par ces références-là, un risque de tomber dans la parodie avec le nez rouge au milieu de la figure ? Hier, c’était pertinent, mais aujourd’hui ? Ca rejoint aussi la problématique de l’interprète en France, que tu soulevais dans une précédente interview, qui est assez dénigré.


 

Ca rejoint ce que je disais tout à l’heure, c’est que j’ai conscience que maintenant, grâce à cette expérience en studio avec Jean Massicotte, pour Vagabonde, j’ai conscience que si je fais un truc aussi frontal à la maison, parce que j’ai baigné et je baigne encore dans cette musique-là, dans ces genres-là, j’ai pris conscience aujourd’hui que ce n’est pas grave, parce qu’avec la vision d’un réalisateur adéquat, on peut s’en détacher. Et justement le digérer, le régurgité avec quelques choses de bien plus intègre qui appartient qu’à soi. A moi pour le coup. Et c’est ce qu’à fait Jean Massicotte. Parce que je sais très bien que les Johnny Hallyday, les Eddy Mitchell, même Joe Dassin ! Joe Dassin, il était obsédé par les États-Unis. Un Jacques Dutronc. Je trouve que (Jean-Louis) Murat est assez obsédé avec aussi. David McNeil, qui a écrit beaucoup, est un des rares en France à être capable d’écrire un semblant de blues en français. Pendant un an et demi en faisant cet album, j’ai essayé de relever le défi, d’écrire, en français, un blues. Et phonétiquement, en tout cas, à mon sens, ce n’est pas possible. La langue française ne se prête pas au blues. Et j’ai entendu un Eddy Mitchell le faire ou un Johnny le faire, et, je suis désolé, ça passe pas quoi.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 24 Octobre 2011

 

 

 


Allez, vu que j'ai eu un petit message de Pierre Alain... Ouvrons l'article et espérons que d'autres personnes viendront compléter!

 

 

ILS SONT VENUS!  MERCI à MARC ET INES pour ces deux beaux comptes-rendus lisibles en commentaires : lire les commentaires !

 

 

 

 

Merci Pierre ALAIN qui a été le premier!:

 

Hello, très beau concert hier, mais j'ai malheureusement un peu la tête un peu brumeuse pour me rappeler la Set-list...

Je dirais: set-list habituelle, moins "Rémi" et "Alexandrie", mais avec les "voyageurs perdus".

Concert un peu particulier car la salle n'était pas très remplie (le festival en est à sa 2ieme édition et trouve sa place mais un peu lentement...). Souci: à 23h, au début de JLM, il devait y avoir dans les 250-300 personnes mais au fil du concert de JLM c'est descendu pour arriver à 120-150 je pense. La raison en était que bcp de gens étaient visiblement venus pour d'autres groupes... Les autres groupes étant fort différents de JLM...

Par contre JL était super chaud ! Il semblait s'amuser malgré le peu de gens, faut dire que c'était une ambiance "rock", bière à la main dans le public, mais dans un lieu très beau, un petit peu industriel (un ancien manège dans une ancienne caserne) qui collait bien au coté apocalyptique du set de JLM. il a même été jusqu'à suggérer le 2ieme rappel du jaguar. En partant à la fin du 1er rappel il a dit: "Merci... si vous êtes sages, on revient...". On aurait dit qu'il avait vraiment envie de jouer !

 

 

Pierre Alain m'a également orienté vers quelques photos absolument superbes... Elles sont signés de Dominique Houcmant dont voici le blog:  http://cliketclak.skynetblogs.be/        De très beaux portraits...      Merci à Dominique de m'avoir autorisé à reproduire les photos.

 

Et merci aux Heures inD.. d'avoir invité Jean-Louis Murat!

http://www.lesheuresind.be/

 

ambiance laineuse... mais sans violence...

houcmant-liege.jpg

                                                                                                                                   copyright     Dominique Houcmant

 

 

houcmant-liege2.jpg

copyright     Dominique Houcmant

 

murat9245cHouqmantmurat9245.jpg

copyright     Dominique Houcmant

 

 

Pour conclure:

Arnaud sur FB: Excellent concert, un réel plaisir de le revoir si bien inspiré!

 

 

PROCHAIN CONCERT à LILLE le 26 octobre! Ca ne pourra être que Splendid... Alors ne vous laissez pas faire, allez voir Jean-Louis Murat en concert!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Publié le 23 Octobre 2011

 

Je partageais quelques photos de ballade sur Facebook...  mais pas ici... Et pourquoi? hein? Pourquoi?   C'est my home ici... et les lecteurs qui ne sont pas sur facebook, ou ami avec moi sur FB, n'ont-ils pas raison de ne pas y céder? En tout cas, je ne veux pas les priver de quoi que ce soit...

De plus, les amateurs de Murat sont des amateurs de nature... Alors je lance le plan Natumurat 2000 sur le blog... pour offrir une petite pause nature entre deux actus venus de salles de concert pollués...

 

 

Vous trouverez ces photos en cliquant à droite dans "albums photos"...   une petite cinquantaine pour le moment.

Ces photos sont sans prétention, je n'ai qu'un petite appareil numérique de base, mais le modèle est beau... et j'ai envie de le/la partager avec vous...

 

En voici quelques unes.... accompagnées de quelques citations de qui vous savez...  - De qui?     - Rhha.... laisse tomber!

 

 

                                                                                         Je suis le roi fou désuet souverain d'un peuple de statues

 

SAM 4861

TOTEM DU GRAND LIEVRE... au dessus du Rhône....  Je vis à trois ou quatre coups d'ailes...

 

 

pluie d'automne sur les hommes comme Rhône à la Saône

 

SAM_4600.JPG

 

 C'est la manie des toujours. Qui sait si bien nous faire chanter. Sur le mol lit de fleurs.

SAM_4593.JPG

 

 

 

 L'automne passe la main met au chaud le bout de tes seins vive le printemps

SAM 4886

SAM 4889

 

 et l'automne est là balade en forêt peine vaine bois morts et genets

SAM 4902

 

 

 

PS : Over-blog propose de paramètrer  l'accès payant à ces albums de photo! Après avoir muramment réfléchi du prix juste pour contempler tant de beautés, j'ai décidé d'offrir ces inédits gratuitement... Merci à Dame Nature.  

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos