actu-promo-sept 2011-aout 2012

Publié le 27 Janvier 2012

 

 

J'apprends aujourd'hui par un proche de la Médiathéque de St-Denis qu'un lecteur de ce blog s'est proposé de venir avec sa guitare pour le brunch Musical consacré à Jean-Louis Murat.  C'est gentil à lui de m'avoir prévenu.

 

Samedi 28 janvier

10h30

Brunch musical

 

 

Les discothécaires de Saint-Denis vous proposent de découvrir, autour d’un café-croissant, l’univers musical de Jean-Louis Murat

N’hésitez pas à nous faire découvrir vos trouvailles du moment (CD ou lecteur MP3)

 

Médiathèque du Centre ville

4 place de la Légion d’Honneur

93200 – Saint-Denis

01 49 33 92 40

 

J'espère que l'occasion sera faite aux personnes ne connaissant pas Murat de découvrir sa musique.

 

 

- Un petit peu hélas, au même moment, aura lieu une des rares prestations télé de JEAN-LOUIS Murat dans "PLANET MUSIQUE MAG"... sur FRANCE 2.... Une émission que je n'ai vu qu'une fois... et qui était décevante... On espère mieux demain... Elle est présentée par THOMAS VDB, humoriste, bien connu du côté de la COOPE... et il avait participé à la revue exceptionnelle pour les 10 ans de la coopé... et avait d'ailleurs parlé de MURAT :

C'est là:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-hors-serie-deja-10-ans-la-cooperative-de-mai-48351320.html

 

On espère qu'il a écouté Murat depuis... mais ça serait intéressant de voir le côté LEMMY de Jean-Louis...  lui qui a eu la conviction qu'il serait chanteur en rêvant d'un groupe à grosses guitares hurlantes...(le nom  du groupe m'échappe... il avait raconté ça chez LANG... il me semble.... La fonction "recherche" du blog commence à ne plus marcher j'ai l'impression: trop de volume... et pas le temps de regarder plus en détail)...

 

 

Allez, Bon week-end!  et bonne neige à tous (non, pas pour toi Laura!)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 25 Janvier 2012

 

 


 Ca sera en ouverture du festival... On peut noter que Denis avec ZAZ jouera quelques jours plus tard!

Le site des francos n'est pas encore à jour: http://www.francofolies.com/default-fr.aspx

Mais l'article ci-dessous donne quelques dates:

 

http://www.sorstu.ca/francofolies-2012-thomas-fersen-zaz-jean-louis-murat-cali-et-hugues-aufray-a-montreal-en-juin/

 

 

 

 


Rédacteur en chef

Nouvelle Les organisateurs des Francofolies de Montréal ont annoncé ce matin la venue de 5 artistes français à Montréal en juin 2012. Thomas Fersen, Jean-Louis Murat, Cali, ZAZ et Hugues Aufray prendront part à cette 24e édition du festival francophone avec chacun un concert en salle.

Thomas Fersen lors de son passage au Festival d'été de Québec à l'été 2011. Photo par Valérie Patry

Le vénérable Hugues Aufray sera finalement de retour à Montréal, 17 ans après sa dernière présence aux Francofolies. À 82 ans, l’homme derrière les succès Adieu monsieur le professeur et Santiano sera en spectacle au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, le 12 juin à 20h.

Si leur présence est moins rare que celle de Monsieur Aufray, il sera tout de même intéressant de revoir Thomas Fersen – qui avait offert un concert extérieur gratuit sur la Place des Festivals aux Francofolies 2010 – et ZAZ à l’oeuvre au Métropolis, respectivement les 13 et 16 juin prochains.

Cali aux Francofolies 2011. Photo par Valérie Patry

Pour sa part, Jean-Louis Murat reviendra aux Francofolies après une année d’absence. Murat viendra présenter son Grand Lièvre au Club Soda le 8 juin.

Finalement, un an après avoir séduit une foule monstre sur la Place des Festivals, Cali sera déjà de retour par chez nous, cette fois en formule duo à L’Astral, le 15 juin.

Les billets pour tous ces concerts seront mis en vente ce samedi 28 janvier à midi.

Événement(s) à Venir
Jean-Louis Murat Francofolies de Montréal 19h00
Club Soda Montréal 08 juin 2012  
 
Hugues Aufray Francofolies de Montréal 20h00
Théâtre Maisonneuve Montréal 12 juin 2012  
 
Métropolis Montréal 13 juin 2012  
 
Cali 19h30
L'Astral Montréal 15 juin 2012  
 
ZAZ Francofolies de Montréal 21h00
Métropolis Montréal 16 juin 2012  
 

Un autre article:

http://www.showbizz.net/musique/francofolies-de-la-visite-de-la-france-106064.html

 

Et encore:

http://fr.canoe.ca/divertissement/musique/nouvelles/2012/01/25/19292391-qmi.html

 

Et enfin, pour aujourd'hui:

http://www.journalmetro.com/culture/article/1080362--murat-fersen-et-cali-seront-des-24e-francofolies

MONTRÉAL - L'été n'est encore qu'une vague et lointaine promesse que, déjà, les FrancoFolies de Montréal annoncent les premiers spectacles de leur 24e édition, qui se déroulera du 8 au 16 juin.

Les organisateurs de l'événement ont révélé mercredi les noms de cinq invités venus de France qui se produiront dans des salles montréalaises à l'occasion de cette grande fête de la chanson francophone.

