VIALATTE, auteur auvergnat

Publié le 28 Octobre 2012

 

 

J'ai eu des vacances studieuses : j'avais emprunté à la médiathèque à la bourgade de quoi me culturer cet été  (oui, je sais, c'était cet été et je ne vous en parle que maintenant :  j'ai  gardé depuis la rentrée un rythme de travail estival...mais je -ne- promets -pas- de me reprendre)... Alors, oui, j'ai essayé de piocher dans les rayonnages de quoi alimenter un peu les étagères du blog...   et d'étoffer les "lisières" de ma culture muratienne... Bon, la recherche de MURAY (je suis prêt à tout)  a été infructeuse, mais je suis tombé sur un ALEXANDRE VIALATTE, un recueil d'extrait de ses chroniques dans "la MONTAGNE"( et d'autres)  sur pas loin d'une trentaine d'années.

 

J'avoue que la lecture a été un peu laborieuse,  il est parfois difficile de se retrouver dans des références et une actualité des années 50/60, même si cela fait aussi partie du côté intéressant de la chose. Pour le reste, c'est vrai qu'on discerne assez facilement l'influence qu'il a pu avoir sur un Desproges par exemple... Je me plais à imaginer de ce qu'il aurait dit à propos du Panoramique des Dômes... dont la mise en service est particulièrement riche en avaries...

  http://auvergne.france3.fr/2012/10/28/le-panoramique-des-domes-deraille-le-train-cremaillere-qui-monte-au-puy-de-dome-quitte-la-voie-131749.html   Dans la série "REGIS est un con"

 

 

 

Pour en savoir plus sur l'auteur auvergnat:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Vialatte

 

http://avialatte.free.fr/index.htm

 

http://www.alexandre-vialatte.com/

 

 

J'ai compilé quelques extraits (clic clac) où il est question de l'auvergne, du Puy de Dôme et des auvergnats... J'espère que les plus courageux arriveront à lire... Oui, je sais: j'aurais pu scanner (mais c'est du travail... je suis en congés je vous dis).

  Extraits de "CHRONIQUES DES CHOSES GRANDES ET MAGNIFIQUES" Edition Hors collection 

 

SAM 8307

SAM 8308

 

SAM 8309

SAM 8310

 

SAM 8311

 

 

 SAM 8312

 SAM 8314

 

 la suite ici: http://0z.fr/OKVHm



 

LE LIEN EN PLUS :

 

Dans l'article du blog ci-dessous, Vialatte et Murat sont cités:

  http://lederniercoquelicot.hautetfort.com/tag/jean+louis+murat

  "Et si la 1ère croisade d'Urbain II qui partit de ce sol revenait en boomerang; et si nous prenions le temps de nous souvenir de ce berger du Cantal qui devint pape, pape de l'an mille, un des grands hommes de l'Occident, et qui, surtout, sut se nourrir en son temps des lumières de l'Orient. Murat chante dans « Bang Bang » en reprenant un mot de Staline : « Qu'auriez-vous fait sans moi mes petits chats – Et bien obéis comme des cadavres! ». Ce que nous apprend Tahrir, c'est la désobéissance en beauté - l'Auvergne ne manque pas de cailloux".

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article

Armelle R.G. 28/10/2012 16:41


à croire que le Dieu Mercure se venge de l'accès trop facile à son temple!


Lew avait raison : à vouloir faire trop vite avec peu de moyens, le résultat ne pouvait être fiable! 


Vialatte, avec Pourrat et Anglade (entre autres), ventent à merveille leur pays auvergnat; Vialatte avait vraiment beaucoup d'humour; il faut que je me lance dans la lecture de ses écrits, depuis
le temps que notre amie Muse en parle sur le forum!


Dans "Aux sources de mes jours" livre paru en 2010, illustré de très belles photos, Jean Anglade parle de Vialatte et relate ce témoignage situé au Gour de Tazenat (en rapport aussi avec ton
sujet précédent) : "Le troisième souvenir concerne Alexandre Vialatte, qui aimait à venir nager dans le gour. Son couvert était mis en permanence à l'Auberge du lac.
Il fréquentait une curieuse habituée, la foudre. "Elle y tombe sur la radio, passe sous la table entre les pieds de la clientèle, sort dans le jardin et descend jusqu'au lac, chassée par
l'hôtelier qui secoue derrière elle une serviette en faisant brrrou-brrrou, comme pour chasser une mouche bleue." Dans un maillot de bain noir à bretelles un peu flottant, Vialatte
méditait sur la rive, une jambe repliée, le bec penché vers son reflet. Puis soudain, moitié poisson volant, moitié oiseau nageant, moitié homme, moitié ange, il ouvrait toutes larges ses
ailes-nageoires, traversait les airs, disparaissait au fond du gour. De ses profondeurs, au bout d'un temps immesurable, il remontait émerveillé, les mains pleines de perles.


L'Auberge du lac n'existe plus, le gour existe toujours, Vialatte est immortel, les Combrailles se portent bien."

Pierrot 28/10/2012 16:58



merci Armelle!