Jean-Louis MURAT à LIEGE: attention aux retours... de flamme.

Publié le 18 Mars 2015

Jean-Louis MURAT à LIEGE: attention aux retours... de flamme.
Jean-Louis MURAT à LIEGE: attention aux retours... de flamme.

Et bien, pour un énième compte-rendu (que je suis obligé de faire minute), Murat m'a dans un sens facilité les choses : il y a des choses à raconter... mais dans un sens seulement: de l'autre côté de la voie-voix, c'était un peu le bazar, un bazar à la Belge? un concert façon urbanisme Belge ou politique Belge? des trucs un peu dans tous les sens et dans lequel on peut se perdre?


La nouvelle salle du REFLEKTOR sentirait presque encore la peinture fraîche... mais faut-il faire autant de concession au confort juste pour un local en plein coeur du centre ville? Bon, certes, le stationnement dans les parkings tout proche est aisé, le balcon dans la salle de concert sur l'arrière et un côté est agréable pour ceux qui veulent tenir la rampe... mais quel bazar dans l'espace bar: c'est étroit, il faut attendre un moment pour décrocher une bière, descendre un escalier pour les toilettes... Quant à la salle, elle donne l'impression d'être très étroite. Il y a peut-être 20 mètres entre la scène et le fond (par où l'on rentre), si étroite que PHI-PHI se retrouve à faire le son à l'étage: il n'y a pas de cour, ni de jardin : on rentre par le derrière (sans référence à DSK et à Monsieur La Saumur dont il fut question lors de la soirée).

Enfin, soit, je dis ça, c'est pour le plaisir de râler (c'est bon pour la santé)... Y'a 20 bières à la carte, mais si faut attendre 10 minutes pour en boire une... sans parler de la restauration assurée dans une caravane devant l'entrée... restauration se limitant à des hamburgers à 6 ou 8 euros... non garnis. rrrrruhh: J'ai pas eu mes frites! Je suis marri.

A part ça, la petite scène, ça me plaisait bien au départ: les membres du quartet jazzy vont pouvoir fusionner, Chris va pouvoir se connecter aux autres... et est-ce en effet de la petitesse?, mais j'ai remarqué et plutôt apprécié le light show, qui m'ait paru plus dynamique que lors des concerts précédents.

Kris Dane toujours et encore en première partie. Il a beaucoup évolué depuis la dernière fois puisqu'il joue sans tabouret. Sa set-liste a peut-être changé d'un titre ou deux... (J'ai tout de même une chanson dans la tête depuis hier).

Murat fait son entrée à l'heure, à 21 heures. "bonsoir"...

Ca débute doucement... et je me dis "mais où va-t-il arriver?"... Le son est très puissant, et mes jambes vibrent de la basse. Un peu surpris. C'est "chant soviet" qui se pointe et je me dis que ça commence très bien... Il a l'air en forme... mais rapidement, il va montrer qu'il a un problème. Il réclame par des gestes qu'on lui monte son retour, puis en parlant dans les chansons "je ne m'entends pas, ce n'est pas possible", puis par des jurons... Du coup, les premières chansons "passent en force"... il force sur la voix pour s'entendre. C'est énergique, Murat se donne, mais au détriment de sa palette d’interprète. Arrive Mujabe ribe... et Murat finit par poser la guitare au cours de la chanson... "Quand ça veut pas, ça veut pas"... Il continue pourtant de chanter, et dans la salle, perso, je trouve ça très bien. Je ne perçois pas de fausseté. J'ai envie de le crier entre deux chansons, histoire peut-être de le remettre en selle... Pour finir Mujabe ribe, il se met une main sur une oreille façon chanteur corse, et je suis presque surpris de sa volonté d'assurer le show malgré tout. Après le morceau, quand il se rend en coulisse, que je le vois faire un geste de dépit, je commence à croire qu'il va arrêter là... mais non, il revient. Durant quelques chansons, le problème semble moindre, mais un petit larsen apparait néanmoins entre deux titres... Je suis content de la première intervention de Murat car c'est pour se plaindre de la qualité d'écoute des spectateurs. J'en ai été un peu gêné durant une partie du concert. A Vienne (tournée Lilith), avant "se mettre aux anges", et alors que du bar provenait un bruit de fond important, il avait dit : "c'est comme faire l'amour au milieu d'une gare". Il a été moins joli hier... et se met les filles à dos... pas toutes, notamment L et M présentes toutes les deux.

Le groupe assure bien, mais on ne retrouve pas la cohésion de MONS. Murat ne va pas les "chercher" (pas de petite fight avec GAEL par exemple, Chris que j'ai moins vu en "enjoy"). Dans les moments de flottement du leader, j'ai l'image d'un poulet de bresse à qui on a coupé la tête et qui continue de courir.. durant quelques temps.


