Benjamin Biolay au Palais Idéal du Facteur Cheval (Hauterives)

Publié le 28 Juillet 2013

 
 
Bien content de revenir en Drôme, car depuis Jean-Louis Murat, je n'étais pas revenu au PALAIS IDEAL.  J'avais vu qu'il restait plus de 200 places à vendre dans la journée et je me disais que ça serait une soirée tranquille... Mais Biolay a demandé un spectacle debout (c'est la première fois au Palais),  d'où le grand nombre de places à vendre. Des chaises sont quand même installées sur le côté, des bancs sont également posés contre le mur de l'enceinte. Et au bout du compte, il y a une belle influence... dans lequel je reconnais deux ou trois muratiens.
 
Je me pose à 3 mètres de la scène histoire d'avoir le bon recul sur la vedette de ma soirée: le Palais... et craignant le gros son du set de Biolay. Bien m'en a pris : vraiment beaucoup de groupies et groupettos sur le devant, je préfère me tenir un rien à l'écart... Quant au son, parfait.
 
Je ne sais pas pourquoi mais je rentre mal dans le concert... Je suis perturbé par cette foule de fans, et Biolay qui ne cesse de réclamer par des gestes de main ouverte vers le haut, ou des coups de poings, que le public s'agite... Pourquoi ne trouvais-je tout simplement pas qu'il y a une ambiance brulante, que je ne profite pas du moment? 
 Même constat que lors de mes précédentes dates (4e concert de Biolay je pense, peut-être 5),  même s'il faut continuer à dire qu'il s'améliore,  Biolay n'est pas une bête de scène, sa gestuelle est lourde et gauche, souvent emprunté à l'univers rap... Palme à son moon walk de grand-père...qu'il fait sans doute avec humour...  Mais comme précédemment, ses "merci de tout mon coeur" à chaque chanson me laissent totalement froid (d'autant plus qu'il rechigne à se montrer après le concert pour parler et signer des autographes pour une vingtaine de personnes qui étaient restées). J'ai entendu quelqu'un se plaindre qu'il tournait souvent le dos au public pour boire, fumer et jouer du clavier... Ca ne m'a pas gêné réellement, mais le choix de mettre son clavier qu'il utilise souvent  ainsi est un peu curieux. C'est sans doute une délicatesse de sa part de ne pas fumer directement face à nous (il tire juste quelques tafs et la laisse dans un cendrier, se refusant à se montrer avec une cigarette).   
 
A part ça, voix impeccable, orchestre excellent, des orchestrations offrant quelques variations par rapport aux disques (peut-être un peu plus qu'avant) même si on n'a moins de richesses orchestrales que sur la dernière tournée (pas de piano, de theremine), mise à part le violoncelle... qui par deux fois m'a fait croire qu'il y avait des choeurs fémininins... Et je viens de relire mes précédents comptes-rendus, et je pourrais faire un copier/coller...  Les tubes s'enchainent, un tunnel à chansons à rythme, si bien que je finis par me demander si telle chanson n'a pas déjà été jouée...  Je retiens surtout les vieux titres : Los Angeles (bien qu'un peu trop reboosté à la sauce djeuns), Dans mon dos (il me semble) et A l'origine... Sur ce dernier titre, là,  véritable expérience sensorielle et artistique avec le jeu de lumière quasi-tromboscopique sur le Palais Idéal, magnifique. Les lumières sur l'oeuvre du facteur Cheval sont un enchantement tout au long du concert d'ailleurs. Et il fait beau, le vent assez important rend l'athmosphère de cet été brûlant agréable.  Et puis, et puis... les Cerfs-volants...  Comme toujours j'en ai presque encore les larmes aux yeux... et cette satanée coupure pour laisser Maryline chanter, patatras... C'est une de mes frustrations musicales les plus importantes cette chanson... Et ce soir, deuxième coupure, Biolay remercie encore le public... Le morceau me parait au bout du compte trop court.
 
La petite surprise du soir : l'invité Hubert Mounier (Affaire Louis Trio) avec lequel il chante une chanson justement de l'affaire Louis Trio, et justement, ça tombe bien, sur LE PALAIS IDEAL... Effet boeuf, hélas (on comprend peu les paroles).

