vieilleries -archives-disques

Publié le 18 Avril 2010

Taratata... entre deux fâcheries entre Nagui et Jean-Louis Murat... mais pas sûr que la brouille actuelle ne perdure pas....  la première vidéo est un peu courte, mais la deuxième est intéressante. On y voit Marie Audigier, la manageuse notamment...

 

 

 

 

 

Merci Five!

 

Pour ceux qui voudraient écouter  la chanson, elle est là :

http://www.mytaratata.com/Pages/VIDEO_page_video.aspx?sig=iLyROoafttjm

A côté de celle-ci, un bel "au delà"....

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 12 Avril 2010

 

Le cercle de minuit 1994

 

A propos de Claire Denis et de "j'ai pas sommeil"... avec une belle version live piano-voix de la chanson titre... ainsi que "par mégarde" où il s'accompagne de la guitare. Petite séquence également où il parle de sa participation pour "Rouge"

 

 
 
Enfin, Fersen3, karim, le plus grand fan de youtube de Jean-Louis Murat,  a encore frappé...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 11 Avril 2010

 

Une interview récente d'Akhenaton est l'occasion de revenir sur l'une des reprises les plus étonnantes de Jean-Louis Murat : "au fin fond d'une contrée", lors de la tournée Dolores, et immortalisé sur le disque "Live in Dolores".  Oui, car la reprise d'un rap, avec chants d'oiseau, guitare sèche... c'était quand même un beau pari...qui plus est sur 6'50, soit la chanson la plus longue du disque ...

 

Akhénaton:

Qu'avez-vous ressenti lorsque Jean-Louis Murat, esthète de la langue française s'il en est, reprend votre morceau « Au fin fond d'une contrée » ? Que le grand public se rende enfin compte que vos textes sont de la poésie ?

J'ai souffert que les textes ne soient pas reconnus à leur juste valeur. On a beau être repris par Murat ou avoir été cité par des gens respectés, nous restons compris de gens très pointus ou de gens très modestes. Je m'aperçois que les gens s'étonnent encore de la qualité de nos textes. Nous n'avons pas été aussi bien compris que cela. Ou si bien écouté que cela. Un jour, j'ai croisé Benjamin Biolay lors d'une soirée et il m'a dit : « Tes textes, trop fort ! » Quelque part, ça fait du bien d'être reconnu par des gens comme lui.

http://www.lesoir.be/culture/musique/2010-04-07/akhenaton-le-reve-c-est-ce-qui-nous-fait-avancer-762991.php

 

 

On ne sent pas un grand intérêt de la part d'Akhenaton, qui préfère parler de Biolay qui lui a toujours parlé de son amour du rap...

 

Voici la version originale (disponible sur un disque et deux best of). J'avoue que je n'avais pas eu la curiosité de l'écouter avant ce soir:

 

 

 

Ceux qui ne posséderaient pas la version de Murat, c'est achetable pour une misère  là ! 

http://musique.fnac.com/a1158502/Jean-Louis-Murat-Live-in-Dolores-CD-album?PID=2 

 

 

En écoute là:

http://www.musicme.com/#/Au-Fin-Fond-D%27une-Contree-t222104.html

 

On y trouvera aussi une version par la Fonky Family.

 

 

J'ai trouvé la chronique des Inrocks de l'époque plutôt intéressante :

 

Extrait:

 On passera sur le Murat en plein air, sur ces Dordogne ou Berger de Chamablanc : ces chansons inouïes sont, depuis des années déjà, classées Parc naturel national, intouchables. Par contre, on comprend mieux, à l'écoute de Live in Dolores, pourquoi on n'avait guère eu de rapports charnels avec Dolores : la batterie y était un ennemi de l'amour, un bromure salement puissant. Souvent, on a rêvé entendre Murat sous-traiter ses rythmes du côté de Chicago, entendre la batterie prodigieuse de John McEntire ne donner à ces mélodies mollusques que le strict nécessaire de squelette. C'est ce qui rend ce disque en concert ­ un concert sans mains qui martèlent le rythme, comme s'il était écrit quelque part que le public avait le moindre droit de s'inviter dans la musique ­ si séduisant : débarrassées des jalons et du train imposés par la batterie systématique, les chansons peuvent avancer à leur rythme, sans itinéraire, s'égarer magnifiquement dans les tréfonds d'un harmonica (Perce-neige) ou dans un tunnel aux ombres époustouflantes (Au fin fond d'une contrée, chanson d'Akhenaton adoptée avec un aplomb et une familiarité grandioses).

