Interview dans LA MONTAGNE et Entrée libre

Publié le 2 Octobre 2018

Et bien, on continue toujours dans un joyeux désordre de dérouler cette campagne promo aux aux contours napoléoniens, qui peut atteindre des sommets...  et lecteurs,  songez que du haut de ceux-ci, 37 ans de carrière vous contemplent".  Murat pourrait dire "Je gagne les batailles avec les rêves de mes soldats"... alors on compte sur vous pour l'aider (et moi aussi) en partageant  les articles.

Et en parlant de points de vue en hauteur... me voilà obligé de me tourner vers LA MONTAGNE... qui prend encore plus de recul en parlant non pas d'EMPIRE, mais DE RENAISSANCE. DE DE VINCI? ou  de celui de VENDEIX?

 

LE 30/09, une pleine page, et un Julien DODON dont on avait rarement entendu autant d'enthousiasme: 

https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/loisirs/scene-musique/2018/09/30/il-francese-le-nouvel-album-de-jean-louis-murat-les-gens-veulent-du-different-du-nouveau-le-monde-va-tellement-vite_12999235.html

LA RENAISSANCE, PERIODE BENIE.
Pas un Murat de plus. Certainement pas. Un album qui prend au corps et au cœur. Il Francese, disponible depuis vendredi est une forme de synthèse d’une œuvre toujours en construction. Magnifique.

Plus on l’écoutera, plus il deviendra évident qu’Il Francese, le nouveau Jean-Louis Murat, est des plus réussis. Un album qui poursuit les explorations sonores et réinvite, après Travaux sur la RN89 l’opus précédent, le sens imparable de JLM pour la mélodie et la poésie. On peut affirmer, aussi, qu’il y a dans ces onze titres nouveaux, de ceux qui resteront tant ils tendent la corde de l’émotion.

Une manière de voyage qui séduira les inconditionnels, les « originels » autant que ceux (et celles) qui n’ont jamais cédé aux charmes muratiens.

Travaux sur la RN 89, votre album précédent, était une phase de déconstruction. Presque une expérience sonore. Pour quelle raison avez-vous eu besoin de passer par là ?

Il y a une espèce d’épuisement des formes. Dans l’art graphique, à la Renaissance par exemple, tous les dix ou vingt ans il y avait une révolution. Maintenant on ne fait que revisiter. En musique, écoute Bo Diddley, autre exemple (1928-2008), y a déjà tout ce qui se fait maintenant…

Déconstruire à la manière d’un peintre… Comme certains vous évoluez par époque. Vous êtes dans…

La plus belle je pense. À chaque fois que je fais un disque je me dis que je bascule dans la plus belle des périodes : la Renaissance. C’est quand même la plus réussie. Après, le mot est vachement intéressant. Renaissance… Dans un parcours de vie, tu es obligé de te remettre en question à un moment donné, et il vaut mieux être armé culturellement. Le changement passe, dans la musique, par la destructuration des choses, comme j’ai essayé de le faire avec l’album précédent, Travaux sur la RN 89 […] Les gens veulent du différent, du nouveau, le monde va tellement vite…

 

 

[…]

En tout cas ça m’a ramené à une idée beaucoup plus simple. C’est-à-dire ce que je fais n’est pas de l’art. La partie commerciale et le pourcentage de compromis est très fort. J’ai souvent fait l’erreur d’envisager cela comme une activité artistique, elle est au maximum pseudo-artistique. J’aime écrire, peindre, dessiner, je vois que dans la chanson, on ne mérite pas vraiment le label d’artiste, c’est du bricolage…

Le fameux débat art majeur/art mineur…

Oui. Oui..  je pense (silence).

Il Francese, votre nouvel album, c’est un bout de reconstruction ou est-ce autre chose ?

