Publié le 12 Décembre 2020

 

Bonjour,

Cela faisait un petit moment que je ne prenais pas la peine de  signaler la date... mais suite à un post ce week-end sur facebook à ce sujet, grâce auquel j'ai constaté un certain intérêt, je me suis décidé à faire cet article. LE BLOG FETE DONC SES 11 ANS (depuis le 3/12).  Au démarrage, j'avais convenu avec moi-même sans négociation, de faire régulièrement un bilan dans une volonté de transparence.  J'ai laissé tomber il y a 4/5 ans je pense, oui, 2016... Après le départ de Matthieu...( http://www.surjeanlouismurat.com/2016/12/7-ans-debriefing-annuel.html  le coeur n'était plus à la fête).

http://www.surjeanlouismurat.com/2015/12/vers-l-age-de-raison.html

http://www.surjeanlouismurat.com/2014/12/give-me-five.html

Bon, alors, tentons ce petit bilan... avant de repartir vers de nouvelles aventures.

En créant ce blog sans trop y réfléchir le 3/12/2009, afin d'avoir mon espace à moi, avec une ligne éditoriale se voulant libre et ouverte, et dans une décontraction jemenfoutiste (mon premier article s'appelait "j'aime pas Jean-Louis Murat"),  est-ce que je pensais vivre tout ça, même si ce "ça" se situe dans une certaine virtualité d'écran et d'anonymat, et le sentiment d'être un grand usurpateur ?  Me retrouver dans une liste de 40 spécialistes de la chanson dans un livre de Baptiste Vignol, entre Vergeade et Varrod!, se faire recommander par Yves Bigot sur TV5 monde, et interviewer Françoise Hardy, Jeanne Cherhal, et quelques autres (Je tiens beaucoup au lien amical qui s'est créé avec Michel ZACHA)?  Non, évidemment pas.  D'ailleurs, on peut se dire que les grandes heures du blog sont derrière nous,  je me contente de surveiller l'actualité, et les visiteurs quotidiens ont du mal à passer désormais la barre des 100, mais je m'accroche au devoir que je m'étais confié. Et si je voulais faire de l'audience, je n'avais qu'à choisir  de parler de jeux vidéos, que je pose en strocpop, strucpup, trocpeup, crop-top sur instagram... avec mon beer belly (mon instagram).

A l'époque, le blog convenait bien, avec le site Le LIEN DEFAIT en parallèle, qui permettait une recherche facile,  notamment pour la restitution sur les tournées, les chansons. Le LLD désormais en mode pause, un lieu pour les archives est donc à créer... si on ne veut pas passer que par Google (Didier Le Bras est arrivé ensuite, mais ces sites ne disposaient pas d'un menu très pratique non plus). Bon, le fait est que dans mon petit coin, caché dans l'ombre,  cela permet de ne pas trop s'embêter avec le copyright et en 11 ans, je n'ai pas eu trop de souci à ce sujet (parce que je trouve important d'offrir cette banque de données, en reproduisant au maximum tout ce qui est écrit sur Murat, même si on peut rêver meilleur système d'archivage). Pour compenser, je vous invite toujours à lire les articles d'origine en suivant les liens que je mets toujours en évidence, et j'espère que vous le faites.

Très rapidement, un certain Matthieu est devenu un partenaire formidable, et ses recherches, et ses qualités de rédacteur  ont fait passer le blog dans une autre dimension, avec des articles originaux et un vrai travail journalistique ou historique. Grace à lui, le blog a donc sorti quelques infos ou archives inédites (Murat journaliste ici et , le festival de la Bourboule , tentant de percer le mystère de "suicidez-vous" etc...). Nos échanges étaient un booster pour mes propres rédactions.    Poursuivre surjeanlouismurat.com est une manière de lui rendre hommage, et vous le savez, il n'est jamais loin quand je m'attelle à une rédaction. Vu qu'il avait sans doute du mal avec ça,  il aurait peut-être profité d'une chanson pour faire passer le message qu'il m'a porté avec son départ : "On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime" (Chedid).