Et avant la "chanson d'amour", la chanson la plus difficile à chanter... le voilà parti, comme souvent, à déconner... Je ne vais pas dire des choses nouvelles: c'est le signe qu'il se déconcentre... Hier, en plus, cela donnait l'impression qu'il tentait suite à son énervement de se "rattraper" dans le coeur du public... Et comme vous le lirez dans le compte-rendu joint de Bernard, c'est réussi. Moi aussi, j'apprécie le moment d'ailleurs. Je connais ces trucs, ses idées fixes, je rie à contretemps parfois, mais Murat est très drôle, et se sert des musiciens, prenant à partie le pauvre Stéphane, ou parlant anglais avec l'accent auvergnat à Chris. Cette pause est un véritable entreacte, et un entreacte dans un spectacle, ce n'est pas un obstacle, un tacle au beau jeu, le signe d'une débâcle, un manque de tact... et ce "tout m'attire" qui finit par arriver, on avait fini par ne plus y croire, est plutôt réussi.

Du flottement donc, mais au bout du compte, Murat qui ne lâche rien... qui siffle joliment (il termine même un titre sur "la Marseillaise"), qui livre quelques parties de guitare, fait un joli rappel sur "qu'est-ce qu'au fond du coeur".

Alors, en résumé:

Les plus: l'engagement de Murat, son énergie, sa voix que j'ai trouvé excellente malgré ce problème de retour, le groupe qui est vraiment bien bien sûr (notamment la variété des claviers proposés par Gaël), les orchestrations des chansons très différentes de l'album parfois ("les ronces" totalement crépusculaire... )

Les moins: le flottement occasionné par le problème technique, la contrebasse peu utilisée (notamment à l'archet -pas vu), l'ambiance de la salle (notamment sur le "blues du cygne"), certains titres un peu balancés in extenso... sans l'expression de la liberté que l'on attend de Murat.

Malgré un Mujabe rib maxi riquiqui (pas forcement pour me déplaire d'ailleurs), cela nous a quand même fait un concert de plus deux heures qui sont passés très vite, et même si pour moi, le concert à MONS était nettement plus intense, je trouve qu'il n'y a pas à apporter un jugement trop négatif. Murat a fait le job, et n'est pas rentré chez lui... puisqu'un autre concert avait lieu ce soir à CREIL. Véro, dolo de la première heure qui m'accompagnait, qui a un peu lâché Murat pour Léonard Cohen depuis quelques années, a elle aussi beaucoup aimé, même si elle n'a pas accroché à BABEL.

Et pour nous, le retour est long... et nous partons rapidement....

VOICI DEUX AUTRES AVIS (l'un très positif, l'autre négatif):

Un compte-rendu de BERNARD F.

"LIEGE (B) Salle Reflektor 17/3

Et bien et bien ! Tout d'abord, le fait majeur du concert: une diatribe de JLM pendant genre 10' (!). Record personnel absolu (je dois l'avoir vu 6 ou 7 fois depuis une quinzaine d'années). Et encore, à chaque fois qu'il entamait les premiers accords du morceau suivant, il s'arrêtait et racontait vanne sur vanne (certaines inracontables, j'ai d'ailleurs commencé à filmer sur la fin, pour la postérité, mais un garde de sécu m'a fait couper tout de suite...). Beaucoup de vannes sur les belges et les français : "tous aussi cons les uns que les autres", sujet sur les flamands et les wallons qui se causent en anglais, comme en Espagne dit-il avec les catalans et les basques..), vanne/anecdote sur Simenon (auteur liégeois célèbre, donc JLM est allé dans son quartier d'origine dans la ville et a(urait) demandé à une passante où se situait son ancienne maison. La passante lui demandant "Simone qui??". Et JLM de se moquer de l'inculture locale et en général puisqu'il a raconté le même genre d'anecdote: en se renseignant sur Sophie Volland (compagne de Diderot, j'ai googlisé, j'avoue n'avoir jamais entendu parler d'elle) au syndicat d'initiative [de Langeac ou Figeac] : on lui répondit "L'expo des cerfs-volants vous voulez dire ? oui elle se situe dans la rue XXX"... Ensuite vanne sur Hollande, un début de chanson s'appelant "casse-toi connasse", certainement en allusion aux élections chez vous de dimanche... Puis "partouzes au Palais Royal" en parlant de Bruxelles, "La prochaine Syrie c'est la Belgique.." et j'en oublie ! Anecdote aussi avec une serviette qu'il demandait pour s'éponger, on lui donne une serviette noire (ou gris foncé) et après s'être passé le front dedans: "mais ça pue ce truc ! qq'un a vomi dedans ou quoi ?! des serviettes noires, mais quelle idée ?! en plus on a l'impression que ça essuie moins bien que les blanches.." "Sinon, depuis Johnny, vous n'avez plus vraiment eu de philosophes en Belgique? Ah ben si, Annie Cordy. Enfin, notez que nous on a JP Pernaut"... donc, chacun sa fierté nationale.. "Sinon vous êtes quand même venus? Et vous avez payé en plus ? Pfff dire que vous payez pour nous voir jouer et nous on est payés pour jouer...Faudrait imaginer l'inverse, nous on paie pour venir jouer et qq'un vous paie pour venir nous voir...Note qu'on dirait des fois que ça existe en France ça.." "Pfff on n'entend que les femmes causer aux concerts...déjà qu'on les laisse conduire des voitures, si en plus on les laisse l'ouvrir aux concerts, putain..." (hum hum, rires jaunes dans le public).