Après deux ans d'absence, Jean-Louis Murat prendra d'assaut les planches du Club Soda le 8 juin pour présenter les 10 nouvelles chansons de son plus récent album, «Grand Lièvre», concocté avec ses complices Fred Jimenez et Stéphane Reynaud....

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 24 Janvier 2012

Bon, ce n'était pas une surprise... mais voilà, on a eu la confirmation cette semaine: Le 10e KOLOKO, ou plutôt Concert CLERMAUVERGNE, aura bien lieu...  Deux articles: 

 

 

 

 

-  Dans la montagne: http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/2012/01/23/jean-louis-murat-a-la-coope-164101.html  :

Dernière minute
Auvergne > Puy-de-Dôme > Clermont-Ferrand 23/01/12 - 15h52
Jean-Louis Murat à la Coopé
Ce sera la seule date de l’année du célèbre artiste auvergnat à Clermont-Ferrand en 2012. La Coopérative de mai accueille Jean-Louis Murat pour un concert exceptionnel au profit de Clermauvergne Humanitaire, le samedi 16 juin. Les places sont d’ores et déjà en vente dans les points de vente habituels et sur www.lacoopé.org.
 
- Un article plus conséquent... avec le contact de l'association pour ceux qui voudraient faire un don... http://www.newsauvergne.com/jena-louis-murat--10e-concert-pour-clermauvergne-a3047.html
"Jean-Louis Murat : 10è concert pour Clermauvergne

Samedi 16 juin, la Coopérative de Mai recevra Jean-Louis Murat, pour un concert exceptionnel au profit de Clermauvergne Humanitaire. Pour sa seule date de l'année à Clermont-Ferrand, l'artiste s’apprête déjà à fêter généreusement ce dixième anniversaire. Accueilli pour l'occasion dans la grande salle, ce concert exceptionnel est d'ores et déjà en vente, dans tous les points de billetterie habituels, et bien entendu, sur le www.lacoope.org

Depuis dix ans, grâce au soutien sans faille de Jean-Louis Murat, la Coopérative de Mai et un public fidèle tendent la main à l’association des pompiers de Clermauvergne Humanitaire. Quelques mois après la sortie du remarquable Grand Lièvre, album de chevet doré à l’or fin, l’artiste s’apprête déjà à fêter généreusement ce dixième anniversaire. Sur l’affiche, des copains de toujours, des musiciens brillants et discrets, quelques chansons éternelles et de belles surprises pour finir en beauté…

Juillet 2012, objectif Oulan-Bator.

Des abords de Koloko aux faubourgs de Bobo Dioulasso, du Burkina Faso au Mali, en passant par le Niger, l’Inde ou le Vaucluse, l’association Clermauvergne Humanitaire entraîne ses bonnes volontés autour du monde depuis 1991, en préférant le développement durable à la simple compassion.
La prochaine campagne de Clermauvergne Humanitaire, c’est 12 000 kilomètres, 6 véhicules et 12 bonnes âmes, en route vers les dispensaires et campagnes de Mongolie. Après l’Afrique, l’association se tourne en effet vers l’est, où les bénévoles convoieront du matériel médical, paramédical et vétérinaire, des vêtements chauds, du matériel scolaire, agricole…jusqu’à Oulan Bator, en passant par Moscou, Novossibirsk et le lac Baïkal.

20 h 30 - Tarif unique : 20 € - Grande salle
Soirée au profit de l’association Clermauvergne Humanitaire.

Clermauvergne Humanitaire :
04 73 79 55 04 (le soir)
04 73 79 57 39"

 

 

.

.

LE LIEN EN PLUS :  
- Le  groupe SUBWAY me demande de diffuser l'info suivante:
Nous invitons les gens à participer au prochain clip de SUBWAY (groupe féminin indie rock).
Le clip sera ensuite diffusé sur MTV Pulse, No Life TV, les web Tv etc...
  
  
Merci de votre aide.
La Bouche Inc
C'est les derniers jours pour participer au clip de SOUND OF LOVE!

Filmez-vous pour apparaître dans le prochain clip de Subway "Sound of Love".
Prenez votre téléphone portable, votre webcam ou votre caméscope et lâchez-vous!!!
Dansez sur Sound of love votre danse la plus folle, la plus bizarre, la plus décalée, pendant 30 sec max et envoyez-nous vite le résultat à cette adresse : casting.subway@y...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 18 Janvier 2012

 

Voilà une interview à lire en suivant le lien ci-dessous, dans  IDEM MAG;   Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

 

http://www.idem-mag.com/jean-louis-murat/

Une interview un rien bateau au niveau des questions... mais la journaliste devait être charmante... et Jean-Louis détendu et heureux après un bon concert (rockstore,20 octobre)..... des réponses donc  joviales et assez intéressantes de Jean-Louis Murat...

 

 

"DES RACINES ET DES AIRS:
Suite au fabuleux concert volcanique donné au ROCKSTORE  le 20 octobre dernier, à l’occasion de la sortie du somptueux  LE GRAND LIÈVRE,  IDEM a rencontré l’artiste et a découvert un musicien, humble entier, généreux.  Certes en colère contre la bêtise humaine, mais écoutant les battements de cœur du monde.  A contrario de l’image véhiculée par les médias, c’est un vrai sensible enraciné, mystique, sensitif, passeur de maux à travers chants…
« J’aime beaucoup le sacré. Devant les forces du destin, je reste humble et je met un genou à terre »

 

 

IDEM : «Le grand lièvre » est le nom de l’esprit farceur des Amérindiens. Mystique ?