 
 
J'ai peu accroché au dernier album, qui me parait être de la redite de LA SUPERBE, une course aux succès (on a entendu : profite, aime mon amour, marlène déconne, ne regrette rien, l'insigne honneur (avec son intro new wave...)... et il me semble le plus calme : personne dans mon lit...  avec Ton héritage, c'est les deux chansons plus calmes du set, mais je n'accroche pas.
Dommage qu'il n'aille pas piocher un peu plus dans ses disques pour reprendre un titre moins connu... L'album de la BO de "Pourquoi tu pleures?" mériterait un coup de projo, je l'aime beaucoup. Rien de NEGATIF également.
Alors, en somme, comme me l'indiquait le Muratien Isérois avec lequel j'ai discuté, "trop de force"... On ne retrouve pas assez l'émotion que ses disques nous procurent.  
 biolay-palais.jpg
Précédente tournée:
Merci pour la photo (F. Bernard).


PS : Je me suis interrogé pour savoir si ce n'était pas par une curieuse jalousie suscité par l'intérêt que je porte à  Murat, devant cet amour ressenti du public pour benjamin Biolay que je n'arrivais plus à accrocher.  Je n'en suis pas à ce point.  Je me suis interrogé pour savoir si c'était un côté snob qui m'empêchait d'aimer ce qui m'apparaitrait une musique trop facile... Non, je ne pense pas.  Alors je me suis permis de dire mon ressenti.  


Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ptilouisch 02/08/2013 19:30


J'adore Murat, et j'ai déjà vu Renaud en concert... J'adore Picasso et j'ai vu Dali, J'adore etc.. LOL

pierrot 02/08/2013 19:05


Voici quelques commentaires issus d'un groupe FB:


P M  d'abord, je trouve ça normal qu'il demande au public de s'agiter quand il n'y est pas,
pourquoi trouve til ça lourd ? Au contraire, je le demanderai bien avant lui et j'ai était contente à Thionville au moment ou il a commencé à demander au public de se lever ! Cela m'étonne qu'il
ai rechigné pour les autographes, vous confirmez ? oki pour l'orchestration, pas doki pour la voix sauf si cela va mieux (fatigue and co) et ensuite ben écoute si t'es fan de murat et pas de BB
pourquoi tu vas voir BB ?! Lol. (Perso vous savez que j'apprécie Murat mais quand mm là faut pas pousser ;-)) et sinon Is  Effectivement, l'article ne se veut pas méchant, c'est juste une analyse difficile à
comprendre pour celles et ceux que BB fait vibrer à chaque concert. Je trouve un peu dur quand même le fait d'écrire que la gestuelle de BB est lourde et gauche et que ses mercis laissent
totalement froid...


C: une pointe d'ironie inutile dans cette article, avec un avis subjectif pas du tout à la hauteur du talent
de l'artiste. J'ai Vu BB en concert (pour la première fois) hier à Alésia, et ai passé une excellente soirée pleine d'émotions, avec un BB totalement en phase avec le public. Contrairement aux
propos de l'article, il s'est présenté en partant, au public encore présent après le concert, et n'a pas hésité à s'approcher pour embrasser ses fans, signer des autographes, et se faire prendre
en photo avec eux... Je n'en croyais pas mes yeux tellement il était proche ! Seul point d'accord avec l'article : + d'instruments à cordes auraient sublimé la beauté de certains de ses morceaux,
tel qu'au début du titre "la Superbe" par exemple.... mais c'était magnifique quand même ! Un grand moment.


Ct  J'avoue que je ne trouve pas non plus cet article méchant , il ne me touche
même pas ..C'est pour moi l'article de quelqu'un qui n'aime pas BB, qui n'est pas touché par lui et sa musique, et qui ne le comprends pas du tout !..En tout cas moi ce qui m'a vraiment fait
doucement rigoler, c'est quand il écrit que 'Vengeance' est la redite de 'La superbe' !!..En voilà un qui a tout compris !!..lol...Donc cet article me laisse froide car il est sans intérêt et
comme tu dis Petite Marie, s'il est fan de Murat et pas de BB on se demande pourquoi il est allé voir BB !!??..lol..

ptilouisch 29/07/2013 08:09


Merci pour ce compte rendu. Pour l'avoir vu aussi il y a quelques temps, je pense à peu de choses prés la meme chose et me pose les memes questions. Jalousie ? Snobisme ? Et quand bien même ? Par
contre, moi, je n'y retournerais pas avant longtemps.