Sinon donc, musicalement parlant: formation à 4 (le claviériste, très jeune, un peu guindé, le batteur Steph et un bassiste américain, Chris, qui prend un immense plaisir à jouer apparemment). Murat en jeans et t-shirt blanc manche longues comme souvent (il faisait très chaud hier comme partout et dans la salle c'était étouffant). Il joue donc uniquement du Babel. Grands moments: Mujade ribe (qu'il étire au possible, c'est le genre qui peut durer 1/4h mais dans la 1ère partie du set il se plaignait sans cesse de ne pas s'entendre dans les retours, et gueulait souvent off micro "putain de merde", "j'entends rien bordel!!", d'ailleurs on craignait vraiment qu'il écourte le concert et laisse le groupe en plan!). DONC Mujade là a duré environ 10', et JLM a fait signe au groupe qu'il n'allait pas "jammer" plus loin, fait signe "on stoppe" de la main et va backstage quelques secondes... Gros doute dans le public, crainte du camouflet, alors que pourtant le son dans la salle était super, de notre côté rien à redire. Ensuite, visiblement tout s'est réglé et JLM est vraiment rentré dans son set et ses vannes au public. Certains morceaux sont vachement étirés comme il aime à le faire, et ce sont souvent les plus belles prestations: Mujade donc, mais aussi Frelons d'asie, Chèvre alpestre ou Vallée des Merveilles, vraiment splendides, tellement supérieures encore en live/électrique que sur l'album! Je me disais qu'avec ce traitement plus électrique et plus rock, Babel aurait une gueule terrible (écourté en nombre de tracks alors). Les rares morceaux qui groovent un peu sur l'album groovent éminemment/évidemment bien plus en live, presque tout est rallongé dès l'intro et dans l'outro comme en général. Un rappel. 2H10. Très très bonne prestation, je la préfère à celle du Botanique de la tournée Toboggan d'ailleurs (mais là il n'étaient que 2, JLM+batteur)."

Jean-Louis MURAT à LIEGE: attention aux retours... de flamme.Jean-Louis MURAT à LIEGE: attention aux retours... de flamme.

LE deuxième avis par Jean-Louis S. :

Si vous vous souvenez, en décembre dernier, j'étais revenu du concert de JLM au Botanique à Bruxelles bouleversé. Il venait de faire une de ses plus belles prestations, l'ensemble du public et là, l'ensemble de la presse était sous le charme, JLM avait réussi a faire oublier sa mauvaise image d'un gars pas toujours fiable* et il avait sublimé son dernier album. Après cela, j'ai diffusé autour de moi le message qu'il fallait absolument retourner l'écouter en concert et qu'il fallait profiter de son passage à Liège dans la nouvelle salle LE REFLEKTOR pour redécouvrir l'artiste... Hier j'ai donc croisé pas mal de personnes qui avaient déserté Murat. TRES MAUVAIS est le mot qui me vient après cette soirée qui débute par un chant très approximatif. Dans le premier morceau, JLM n'arrive pas à ajuster sa voix, il se passe qq chose c'est évident. Il fait de nombreux signes afin que l'on augmente les retours car il ne s'entend pas chanter et je peux vous dire que dans ces conditions, il lui est impossible de chanter juste. La suite est une succession de coups de gueules de JLM où tout le monde en prend pour son grade, il se montre sous son plus mauvais jour et il n'essaye plus rien d'un point de vue musical. Il se perd dans ses textes (même avec ses textes sous les yeux), il siffle, quitte la scène à plusieurs reprises puis s'en prend aux femmes avec ses propos stupides et misogynes. Il n'épargne personne... Ses musiciens sont perdus et cherchent à le rejoindre, mais il part en vrille et on le voit clairement sur leurs visages, plus rien ne va. En plus de tout cela, le son dans la salle n'était pas bon, il y avait un problème de balances alors que lors des deux concerts précédents dans cette nouvelle salle, le son était parfait! Alors que s'est il passé hier à Liège? Pourquoi n'y a-t-il pas eu un temps d'ajustement après le premier morceau afin de régler les problèmes techniques? En tous cas après le concert j'ai entendu de nombreuses critiques sur le personnage car il a vraiment été infâme et c. , il a parlé bien plus que d'habitude, mais le souci, c'est qu'il a vraiment pris le public en otage dans un moment très désagréable. Voilà, je regrette donc d'avoir ameuté du monde qui avait déserté les concerts de JLM. Bonne journée à vous

*souvenir d'un concert à la Libre Belgique...