Jean-Louis Murat : C’est une belle coïncidence. J’aime beaucoup le sacré. Depuis que je suis tout petit je pense être ainsi. J’adhère à l’idée que l’on accepte qu’il y a des choses plus fortes que soi, des forces du destin qui sont plus fortes que nous-mêmes et dans ce sens je reste humble. Je garde un genou à terre devant cela. C’est une certaine façon, une envie païenne dans mon comportement on me l’a toujours dit. Avec l’âge, je m’en rends compte, en voyant ma bibliothèque, j’ai toujours la même philosophie de vie. Je continue à admirer la mentalité des paysans, j’aime la constance des écrivains, celle du travail. C’est une façon d’être qui moi, me tient un peu à part, mais aussi à part entière.

IDEM : Est-ce que cette philosophie là qui vous vous amène à vous renouveler sans cesse, à perdurer ?

J.L.M : Peut-être bien. Il y a une sorte d’éternel retour. Je ne suis pas matérialiste. Pour moi le matérialisme est synonyme de l’horreur, la catastrophe sur terre. On nous « bassine » avec la crise, je pense  que pour beaucoup c’est  la façon de se comporter (certains comme des cochons), le style de vie. Le matérialisme est l’essence même du « cochon ». Les mecs sont comme dans une «  porcherie ». Alors on se réveille et on se sent un peu à part.

Il émane de cet album une sensation de deuil pas triste dans le sens littéral mais apaisé, un recueillement, menant à une renaissance ? On sent une certaine force …

J.L M : Oui vous êtes dans le vrai, c’est dans ces conditions là que je l’ai écrit. Aussi je suis content que les gens le ressentent de cette manière là, si ça pouvait être vrai ce serait formidable ! L’écriture de ces chansons correspond à une période très sombre, je me sentais au fond du trou, du coup j’en ai fait 44 stations dirai-je pour cet album en juillet-août de l’année dernière et je me suis dit : «  je vais sortir du trou, enfin ! » je voulais tester un peu l’efficacité presque thérapeutique de l’activité artistique sur chaque chanson. Il y a un petit témoignage de ce parcours là, une sorte d’arrachement à soi-même, de vouloir une auto-guérison uniquement par le chant et l’écriture. Souvent on me demande pourquoi j’écris autant de chansons eh bien comme vous le dites, je suis dans la catharsis, j’expulse, j’exhorte beaucoup de mal être. Ca marche comme ça, c’est ainsi. La chanson Alexandrie  est un hommage au dernier voyage d’une amie qui est décédée, cela m’a donné beaucoup de force de la créer. J’ai de la force quand je pense à elle. Cette chanson je l’ai écrite d’une traite tant j’étais dans l’émotion.
Et … ça peut coûter moins cher qu’un film…Et puis autant écrire des chansons..Tant de choses à dire …mais ne pas parler ou chanter pour rien dire ni me répéter, avancer …

J.L Murat. Crédits photos Carole Epinette©

 

IDEM : Pourquoi abordez-vous le thème de la guerre dans Rémi est mort ainsi  et « Sans pitié pour un cheval  avec ironie, un beau riff accompagné de chœurs, et d’effets sonores?

J.L.M : En effet,  j’ai éprouvé l’envie d’en parler notamment  la guerre de 14-18, en hommage à mon grand oncle mais aussi parce que le thème du futur, à mon avis, c’est la guerre, ce  qui me fait frémir pour nos enfants. Suite à cette intuition, j’ai eu et ai toujours besoin de m’intéresser aux guerres d’avant. Comment dire…J’ai peur …D’ailleurs, moi qui aime m’informer en permanence, j’ai lu récemment un sondage sur la jeunesse française qui trouve que les valeurs, l’honneur de l’armée, c’est formidable…On a l’impression d’un sondage datant de 1914…Je craint qu’avec l’oubli ou l’effacement de mémoire que l’on arrive à se dire que la guerre c’est joli et pourquoi pas en faire de nouvelles…ou alors de déplacer le thème de la guerre dans d’autres activités c’est-à-dire que ce soit plus larvé à l’intérieur des sociétés. Instinctif je suis et je fonctionne comme cela depuis toujours. Mais mon instinct me dit que le futur est de guerre, et que plus vite on envisage ce problème et mieux ça vaut.

IDEM : Donc dans vos prochains albums vous en reparlerez ?

J.L.M : oui, Je pense que ça devrait revenir. Maintenant c’est difficile de penser à ça : une impression instinctive comme s’il y avait une aspiration à la guerre, je précise et insiste, pas une fatalité de guerre mais une aspiration. Comme si les gens avaient des vies tellement ennuyeuses qu’ils voulaient une sorte d’électrochocs. D’ailleurs on peut le constater par les jeux vidéos qui rencontrent le plus de succès sont les  sont souvent des « jeux de guerre ». C’est très étonnant et dangereux en même temps.

IDEM : Vous êtes en perpétuelle évolution, comme boulimique d’apprendre, d’agir, de créer,  brouillez les pistes tout en restant vous-même…
J.L M : Oui, on ne se surprend jamais dans l’immobilité (ndlr : les moments d’enregistrement). Le reste ne doit être que mouvement.

