Eskelina, blue sued'shoot dans le Vercors

Publié le 15 Juillet 2015

Eskelina,  blue sued'shoot dans le Vercors

A 16h30, il faisait chaud sur le plateau ce dimanche... et oui, sous un ciel d'un bleu (du Vercors, sans trou), j'ai sué dans mes shoes à l'écoute de la voix suave d'une suédoise.. M'aura-t-on vu dans le Vercors, sans dédain, chanter Blue sued' shoes* pour autant? Une sorte de vent d'autan m'y aura poussé... mais avec l'entorse que je m'étais faite du côté du bec de l'orient, en me désorientant, du côté de Nave, navré, j'ai filé... en boitant... sans même déguster la petite bière locale. Se fouler la cheville, au pays de la foulée blanche, c'est fait.

*blue su'douest shoes, ça marche aussi: elle a vécu à Sarlat.

 

Mais revenons sur nos pas qui étaient alors fringants...

Il est donc question d'ESKELINA, Eskelina Svanstein (c'est sous ce nom en 2010 qu'elle sortait un premier disque, avec de nombreuses chansons en suédois).

Quand j'ai vu sa mention au programme de la première édition du Vercors Musique Festival, je me suis rappelé du billet de Baptiste Vignol qui nous parlait de bonheur à l'écoute de sa voix. Un coup d'oeil et d'oreilles à youtube plus tard et 3 écoutes d'affilée de l'inédit "les cèdres" (session à la radio suisse rts), il était dès lors impératif que je profite de ce petit set gratuit (en première, première, première partie de Yael Naim... croisée dans les rues d'Autrans, en famille). Surtout que c'est une veille connaissance qui a enregistré son album: Monsieur Stéphane PRIN...dont l'inter-ViOUS ET MURAT est un grand souvenir.

e

photo Lucie MdBC'est sur la grande pelouse au départ des pistes de ski de fond que le festival est installé, tout près du bourg donc. Les concerts gratuits ont lieu à l'extérieur alors que les grands concerts du soir payants sont sous chapiteau. C'est sympathique même s'il manque un peu d'ombres, les quelques parasols installés s'envolent... Je bataille avec le mien durant le premier concert de chants espagnols (le programmateur est guitariste flamenco), ce qui m'empêche de m'endormir. Dommage qu'on ne puisse pas profiter un peu plus du paysage en regardant la scène posée devant le foyer de ski de fond  (sans parler en toile, de fond,  la déco/pub  peu esthétique - vous le constaterez ci-dessous - y'a deux jours j'étais au Facteur Cheval, on prend vite des habitudes!). Le paysage, c'est les artistes qui en profitent -et ils le disent- : la Montagne, vers Méaudre, face à eux.

Malgré les échos de  menace sur les festivals, les organisateurs locaux ont bénéficié d'un soutien de 100 000 euros par le Spedidam (3/4 du budget. les infos ici) avec un engagement sur 3 années. On comprendra mieux ainsi la déco envahissante. Le bilan: très positif il me semble. Les concerts du soir ont fait le plein, si j'en crois les photos de mon cousin, régional de l'étape. De l'avenir donc, et c'est un événement qu'on n'annule pas par faute de neige, ça... ;.)

Moriarty vendredi m'aurait fin envie (c'est vraiment bien sur scène)... mais j'ai préféré Dominique A au Palais idéal, d'autant qu'ils seront à Fourvière avec Sophie Unger le 30/07.

Je quitte mon parasol, le bras fourbu (de l'avoir retenu)... et casquette et foulard pour me protéger, pantalon de rando crado (oh, la dégaine! C'est râpé pour draguer le fantasme suédois, tant pis), je me range au premier rang... et sort la caméra...  Vous trouverez ci-dessous le set presque complet (manque 2/3 chansons) que j'ai mis 3  jours à charger en hd.

Il y a ceux qui jouent de la guitare sommaire et celle qui joue de la guitare sans cordes.Il y a ceux qui jouent de la guitare sommaire et celle qui joue de la guitare sans cordes.

Il y a ceux qui jouent de la guitare sommaire et celle qui joue de la guitare sans cordes.

