Le lard et Lameignère de l'INDUSTRIE du disque...

Publié le 28 Octobre 2011

 

 

Quand le Web manager de Polydor a mis en ligne cette article sur FB, cela m'a beaucoup intéressé...  Quand le patron parle, on l'écoute...  enfin:  on fait au moins semblant. (ce que j'ai fait hier soir d'ailleurs devant TF1 et F2). J'ai ensuite posté un commentaire...mais qui n'a pas été conservé... J'avais juste traité le web manager de lèche-botte...

 

 

Alors, voilà donc une petite interview du DG de POLYDOR. On avait évoqué rapidement son arrivée  en lieu et place de l'ami de Jean-Louis Murat, Alain ARTAUD... celui là même qui a eu la gentillesse de nous accorder la dernière INTER-ViOUS et MURAT en date:  http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-n-10-alain-artaud-75198522.html .    J'veux pas passer pour l'ardent défenseur d'Artaud... et on aurait sans doute de quoi lui donner des coups de griffe aussi... d'autant plus que du côté de Polydor, on a fait plutôt du bon boulot cette année pour promouvoir "Grand Lièvre"... et d'après Murat, Christophe Lameignère considérait "haut arverne" comme le vrai single de l'album, ce qui est la marque de quelqu'un qui a du goût... et prometteur pour l'avenir.... mais soit, pour moi, l'interview se prêtait à un peu de satire... et c'est justement mon humeur... alors, j'ai tenté l'exercice d'"un billet dur"!

 

 

Je vous propose de  lire l'article  et  je fais une analyse de texte après.

 

lamegniere.jpg

  Article paru dans le Musique Info du mois d’Octobre 2011 (N°532).

 

 

 

              Alors, loin de moi l'idée,  oui vraiment loin, au moins un micron!  A l'échelle du microbe qui m'a gobé, c'est énorme.... d'user de mauvaise foi ou de faire ma tête de lard, mais... mais....  j'ai j'ai quand même trouvé ça assez...assez très amusant...  dans la litote.. Alors, je vous propose de traduire un peu les propos du DG (rien à voir avec Dolce et Gabbana, les filles... quoi que...) car, autant de vérité, de refus de langues de vent et de bois, j'veux dire, ça se souligne, ça... ça s'encourage, ça on dit bravo... et ça  on que ça s'est pas vu depuis hier.. à la télé française, même quand c'est les deux meilleurs intervieweurs de France qui interrogent... avec le style d'un Joseph Pulitzer, à moins que ce soir avec le confort d'un hôtel Pulitzer...  avec  l'intelligence d'un Beuve-Méry, à moins que ce soit avec la mollesse d'un boeuf bouilli... Enfin soit...

 

 

 

-  "je n'ai jamais cherché à être président de maison de disque" : On sait bien que ce qui guide les patrons et les hommes politiques, c'est le sens du devoir!

 

- "je l'ai fait dans des circonstances assez compliquées:au moment de la crise du disque. ça m'a passionné" :

Ah, oui, compliqué... pour sûr! Et pour quel résultat?

"Début décembre2007, Sony BMG annoncait le départ de 40 à 70 cadres avant la fin de l'année" Numérama

 -"la Négative attitude des dirigeants de Sony/BMG que fustigeaient ce jour quelques 300 manifestants, salariés des maisons de disques rassemblés devant le Palais Brongniart (Place de la Bourse, Paris). 178 licenciements sont en effet prévus dans le cadre du rapprochement des deux Majors du disque. Des refrains d'artistes-maison ont été joliment pastichés lors de ce grand raout printanier : Licenciements : qui a le droit (Patrick Bruel) ou Pas fans d'être virés (Pascal Obispo) connaissaient semble-t-il un beau succès dans l'assemblée..."  (foutraque)

Ah, moi aussi, élagueur, c 'tait un job qui m'aurait bien sied, tien!

 

Heureusement:

- "Gérer des choses qui ne m'amusent pas, avec lesquelles je n'étais pas d'accord"... Ah la conscience! Chez Universal, ça ne se passe pas comme ça...

