Dans le live "Le Figaro"

Publié le 18 Octobre 2014

Olivier Nuc a bien sûr invité Murat au "live" du Figaro.fr et on a droit à 3 titres, sans Alexandre Rochon, mais avec Morgane..

Des versions d'après-midi (même si Jean-Louis s'éclate sur sa guitare blues) de : "le blues du cygne", "les ronces", et "l'au-delà" (et le petit mot à Christophe quand il parle du Servières...version cool de près de 7 minutes) ... et l'interview. A noter que c'est Olivier Nuc qui animait la rencontre Fnac jeudi (j'espère recevoir un petit compte-rendu).

Concernant l'interview, Murat rappelle que le principe de l'album était bien d'aller vers quelque chose de simple, tant sur la musique que les textes, qui devaient être plus explicites. Murat sur la collaboration avec les Delano parle d'amitié mais il noie un peu le poisson par la suite (c'est une impression).

L'article qui annonce les vidéos sur le figaro.fr : "JLM, le groove dans la peau":LE LIVE - Pour le Live-Le Figaro, le chanteur auvergnat parle de son nouvel album intitulé Babel, certainement l'un des meilleurs disques de sa discographie depuis la sortie de Lilith en 2003.

Les disques de Jean-Louis Murat se succèdent depuis une trentaine d'années à un rythme ultrasoutenu. La moisson 2014 est des plus abondantes: Babel (Pias) est en effet un double album, contenant un total de vingt chansons inédites. C'est la première fois depuis Lilith, en 2003, que l'auteur-compositeur-interprète délivre autant de matériel. Babel est aussi son meilleur disque depuis le susnommé, chef-d'œuvre d'une discographique qui compte peu de déchets.

Babel constitue un nouveau sommet dans le parcours de cet original, puisque pour la première fois, il est accompagné par un groupe existant à part entière: The Delano Orchestra. Emmené par Alexandre Rochon, ce collectif de Clermont-Ferrand a mis au point un folk progressif du plus bel effet. À leur contact, le chanteur a pu élargir son instrumentarium. Outre les guitares, batteries et autres claviers habituels du rock, The Delano Orchestra emploie avec inventivité les timbres d'un violoncelle et d'une trompette. Ces deux derniers instruments trouvent leur place à merveille sur Babel, colorant les chansons d'une manière inédite. Musicalement, le vocabulaire de Jean-Louis Murat se rapproche encore un peu plus de ses bases folk, blues et soul. Soit des chansons à trois ou quatre accords, sublimées par un sens du groove permanent.

Vingt chansons inédites

Les années passant, Murat acquiert une dimension un peu plus importante, ce qui en fait aujourd'hui un des plus passionnants artistes de la scène française. Sans jamais chercher à flatter le public, il se permet même le luxe de refuser le tube. J'ai fréquenté la beauté, tout en délicatesse, à la mélodie soutenue pourrait pourtant en devenir un. Obstiné, Murat a décidé qu'il ne la jouerait pas sur scène, préférant y explorer des formats plus longs et les développements instrumentaux auxquels se prêtent bon nombre des chansons de Babel, notamment Mujade Ribe ou Dans la direction du Crest, sommets du premier des 2 CD. Ailleurs, la fantaisie du chanteur se dévoile sur un titre comme Camping à la ferme, chanson pour enfants à laquelle les siens prêtent leur voix.

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Commenter cet article

Matthieu 22/10/2014 18:41

Il n'est pas si fréquent, sauf étourderie de ma part, d'entendre JLM s'exprimer sur l'amitié, lui qui est plus habitué à deviser sur l'amour. Noie-t-il le poisson, comme vous le suggérez, cher webmaster ? Je n'ai pas eu ce sentiment. Je pense qu'une bonne part de l'avenir de la coopération JLM/Delano dépend du succès du disque et, peut-être aussi, des propositions que recevront les Delano à la sortie de leur propre album début 2015. Par ailleurs, il est sans doute trop tôt pour évoquer publiquement une éventuelle tournée lors des festivals d'été 2015, tout n'étant probablement pas signé.

"Depuis mon premier 45 tours, j'essaye d'être un architecte du manque." est la phrase de l'interview. On ne dira jamais assez que peu de gens sont capables d'exprimer leur pensée avec des formules aussi affûtées dans les interviews.

pierrot 23/10/2014 11:54

Pourtant t'avais l'air en pleine forme ce matin! ... Merci de m'avoir signalé par ton message qu'au moins, une personne a compris. ... Je serais curieux de savoir combien des 400 à 500 personnes (a day) fréquentant ce blog cette semaine ont été interloqués par mes commentaires... Combien de froncement de sourcils? Combien de têtes s'abaissant sur l'écran pour essayer de comprendre une phrase mal fichue (comme si ça servait à qq chose de se baisser sur l'écran)? combien de "mais qu'est-ce qu'il est con celui-là?", de "c'est un abruti ou bien"?

Matthieu 23/10/2014 10:16

Putain, je viens de comprendre "à Paul Criffe" ! La vieillesse est un naufrage...

Matthieu 22/10/2014 19:48

Mais non, c'est le Breton qui va gagner ! Mais une nomination est toujours bonne à prendre.

pierrot 22/10/2014 19:40

Les victoires! allons-bon! Et Murat sur scène pour récupérer son prix et parlant philosophie avec Alexandra Sublet?

Matthieu 22/10/2014 19:32

Je croyais qu'ils buvaient du jus de carottes bio ? Et que c'était lui le plus jeune de la bande ?!
Ce que tu dis n'est pas contradictoire avec ce qu'il déclare à Olivier Nuc : JLM parle d'une pause et du besoin d'organiser le manque. Des retrouvailles en juillet prochain ne sont donc pas inenvisageables. Mais encore une fois : tout cela est sans doute conditionné par le niveau des ventes et, pourquoi pas, une éventuelle reconnaissance de la profession aux Victoires. Patientons, patientons. Et réjouissons-nous de retrouver Stéphane.

pierrot 22/10/2014 19:19

donc tu nous annonces que Murat et TDO ce n'est peut-être fini? A voir l'interview du jour dans Sud-ouest, où JLM dit que "bon, ça va bien 5 minutes le tour bus avec des jeunes qui fument et boivent, et font du bazar... et me renverse ma tisane camomille sur mon édition originale de Léon Bloy..."... ou un truc comme ça... Citation à Paul Criffe.