IDEM : A ce propos quel est le moment que vous préférez ?
J.L.M : Je préfère la scène de très loin, endroit où l’on éprouve l’alchimie des possibilités du chant et de la musique. Là le moment scénique est vraiment fort, révélateur. Le studio c’est autre chose, plus fonctionnel. Ce n’est jamais très amusant d’enregistrer, car j’ai déjà en tête ce que j’ai à faire. C’est une mise au propre, donc moins excitant que le processus créatif. D’ailleurs, j’adore le moment d’écriture des chansons. Par exemple, hier soir j’en ai écrite une et je ne m’en souviens pas très bien ce matin. Là, bientôt je vais y retourner voir ce que j’ai pu écrire et enregistré. Je suis très intrigué de découvrir quelle étrangeté j’ai pu concevoir…L’acte créatif est un des plus beaux moments.

IDEM : Vous avez été influencé par Neil Young, Grateful Dead, Bob Dylan pour ne citer que ceux là …sont-ils à l’origine de votre univers musical ?

J.LM : Oui j’ai été influencé par ses artistes  là entre autres mais je ne voudrai pas tomber dans le piège d’être référencé. Lorsque les gens perçoivent  des similitudes de styles automatiquement ils pensent que vous avez été influencé par ceux-ci. Or je me demande si l’influence ne viendrait pas d’autres comportements ou d’autres moyens d’expression par exemple la littérature, la peinture, la vie  pas forcément la musique. Par exemple j’aime les comportements des paysans – donc ça m’intéresse plus, tout comme je suis admiratif de la constance des écrivains, la constance dans le travail.

IDEM : Et comme nous avions discuté tout à l’heure lors de l’évocation des gens de la terre, cela a donné énormément de force et de créativité ?

J.L.M : Exactement et je trouve triste la société moderne d’avoir bradé la paysannerie, ce n’est pas uniquement l’activité des paysans mais surtout une mentalité  un comportement, une façon d’être, qui moi, de filiation paysanne auvergnate me tient un peu à part mais à part entière. C’est ma philosophie de vie.

IDEM : D’où votre chanson ironique  vendre les prés si vraie sur l’exil rural … au fait  en aparté, pouvez-vous me dire  ce que vous pensez des « bobos ?

J.L.M : Ah….c’est épouvantable !  Chez nous, en Auvergne, dans notre petit village, c’est une catastrophe ! Ils arrivent, tout va bien. Puis plus rien ne va ! Ils ne veulent plus entendre les cloches de l’église, ni les poules, ni les coqs, se plaignent des vaches et  des moutons qui traversent la route, bref retour à la nature sans la nature…C’est effrayant !

IDEM : Pour changer de sujet, vous dites que dans le business, ce sont tellement des loosers qu’ils sont prêts à écouter n’importe quel charlatan  dans une interview accordée à M M D P du site du magazine  Marianne , vous persistez dans cette affirmation ?

J.L.M : Oui certainement. Je suis à peu près d’accord avec rien donc en ce qui concerne le comportement des gens, la mentalité négative dans ce métier qui ne dit pas son nom épouvantable, raison de plus si l’on sort du monde paysan comme moi, les valeurs sont tellement chamboulées qu’on ne comprend absolument plus rien. Ils ne brassent que du malheur. Ils ne sont pas dans le vrai d’autant qu’ils sont dans une position de résistance et ça met en état d’opposition quasi systématique. Ce n’est pas très bon pou l’image mais on ne me fera pas changer d’avis.

IDEM : Bon poursuivons avec  du plus léger…De l’humour avec « le cycliste espagnol

J.L.M : (rires) Heureusement ! C’est difficile d’écrire sur les cyclistes !  J’adore depuis toujours le cyclisme. Petit je voulais être coureur cycliste ou charpentier. Mais j’ai une affection particulière pour ces sportifs. Ils font mon admiration et sont pour moi des héros. Sinon dans la « mythologie »Je déteste ces histoires de dopage. Si je pouvais faire une chanson sur un cycliste dans chaque album ce serait pas mal ! (rires). De plus j’ai intégré des onomatopées en clin d’œil à ma petite fille qui est à la maternelle, ça me faisait plaisir de mélanger tout ça.

IDEM : Justement, votre petite fille écoute-elle vos chansons ?

J.L.M : Non, je me débrouille pour qu’elle ne les écoute pas pour l’instant. Peut être parce que je suis son papa et puis elle est petite.

IDEM : Elle y viendra plus tard

J.L.M : Euh… (Soupir) Je crains un peu …Souvent les parents envisagent les enfants comme une copie d’eux-mêmes. Je préfère qu’elle choisisse plus tard.

IDEM : Le rouge est une couleur récurrente dans vos chansons : les rouges souliers…
J.L.M : Ah oui ! (rires)  Une grande prédilection pour cette couleur. D’ailleurs quand j’achète de la peinture je prends du rouge. C’est très parlant pour moi.

http://www.musicme.com/#/Jean-Louis-Murat/videos/?res=vidweb&v=5 

 

IDEM : Une autre belle  chanson émouvante Je voudrais me perdre de vue

J.L.M : C’est un sentiment que souvent chacun a pour soi je pense. Cette façon de prendre de la distance d’avec soi est très difficile à exprimer mais salutaire et comment on est toujours ramené au cœur de soi-même. C’est décentré. Là sûrement ça allait très mal je pense, j’avais vraiment envie de me perdre de vue pour mieux comprendre. Cela se termine sur du positif : l’amour. Aimer c’est aimer le meilleur de l’autre. On a envie d’être le meilleur de soi pour le meilleur de l’autre.

IDEM : Pour revenir à la musique, envisagez-vous d’autres collaborations comme ce fût le cas il ya quelques années, avec Elysian Field, Camille, ou encore Isabelle Huppert sur l’oeuvre de Madame Deshoullières ?