 

-   La partie de dialogue avec Pascal Négre est elle aussi tout-à-fait amusante... Pas besoin d'en rajouter...  Perso, ça me fait rire comme ça...  Digne du "Parrain" : " ET QUE CA MARCHE"... Pour sûr, y'a les retraités ricains derrière qui attendent pour manger!

 

"Ca résume bien l'état d'esprit exceptionnel  qui régne chez Universal"....    Tu parles Charles! C'est ça être numéro 1 :  Moi, ça me fait penser à : http://www.dailymotion.com/video/x9faig_guignols-boite-a-con_fun

 

  - "Je n'ai rien réorganisé ... Toutefois... nous voulions  [d'un coup, on utilise le nous].... et il était donc naturel que je change de... ".  Et on fait venir le bon copain... Un? Non : "comme il faut par ailleurs que nous ayons des automatismes, j'ai demandé à... de venir nous rejoindre..." ...  à la place de ?.  Ce n'est pas précisé...mais l'important, c'est qu'il n'y ait pas eu de réorganisation...

 

  - "J'avais besoin d'une certaine complicité, d'un esprit familial avec des personnes de confiance..."  C'est vrai que la Word Company, c'est une famille... et puis, on ne peut faire confiance à personne de nos jours... surtout en s'appuyant simplement sur le simple "droit et devoir du salarié"...  Et je saute le passage corporate, Polydor, 100 ans d'histoire, tout  ça... comme si ça avait de l'importance.... EUh, si important, le back catalogue, machine à cash!!... Oups, mauvaise esprit : ce qui permet de financer la sortie de jeun's artistes....

 

- "comme il faut par ailleurs que nous ayons des automatismes" : ou  l'artistique passant dans le taylorisme? ... enfin, du vent surtout...

 

-  Le reste est tout aussi épatant... il faudrait tout citer : "de l'ambition pour le label... je veux signer des artistes que les gens veulent aimer".    Oulalla!! On s'emballe, on s'emballe! Signer des artistes pour qu'ils soient écoutés et aimés, c'est trop d'ambition, ça!!  On reconnait bien là le découvreur de Bénabar, Priscilla, Kyo...

 

-On continue sur la lancée : "Je pense que tout va changer car l'idée de développer un artiste sur 5 ou 6 ans est un peu périmé"... Ah, oui, l'ambition tout ça! Tout tout de suite... On peut croire en quelqu'un... mais si ça ne marche pas tout de suite, on dit 'tchao"...Enfin, non, pas tchao, on prend un silencieux: " si un label est capable d'avoir un instinct de tueur, le nombre de signatures importe peu".   Importe peu... d'ailleurs, s'il y en a le moins possible, c'est encore mieux!

 

 

J'oubliais: mon commentaire supprimé sur FB, il terminait par "  Jacques Canetti, Constantin, Dejacques, arrêtez de vous retourner dans vos tombes, ça sert  à rien...

 

 

A+

 

 

  

PS : 74, c'est la place de Grand Lièvre dans le classement "nouveautés" de vente de disques en France...
Semaine précédente : 50... Une baisse mais pas un effondrement...

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article

pierrot 30/10/2011 09:39



alain souchon dans l'obs pour confirmer les propos:


"Maintenant lesmaisons de disque appartiennent à des fonds de pension américains qui exigent une rentabilité immédiate. Il faut vendre beaucoup et le plus vite possible. L'argent a énormément
abîmé le métier"    ... alors qu'il est devenu plus rare!         


Bravo à Souchon qui m'apparait encore le plus sympathique dans l'interview "Clerc, SOuchon, LeForestier" organisé par inter et l'obs...  Quand j'ai vu cette affiche censé faire
hommage à "ferré, Brel, Brassens"... ça m'a quand même fait rigoler...  Le fait est qu'à l'époque, qualité et renommé allaient de pair pour les 3... J'aurais bien qu'il fasse un article
pour résumer les discussions qu'ils ont eu pour trouver ces 3 noms!  ... Manset, Murat, Dominique A.... Le grand-père, le fils et le petit fils... ça m'aurait bien
plus...  mais là, réunir les deux premiers... ou même réunir Murat avec deux autres.... impossible....