Bon, justement, concernant Jean-Louis Murat, ce blog n'avait pas forcement pour but de lui clamer un amour sans fin, et peut-être que ces derniers temps, j'ai un peu trop gommé l'aspect critique (mon but n'est d'ailleurs pas de toujours donné mon avis en fait), mais après 11 ans, je reste toujours aussi passionné par les interrogations qu'ils m'aspirent, tant dans son oeuvre que sa personnalité médiatique. J'espère qu'il nous offrira encore longtemps des occasions de se questionner, de rire, de s'offusquer, de rêver, via des nombreux nouveaux épisodes... Je suis un de ses humbles feuilletonnistes.

J'espère pouvoir continuer longtemps, et n'hésitez pas, pour me secouer, à me faire part de vos idées, suggestions, articles, infos... et je suis ouvert à toutes propositions de collaboration (notamment pour être notre  correspondant clermontois ou parisien, ou autour de l'analyse littéraire de chansons, secteur laissé en friche depuis très longtemps). Cette semaine, on m'a ainsi parlé d'un projet sur lequel j'ai déjà passé un peu de temps... et j'espère pouvoir vous en reparler très vite.

 

Voici quelques chiffres (et je remarque par la même occasion que le million de pages vues est dépassé):

Total depuis la création
584 091Visiteurs uniques
1 006412Pages vues
1,723Vues / Visiteur
Total des Droits d'Auteur bruts générés par le blog
(Depuis le début du partenariat)

349,85 €

 

J'ai donc un versement de 48 euros environ tous les 14/15 mois en moyenne, avec un revenu de 0.15 centimes par jour quand il y a du passage, en sachant que la version "premium" d'overblog coûte 60 euros  par an. Avec les magazines, les livres que je me procure... ce n'est donc pas une activité rentable... C'est pourquoi je ne me suis pas encore résolu à suspendre les publicités (notez que je n'ai pas autorisé  la pub en"fenêtre volante" qui serait la plus embêtante pour le lecteur).

-------------------------

Je m'arrête là pour cet article.  J'ai des courses à faire... et l'actualité muratienne m'attend! Joyeux noël malgré tout ça, soyez vraiment prudent...  

Merci of course à M., Five, Manu, Baptiste-Michel, et Florence(s), Isabelle, Pierre, Samuel, Thierry, Emmanuelle... Laure... et à tous les lecteurs bienveillants, et à ceux que j'oublie.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 3 Décembre 2020

Mais la grande faucheuse, tu vas me laisser buller devant la télé un peu? Pas moyen d'être tranquille! Après Maradona, Anne Sylvestre... voilà encore une icône muratienne qui... euh, icône? Façon de causer...  On est entre auvergnats... même si Giscard au bout du compte de l'élection, il s'était un peu dés-ancré... préférant les... d'autres... cul-terreux du Loir et Cher. La richesse est moins pénible dans un château spacieux. 

Bon, désolé Jean-Louis, mais désormais  aux yeux des cercles parisiens, tu seras plus que jamais le représentant attitré de l'Auvergne. La concurrence des vivants se dissipe. Font pas le poids Jacques Mailhot, Nolwenn Leroy, l'immigré Hortefeux, Claire Chazal, Mazarine Pingeot ou les Michelin, ou le terne fiston VGE qui végète à Cham.  Y'a que Vercingétorix qui ferait encore le poids. Qui connaît encore  La Fayette, Pompidou, Vialatte, Pialat, Pascal, Michel Charasse et Jacques Barrot et Danielle Gilbert? 

Ça sera donc sous Macron (selon l'expression que Murat aime utiliser en concert... Sous Mitterrand...) que l'on va enterrer Giscard....  Ça ne sera pas à Chamalières, ville qui vit la naissance de Jean-Louis en 52. [Tiens, on peut lancer le générique d'Amicalement vôtre pour faire genre]. VGE entre noblesse, et dynastie politique, un Louis dans la famille (XV*), JLM entre classes ouvrière et paysanne, un Loï dans la famille (XVIII... mort en 18 en Somme).  Cette année-là, VGE était à l'ENA, mais avait fréquenté le lycée Blaise Pascal de Clermont que Bergheaud rejoint quelques années plus tard (Delors, C.Lanzmann et D'Ormesson l'ont également fréquenté... mais seule notre musicien fonde une bande et influencera durablement ses camarades... Tiens, on retrouve également Alain Rey, autre trépassé récent, je lui dédie les fautes d'orthographe de cet article). 