J.L.M : Non, ça c’était ma maison de disque  qui me l’avait imposé, moi j’ai proposé tellement de choses en parallèle. D’ailleurs là c’est la crise et celle-ci amène tant de frilosité ça va être la merde. Tout est bétonné. Là normalement je voulais partir en Inde à Bombay pour enregistrer (évidemment d’autres chansons que celles là) mais pour une maison de disque aujourd’hui il est impossible d’envisager ça. On a laissé tomber. Bref on n’a plus l’esprit d’aventure. La crise a supprimé tout esprit d’aventure, d’expérience. Les budgets sont serrés.

IDEM : Que pensez-vous du vinyle ? Nous avons  eu l’agréable surprise de voir que parallèlement au cd vous en proposiez ?

J.L.M : Ca fait quelques années que je le fais. Je suis moi-même un fervent collectionneur de vinyles. C’est un vrai plaisir. C’est une autre façon d’envisager la musique, un autre rapport. L’objet amène une autre concentration. Celle plus musicale, plus brute que les cd écoutés.

IDEM : Vous êtes fidèle à votre groupe de musiciens (Stéphane Reynaud  à batterie, Fred Jimenez à la basse et choeurs, Slim Batteux aux claviers) qui vous accompagnent depuis toutes ces années ? Sur scène on sent une réelle complicité…

J.L.M : Oui même s’ils ont d’autres activités ailleurs, ils comptent beaucoup pour moi et eux aussi ont l’air de se plaire avec moi. On travaille à long terme et ce que j’aime beaucoup c’est ce que nous fonctionnons comme un groupe. Nous sommes en osmose à l’écoute les uns des autres.

IDEM : à l’instar du processus créatif en solo comment se déroule l’acte créatif groupal ?

J.L.M : En général, comme en solo, je ne prévois rien. Je surprends et aime être surpris. Le temps de l’écriture des chansons. Je ne crois pas du tout à l’inspiration mais je crois à certains états d’esprit qui permettent de faire venir les choses, les idées. Vivre l’instant présent, et je crée. Je ne calcule pas. Or tout est calculé aujourd’hui, nous sommes envahis par les chiffres et les nombres …On arrive à un stade où les gens calculent l’autre aussi…On  ne s’en sort plus de la paranoïa.. On raisonne par les autres et pour les autres…C’est épouvantable.

IDEM : Pour le  précédent bon  opus très country  Le cours ordinaire des choses vous étiez allé enregistrer à Nashville Comment avez-vous vécu ce moment ?

J.L.M : Je voulais faire une expérience. C’était une sorte d’intérêt professionnel, un vieux rêve d’aller dans la « Mecque » de la musique que j’aime, travailler là-bas, d’évaluer mes compétences et partager avec des grands. Ca m’a permis de voir ce que je vaux et en quoi je veux faire des progrès. C’est jubilatoire de jouer avec des très bons. C’était un honneur pour moi.

IDEM : A la fin du concert du Rockstore, j’ai constaté  une belle complicité avec  vos nombreux fans. Quel genre de rapport avez-vous avec eux ?

J.L.M : Nous avons un rapport amical sain. Je ne leur passe rien et eux non plus. Ce sont des fans néanmoins très objectifs et ça j’apprécie. J’aime bien être entouré de gens qui gardent entièrement leur esprit dans une sorte de liberté de penser. C’est pour ça aussi que je me permets à chaque album d’explorer des univers différents. Il y a des personnes qui décrochent, d’autres qui reviennent, ou des nouveaux. Les rapports sont de franche camaraderie, respectueuses. Tout cela me permet de ne pas m’enfermer dans une cage préfabriquée conforme à la pensée des gens. J’aime le changement. Tous mes proches le savent. On n’est jamais sûr de rien avec moi (rires)

IDEM : C’est bien au moins votre vie n’est pas monotone ! Encore un signe de créativité !

J.L.M : OUI, j’assume (rires)

 

IDEM : Pour conclure, on pourrait dire que Ce « Grand Lièvre » regorgeant  de sonorités folk, blues, rock, jazz, progressif est doté d’une meilleure confiance en soi, entre noirceur et lumière un sentiment de recul ?

J.L.M : Oui, c’est difficile à expliquer mais j’écoute, j’en prends note. La notion de recul me plait bien. C’est toujours très dur d’avoir du recul d’autant que j’aime être dans l’instant mais je suis content d’y parvenir.

IDEM : Alors à bientôt pour un prochain concert abrasif et vibrant  dans le sud puisque la Tournée 2012 reprend ?

J.L.M : Oui Volontiers, pleins de dates se préparent encore, donc à très bientôt sur scène là où je suis le plus heureux !

Propos recueillis par Fabienne Durand.
Un chaleureux  Merci à Jean-Louis Murat  pour sa gentillesse et  sa disponibilité
Merci à Julie Aouira Attachée de Presse. 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 7 Janvier 2012

Allez, c'est finalement parti... avec 20 bonnes minutes de retard... du fait de la coupe de France, et de prolongations prolongées...  Apparemment, ils ont l'habitude (c'était déjà le cas la dernière fois) ...La diffusion ne semble pas perturbée...

 

Lecamp reçoit Lecamp et un peu Murat.. Difficile d'appeler ça une interview... au moins dans la première heure... Pas le temps de s'installer dans le dialogue...et manque de questions...

