Une heure avec (Nova, "à la dérive")

Publié le 1 Octobre 2018

 

"A LA DERIVE"

http://www.nova.fr/radionova/podcast-a-la-derive

A écouter absolument:

https://podcast.nova.fr/sites/default/files/podcast-episode/2018-09/ALD_20180930.mp3

On sort, on robinsonne partout, on bat le pavé avec un artiste. Là où il choisit d’aller, nous irons. Aurélie Sfez déambule en bonne compagnie, dans les rues et le labyrinthe intime de ses invités. Une balade radiophonique, toujours en marche, avec un artiste qui guide les pas des auditeurs de Nova sur les lieux qu’il chérit et les territoires qui l’inspirent.

Aujourd'hui, on part à la dérive en Auvergne, entre La Bourboule et les volcans, l’église, le petit théâtre et l’ancien cinéma. Aujourd’hui, Aurélie Sfez rencontre Jean-Louis Murat

 

Très très belle ballade dans LA BOURBOULE, avec les thermes, la maison Rozier, passage à l'église, au bord de la Dordogne, à l'école, à la mairie, au théâtre, le parc fenestre... et passage à la maison...et "Chez Emile" (en voiture!). Des beaux et bons moments de confidence, d'intimité et de sincérité dont j'avais besoin (même si on pourra toujours dénicher quelques contradictions), et une bien belle bande-son.

Quelques notes pris au vol:

- La nature: "on vidait le Vendeix avec mon ami Le Gaulois",  "maintenant que je suis un grand garçon, et je me rends compte de ça, cette ombre, cette température,  cette couleur, tout, c'est comme si j'étais à l'intérieur de moi. Je pourrais mourir ici, par exemple, je serais entouré ce qui est essentiel". Puis à la fin de l'émission, "le coup de foudre" pour l'endroit où il a choisi d'habiter, et l'évocation de son nomadisme (à travers les siècles"). Le cliché du chanteur auvergnat, de terroir? "c'est des conneries tout ça,ce n'est pas parce que je chante ce qui est autour de moi, non,non, c'est l'enfer d'être de quelque part, vraiment dans mon fort intérieur, je ne me sens pas du tout d'ici".
 

 

- Le refus d'avoir une arme, ça serait trop dangereux "du fait de mon système nerveux détraqué" (et de raconter une fois où il aurait pu trucider quelqu'un qui n'a vu son salut qu'au fait de s'être mis à genoux).

- Dans l'église, le rapport au sacré et à l'église... sans mention à Loï Bergheaud.

- L'amour de sa bibliothèque

- Les sorties au cinéma, le cinéma Vox

- "mon père, fallait être sexuel, chez moi, ça sentait le foutre tout le temps"...et puis, "une légende familiale, papa n'a jamais pu voir "sur la route de Madison" jusqu'à a fin: il chialait de suite".

-  Le passage devant l'école, "j'ai compris très tôt qu'il fallait être bon à l'école"

-  Rencontre avec le prof de tennis du fiston, les deux enfants qui ne se sont jamais mis à la musique... "ça m'arrange".

-  Le pari raté de boire 51 "51"... arrêté à 25...

- Murat qui a couru encore 1h30 le matin même.

- Ah, ah, Il indique qu'il demande des petits salles pour ses tournées (souvent, il s'en plaint, non?). "je ne m'appartiens plus sur scène".

- S'il fallait tout refaire, "je choisis d'être prof". Je préférerais."J'ai fait ça pour ma grand-mère, ma mère". Et de raconter les critiques de sa mère.

- la journée type: lever 6h30, déposer les enfants à l'école, courir, lire les journaux, et se mettre au travail. "Être productif". 6 ou 7 projets au même moment sur ses cahiers.

- Passage sur l'armée:  "j'ai horreur de la promiscuité",  - et le groupe? "oui, mais j'étais le chef!".

- Le premier rapport sexuel dans le parc, sous un séquoia qui n'a hélas pas survécu... avec une monitrice-infirmière... "le mont-sans-souci". Le souvenir des retours d'école dans les feuilles mortes.

- Le traumatisme d'avoir été traité de "bouseux" à l'école,

- Evocation des copains de PLEXIGLASS, vrais punks ("moi, j'écoutais les BeeGees").... "ils sont tous morts" (C. Pie en a fait partie). "La drogue, j'étais entouré".. "mais j'ai toujours été diététique et sport" (la diététique du paracetamol?)

-  Séquence clash sur Nicolas Hulot... et sur les autres ministres de l'écologie.Et confirmation qu'il ne va pas voter.

- Chez Emile "c'est encore plus chez moi", tout semble est resté dans son jus, même s'il a amené beaucoup de matos.

- Et voilà même deux extraits d inédit... "Plutôt faire quelque chose plutôt que rien"

 

"voilà ma vie"... dit-il en fin.

 

LE LIEN EN PLUS

 

Mon reportage photo de l'été 2016:

http://www.surjeanlouismurat.com/2017/03/cliches-n-ete-2016-au-sancy.html

 

L'ARCHIVE EN PLUS

Le rock à La Bourboule en 78 par M.

http://www.surjeanlouismurat.com/clara-concert-murat-festival-bourboule-1978

 

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #il francese

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Rooran 01/10/2018 15:44

Je n'ai pas vu le lien sur votre site alors :

JLM dans l'émission "entrée libre" sur France 5

https://www.youtube.com/watch?v=9SRSFmJRe80