J'ai dis à Jean-Louis S. que je le trouvais très dur. Il a ainsi ajouté:

"Vous avez raison, c'est là un retour très dur, c'est pourquoi je voudrais ajouter combien je reconnais en JLM un artiste absolument fantastique, je l'écoute depuis ses débuts et sa musique est unique. Il représente pour moi un repère dans l'univers musical d'une époque bien pauvre, j'ai pour lui une grande admiration, c'est aussi pour cela que je m'autorise cette réaction".

Je ne partage pas son avis sur la voix, pas de fausseté selon moi, mais il est vrai qu'il a souvent galéré sur les textes et chantant à contre-temps et qu'effectivement, le groupe était tendu.

copyright D. Houcmant
copyright D. Houcmant

PS: J'espérais retrouver avec LIEGE de belles photos de Dominique HOUCMANT (comme celle-ci).. mais cette fois-ci, il n'aura le droit d'en diffuser qu'une seule... choisi par Murat.

Jean-Louis MURAT à LIEGE: attention aux retours... de flamme.

LE LIEN EN PLUS:

 

Avec la sortie du dernier DOMINIQUE A... le nom de Murat ressort... Ci-dessous dans la bouche de Dominique A

 

Interview complète

SUR LE SITE LA SOURDOREILLE.NET

 

"C’était nouveau pour toi d’associer directement un pays avec l’écriture d’un disque ?

Non, il y avait eu le Groenland avec L’Horizon. Ce sont souvent des paysages prenants, monumentaux, avec une présence humaine assez… limitée. Ton esprit se retrouve libre et l’activité humaine n’est plus parasitaire. Et puis, je suis bien obligé d’en parler : j’ai eu un petit garçon en juin. Cela a eu une influence car je devais aller en studio avant qu’il n’arrive. Car je n’allais ensuite pas être disponible pendant peut-être un an. Je ne pouvais pas me retrouver à faire un disque en 2016, cela aurait été trop pesant. J’ai besoin d’un rythme régulier. Je ne suis pas Jean-Louis Murat, mais quand même ! (rires). Je devais donc terminer le disque avant l’arrivée de ce petit être…"

J'y étais! Je ne me lave plus les mains!

J'y étais! Je ne me lave plus les mains!

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Commenter cet article

Laurent 19/03/2015 16:08

Merci pour les CR ! A mon avis, il est peut-être temps pour JLM de lever le pied, de ralentir la cadence au niveau de ses productions de disques et pourquoi pas écrire un livre. Je le lirai avec enthousiasme !!! Bravo à son ami Eric Reinhardt ceci dit en passant...

Rhiannon 19/03/2015 10:11

Eh bien! on le retrouve...çà ne m'étonne pas vraiment...à force de voir des concerts de Murat et de connaitre le personnage ...ses coups de gueules et ses propos misogynes ne me font ni chaud ni froid du moment qu'il a assuré malgré les problèmes techniques et il y a un temps où le sieur Murat se serait barré...:) ....il a fait d'énormes progrès mais c'est chiant de n'avoir pas de retour...en espérant qu'à Bourgoin Jallieu ,il n'y aura pas ce genre de souci...;)

Véro 19/03/2015 00:48

1/ Tsss tsss tsss. "Caravane". Même en France, ca s'appelle un food truck, avec ou sans accent auvergnat.
2/ J'ai été à deux doigts d'être misogyne moi aussi hier.
3/ Je suis complètement pour le remplacement de la marseillaise par une version sifflée. Pourquoi n'y a t'on pas pensé plus tôt? (Et c'est encore une femme qui a protesté dans la salle et (lui) a coupé le sifflet, alors que moi, la marseillaise comme ca après tant d'années passées à l'étranger, ca me rend toute chose.)
4/ Pssstttt. Leonard, pas Léonard, Peterle. Même avec l'accent auvergnat.
5/ Vielen Dank für die Fahrt und für den Abend!

Pierrot 19/03/2015 08:14

voilà le caractère Mesdames, Messieurs, que j'ai supporté durant les 3.5 heures de trajet!... Une fan de Murat, quoi! ;.