*V'là Louis le quinziste, y manquait plus qu'ça  chantent les Rancheros

Giscard remonta à Paris ensuite, et y rencontra plus de succès  que Jean-Louis dans sa période parisienne... la cuillère en argent lui évite la vache enragée du zonard, même si, ne lui enlevons pas, Giscard s'engagea dans les combats de la 2e guerre... Après la guerre, il effectua un premier séjour aux Etats-Unis et au Canada, soirées Mousse et tango pour lui, à moins qu'il ne suivît déjà son cours ordinaire des choses politiques.  Comme un cowboy à l'âme fresh, vas-y, je suis Kennedy.  Murat chante plutôt "Chappaquiddick"...  et Bob dit l'âme.

C'est en 56 que Giscard devient député du 6/3 (suffrage à la proportionnelle). En 58, il se frotte au Sancy: le petit brenoï s'amuse alors à lui ficher une belle moustache (et pas une tête de noeud  car il est alors trop jeune)  sur les affiches électorales des cantonales  du canton de Rochefort-Montagne (où se situe Orcival, Murat Le Quaire et la Bourboule)... C'est peut-être pas vrai, mais on fera comme si.  Quelques temps après, Murat commence la musique, mais ça ne sera pas l'accordéon, que VGE a appris sur le tard pour s'occuper en Autriche.  En 1970, il joue d'ailleurs un air autour d'un "chat noir" auprès de l’enamourée Danielle... mais je cherche vraiment toutes les petites bêtes pour rapprocher les deux hommes... d'autant que dans la chanson "je cherche fortune autour du chat noir", il n'est pas question de l'animal mais d'un cabaret. 

En 66, Giscard ne fait plus partie du gouvernement, et de conseiller municipal, il devient maire de Chamalières en 67. Il rate une belle occasion de montrer qu'il était un grand visionnaire en n'attribuant pas à un joli square de la ville le nom de "Jean-Louis Bergheaud, enfant de la ville". 

En 1973, l'un s'installe dans le salon Murat sur un poste en CDD, l'autre multiplie les petits boulots, avant de fonder son parti Clara et, au bout de la décennie, de choisir ce pseudo, et de chanter "suicidez-vous le peuple est mort"... par désespoir de voir le notable auvergnat se faire balayer... NON? Ah, on me dit que ce n'était pas ça (avec "Suicidez-vous le peuple est mort"... et "le coup de Jarnac", Murat aura plutôt chanté Mitterrand).  On retiendra du septennat concernant JL, la création du divorce par consentement  mutuel, ça peut toujours servir (faute à la fidélité, thème cher à Murat, que ce soit pour ses amours ou pour l'Auvergne, VGE semble en avoir lui une vision plus "19e").  Quelques années plus tard, les Rancheros improviseront sur Bokassa (2e album resté inédit)... mais pas certain qu'on puisse faire un rapprochement.

Refusant la traversée du désert auquel JLM lui est contraint, Giscard repart en campagne. Député; et président de la région Auvergne en 86, et c'est là qu'il va avoir l'idée de faire un trou... alors que Jean-Louis perce enfin... "ah si je devais manquer de toi"...

Quelques années plus tard, Murat sur l'un de ses thèmes de prédilection de la ruralité en crise :
 

AU PAYS DE GISCARD  (inédit live 99)

 

Antoine te fait la bise, on pense à toi

On a bien rentré les salers hier soir

Ils ont aussi rentré leurs grands bœufs

Dans la combe à Rieu

 

Quelle journée j'ai eu oui je te dis

J'ai eu la visite de Johnny

Il fait des fèves aux lards du Canada

J'en suis toute flagada

 

Mon Dieu quel monde y'avait Dimanche

Ils ont dit une messe pour Monsieur Planche

Ton père a encore eu mal au bras

Quel malheur qu'on ait plus la Maria

 

Il paraît André dit qu'à Orcines

Ils veulent nous construire un genre d'usine

Un truc affreux en fer que veut Giscard

Je te jure quels tocards

 

Ils auraient pas bien lu le règlement

Ils ont fait un trou ils ont rien mis dedans

Au lieu de nous faire payer de impôts

Qu'ils nous donnent du boulot

 

Y'a pas assez du feu pour els pompiers

C'est dans l'purin que les gars vont se jeter

Comme celui des Etables bien trop endetté

Ton père me jure qu'on va tous y passer

 

A part ça au pays de Giscard, ça va...

