Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)

Publié le 20 Juillet 2016

Encore et encore des concerts pour moi! (mais on parle un peu de Murat tout de même!)

 

 

Je vous avais annoncé la sortie du nouvel album de Silvain Vanot "Ithaque", et son écoute m'a décidé de venir le voir hier dans le cadre des "Nuits de Fourvière"... Une scène in-off dans un autre lieu appartenant au Département du Rhône : le parc de Lacroix-Laval, à la limite des Monts du Lyonnais.

Je ne savais pas que le périf nord était fermé pour travaux... et résultat: 2 heures de trajet pour y arriver... Le gratuit se mérite parfois. J'arrive donc en retard, d'autant que je dois parcourir les 600 mètres restant à faire à pied dans le parc, en boitant et en souffrant (certaines parties de mon corps n'ont pas aimé les 150 km de vtt du week-end).

J'arrive transpirant au petit chapiteau ouvert sur le côté sur une miniplace de village, et je me glisse au 2e rang.

 

Rappel:

Compte-rendu du Concert aux Arcandiers par M (et interview)

interview croisée Murat-Vanot

Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)
Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)

Je n'ai pas vraiment les chansons d'Ithaque dans les oreilles, ni les plus anciennes... mais je passe un excellent moment. Vanot est accompagné de Christian Quermalet (qui figurait avec les Married Monk sur le disque "comme un seul homme" avec Murat (1998 disque pour le don d'organe). Celui-ci alterne à la batterie, à la seconde guitare, et aussi à l'hammond. On voit que le duo a bien profité de sa résidence à l'Épicerie Moderne pour peaufiner un spectacle bien construit, avec une alternance des orchestrations, des instruments... C'est parfois rugueux et épuré car avec deux musiciens sur scène... mais une succession de petites surprises éloigne toute monotonie : une petite mise en scène autour d'une sorte de théremine dont Silvain joue avec une lampe de poche, des effets électro et de guitare, une petite boucle réalisée live par Silvain avec sa guitare-bidon (une boite de biscuits en fait) au son presque banjo ou sitar, avant qu'il aille jouer du clavier, puis revienne sur la fin à la guitare pour une partie que j'ai vraiment adorée ... Sur ce titre, il me semble "Ithaque" -, on a même droit à la participation au violoncelle de Marguerite Martin, proche de Richard Robert (L'oreille absolue, ex-inrock et collaborateur des nuits de fourvière)... Elle reste également pour le suivant. D'autres instants frisent parfois l'expérimental et le noisy, m'évoquant parfois les ambiances du Mustangotour avec le son de guitare enrobé dans de l'électro. Sur un des titres de rappel ("de faute"), c'est le son de la guitare qui m'interpelle et me subjugue.

Voici pour l'enrobage... Reste le coeur, et les chansons d'Ithaque sont vraiment belles : notamment "le nom d'un autre". En écoutant le disque au retour, je suis saisi par la beauté et la justesse de la voix sur certains titres. Sur le concert, c'est plutôt la sensibilité et la fragilité qui m'ont touché, même si comme Murat parfois, les entames de phrases sont un peu lâches. On peut en tout cas profiter des textes et du sens des chansons... et de ce côté-là, c'est quand même du haut-niveau. Au retour dans la voiture, certains textes me refont penser à Gilles Vigneault qui pensait que les plus beaux vers  étaient fait de monosyllabes  (" le plus beau vers de la langue française. Jean Racine, dans Phèdre, écrit : « Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon cœur. » Tout est dit en douze pieds").  On retrouve je pense une recherche d'épure et de simplicité, notamment sur Ithaque, et c'est superbe.

 

Enfin soit, conquis je suis.

La set-liste ci-dessous. 

 

Tee-shirt rock and roll pour Christian, un petit style "papa d'Angus Young"
Tee-shirt rock and roll pour Christian, un petit style "papa d'Angus Young"

Tee-shirt rock and roll pour Christian, un petit style "papa d'Angus Young"

Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)
Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)

"j'ignore comment le tri s'opère mais voyez

Je suis toujours là

Loin du wagon de tête avec les indécis, ça me va"

Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)
Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)

"Je ne t'entends pas quand tu m'annonces la fin du monde, j'entends le brouhaha qui monte et gronde" ("Ma siamoise"... encore un titre à pleurer, avec un son de guitare façon sitar)

 

 

 

 

PS: Un feu fatigué, je m'éclipse après m'être fait dédicacé le disque, et ne vais pas poser LA question à Richard Robert (est-ce qu'il est possible de voir Murat un jour aux Nuits de Fourvière? peut-être via une soirée "Clermont rugit la nuit", pour fêter l'unification dans la nouvelle région? ;.) ), et ne vais pas me présenter à l'ami facebook Christiane Quermalet....

Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)
Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)
Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)

"le jour où le bateau vint, la lumière d'août brûlait ma peau

mais elle tenait ma main, le matin j'avais glissé un anneau à son doigt le plus fin

face au blanc des voiles,sur le bleu de l'eau, je sentais venir la fin"

notre photographe lyonnais  culte est là. Richard Bellia

notre photographe lyonnais culte est là. Richard Bellia

Silvain VANOT, nuits de Fourvière, 18/07 (et nuit du blues)

Vanot parle de Murat à Richard Robert

 

LA PRESCRIPTION EN PLUS DE RICHARD ROBERT : La nuit du blues 16 juillet

 

Richard Robert journaliste des Inrocks a interviewé, chroniqué Murat à plusieurs occasions. Vous trouverez ci-dessous sa chronique pour Mustango.

Il s'est rangé des voitures pour rentrer dans la banlieue dorée lyonnaise il y a quelques années, créant son webzine l'oreille absolue (il y avait partagé sa rencontre intégrale avec Manset notamment). Il collabore donc aux Nuits de Fourvière désormais.  Une de ses grandes réalisations de l'année était la soirée MOONDOG à l'odéon, les amateurs d'Eicher connaissent bien ce musicien new-yorkais (le chanteur suisse était d'ailleurs des invités de cette grande soirée).  Je n'y étais pas... mais je suis allé à la soirée "nuit du blues" dont il était aussi partie prenante (16 juillet).  J'en dis quelques mots vite fait:

L'occasion fait le larron (et le marron; j'avais un oeil au beurre noir)... et le nom de TAJ MAHAL m'avait  attiré... Prescription de Richard Robert... et de Jean-Louis Murat!  C'est lui qui a inspiré à Murat le "corrina corrina" de "l'âme qu'on nous arrache" de Lilith. Et L'un des premiers disques que Murat a acheté est celui de Taj :

Oui, ça a fait un scandale dans la famille. J'avais une cousine qui se mariait. Ma mère avait donné du pognon à mon père pour me descendre le samedi après-midi à Clermont-Ferrand acheter une veste et un pantalon. J'ai fait une embrouille je suis allé dans un magasin de disques, et avec l'argent du pantalon ou de la veste, j'ai acheté Tupelo Blues de John Lee Hooker, un Janis Joplin et le premier Taj Mahal.

Autant vous dire que cette histoire remonte un peu... et qu'il est temps d'aller le voir sur scène. Il joue désormais assis et le petit déplacement vers le piano est délicat... mais la voix étonnante reste.Du pur blues, avec son Taj Mahal trio. J'espérais qu'il joue "corinna"... mais ce ne fût  pas au programme. Quelques titres à la guitare métallique, puis à l'acoustique, banjo, son "petit bébé" (une mini),  puis guitare électrique et aussi piano, on a droit à toute la panoplie. Ce n'est pas vraiment mon truc... mais il y a des jolis moments: notamment quand l'artiste précédant Habib Koitié vient danser avec la compagne de Taj sur Zanzibar,  un titre lorgnant vers l'afrique, avec une longue mélopée tant de guitare que de voix.

Ecoutez :  https://www.youtube.com/watch?v=HfppeKpE7F4

Taj nous parle un peu expliquant que s'il parle un vieux français c'est qu'il l'apprend avec des québecois. Petite fausse note: l'irrespect du public qui pour une partie s'en va petit à petit (des changements de plateau un poil plus rapide auraient été biens)... même si le rappel permet enfin de se mettre debout, et d'aller se coller à la scène et d'avoir un peu de "communion".

 

Avant Taj Mahal,  la soirée avait commencée par un hommage aux victimes des attentats et une ovation qui a duré et duré. Le saxophoniste Raphaël Imbert a poursuivi ce moment  par un bel instrumental. Il a ensuite livré un set plein de groove  autour de Paul Robeson, un chanteur au parcours étonnant. Des petites interventions entre les chansons nous ont permis d'en apprendre plus sur lui.  J'ai vraiment adoré la prestation, avec le saxo que j'apprécie de plus en plus mais aussi des parties de guitare impressionnantes et la jolie voix de la chanteuse Marion Rampal. Prestation trop Courte. Raphaël Imbert New Quintet  Flowers For Paul Robeson"

 

Eric Bibb (filleul de Robeson!) & Habib Koité sont arrivés ensuite pour une rencontre New-York - Mali, à la recherche des sources du blues. Pour moi, c'est l'occasion de repenser à l'album "africain" que Murat aurait pu faire (projet avorté).  Jolie rencontre, très édifiante. Plus d'infos.

A voir: et entendre le beau "we don't care" https://www.youtube.com/watch?v=W6hhOkKhk1Q

La bonne humeur d'Habit Koitié faisait plaisir à voir, notamment quand il a raconté qu'à Bamako, on ne le croira jamais s'il raconte qu'il était à Lyon hier (il fait l'aller-retour pour le concert).  .

 

 

--------------------------------------------------------------------

La conquête de l'ouest

Ou comment Murat, tout au long de sa discographie, a peu à peu sorti sa musique de sa simple condition de décor, pour en faire finalement sur Mustango un espace vivant, cultivable : son Amérique à lui.

Par Richard Robert

Le parcours discographique de Jean-Louis Murat ? Celui d'un trouvère. Des allées et venues de chanteur itinérant, pas franchement fixé - ni sur son art ni sur son sort. D'album en album, Murat donne l'impression de flotter : son ancre chasse. Des disques comme Le Manteau de pluie et Dolorès, où certains l'ont cru sédentarisé, n'ont été finalement que des étapes. Des passages plus sûrs, des gués où il a eu un peu plus pied. Plus tard, on l'a croisé ailleurs, un peu plus avancé, mais toujours pas arrivé. Car la vocation du trouvère n'est pas de trouver - un point d'attache, un toit à soi - mais bien de chercher sans fin, de quêter une étoile inaccessible, de battre infatigablement le pays, jusqu'à s'égarer parfois.
Dans l'arbre généalogique de la chanson française, Murat appartient à une sorte de rameau brisé, ou à une souche séparée dont les rejets disparates pourraient s'appeler Alain Bashung, Dick Annegarn, Gérard Manset, Rodolphe Burger ou Silvain Vanot. Autant de cousins lointains, trop occupés à se dégager des voies personnelles pour s'enclore dans un lieu commun et qui forment comme une diaspora musicale au sein même de l'Hexagone.

S'il est une exception française dans le domaine de la chanson populaire, c'est sans doute à cette cohorte d'exilés de l'intérieur qu'on la doit. Et à cet inconfort particulier que tous ont pu éprouver, dans un pays où les ressources poétiques sont intactes mais où le sous-sol musical s'est irrévocablement appauvri : un pays même pas fichu de sauver son blues à lui, de maintenir ses traditions autrement que dans la gangue sèche et puante du folklore.

Nomades forcés, ces chercheurs d'or sonore, de souffle et d'espace ont, un jour ou l'autre, fatalement lorgné du côté de l'Amérique. Une Amérique non littérale, recomposée, dont ils se sont abstenus de singer les codes. Une Amérique intérieure, même, ralliée en creusant des tunnels imaginaires, dont ils ont voulu atteindre les grandes prairies par des trajets clandestins et les hautes plaines par des défilés tordus. "Comme des exilés s'en vont d'un pas traînard / Cherchant le soleil rare et remuant les lèvres ", écrivait Baudelaire dans Réversibilité. Des phrases que Murat reprendra à son compte dans son album Dolorès.

La conquête de son Far West personnel, le Français l'a ainsi engagée bien avant d'enregistrer Mustango entre New York et Tucson. Mais il l'a souvent entreprise de manière plus ambiguë et désordonnée. Pendant longtemps, Murat n'a paru accorder à la musique qu'un simple rôle de support, décor plus ou moins chiadé devant lequel sa voix, ses textes et ses innombrables états d'âme occupaient sans partage les premiers rôles. Dans Cheyenne autumn (89) et Le Manteau de pluie (91), les climats sonores sont ainsi calqués sur la météo intime du bonhomme, les chansons habillées en fonction de sa température interne - basse, en général.

Certaines parties de Cheyenne autumn, avec leurs arrangements synthétiques sous-vitaminés, ont aujourd'hui l'air de vieilles barquettes oubliées au fond du congel new-wave. Plus léché, l'impressionniste Manteau de pluie propose une collection de chansons fumigènes, devant lesquelles se découpe mieux que jamais la gueule d'atmosphère de Murat. Voix déposée au creux de l'oreille, usage lancinant du mid-tempo, songwriting simplissime et à la limite du chichiteux, arsenic mélancolique : le genre de disque à l'écoute duquel on se laisse volontiers engourdir et envoûter, en sachant pertinemment qu'il soulève peu d'enjeux esthétiques.

C'est par la suite que Murat semble réellement placer son identité musicale au premier rang de ses préoccupations. Son problème, alors, est simple : que faire lorsqu'on est chanteur et français, qu'on s'est toujours senti proche de Neil Young, Leonard Cohen, John Lee Hooker ou Bob Dylan et qu'on ne peut plus le cacher ? Se sommant de répondre vite fait à cette question, l'Auvergnat enregistre Vénus (93) en huit jours : traduction française plutôt convaincante du country-rock, l'album entraîne la musique hier frigide de Murat dans les sous-bois et la dénude sans ménagement, esquisse des parallèles entre les chants de la terre américaine et ses complaintes frustes de bougnat boudeur.

A la suite d'une tournée où l'on entend beaucoup couiner la pedal-steel, Murat envisage de chevaucher le Crazy Horse de Neil Young, puis recule, pris par la pétoche : trop tôt, trop évident peut-être.

Revenu à ses machines et à sa solitude, il monte Dolorès (96). Plus qu'une simple parenthèse dictée par le dépit amoureux, c'est un joli chantier désenchanté où il agrège mieux que jamais la forme musicale et le fond de son âme. Au meilleur de son écriture fille de joie et sœur de chagrin, Murat signe un album qui grogne de plaisir et de douleur, sanguinaire et mielleux comme une saison des amours. La musique, extirpée de l'arrière-plan, est devenue chez lui terreau porteur, cultivable : un enjeu territorial, aiguisant ses appétits de pionnier, son désir de trouver un paradis qui lui ressemble. Mustango n'a donc pas surgi par hasard, mais à un moment où Murat a pu enfin faire son baluchon, traverser l'Atlantique, se mesurer à ses obsessions de façon moins naïve et rassembler tout ce qu'il avait exprimé jusqu'alors sous forme de pièces détachées. L'Amérique n'est plus là pour lui tendre un miroir fidèle, mais pour lui amener des analogies, des complicités, des outils. Ici, la présence de Calexico, Marc Ribot ou Elysian Fields n'est pas innocente : avec ces voyageurs qui aiment à arpenter et habiter chaque recoin de musique, Murat est parvenu à faire de Mustango un champ sonore bien concret autant qu'un espace mental et affectif. C'est un disque à la fois enrichi et aéré où les mots, moins en vedette et moins lourds de sens, se consacrent davantage à une sorte de phrasé ornemental, traits de couleur accordés à la pâte musicale.

Mustango n'est pas forcément l'album définitif de Jean-Louis Murat. Mais c'est certainement celui où il a su le mieux faire le point, où il a semblé enfin y voir plus clair et plus loin : c'est un premier vrai surplomb, d'où il peut enfin mesurer le chemin accompli, embrasser du regard les plaines déjà traversées et entrevoir sans doute quelques-unes de ses prochaines destinations.

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article

Pierre-Emmanuel Herbain 22/07/2016 18:53

Merci Pierre pour cet article. Toujours pas écouté Ithaque mais ça ne saurait tarder. La guitare-bidon de SV est ce qu'on appelle une cigar-box guitar, parce qu'habituellement fabriquée à partir d'une boîte de cigares. Ce type d'instruments bricolés date du XIXe siècle et vient des Etats-Unis (il existe aussi des violons). Le terme cigar-box est resté mais ce sont souvent des bidons d'huile qui servent de corps à l'instrument. Le nombre de cordes est variable, 3, 4 ou 6 la plupart du temps. Un copain luthier en fabrique de très beaux (et aussi de magnifiques guitares) : http://www.gumbguitares.fr/
Sinon, je n'avais jamais lu cet article de Richard Robert, l'une des meilleures plumes qui ait officié aux Inrocks. C'est à lui que je dois la découverte (dans les Inrocks) de deux artistes que je vénère : Gillian Welch et Joe Henry.