Ce phénomène de renaissance, c’est, pour moi, être en Italie, à Naples en l’occurrence. C’est un trip romantique de s’expatrier… J’ai écrit ce disque comme si j’étais à l’étranger. Ca m’a permis d’avoir un regard neuf. Je voudrais bien avoir un regard étranger sur ce que je fais…

C’est pour cette raison que tu empruntes de nombreuses identités ?

Je ne fais que ça en fait. Je voyage entre différentes identités, différentes époques. Ça me rend très équilibré. Je ne sais pas qui je suis… mais je suis de multiples personnages historiques, c’est pour ça que je saute du coq à l’âne, que je dis une chose et son contraire, etc...

Pour ça aussi que vous jouez l’alternance dans l’écriture…

Oui. Si je sens qu’une phrase pue le XVIIIe siècle, je balance quelque chose de contemporain et parfois vulgaire pour équilibrer.

 

 

Il Francese donne la sensation d’être en quelque sorte une synthèse de ce que tu as fait depuis plus de trente ans. Le retour de certaines mélodies notamment fait penser à cela.

C’est sûrement que l’époque impose ça. Il y a effectivement plus de mélodie(s) sur Il Francese. Parce que toutes les chansons ont été composées au piano. […] lequel propose une richesse supérieure à la guitare.

Par ailleurs, alors que tellement de choses sont en devenir, que tellement de choses disparaissent, tu as envie de revenir à quelques certitudes… Je pense que ça va trop vite. […]

En faisant tes chansons, on retrouve des interrogations de l’époque, des tentatives de réponses même si cela reste très modeste. Ça participe à la résolution de l’énigme que nous posent ces temps ultra-modernes. Ayant du mal à comprendre, j’ai plutôt tendance à penser très naturellement à Vercingétorix, à Marguerite de Valois, à Stendhal, aux campagnes napoléoniennes, à Proust. 

Julien Dodon
julien.dodon@centrefrance.com

 
 
  •  

 - Claire Chazal, fidèle au rendez-vous... Entrée libre, 28/09/2018

 

Avec la séquence pour l'instant la plus polémique (gentillette) de la promo avec Hold up (une réaction au "politiquement correct"- Manset y est allé aussi de sa chanson semble-t-il), et deux/trois phrases sur Johnny Halliday...

 - "Et foutez-moi tout ce monde là dehors!"  a dit l'autre, même s'il a neigé sur le Sancy.

Rédigé par Pierrot

Publié dans #il francese

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Patrice 05/10/2018 14:51

Merci Pierrot pour ces stats ,souhaitons qu' Il Francese trouve au moins un public équivalent à BABEL ( + de 20 000) ,déjà que le très beau MORITURI ne s'était vendu qu'à la moitié !
Espérons qu'une tournée réussie( ! ) donne envie aux curieux, aux amateurs,aux fans...d'écouter ce disque
et d'envisager JLM ,comme un chanteur qui parle encore à nos émotions, différemment des autres.
Attendons les premiers retours de concerts !

Patrice 03/10/2018 14:42

Salut.
Il Francese semble bien accueilli,nous verrons les ventes au bout de la première semaine.
Pierrot, pourrais- tu nous donner la fréquentation mensuelle de ton blog sur 2018 ?

Il me semble que, même avec la sortie du disque et la tournée annoncée,les commentaires ne sont pas nombreux.Serait-ce le signe constant du désintérêt pour JLM ?
Sur F.B.aussi,pas" grand monde"!
Au cabaret (de la dernière chance),le temps de Jean Louis serait-il passé?

Pierrot 03/10/2018 14:57

Le blog a eu 570 visites le jour de la sortie, depuis autour de 400/500. Pas les meilleurs scores je crois en jours de promo. Sur facebook, mes posts ne sont pas hypervisibles.. et peu de like... Faut dire que je ne suis pas vraiment toujours le plus rapide pour diffuser sur cette promo. J'en profite pour dire que pour 2017, je n'ai pas fait d'article "bilan" avec les statistiques... mais on est bientôt au mois de décembre...et ça sera le moment. Toujours ok pour jouer la transparence.