 http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/article/live-in-doloresen-plein-air/

 

 

Le titre a été chanté lors d'une black session:

http://www.blacksessions.fr/bsnum.php?id=142&num=117&exp=y&rec

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 31 Mars 2010

 

Du lourd en vidéo pour ce soir... Le concert filmé sur le Mustango Tour... par Five'R naturellement. Ce n'est pas totalement inédit sur le net.. mais certains le découvriront j'espère...

 

 

Voilà comment l'annonçait la chaine belge:



Séducteur bougon, romantique rustique, Jean-Louis Murat est un personnage unique dans la scène musicale française. La Deux vous propose ce mercredi 21 février de revivre le concert "Mustango Live" enregistré à l'Ancienne Belgique en mars dernier.

Ce concert " Mustango live " que vous propose La Deux ce mercredi a été enregistré à l'Ancienne Belgique le 8 mars dernier. La réalisation de Serge Bergli a réussi avec "effets" à traduire en son et en images l'univers intime et torturé de ce chanteur auvergnat anticonformiste. Sur scène, Jean-Louis Murat est entouré de ses musiciens : Denis Clavaizolle, Alain Bonnefont et Oomiaq Regis Pulisciano.

Depuis "Cheyenne Autumn", il y a dix ans, Jean-Louis Murat n'a cessé d'avancer, de chercher, d'explorer, de s'aventurer toujours un peu plus loin vers les contrées musicales qui l'appellent depuis l'adolescence. Album de rencontres où prédominent l'échange et le respect mutuel, "Mustango" n'a rien d'un artificiel album français made un USA de plus. De la comptine "Au Mont Sans-Souci", souvenirs d'enfance interprétés seul au piano et à l'harmonica, au morceau de bravoure "Nu dans la crevasse", longue complainte rappelant Leonard Cohen, Bob Dylan ou Neil Young, il s'agit bien d'un pur disque de Jean-Louis Murat. Mais d'un Murat qui se serait fait des amis. Car les onze titres variés de l'homogène "Mustango" reflètent bien le son d'un troubadour enfin rejoint par de véritables compagnons de route. Qu'en sera-t-il du nouvel album ? Réponse dans quelques semaines...

 

 

 

 

 



Jean-Louis Murat : "Mustango Live", ce mercredi 21 février, à 20h15 sur La Deux
(une réalisation de Serge Bergli, coproduite par Be./Belgian Waffles Film Factory/RTBF).

http://old.rtbf.be/rtbf_2000/bin/view_something.cgi?type=article&id=0047033_article&menu=0054383_menulist&pub=RTBF.PORTAIL%2FPORTAIL.FR.la_taille.SP.CULT

 

Petit résumé sympa de cette tournée sur le Lien défait:

http://www.leliendefait.com/index.php?idPage=tourneeDtl&idTournee=3

 

Selon  un certain Alain B., il s'agit du meilleur live jamais enregistré par un artiste français":

En 1999, après un séjour à New-York, deux chansons co-écrites avec Murat, « Les hérons » et « Le fier amant de la terre », se retrouvent sur l'album Mustango. L'album sera suivi d'une tournée d'un an et demi, de près d'une centaine de concerts, avec un passage au Québec et en Espagne. Alain y officiera aux claviers. La tournée sera immortalisée à l'Ancienne Belgique de Bruxelles, sous la forme d'un film, et fera l'objet d'un album live, Muragostang, sur lequel Alain Bonnefont apparaît en tant que musicien, mais aussi compositeur, pour deux titres, album qu'il se plaît à qualifier de « meilleur live jamais enregistré par un artiste français ! ».

http://www.believe.fr/albums/37836,cosy-corner.html#content_bio

 

 

Allez, l Mme, Mlle, Monsieur, le cinéma Blog'Pierrot est heureux de vous présenter, ce soir, la production Five R, assisté de dailymotion... et un peu aussi grâce aux belges,  MURAGOSTANG, THE LIVE in Brussels!!