Très belle chanson...

Sur le site de la fondation "vge", il est écrit: "Son attachement à l’Auvergne, dira-t-il, n’est pas politique mais génétique : ses quatre grands-parents et ses deux parents y sont enterrés". Autant du coup ne pas gâcher et s'en servir comme on peut, même si, comme Jean-Louis, la relation n'est pas si univoque.  Jean-Louis n'aime pas tant que ça  "Clermont" ("Clermont, c'est Versailles", "Quand je change de vallée, j'ai un sentiment presque d'infidélité. Ou de jalousie. Ça ne me plaît pas tant que ça".) alors que VGE se fait recaler par  la plèbe clermontoise pour le poste de maire. L'ultime défaite de 2004 aux régionales, ai-je entendu au JT de France 2,  portera un coup sévère à l'attachement de Giscard à l'Auvergne... Alors que Jean-Louis  est plus que jamais ancré.

On collera à tous les deux l'étiquette d'érotomane... Murat jouant Marlène ("Cuisses entrouvertes,
Dis comme tu y vas") et autre "princess",  Valery joua avec Marlène et peut-être la Princesse D... De cette inspiration,  l'homme politique se sera rêvé en sa retraite homme de lettres, tentant de parler d'amour et de séduction, JLM refuse toujours à cette heure le costume en ne franchissant pas le seuil du roman ("par manque de suite dans les idées dit-il, mais aussi " Moi, ça ne compte pas. Je fais des chansons pour réparer la toiture".).  Néanmoins, on citera Baudelaire pour les rapprocher: VGE fait également régulièrement allusion au poème de Charles Baudelaire Moesta et errabunda dit wikipédia.... et appréciait énormément Maupassant dont il parla à Apostrophes.

 

En mai 2010, Michel Drucker, autre disparu de cette année, fait écouter sur Europe 1, "TERRE DE FRANCE" de Jean-Louis Murat à VGE. La présentatrice indique : "c'est une chanson que vous aimez beaucoup, enfin vous aimez beaucoup le chanteur, c'est Jean-Louis Murat". Drucker dit :"il habite le col de la Croix morand"... et l'ancien président d'indiquer: "c'est magnifique, près du Sancy, j'y suis allé souvent", et Drucker ajoute "il est très fier de cette région, Jean-Louis Murat"...

 

En mai 2010, Michel Drucker, autre disparu de cette année, fait écouter sur Europe 1, "TERRE DE FRANCE" de Jean-Louis Murat à VGE. La présentatrice indique : "c'est une chanson que vous aimez beaucoup, enfin vous aimez beaucoup le chanteur, c'est Jean-Louis Murat". Drucker dit :"il habite le col de la Croix morand"... et l'ancien président d'indiquer: "c'est magnifique, près du Sancy, j'y suis allé souvent", et Drucker ajoute "il est très fier de cette région, Jean-Louis Murat"...

Terminons par quelques citations:

Dans Magic numéro 59, G comme Giscard (mars 2002)