Malgré l'après midi un peu vaporeux, le soleil qui la frappait, l'assistance familiale et parfois distraite devant elle, la voix d'Eskelina fait mouche de suite, avec bien sûr, ce fond d'accent charmant... alors quand elle chante, ingénue, qu'elle a dormi dans le lit d'Emilie (vidéo partie 3), on a envie d'être une petite souris ou une femme... tout comme dans la chanson l'amoureuse (partie3), terme associé originalement avec "affreusement"... La voix se prête parfois à un peu de scat (chanson 3) ou à des petits exploits comme sur l'épique les hommes à poil (partie 3), sprint jazz doo-wap... avec les chouettes chœurs des deux accompagnateurs d'Eskelina : le compositeur et guitariste de Christophe Bastien (Debout sur le zinc) et la classieuse Nolwenn Leizour à la contrebasse et aux choeurs (très beau sur Entre les lignes -partie 2). On pense du coup à peu à Zaz, désolé!, aussi du fait du parcours personnel (démagogie en moins - je dis ça pour faire plaisir à Murat). Idem sur Ambassadeur, mais avec une voix en légèreté. Tout cela est très fidèle au disque, épuré (on connait le talent de Stéphane Prin pour enregistrer les voix...).

On a droit à de très belles ballades folk : Milan (partie1) , Entre les lignes et celle que j'attendais le cèdre (partie 4) ... Dans la même veine, Désordre fait dans la chanson militante 70's... et maman (partie 4), dans le très grand classique (comme "Doucement" sur le disque qu'on n'imagine chanter par Piaf), et encore "des jours meilleurs"(titre sous réserve) (partie2)... Notons aussi la charmante chanson en suédois de son premier album où elle invite le public à chanter dans la langue (partie 2).

Eskelina nous a proposé un beau voyage démarrant par une chanson de départ La valise rose... et nous proposant pour finir je reviens... Est-ce pour autant qu'on a fait le tour de l'artiste? Les textes manquent peut-être d'originalité et les compositions sont très variées, trop?. On sent parfois l'influence de la musique de rue/ scène française (l'auteur est Florent Vintrigner de la Rue ketanou et le compositeur, celui de Debout sur le zinc, je l'ai déjà dit, vous suivez?), puis des influences plus jazz ou folk. La collaboration semble fructueuse et Bastien est très bon à la guitare mais, même si Eskelina a participé à l'écriture et à la musique sur ce disque (cf l'interview de MANDOR), on attend peut-être qu'elle imprime pour de bon son univers. Son premier disque et notamment sa très belle chanson Quelqu'un comme toi (partie1) ou sa chanson en suédois (partie2) montrent qu'elle en est capable (ceci dit je n'aurais rien contre qu'elle prête sa voix aux mots de Bergheaud sur fond d'ambiance jazzy et blues).

On retrouvera ESKELINA en première partie de CALI à l'automne.

 

  • SITE OFFICIEL:

http://www.eskelina.com/bio/

  • Vidéos (non répertoriées sur youtube) :

-partie 1: "La valise rose", "au gré du vent"(inédit?) ; chanson 3? et son scat, "Milan" et "Ambassadeur"

 

-partie 2 : Entre les lignes, Och nu, l'inédit? "des jours meilleurs?" (avec un peu de slide)

-partie 3 : "Emilie", "L'Amoureuse", "les hommes à poil" (extrait)

-partie4 : "le cèdre", "maman", "je reviens"

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article

Armelle 15/07/2015 20:51

Très belle découverte même si j'aurais déjà du la connaître! Son nom ne m'était pas inconnu... En effet, Eskelina qui doit être des Yvelines ou départements limitrophes, a été la gagnante l'an dernier du tremplin "les envols du Scarabée" organisé par la salle de spectacle de La Verrière, ma commune (celle ou j'ai vu JLM pour la première fois!). J'ai fait partie du jury cette année (pas l'an dernier, dommage); Eskelina ainsi que Danny Buckton Trio, le gagnant de cette année, sont programmés pour le concert d'ouverture de saison du Scarabée le 25 septembre! Une belle soirée en perspective pour moi donc! Si tu me l'autorises, je mettrai le lien de ton article sur la page du Scarabée. Du coup je pourrai dire que j'ai déjà vu (presque) tout le concert d'Eskelina; merci Pierrot!

pierrot 15/07/2015 21:21

chouette! elle était dans le sud-ouest, mais apparemment,elle s'est installée en RP....