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 30 Mars 2010

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 27 Mars 2010


Juste de la musique...  sans commentaire (je ne suis pas si bavard)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 25 Mars 2010



Sur le site du Nouvel Obs, on présente le programme du salon du livre... et la journaliste regrette l'absence de Jean-Louis Murat... Etonnant, non?  Petit tacle ou véritable référence à l'oeuvre du BrunoÏ? Mon avis n'est pas tranché...

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100325/18519/salon-du-livre-demandez-le-programme

De 18 à 19h, Alain Mabanckou, Marie Darrieussecq, Enki Bilal et Yves Coppens évoqueront la figure littéraire de l'homme-animal. Dommage que Jean-Louis Murat n'ait pas été invité.


J'opte quand même pour un petit tacle par rapport à la pochette du CODC.... dite lycanthropique par le poto Bayon

cd promo comme un incendie


Mais enfin, le thème de l'animal et la sémantique de l'homme animal  sont  en effet assez... et je dirai même  vachement... présent chez Jean-Louis.... en digne héritier de Manset et son "animal on est mal"... Hélas, un animal qui a conscience de sa propre mort... et pour Jean-Louis qui est particulièrement hanté par le temps qui court et l'inévitable. Peut-être pour ça, qu'en contrepoint, il cherche à stopper cette course du temps... dans les tempos, la contemplation de l'instant et l'éternité de la nature.... même si on finit parfois plongé dans le paysage.


Prenez le bestiaire que j'avais dressé là:
http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-bestiaire-liste-dressee-non-ordonnee--43211049.html

Et cette petite chanson:

Et ce petit texte :les animaux/ paradis perdus

PARADIS PERDUS

 

châteaux en Espagne
paradis perdus
chant insaisissable
du mammifère déchu

paysages usés
jardins suspendus
parfum véritable
des jouissances aiguës

je veux trouver la mort
en voiture de sport
briser la carcasse
répandre le contenu
oh Cathy aime moi

l'âme est impénétrable
vois ces vies d'amour gâchées
la lame rouge des sabres
fouille l'éternité

vois l'abondance est brutale
quand on ne désire plus
on crache le champagne
on chante
bouche que veux-tu ?

je veux trouver la mort
en voiture de sport
briser la carcasse
répandre le contenu
oh Cathy aime moi

 

...pour un tombeau païen
à ma vie occidentale
j'ai une vie de chien
dans le règne animal

vois ma quête est frénétique
j'ai le sommeil gorgé d'eau
je rêve d'une musique
pour tous les animaux...

 

LE LIEN EN PLUS:

Puisqu'on parle un peu des textes ce soir... voici un lien avec une petite analyse sur "la chanson de Dolores l'irrégulière"...
http://lecomitedesoranges.blogspot.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 24 Mars 2010


1)   Allez, d'abord, un petite clin d'oeil à Claire Denis. Jean-Louis Murat a écrit  "J’ai pas sommeil" (CD single ©1994 Virgin) chanson de son  film J’ai pas sommeil ça tombe bien!   Je suis très ami avec Claire Denis, disait Jean-Louis  aux inrocks en 2000.
Une partie de l'interview traitait de cinéma:


Et le cinéma, vous l'avez découvert tout seul ?

Je suis un mec d'expériences. Par exemple, quand j'aimais le cinoche et que j'habitais à Paris, je tenais bien trois ou quatre films par jour, pas de blague. Je me faisais tous les Lubitsch, et après je passais à Tarkovski, comme un étudiant. Je n'ai pas fait d'études, donc je me mange des chapitres. Seulement le cinéma, je dirais pas que t'as vite fait le tour de la question, mais c'est quasiment mort comme art.

Pourquoi plus le cinéma que la musique ?

Parce que plus vieux et plus limité. Par exemple, je trouve que le cinéma n'est toujours pas émancipé de la littérature.

Ce qui devrait motiver pour aller plus loin.