On s’enfonce tellement dans le médiocre que Giscard va bientôt passer pour le meilleur président de la Ve République. On va halluciner, c’est-à-dire que Pompidou est un génie, De Gaulle Charlemagne, et Giscard d’Estaing, Colbert. Giscard, chez moi, en Auvergne, il se fout de tout, il pense à sa gloire personnelle, et il a vidé les caisses de la région avec Vulcania. En passant aux trente-cinq heures et en les prolongeant tous jusqu’à quatre-vingt-quinze ans, il faut bien en faire quelque chose. Donc tu balades des gens en bus. Vulcania, c’est un billard finalement. Tu as tous les grabataires de France et d’Europe qui viennent passer trois heures à regarder fumer un truc dans le parc des volcans. Moi, de toute façon, je déteste le tourisme et les touristes, et depuis que je suis tout petit. Enfant, j’ai été élevé à la ferme, et chaque fois que mon grand-père voyait un touriste, il sortait son fusil avec les cartouches à sel. À côté de ça, dans ma commune, ils nous ferment l’école, la Poste. Alors ça nous fait une belle jambe que les mecs viennent bouffer au McDo et restent trois heures, parce que tout ça est payé avec notre pognon. Les pauvres Auvergnats n’en verront pas la couleur revenir. Je trouve que c’est une idée du siècle dernier de penser qu’on va développer les pays et les régions. On se croirait revenu en 1975, en plein dans la période Giscard. Comme dans le foot, à trente-cinq ans, il faudrait obliger les mecs à se retirer parce qu’ils ne sont plus performants. Giscard est sincère, sauf que son idée a trente ans de retard.

 

Interview FOUTRAQUE 2003 à propos d'un projet giscardien:

Et si on te propose de jouer au nouveau Zénith d’Auvergne de 8500 places, une réalisation de Valéry Giscard d’Estaing…
Jamais ! C’est trop grand, je suis pour qu’on multiplie les petites salles de 500 places en France. Comme ça tous les gens qui savent jouer, comme les Rogojine, pourront vivre de la musique. C’est quoi ce délire de foutre du pognon sur des trucs pour Johnny Hallyday ou Bruel, on a rien à voir avec ça ! Si ça se trouve le Zénith va tuer la Coopérative de Mai en plus… Qu’est ce tu veux que j’aille foutre au Zénith ? Pierre-Yves Denizot veut tuer la Coopé, enfin, les Giscardiens veulent tuer les socialistes. Il ne vaut mieux pas mettre les pieds là-dedans parce que s’ils tuent La Coopé, on n’aura que les yeux pour pleurer !

Tu estimes que la Coopé, c’est une chance pour Clermont-Ferrand ?
Bien sûr, mais le problème maintenant c’est qu’avec les lois Sarkozy, tu ne peux plus boire trois bières ou en rouler un sans être emmerdé quand tu rentres chez toi. Ils sont en train de vider les salles de France surtout sur des villes comme Clermont où Il y a beaucoup de gens viennent de l’extérieur en voiture. Et puis les gens sont des veaux, il y a 15000 étudiants dans cette ville, on n’en voit jamais un seul au concert ! Ils sont plus vieux que leurs grands-parents, quel pays de morts, de macchabées ! C’est « macchabéeland », Clermont !

 

Inrocks 1994:

J'ai aussi tourné en automne un film qui s'appelle Notre-Dame de Roche Charles, une chapelle du XIIe dans laquelle on a enregistré des chansons, avec les paysans tout autour.

Toutes les chansons concernent le monde paysan, avec des images qui vous plairaient beaucoup. On pourrait dire que ça ressemble à certaines de vos photos : tous les objets qui disparaissent. Je me sentais une sorte de responsabilité. Enfin, j'ai enregistré une assez longue chanson, un chant de Noël en patois. J'ai retrouvé des clichés d'un abbé, vers 1899 , j'ai fait tout un montage avec. Donc, j'ai déjà donné. Mais à un moment, on m'invitait à des débats sur les problèmes d'agriculture... Et ce n'était pas vraiment le sujet. Je ne veux pas devenir le spécialiste. Pour moi, ce mouvement est irrémédiable. Je suis toujours là en train d'insulter Giscard d'Estaing et le Gatt.

Le MONDE 2004

Pour les hommes politiques, après un détour vers Valéry Giscard d'Estaing, initiateur de Vulcania, parc d'attractions auvergnat, Murat cite Edmond Rostand : "Se rendre compte que ce monde est réglé par des hommes politiques aujourd'hui, c'est aussi stupéfiant que de constater qu'au Moyen Age les barbiers étaient aussi chirurgiens."