Déroulé (saisi sur le vif en écoutant l'émission... et en regardant le grand film de Canal+... à un moment, j'ai cru voir la tête de Jean-Louis sur le corps d'Emmanuelle, j'ai arrêté la télé... (Rip Raymond) : 

 

 

- Petite présentation autour du lièvre, animal indomptable...

- Présentation des musiciens par Jean-Louis... rapide... avec les vannes classiques...  Le haut-savoyard se fait traiter de quasi-suisse...  et Fred, de "suisse espagnole... espèce dangereuse...".   Pour Slim, il est uniquement dit "le petit nouveau".

 

- Et puis : 1er titre, Vendre les près... RAS... plutôt belle version (jolie fin)... 

 

- Encore un petit échange sur le nom de l'album (et le grand lièvre indien)... Pour Murat, c'était une référence  Rabelaisien... de Rable..  

Lecamp avoue qu'il faut se méfier des propos de Murat, esprit taquin...

 

- Lecamp indique que "Grand lièvre"  lui a évoqué "Murat en plein air"...

 

- Il  fait le tour des différentes thématiques, puis des choeurs... Et enfin, l'acousticité de l'album...

 

Il indique également que Libé aurait classé "Alexandrie" dans les 10 meilleurs chansons de l'année (ça m'avait échappé)... mais Murat répond que ça l'intéresse peu... lui, il veut vendre!

 

 

2e titre live : "les rouges souliers"...  Version agréable, mais sans surprise il me semble... 

 

L'émission passe à autre chose mais il est annoncé en deuxième partie, un 3e titre...  "Si je devais manquer de toi...". Lecamp dit " Je suis sûr que je lui aurais demandé de la chanter, il m'aurait dit non...".

 

2e heure :

L'interview reprend... et c'est un peu mieux....

 Lecamp dit qu'il a beaucoup ri en lisant le dossier de presse : "ça devient un sketch"... et Murat indique qu'il ne se rappelle plus ce qu'il a dit... "Souvent, je ne suis pas attentif en interview"...

 

C'est la meilleure séquence ensuite à propos des concerts:

"ma responsabilité, c'est d'être intense"... et "d'offrir un cadeau unique"... différent chaque soir... "J'aime tellement le public que je n'écoute pas forcement ce qu'il dit". Il parle également de sa concentration...

 

- Discussion  ensuite à propos du "tube"...   Il n'est pas évoqué "Sentiment nouveau" (c'est bien ce titre?) que Murat avouait  avoir composé dans cet objectif...

 

3e titre : Très belle intro... en impro... puis version down tempo et presque blues....  Ah, enfin, un peu de croustillant pour l'esprit!

 

Ca se termine   par quelques dates de concerts, et la confirmation qu'il devrait y avoir des festivals cet été, et invitation l'année prochaine dans l'émission pour un nouvel album... mais on n'en saura pas plus...

 

 

Et au fait, c'est en écoute-là:

 

http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/On-connait-la-musique/Sons/On-connait-la-musique-Jean-Louis-Murat-et-James-Delleck-894717/

 

Bon dimanche! Bon barbecue et bains de soleil!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 6 Janvier 2012

J'aurais bien quelques infos  à vous donner, mais je me concentre sur quelques recherches...  mais en attendant, il fallait que je vous fasse part aux parisiens de deux activités pour ce week-end :
 
- RAPPEL :

Samedi 28 janvier

10h30

Brunch musical

 

Les discothécaires de Saint-Denis vous proposent de découvrir, autour d’un café-croissant, l’univers musical de Jean-Louis Murat

N’hésitez pas à nous faire découvrir vos trouvailles du moment (CD ou lecteur MP3)

 

Médiathèque du Centre ville

4 place de la Légion d’Honneur

93200 – Saint-Denis

01 49 33 92 40

 

entrée libre

 
-  MARIE AUDIGIER a partagé sur FB l'info suivante :
le 28 janvier, venez réfléchir avec Altaïr ! J'y serai et avec de chouettes invités !

GRANDE JOURNÉE DE DÉBAT PUBLIC
SAMEDI 28 JANVIER 2012
au Palais du Luxembourg – Salle Clémenceau
Entrée par le 15ter rue de Vaugirard 75006 Paris
Attention : se munir d’une pièce d’identité pour l’entrée au Sénat


Organisée par Altaïr, think tank culture médias en partenariat avec
Les Inrocks, Médiapart , Respect Mag, Banlieue active, le Cercle républicain

Avec Pierre Jolivet, Rost, David Kessler, Edwy Plenel, Michel Wiewiorka, Pascal Blanchard.

Matin : Les forces de la création face à la logique des marchés
Après-midi : Du choc des cultures à la rencontre des diversités

Inscription obligatoire : http://www.altair-thinktank.com/save-the-date-118.html

 

ET BIEN y'a du BOULOT! Va falloir thinker!

 

 

 

Allez, on en profite pour parler de "ses"  artistes : 

- Cascadeur est en pleine tournée:

http://www.myspace.com/cascadeur

 

- Une nouvelle vidéo des Twin Twin:

Et non, je ne dirai pas que c'est l'anniversaire de ...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 3 Janvier 2012

 

 

- Une initiative parisienne  tout d'abord... qui pourra contribuer à faire vivre notre auvergnat préféré (après VGE, oui, bien sûr) en lui faisant accéder à de nouvelles oreilles:

 

La médiathèque/discothèque de Saint-Denis (4 place de la Légion d'Honneur, 01 49 33 92 40) propose un BRUNCH MUSICAL, samedi 28 janvier 2012 à 10h30, afin : "de découvrir, autour d'un café-croissant, l'univers musical de Jean-Louis Murat".

