Mathis reprend JIM...

Publié le 8 Décembre 2011

 

 

Mathis, musicien lyonnais, qui reprend également "les jours du jaguar" sur scène,   nous offre.... oui,  rien que pour vous (mais à ma demande quand même)... une reprise de JIM:

 

 

 

Et si vous l'encouragez... il pourra peut-être nous offrir un jour "le jour du jaguar"...

 

 

Il sera en concert le 10 décembre à Lyon...  à 20:30, à L'Akroche

 

Et comme il fait les choses bien... Il répond même aux questions que vous avez pû vous poser:

 

Comment as-tu découvert Jean-Louis Murat ?

Je me suis intéressé à sa musique tardivement, avec "Lilith". J'ai tout de suite été séduit, frappé même par "Les jours du Jaguar", qui ouvre le disque : je me contentai presque de celle-là au début ! ...le reste de l'album m'a ensuite beaucoup plu, aujourd'hui encore il reste mon préféré, avec Mustango (dont un ami me vantait souvent les mérites, à travers l'homérique et poignante "Nu dans la crevasse" !). J'ai depuis suivi sa carrière discographique en comblant les manques, mais sans pour autant remonter jusqu'à ses débuts, que je connais mal. J'aime aussi beaucoup l'album "Le cours ordinaire des choses" fait à Nashville il y a 2 ou 3 ans.
Et j'ai enfin eu l'occasion de le voir sur scène à Lyon : j'ai adoré ce concert. J'ai constaté qu'il était aussi un guitariste très intéressant.

Pourquoi avoir repris "Jim" ?

En concert, j'ai déjà eu l'occasion de reprendre en solo "Les jours du Jaguar". Quand on a évoqué l'idée de faire une reprise pour le site, j'ai d'abord pensé reprendre cette chanson (définitivement ma préférée) puis j'ai préféré prendre le risque de choisir un titre que je n'avais jamais interprété en proposant une adaptation un peu...nouvelle. L'esprit, c'etait de redonner un accent folk, un peu "rough" pour sortir du feeling de la version d'origine et proposer une adaptation un peu créative, moins "attendue". En même temps, ça reste un guitare-voix basique !

Comment s'est déroulé l'enregistrement du clip ?

Chez moi ! avec des moyens rudimentaires. Je suis un Muratien novice, mais j'ai lu qu'il aimait beaucoup l'idée d'enregistrer "live", en une prise. J'ai essayé de m'inspirer de cela, en filmant une session continue, en 2 prises, maxi. La chanson en elle-même a été saisie directement en live, sans ajouts. Je voulais faire un clin d'oeil à l'oeuvre et au personnage de Jim Harrison, puisque Murat lui rend hommage dans cette chanson. Et tant qu'à faire une reprise, je me suis dit, selon un système un peu "poupées russes" qu'à mon tour, en reprenant cette chanson, je pouvais bien rendre hommage à celui qui l'avait créée !

Quels sont tes projets musicaux à venir ?

La vie habituelle d'un musicien local : quelques concerts dans les enseignes lyonnaises en Décembre (La Kroche le 10 pour la traditionnelle fête des Lumières, Ninkasi le 30) et en 2012, puis des sessions d'enregistrement de nouvelles compositions entre Janvier et Mars de l'année prochaine. Peut-être quelques premières parties, dans de "vraies" salles, mais c'est difficile. Mais l'important, ça reste de faire de la musique, et ça, c'est vraiment ce qui m'importe le plus !

 

Enfin, une petite bio!:

Mathis, 34 ans, chanteur pop-rock, originaire de Lyon.
Musicien depuis une dizaine d'année dans le circuit local et régional, à travers plusieurs expériences de groupe (Uma, Poker, Plasticine) avant de poursuivre en solo.

 "Guitariste à la base, ma culture musicale repose sur le blues-rock au sens large.Ces influences fondent en moi la volonté d'exprimer une musique vivante, engagée, rythmée, ayant du sens et de la personnalité puisque c'est à la base ce qui me touche, ce que je ressens. Fondamentalement, je suis un citadin. Le bruit des villes, son agitation, ses lumières, ses variations construisent le murmure incessant qui rythme ma musique. De ces tensions naissent des chansons volontaires qui évoquent les relations urbaines : l'incommunicabilité, l'isolement, dans ces grands ensembles où tout se mélange et se disperse à la fois. C'est aussi la possibilité de se réunir, de partager, de ne plus subir mais plutôt d'assumer, de trouver sa place, son identité.C'est dans cette thématique que s'enracinent mes préoccupations. Autour de ces ombres, de ces visages."

 

2011 marque la finalisation d'un premier EP de 10 titres, ainsi que le 100e concert donné !

http://www.myspace.com/mathisbox
http://www.facebook.com/pages/Mathis/343095210103

 

 

 

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Commenter cet article

pierrot 28/03/2012 22:52


http://soundcloud.com/mathis-profil-musical/sets


 


Pour écouter un live de Mathis

Mathis 09/12/2011 23:12


merci pour ce message ! ....c'est très touchant d'avoir un retour sur un tel projet.
Manifestement, vous avez bien senti l'intention qui était la mienne en reprenant "Jim" : toute réinterprétation est forcément subjective, je l'ai sentie ainsi, après pas mal d'essais justement
!
Quant à ma Gibson -10 ans d'âge pourtant !- elle connait les accords du "Jaguar" par coeur. Je ne manquerais pas de la sonder pour revenir vous voir un de ces jours !


Merci encore


 

lew 09/12/2011 18:38


bravo à vous Mathis, j'ai eu la fugace impression, au début, d'une version placée sous le sceau des guitares unplugged de la légendaire session que fit Nirvana pour
MTV, et cela en dépit de votre belle Gibson flambant neuve.


 


après avoir jeté un oeil sur votre répertoire live, je ne suis pas étonné d'avoir ressenti cela, vous reprenez en effet volontiers, Neil Young et Cobain justement.


 


reprendre Murat doit être infiniment difficile, je suis toujours bluffé quand je vois des musiciens qui y arrivent. (hello M. MdP)


 


cependant je me demande si porter à tout pris l'interprétation vers un son spécifiquement "folk américain" n'est pas finalement un brin limitatif (pour le son, la chanson,, elle-même, votre voix,
etc.).


 


ce titre est lui-même une illustration de l'americana personnelle de Murat, cela me paraît presque la surinterpréter que de faire le choix du lyrisme youngien. le sujet s'y prête à merveille,
pourtant, je sais bien...


 


une version plus radicale "à la Brassens ou à la Miossec", un peu plus ligne claire, devrait tenir le coup à mon avis.


 


ou alors la faire avec une viole de gambe électrifiée. (mais surtout éviter de se faire acommpagner au synthé par le néo-troubadour Voulzy, si l'on peut).


 


franchement hâte de découvrir le Jaguar sous vos doigts et dans votre voix.