 

LE LIEN EN PLUS

J'ai oublié hier de consulter le livre de Claude Dejacques, qui signa Murat chez Pathé... Et bien, il participa à relancer Anne Sylvestre chez Philips et fut donc son Directeur artistique durant 4 albums...  Voici ce qu'il en dit:

VGE et le GJ JLM, entre auvergnats du haut et du bas
VGE et le GJ JLM, entre auvergnats du haut et du bas

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 1 Décembre 2020

Et bien, comme d'habitude, on a droit à la série... et ce jour, c'est Anne Sylvestre qui nous quitte. Voici rapidement quelques éléments qui seront peut-être complétés ce soir...  

Jean-Louis Murat l'aimait beaucoup. Très récemment, il l'avait interprétée de manière un peu improvisé:

http://www.surjeanlouismurat.com/2018/10/la-reprise-d-anne-sylvestre-en-video.html

Dans une interview accordé à Sud-Ouest, Jean-Louis Murat y citait la chanson comme l'une des chansons clés : pour lui, c'est du "blues français, pur et dur". Une description qui colle bien aussi à la musique de Murat…

Anne Sylvestre lui avait parlé ensuite par Laure Adler interposée...

http://www.surjeanlouismurat.com/2019/05/jean-louis-murat-dans-l-heure-bleue-france-inter.html

- Petite séquence surprise et cadeau :  Anne Sylvestre, enregistrée,  vient parler à Jean-Louis pour lui dire qu'elle  a été touchée par ses propos  sur elle, lui explique la chanson "le mur pour pleurer"....  et interroge Jean-Louis : "avez-vous trouvé votre mur pour pleurer"?

JLM se dit "très touché".. et raconte qu'il n'a pas osé aller lui parler quand il en a eu l'occasion.  A la question, il répond:

- "oui, j'y pense... la poitrine de la fille que j'aime actuellement".

 

Jean-Louis avait également parlé d'Anne à Valérie LEHOUX:

Et aujourd’hui, dans cette loge sans luxe et pas vraiment chauffée, il est d’humeur taquine. « Au fait, puisque tu t’intéresses à la chanson française, tu sais qui est la référence pour moi ? Anne Sylvestre. Mais évidemment, personne dans les médias ne la défend... ».

Ah ben, en voilà une qu'elle est bonne ! S’il y a une artiste dont j’essaye de parler le plus possible, c’est bien Anne Sylvestre. En dix-huit ans ans de service à Télérama, je l’ai citée quarante-six fois – dixit le service doc. Et toc... Mais en quelques mots, Jean-Louis Murat vient aussi de marquer un point : il n’est pas aussi prévisible que je le pensais. Nous venons de nous découvrir un point commun capable de dépasser toutes les chamailleries passées ou à venir.

Aimer Anne Sylvestre, c’est un peu comme un signe de reconnaissance. « Je peux l’écouter tous les jours... C’est intelligent et jamais ringard. Y’a pas longtemps, sur France Inter, j’ai même repris l’une de ses chansons : Un mur pour pleurer ». Pas la plus connue, mais l’une de mes préférées ! Et voilà qu’il se met à fredonner par cœur : « On ne pleure plus, paraît-il, on rigole, c'est plus facile. On n'écoute plus les poètes, les errants. On leur dit : “Taisez-vous Vous n'êtes pas marrants". On est télé, télé... On est si fatigué de penser »…  http://www.surjeanlouismurat.com/2019/01/un-moment-avec-murat-par-valerie-lehoux.html

 

EDIT:  Les INROCKS rappellent que TOBOGGAN doit beaucoup à ANNE:

Toboggan (2013), lui a été inspiré par un morceau de l'autrice-compositrice décédée le 30 novembre, à l'âge de 86 ans : “Le titre de l’album m’est venu à cause de Le Toboggan d’Anne Sylvestre. En fait j’aime autant Gimme Shelter des Stones qu’une comptine d’Anne Sylvestre. Après, c’est vrai, c’est difficile de mélanger tout ça”, confiait-il alors. On apprenait aussi, au détour de cette interview, que sa chanson préférée était donc... Un mur pour pleurer.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres