Chroniques d'en haut

Publié le 11 Janvier 2014

C'était avec impatience que j'attendais Chroniques d'en haut... le magazine que je connais bien pour habiter sur Rhône-Alpes, avec son présentateur Laurent Guillaume... éternel présentateur de cette antenne régional. 

J'ai regardé avec plaisir.

 Le menu est un rêve de muratien, voyage dans le Sancy sur les airs de Murat... le pélerinage de La Mecque pour tout muratien!   Et on a effectivement droit à un très beau panel musical muratien, des choix de titres assez originaux, et on passe bien sûr par des endroits chers... Le Servières... et son zonard estival : Christophe Pie, qui y attrape des truites à mains nues, et qui effectivement l'été arrivant invite   sur son FB "qui m'aime me suive" à "monter"... et quelle surprise de découvrir Jérome Pietri taquinant la gaule comme de sa guitare... Puis Grazia, la passionaria de Vulcania et de Murat!... On devine là-dessous la patte de Laure Bergheaud, qui s'est bien gardée de se révéler (c'est ça les femmes de boy's band! il faut se cacher). Elle est d'ailleurs remerciée dans le générique.  Et on a bien sûr de bels images de lands, de vent... 

Pour finir, suivant une évocation live "il neige",  une petit clin d'oeil très cinématographique du maestro...  et une parfaite petite sentence finale, qui nous évite une interview sans doute peu intéressante  et qui... évite à Murat d'avoir à jouer l'artiste régional (rôle dans lequel il refuse de se laisser enfermer).  D'ailleurs, le reportage est assez subtil de ce côté-là : il est plus souvent question de la campagne, des paysans, des estives, de l'hiver... que de l'Auvergne et du Sancy... Des atmosphères! Et on se dit qu'il va falloir attendre encore quelques mois avant le KOLOKO pour prendre sa dose.  

Alors, bien-sûr, c'est trop court... et les interviews prennent du temps... et pour un acharné comme nous, comme moi, c'est frustrant... et je dirai même paresseux!  Pourquoi ne pas avoir choisi une sélection de titres plus "sancy's name dropping"? et de nous évoquer un peu plus:   Où est la dent de la rancune? le saut de la pucelle? vendeix?  Roche-charles? les termes de choussy?... et tant et tant : le trou de Giscard, et même pas de "entre roches Tuilière et Sanadoire, et de lady of Orcival ...  

 Je me suis posé la question aussi de savoir si ça n'évoquait pas trop le Murat côté "spleen",  appuyant trop sur l'image qui colle à Murat.  L'extrait du clip de  "papillon" (et les routes autour de Douharesse, et le Servières) permet néanmoins une fenêtre vers un Murat plus "dynamique et électrique".  Et on apercoit un peu Pessade... sans cette si belle musique de "pessade 90"... Ah... mais on pourrait faire tant et tant sur Murat.... et soit... ne boudons pas... 26 minutes, dont beaucoup sur de la musique signée Bergheaud... Non, ne boudons pas. Un excellent moment...  


 

L'Auvergne selon Jean Louis Murat par chroniquesdenhaut

- Quelques "sites" muratiens: 

https://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&t=f&ecpose=45.40365235,3.08031352,7357.62,-36.192,60.07,0&oe=UTF8&msa=0&msid=115593317591136831393.0  0044582d2ff2a3f2a747

 

- Petite évocation du Sancy sur "pessade 90":

http://www.surjeanlouismurat.com/article-retour-en-douceur-48276335.html

... et je vous mets encore ma petite vidéo du KOLOKO dernier... avec quelques images de PESSADE, dont la croix, le lavoir que l'on voit dans le reportage:

 

 

Et puisque c'est dimanche... dans la plaine de La Limagne.... on s'ennuie... alors que la-haut, c'est impossible!

 

Les autres émissions de Chroniques d'en haut- (ma première rando de la saison prochaine, ça sera le TAILLEFER:

http://rhone-alpes.france3.fr/emissions/chroniques-d-en-haut ).

Et allez, Murat dans l'émission "montagne", le grand père de "chroniques d'en haut"... dont il a écrit le générique:  

http://www.dailymotion.com/video/xb8gag_jean-louis-murat-dans-l-emission-mo_music

C'est un juste retour des choses que le magazine actuel est refait appel à Murat!

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

Coquille de la Montagne ou fêlure de l'artiste?  J'ai cherché à avoir l'information (je vous tiendrai informé)... mais dans LA MONTAGNE, Carla Bruni évoque Murat et sa règle des 3 T...  mais il est noté : "tonalité, tempo, truche"... Truche?   C'est bien sûr chers lecteurs connaisseurs, non pas Truche... qui est une patate normande, ou en dauphiné, une urne pour conserver de l'huile... et on ne voit pas le rapport... mais TRUCTURE... qui complète la devise de Jean-Louis. J'ai demandé une rectification à la Montagne!

la coquille est présent dans la publication papier comme sur internet: http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2014/01/09/carla-bruni-bientot-en-concert-a-vichy-je-me-fous-de-mon-image_1829188.html  

"Quand je maquette mes chansons, c’est dans mon bureau et je travaille sans relâche. Ma règle c’est celle de Jean-Louis Murat : “tempo, tonalité, truche”. J’adore cette idée".  