 

Entrée libre. Les animateurs de la discothèque présenteront les morceaux qu'ils ont choisi de diffuser, et les lecteurs/auditeurs sont invités à en proposer d'autres...

 

Merci à Nicolas-TPE  qui m'a fait passer l'info...

 

Sur leur site, il est question du brunch, mais pas de Jean-Louis Murat... mais TPE m'a confirmé qu'il avait un flyer, (avec photo...)

 http://www.mediatheques-plainecommune.fr/opacwebaloes/index.aspx?IdPage=1572

 

 

Ca sera le 28 janvier... jour de ses 60 ans... mais chut... on n'en parle pas!

 

 

-   Des initiatives locales ensuite!

L'émission de FRANCE INTER, Carnet de Campagne, diffusée tous les jours à midi trente, est toute la semaine dans le PUY DE DOME...   Une émission destinée à mettre en lumière des initiatives faisant vivre les campagnes...

 

http://www.franceinter.fr/emission-carnets-de-campagne-le-puy-de-dome-25

 

L'occasion de voir qu'il n'y a pas que les touristes pour faire vivre la région... en attendant que les volcans se réveillent... ( http://www.lalibre.be/societe/planete/article/710795/un-volcan-allemand-menace-t-il-l-europe.html)

 

 

A propos de tourisme... les visiteurs du Koloko pourront utiliser le petit train pour monter sur le Puy de Dôme... Il sera normalement en marche depuis un mois...

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/2012/01/02/le-train-panoramique-du-puy-de-dome-entrera-en-service-le-26-mai-2012-142156.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 2 Janvier 2012

 

C'est tout tout tout frais!!   Zéro vue à l'heure où je découvre cette vidéo... 

http://www.rtl.fr/video/timeline/jean-louis-murat-vendre-les-pres-en-live-dans-le-grand-studio-rtl-7741659018

 

 l'émission n'a pas encore été diffusée mais RTL délivre ses vidéos avant... très bien... même si on ne retrouve pas l'adrénaline et la ferveur d'un concert... notamment sur le cri du papillon...

 

  
Puis vendre les prés:
  
  
  
Et un cri du papillon! Tiens donc!
  
 
 
On peut retrouver l'émission du 31 janvier avec Isabelle boulay au lien suivant:
(merci à Armelle qui m'a signalé qu'Isabelle évoquait rapidement Murat vers la 21e minute)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 2 Janvier 2012

 

On va commencer par la reprise de "Qu'est-ce que ça veut dire"  par Antonin, alias Le jaguar...

 

 

  

Qu'est-ce que ça veut dire by Antonin

  

merci à lui de m'avoir autorisé à la partager.

 

J'en profite pour vous réorienter vers la cover de JIM par Matthis... qui a encore joué ce morceau en concert le 30 décembre dernier à Lyon...

 http://www.surjeanlouismurat.com/article-mathis-reprend-jim-91768812.html

 Mathis nous avait fait une belle vidéo rien que pour nous!  (En attendant la version du Jaguar...)

 

 

 

- La chronique, elle est dans BENZINE MAG...

http://www.benzinemag.net/2012/01/02/jean-louis-murat-%E2%80%93-grand-lievre/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+BenzineMagazine+%28Benzine+Magazine%29

"Je ne parviens pas à me défaire d’une image. Pour moi, Jean-Louis Murat c’est le copain de Charles Ingalls dans la série de notre jeunesse. Le monsieur bourru qui vit un peu seul à l’écart caché dans sa barbe et sa solitude. Sauf que… Sauf que Murat n’habite pas Walnut Grove, mais Haut Arverne, que le bonhomme ne porte pas la barbe, et qu’à priori il vit dans la douce chaleur des siens. Reste le côté bourru. Murat est bourru.

On est devenu avec le temps habitué, voire blasé de ses sorties discographiques quasi annuelles. On y cherche finalement plus tant la nouveauté que les variations sur le même thème et les différences dans la palette Pantone musicale de l’Auvergnat. Oui c’est vrai des fois je me demande qui achète album après album les saillies enregistrées du musicien. Mais j’ avoue prendre un plaisir égal à chacune de ses sorties, parfois bien en peine que je suis, pourtant, de classer les albums de Murat sur une échelle allant du assez bien au très bien, sans plus jamais être génial, à mon humble avis, depuis Mustango (oui je sais ça fait une paye).

Le nouvel opus fait honneur au musicien ET au parolier. Musicalement, Murat s’est une fois encore entouré de zicos en provenance de Memphis Tennessee qui ravivent le côté cowboy auquel Jean Louis Murat nous a habitué à une époque. Et qui pour le coup accroissent l’énergie du disque qui réveille la flamme que j’éprouve de loin en loin pour le bonhomme. La guitare est souvent mise en évidence dans le mix, juste dessous le chant qui reste préhéminant, mais qui se fait une place quasi country entre basse et batterie, dans la hiérarchie instrumentale de ce Grand lièvre.

Sans pitié pour le cheval est sans doute mon morceau préféré du disque. Subtil mélange de rock, de folk, d’atmosphère et de français signifiant (parce que oui, en core souvent Murat préfère le son au sens dans sa musique et il faut parfois garder un livret à portée de mains pour savoir quelles sont les thématiques, les mots qu’il fait s’entrechoquer.).
Grand lièvre est globalement d’ailleurs plus signifiant, rassemblé autour d’une thématique qui verra s’opposer les anciens et les modernes, la région et la ville, la vie simple et la vie moderne, la nature et la technologie. Vendre les prés rappelle le Zola de la Terre. Est- ce la faute des photos de presse, mais du coup on voit bien Murat jouer de la folk à côté d’une cascade ou d’un cratère rempli par les eaux séculaires qui y ont établi leur puits. Les mots psalmodiés parfois sans mélodie par le bonhomme évoquent la nature, les vies, les destins, les saisons.

