Le concert de Murat à Strasbourg par PIERRE SCHOTT

Publié le 28 Octobre 2013

 
 
On a quelques fois parlé de Pierre SCHOTT, que l'on croise facilement sur FB, sur ce blog. L'ancien membre de RAFT ("y'a qu'à danser")  livre désormais des albums solos salués immanquablement par BAYON  (notamment).   Il aime Manset, il était de l'album ROUTE MANSET, mais ne dédaigne pas Murat, même si le défi qu'il lui avait lancé de monter au Puy-de-Dôme en vélo n'a jamais été relevé (Le défi dont il a parlé à l'ami Baptiste Vignol:http://delafenetredenhaut.blogspot.fr/2010/07/quand-pierre-schott-rompt-le-silence.html)
Je lui ai proposé l'autre soir de se livrer à l'exercice délicat du compte-rendu. Il a accepté! Et j'en suis ravi et fier.
 
Merci beaucoup  à Pierre SCHOTT.
 
 
 
"Jean Louis Murat en concert à La Laiterie - Strasbourg - le 25 octobre 2013

Sans être un grand connaisseur de sa discographie labyrinthique, j'avais gardé de très bons souvenirs des 2 concerts mulhousiens de Jean-Louis Murat, dans les années 90. C'est donc le coeur positif et impatient que je franchis les portes de la Laiterie en cette douce soirée du 25 octobre 2013, beaucoup plus que ma chérie qui ne connaissait pratiquement rien du bonhomme, qui se méfie de la chanson française comme d'un fromage douteux et que j'ai du trainer dans la salle par les cheveux.
Donc, pile à l'heure prévue, voici notre barde auvergnat qui fait son apparition sur les planches strasbourgeoises, sous les vivas de l'assemblée déjà conquise et avec la nonchalance (et la chemise) de Clint Eastwood dans "L'Homme des Hautes Plaines". Il branche sa telecaster noire, son unique guitare de la soirée, triture le son qui lui inspire une moue dubitative et lance négligemment: "c'est bien du 220V que vous avez, ici?". Le ton est donné. En supplément d'un concert des plus réussis, les 500 personnes présentes se régaleront aussi des boutades spontanées et autres réflexions fleuries qui caractérisent le personnage quand son humeur est de la partie. 
Et je dirais que ce soir là, JLM était assez en forme, assez bien armé et préparé pour épater la France entière. Du moins la France qui aime la musique. Enjoué, cocasse et loquace, très impressionnant au chant, surtout dans le registre grave, le bougre a envoyé une magnifique collection de chansons, tissant une ambiance lancinante et sauvage qui rappelle clairement Neil Young dans sa période électrique. 
Au contraire de ce qui aurait pu être une formule pop-rock appauvrie, l'instrumentation guitare / batterie apporte finalement une originalité bienvenue et étonnement efficace, contraignant les 2 musiciens à une recherche et une concentration sans répit. Et quand on voit comme la mixture ne cesse de s'améliorer au fil de la soirée, on imagine qu'il a sans doute fallu quelques dates de rodage pour qu'une telle expérience finisse par trouver un aussi bel équilibre. En précisant (mais cela n'a échappé à personne dans la salle) que le chanteur-guitariste est idéalement servi dans son entreprise par un Stephane Raynaud impérial, créatif et toujours parfaitement juste derrière sa batterie et par un sonorisateur qui sait parfaitement remplir l'espace tout en bonifiant les timbres et les nuances. A titre personnel, j'ai aussi apprécié le son de la telecaster, sâle et noble à la fois (comme l'outil du paysan?) en regrettant toutefois que Murat refuse à cette magnifique 6 cordes toute envolée mélodique.
Quant au choix du quidam de porter des lunettes sombres sur cette tournée, notons simplement qu'il est tous les soirs en plein dans l'axe du faisceau qui projette les belles vidéos d'ambiance sur la toile de fond. Une raison sans doute suffisante pour se protéger les yeux, histoire de passer les 95 minutes sur scène dans un confort visuel tranquille. Car on ne peut pas dire que son show atteigne des longueurs "springsteeniennes". Si l'auvergnat cloture sur l'adieu à l'illusion américaine ("Michigan"...) il met aussi en pratique cette distance, quittant la scène au bout de 1h20 seulement, avant de revenir jouer 3 titres en rappel. Mais on ne lui en voudra pas: les bons repas ne sont jamais bourratifs.
Concernant la fin de cette soirée si bien commencée, malheureusement, les tapageurs voisins du dessus ont eu la mauvaise idée de faire la fête jusqu'au petit matin, dans la maison de ma chérie. Mais celle-ci n'est finalement pas montée les engueuler parce que, a-t-elle dit: "cet excellent concert m'avait mise de trop bonne humeur". Bref, après 30 années de bons et loyaux services et malgré l'abyssal dépit qu'il peut trimbaler, force est de constater qu'il reste à Jean-louis Murat largement assez de ressources pour épater encore des mélomanes et des jolies filles très éloignés de son auditoire historique. En espérant que ce dernier n'en prendra pas ombrage!
Pierre Schott
     


Setlist :
Fort Alamo
Sans Pitié pour le Cheval
Il Neige
Le Champion Espagnol
Agnus Dei Babe
Le Pont Mirabeau
Loï 
Si je Devais Manquer de Toi
La Louve
Ginette Ramade
Extraordinaire Voodoo
Ceux de Mycènes
++++++++++++++++++++++++++
L'Eau de la Rivière
Amour n'est pas Querelle
Michigan
 
 
 
by PIERRE SCHOTT"


Tous les renseignements sur Pierre:
Pour commander:
Chers internautes:
Dans le commerce, le nouvel album "Le Gardien de Nénuphar" est disponible en téléchargement uniquement. Néanmoins, si vous êtes attachés au format CD, le tirage auto-financé de qualité professionnelle, peut vous être expédié par la poste, conformément aux traditions artisanales de la maison.
Il vous suffira de laisser votre adresse postale sur cette boite(cf site); la commande vous sera expédiée dans la semaine. Et puisque nous sommes hors des circuits commerciaux standards, après réception, libre à vous de me retourner un chèque du montant de votre choix.
 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sandrine Vimont 08/11/2013 21:17


Merci Pierre pour ce beau compte-rendu, on est proche de la prestation de Murat mardi soir dernier à Beynes (78) et ce fut en effet, pour nous aussi, un bien agréable concert !

FloReal 29/10/2013 15:50


Que dire de plus sinon , merci à Pierre Schott de s'être prêté au jeu du commentateur ;-).

pieric 29/10/2013 09:56


Raft, cher Pierrot. Comme le radeau.


Merci à Pierre Schott pour cette belle plume.

Armelle RG 28/10/2013 22:04


Que voila une agréable lecture! Oui, JL Murat est épatant...


Merci Pierre et Pierrot