En attendant, quand tu vois un Woody Allen ou quand tu penses à Bergman ou même Tarkovski, ou même aux narratifs comme Ford ou Kurosawa, c'est de l'architecture de roman de base du xixe. Même ceux qui veulent aller plus loin. Même Truffaut qui veut faire monts et merveilles, il finit par faire du Autant-Lara qui est du sous-Balzac. Mais bon, le cinéma, j'ai beaucoup donné. A mon arrivée à Paris, j'ai regardé dans l'annuaire les cinéastes qui y étaient. Il y avait Claude Sautet, je l'ai appelé, je suis tombé sur lui directement, on s'est vus, on parlait cinéma. J'ai écrit des papiers dans des revues de cinéma amateur. Maintenant, je ne vais voir que les films qui cartonnent.

Pourquoi ?

Pour travailler. Là, j'ai vu Gladiator. Je m'installe et je sais que je vais bosser pendant deux heures. Je refais la musique, je refais le montage, je recadre, je revois les dialogues. En général, je sors épuisé.

Et pourquoi ne pas tourner vous-même ?

J'ai fait des courts métrages, des clips, travaillé sur des scénars. Donc les chefs-d' uvre, je ne vais même plus les voir. Je m'ennuie : il n'y a rien à faire. Tourner un long métrage ? C'est un métier de chien. Je suis très ami avec Claire Denis, et je vois qu'à la fin du travail, il n'y a pas beaucoup de satisfaction. Et puis, il faut bien choisir.
http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/article/lattrape-coeurs-jean-louis-murat/
http://www.lesinrocks.com/cine/cinema-article/article/jai-pas-sommeil/



un rappel sur le film:

Dans ce film, on peut entendre également le lien défait:

Vous avez une approche particulière du corps, on trouve souvent des séquences de danse dans vos films.

Je crois que, dans l’espace du plan, le corps doit vivre et raconter l’histoire aussi. Ce n’est pas aux comédiens de s’exposer, c’est plutôt au film de leur laisser l’espace de s’exprimer. Denis Lavant, dans « Beau Travail », c’était une danse libre. J’ai donné seulement la musique et le lieu et il a inventé cette danse. On a filmé sans répétitions préalables, en une seule prise... Il faut dire que Denis est un être exceptionnel. J’ai aussi vécu quelque chose d’inoubliable avec Grégoire Colin quand j’ai réalisé le film pour Arte « U.S. Go Home ». Le début du film, c’est une très belle chanson de Chuck Berry, un adolescent dans sa chambre qui danse seul. Ce n’était pas la musique de son époque et Grégoire voulait répéter. Je lui ai dit non, je voulais qu’on se lance là-dedans en l’ayant seulement écoutée ensemble plusieurs fois. Ainsi, quelque chose naît dans le corps, mais si on fixe des gestes, ça ne fonctionne plus. On s’est donc retrouvé tous les soirs chez moi pour écouter cette chanson. Et puis le premier jour de tournage, on a filmé la séquence. Et pour moi, ça doit être le plus beau moment de danse que j’ai filmé. Dans « J’ai pas sommeil », quand Richard Courcet danse sur Le lien défait de Murat, c’était aussi un moment unique. Agnès Godard suivait les mouvements de Richard caméra à l’épaule et moi, j’avais l’impression que j’étais dans le corps de Richard, que j’étais le prolongement de ses doigts, que je dansais à toutes les prises, j’ai éprouvé complètement ce que Jean-Luc Nancy appelle « l’empathie ». http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/article_imprim.php3?id_article=43694




Et pourquoi je parle de ce film au fait? J'ai oublié....  ah,si!  Claire Denis sort un film... Retrouvez une interview-fleuve sur Telerama.fr :
http://www.telerama.fr/cinema/les-mille-et-un-defis-de-claire-denis-1-2,53899.php



2) Et ce film, il est avec qui?
  - Isabelle Huppert. Dans le lien ci-dessous, elle parle de son année 2009, et en septembre, c'est "le cours ordinaire des choses"... Une occasion de parler de Deshoulières:

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18593225.html
à 2'18... "un homme délicieux"  pour "une fantaisie".... "je suis une diseuse"



3) allez, puisqu'on y est...