 

Murat évoque les 3T notamment dans les articles ci-dessous:

http://www.leprogres.fr/actualite/2011/09/06/murat-l-indomptable
http://www.metronews.fr/x/metro/2008/04/01/Bdz1YrvZV5z16/index.xml

 

 

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Commenter cet article

Lew 13/01/2014 12:17


Belle narration Pierrot, on sent bien que le reportage t'a touché (comme c'est le cas pour Armelle, Rhiannon et JLL.)


Aucune humeur boudeuse de mon côté non plus. Un beau moment, aucun regret.


Mais avec un peu de recul (j'ai pu voir l'émission en direct sur un canal perdu, le "301"), je trouve que le film n'est pas forcément à la hauteur de son sujet.


Pourtant l'idée du pélerin parti sur les traces d'un musicien-poète, un peu comme un sage chinois (malgré la polaire vert-fluo, véritable agression pour les neunoeils du spectateur), était loin
d'être mauvaise.


Cela m'a rappelé le tourisme que certains font dans le Kent à la recherche de signes invisibles, pistant, traçant l'oeuvre de Joseph Conrad, avec en tête des histoires de "génie du lieu" et
toutes ces sortes de choses...


L'Auvergne de Murat est pour moi autant mythopoétique qu'inscrite réellement dans la géographie.


Les arrêts chez la belle Graziella (dans son auberge au "menu auvergnat"), les rencontres au Servière avec des musiciens-pêcheurs en K-way bleu-marine, transis de froid et mouillés jusqu'à l'os,
parodoxalement n'apportaient rien ou pas grand-chose.


La tentative de montrer physiquement le maillage des connexions muratiennes m'a semblé très artificielle.


Beaucoup plus fortes furent les découvertes de Nadine, l'ex-agricultrice reconvertie dans le fromage, et de l'éleveur des nobles vaches ferrandaises. Mais-là encore, la proposition du journaliste
de les enroler à tout prix dans le vortex des chansons de Murat m'a paru plaquée.


En plus son ignorance (qui n'avait pas l'air feinte) de la météorologie du Puy-de-dôme tombait comme un cheveu sur la soupe (comme si à l'altitude de 1450 m, on ne connaissait pas les tempêtes de
neige !), dans la bouche d'un montagnard, ça sonnait un peu bizarre.


Les témoignages des gardiens du phare du col de la Croix du mourant nous ont révélé l'attraction que peux exercer une grande chanson, mais ça on le savait déjà.


Et la désertification paysanne est bien montrée, mais est-ce nouveau ?


Dans cinquante ans, l'Auvergne sera devenu le repaire des geeks de l'agriculture numérique (on fera du saint-nectaire haut de gamme tout en faisant de l'électro dans sa cave, on écrira des polars
ou des poèmes tout en élévant des hybrides d'aurochs dans les prés qu'on aura rachetés à prix d'or. On enverra toute la production par internet, en 3 D).


La dernière séquence est splendide et émouvante mais on ne sait pas vraiment si c'est Murat lui-même qui l'a tourné et envoyé ensuite par mail au cinéaste rhône-alpin ou si elle fut prise par
l'auteur sur place (on est aussi en droit de supposer que le mec de France 3 R-A avait lui aussi des contraintes de tournage et un agenda serré, ou qu'il a mal maîtrisé ses rendez-vous).


Salut et fraternité, paix et prospérité, et bien à toi, Pierrot. ("Aure Atika, nue dans un lac, ouais, ça jamais on ne le verra", comme le chantait Bourvil).

Pierrot 15/01/2014 23:36



salut lew, bonne année à toi! Un grand merci pour tout!!


Bon, je suis d'accord avec toi... mais moins sévère... 26 minutes... C'est court... et c'était avant tout une petite évocation du sancy...



JLL 12/01/2014 19:24


Que d'émotions et de bonheurs tout au long de cette trop courte "chronique",


l'attachement vicéral à cette région est merveilleusement traduit au fil de cette


superbe ballade...


JLL

Pierrot 15/01/2014 23:39



Salut à toi, JLL!  Bonne année!  Merci de ton passage!


 



rhiannon 12/01/2014 18:34


En effet ..excellent reportage sur la région Auvergne de plus en compagnie de Jean Louis Bergheaud....c'est très agréable...rencontre avec Mr Christophe Pie et Mr Jerome Piétri...je n'ignorais
pas qu'il aimait la pêche....;)...il défend très bien nos océans...un régal....il ne manquait qu'Alain...j'aurai apprécié qu'il nous parle également de cette région....grand absent de ce
reportage...

Armelle G.R. 12/01/2014 13:42


Merci, je viens de passer une très belle demi-heure en Auvergne sur les traces de Jean-Louis! et quel plaisir de voir et d'entendre témoigner Christophe et Grazia!le petit clin d'oeil final est
très bien vu et suffit à faire comprendre que le sujet du reportage c'est bien l'AUVERGNE selon l'artiste...