Hors-MURAT N°2 Mini! : TRAVIS BURKI

Publié le 24 Mai 2011

 

Un    petit  "hors-MURAT".... puisque TRAVIS a répondu à deux de mes  questions, mais avant de découvrir la ultra- mini-interview, voila quelques impressions :

 

 travis2travis3

 

 

Il  aura fallu 3 ans pour qu’on ait des nouvelles musicales de Travis Burki   (dire que l'on n'avait pas de nouvelles est un peu faux : sur son site internet, il livrait des textes, et parfois de la musique:http://www.travisburki.com/ 

 

 Puisque son dernier album « le garçon » était excellent , Universal n’a pas prolongé la collaboration. L’auto-production compte donc un nouveau chanteur d’exception  dans ses rangs.

 

 

 

Sur cet album (éponyme) sorti en mars me semble-t-il,    Travis pose en "garçon modèle" cravaté… à moins que cela soit en diablotin :  « SUR LE FIL » disait-il l’autre soir à LYON : « je ne sais pas si  vous l’avez remarqué,  mon répertoire est quand même assez basé sur un espèce de second degré   on ne sait pas trop si c’est drôle,  ou pas »…  L’erreur serait ici  de chercher  systématiquement ce second degré  bien que l’entame de l’album nous emmène  sur cette piste.    « Elle rêve » , « grandis », « le TGV »   ou le titre caché après « les faons » sont plus délicats… "sages" comme dirait Véronique Lehoux....  Sur l’opus précédent,   les titres « Ebloui » ou « la femme océan » étaient de cette même veine…

 

Conforté par les chroniques (très positives)  parus dans TELERAMA et LONGUEURS d'ONDE, j'ai envie de dire : Travis Burki ne ressemble à rien… à moins qu’il soit  capable  d’être tout à la fois.  On pense à Gainsbourg,  en prisonnier d’un physique hors-norme…  à la fois capable d’oser le libidineux (la petite cochonne), puis le fleur  bleu. 

Enfin, soit, c’est un chanteur varié ! Et l’orchestration du disque en rajoute une couche ! Après le synthé  très  pop 80’s des « grands ensembles », « « Apophtgeme » ose même une variation façon Polnareff, aux multiples ambiances synthétiques. La production est donc une réussite,  notamment dans les voix additionnelles… on pourra même trouver même dans « la petite cochonne »  un petit bijou de chanson pop. Quant à Hélène,  Joe Dassin l’aurait adopté… Refrain plaisant, piano saloon et  banjo,  et j’adore l’enchainement :   « l’idée de qui, l’idée de quoi,  l’idée d’où, l’idée de comment »… 

Mais l’orchestration ne fait pas tout, puisque livrées en concert, en piano-voix,  l’essence des chansons se suffisent à elles –mêmes. On retrouvera d’ailleurs aussi sur le disque cette simplicité là, notamment sur « les faons ». 

Vous retrouverez ci-dessous les vidéos que Travis m'avait autorisé à faire lors d'un petit concert à Lyon. Un excellent moment dans lequel j’ai été, en fait, assez surpris de la qualité de la voix et de l’interprétation de Travis (je n'avais pas encore écouté l'album). 

 

 

ALORS, TRAVIS.....

 

- On frôle finalement le concept-album par la diversité musicale : c'était une volonté de départ?

la notion de concept album est sans doute l'une des plus répandue dans le fantasme national des amateurs et faiseurs de chansons. Je n'ai pas échappé à cette fatalité et j'ai souvent rêvé de fabriquer l'un de ces albums conceptuel. Pour celui ci, l'album référent a été "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band" alors forcement, la disparité des titres, a pu trouver ici et là matière et espace dans l'humble disque que je publie cette année. N'étant pas 4 Beatles mais un seul Bürki, ceci explique cela, on notera, comme me le fit remarquer mon manager, que nous avons "The Beatles" et "Travis Bürki", exactement les mêmes initiales.

- La plus forte surprise est ce morceau totalement 70' et hommage à Polnareff. Vous êtes un adepte ?

J ai découvert tardivement Polnareff grace a Lionel Flairs, super bassiste et ami qui m'avait offert sa biographie. Après quoi j'ai acquis l'oeuvre intégrale de M.Polnareff et fut conquis par la grâce de sa voix, ses mélodies pleine d'oxygène et ses arrangements et ses productions. Je n'ai pas été autant transcendé par ses textes mais je reconnais que "apophthegme" et notamment la mélodie de la ligne vocale est très dans l'esprit de ce grand artiste.
C'est d'ailleurs un titre que, dans sa globalité, j'aurais mis 14 ans à terminer.

 

Merci M. TRAVIS BURKI

 

En concert tous les mercredis soirs à L'Angora à 21H, 3 Bd Richard Lenoir 75011 Paris

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Je vous avais déjà parlé et diffusé deux vidéos de Travis Burki ici:

http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-travis-burki-68824107.html

 

Voici d'autres vidéos :

 

 

 

 

 
... Chanson du précédent opus... explicite...
 
Et pour conclure le titre Superb-ien de l'album en version album:
 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article