Avant la sortie des deux prochaines B.O. de Jean-Louis Murat (le Masson et "Pauline et François"), rappelons-nous des autres histoires de cinéma de Jean-Louis : 

-  le titre pour Krzystof Kieslowski (Rouge)

et un extrait de la B.O. de coupable:


- Mlle Personne :
http://www.jlmurat.com/spip.php?article13
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=30738.html
Pas de vidéo pour le moment! Mais c'est en écoute intégral sur Deezer:
http://www.deezer.com/fr/music/jean-louis-murat/live-mademoiselle-personne-338579#music/jean-louis-murat/live-mademoiselle-personne-338579


- Et pour être complet, "la vengeance d'une femme" avec Jean-Louis acteur... mais on en a déjà parlé!
http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-en-direct-des-toyaux-uverts-5--43263263.html

On vous avait vu comme acteur dans La vengeance d’une femme de Doillon en 1990. C’est une aventure à laquelle vous n’avez pas donné suite… 
J’en ai gardé un souvenir très désagréable. A cause de Doillon d’ailleurs. On devait refaire un film ensemble, mais j’ai laissé tombé. Parfois, je regrette. Comme pour Michael Haneke. J’ai beaucoup travaillé avec lui puis j’ai abandonné au tout dernier moment car le scénario ne me plaisait pas. Une autre fois, je devais faire des essais avec Lars von Trier. La veille, j’ai dit : «Non, je ne viens pas.» Cela m’attire et me fait un peu peur à la fois car j’aime trop le cinéma classique. Celui qui se fait aujourd’hui ne m’intéresse pas vraiment.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 19 Mars 2010


Un joli moment... notamment Jean-Louis Murat parlant de Soeur Marie Keyrouz, une libanaise (tiens, encore un peu de Word...), et de son engagement pour la cause tibétaine (oui, à un moment, il s'engageait!) et pour la défense des jardins contre les rats taupiers!
Amusant aussi Devoise qui ose émettre une petite critique...



Un beau "jim" avec Camille et Alain Bonnefond... dommage que ce soit en noir et blanc pour  la robe rouge? de Camille...



LE LIEN EN PLUS:


- Le journal de foot intelligent SO FOOT évoque encore Murat à l'occasion de la blessure de Beckham  au talon : C'est Achille à Milan :
Jean-Louis Murat avait expliqué que sa chanson “Achille à Mexico” (sortie sur la compile “Amour Foot”, avant la Coupe du Monde 98) était en fait une allégorie évoquant un Michel Platini blessé au Mundial mexicain 1986 et donc quasi incapable de mener Les Bleus à la victoire… La symbolique du talon d’Achille, héros de la Guerre de Troie rendu vulnérable par son talon non protégé, s’applique facile à David Beckham... la suite là:  http://www.sofoot.com/dejoue-la-comme-beckham-123418-article.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 27 Février 2010

En 1989, les 2 premiers NPA de JLM .. l'occasion de se rappeler de cette émission première période:


Jean-Louis MURAT canal+ NPA 1989
envoyé par five-r. -

1ere émission:
Ca commence par un playback sur les amours débutants.... puis un laius sur les maisons de disques (finalement, ça change pas)
Puis une séquence de drague par Jean-Claude Brialy tombé sous le charme... et qui prend à coeur son rôle de "parrain" du show biz...

2e émission: On parle ensuite du Doillon... Murat joue le jeu de la promo même si en réalité, il s'est bien fait chier...sauf qu'il regardait le tour de France pendant les pauses.
On remarquera bien sûr ce magnifique pull turquoise dont JL MURAT s'est vêtu... très pratique et pas seulement pour descendre les poubelles.

Murat a ensuite invité Pierre Chany, journaliste de l'équipe, une occasion pour lui de parler du cyclisme, concentré de la vie.... Jean-Louis Murat dit qu'il était sur les champs Elysées le jour du fameux contre la montre où Fignon a perdu le tour pour 8 secondes.

Ca se termine ensuite par le portrait fait par Antoine De Caunes. C'est l'occasion de découvrir la genèse de la pochette de Moscou indéniablement : non, ce n'est pas un prisonnier d'un goulag russe, mais quelqu'un qui fait un blind test... on s'était gourré.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0