Impeccable dans sa réalisation Grand Lièvre est un moment de totale immersion dans le mot, dans l’impression. Murat est le seul chanteur français impressionniste, mais si je le trouve trop prolifique pour démêler toujours le bon grain de l’ivraie. Grand lièvre est aussi un disque de musicien. On sent qu’il aime jouer de la guitare, dans un studio que j’imagine en prise directe, tout le monde assis sur son ampli au milieu de la salle d’enregistrement commune. Les arrangements sont soignés, parfois même surprenant pour ce faiseur à l’ancienne. La mécanique musicale parfaite. Grand lièvre est un disque construit à l’ancienne. Tout le monde sait tirer le meilleur de son instrument. C’est rare encore les albums bien foutus où on se rappelle qu’il y a des hommes derrière les instruments.  LA suite à lire : http://www.benzinemag.net/2012/01/02/jean-louis-murat-%E2%80%93-grand-lievre/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+BenzineMagazine+%28Benzine+Magazine%29

 

Vous aurez bien sûr vu l'erreur à propos des musiciens de MEMPHIS...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 1 Janvier 2012

 

  Wake up Pierrot.....

 

- ok, ok, m'vais me faire un article de paresseux.. 

 

1) Et peut-être me contenter de nous souhaiter quelque chose... 

 

Alors, what?         Un lapinou year?      yeS!     Qu'on ait droit à une belle tournée, allongée de quelques dates, et de festivals, et qui permettent une plus large vente de ce "grand lièvre" que j'aime de plus en plus,  ainsi que des petits side-projects (du moins des titres pour d'autres chanteurs...), quelques inédits pour que le temps nous paraisse moins long... et l'annonce d'un nouvel album pour la fin de l'année ou 2013!!

 

Je me souhaite de garder un peu d'énergie et d'enthousiasme... avec votre aide et votre encouragement, notamment grâce à la transmission d'infos...  les deux dernières livraisons par Psychik et Pierre-Alain (les articles de Mojo et du Soir) sont même remontées jusqu'à Orcival! En effet, le Jean-Louis Murat de FB a repris le scan hier, et a profité pour souhaiter un bon réveillon à tous:

 

 

Nous vous souhaitons un bon réveillon et pour finir l'année en beauté, JLM est la personnalité de l'année chez nos amis belges
 

2)  Encore une petite lecture pour le plaisir... Le Progrès a eu envie de reparler du GRAND LIEVRE!

 

http://www.leprogres.fr/art-et-culture/2011/12/23/jean-louis-murat-grand-lievre

  

Publié le 23/12/2011 à 06:00


 
Photo DR Personnage unique que Murat. Le barde auvergnat n’a jamais cédé le moindre pouce de son intransigeance poétique et musicale. « Grand Lièvre » est un grand cru ourdi d’une formule musicale simple et chaleureuse (folk rock avec guitare douze cordes, impeccable section rythmique et orgue capiteux). Les thèmes sont sombres, la guerre « Sans pitié pour le cheval », la fin programmée d’un monde rural qui lui est si cher « Vendre les prés », la haine de soi « Je voudrais me perdre de vue », chansons soulignées par un chœur tantôt harmonieux, tantôt dissonant à dessein. Plaies à vif pour lesquelles la suave voix de Jean-Louis Murat agit comme un baume et alors surgit la poésie. On est à chaque fois saisi par le texte, comme dans le sublime « Alexandrie ». Un Murat de plus, et un essentiel !

(V2/Universal)

 

 

3)     j'en profite pour vous indiquer les nouvelles dates de tournée indiquées sur le site officiel:

 

 

 

13 mars 2012 / L’Atelier / Luxembourg (LU)
15 mars 2012 / Voix de Fête Casino / Genève (CH)
16 mars 2012 / Les Abattoirs / Bourgoin Jallieu (38)
27 mars 2012 / Le Cargo / Caen (14)
28 mars 2012 / La Boule Boire / Paris (75)
29 mars 2012 / La Boule Boire / Paris (75)
30 mars 2012 / La Citrouille / Saint Brieuc (22)
31 mars 2012 / La Boule Boire / Paris (75)


6 avril 2012 / Festival Mythos / Rennes (35)


30 juin 2012 / Festival Verdur Rock / Namur (BE)

Dates d’avril, mai, juin et juillet : à venir (En France, Belgique, Suisse et peut être Canada)

 

Il y aura donc 3 nouvelles dates parisiennes dans la petite salle de la Boule noire...

 


 LE LIEN EN PLUS :

 

Les ventes d'albums de Murat restent une source d'interrogations permanentes... Moi, qui me suis encore pris un vent hier au réveillon en citant son nom ( inconnu au bataillon pour un professeur de fac musicien à ses heures!), j'ai parfois tendance à me résigner...  Vous trouverez ci-dessous quelques chiffres de vente d'autres chanteurs...  ça console... ou pas... plutôt pas. 

http://nosenchanteurs.wordpress.com/2011/12/31/plus-on-parle-de-toi-moins-tu-vends/#comment-1945

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0