KOLoko (11e édition), Concert pour Clermauvergne 2013

Publié le 26 Juin 2013

  koloko 2013 barbara

 

     J'ai eu finalement droit à mon bon petit week-end auvergnat cette année...  enfin "finalement" bon, pour dire que j'aurais pu être victime d'une attaque thermonucléaire ou un truc tout bêta de dernière minute.  Je suis même arrivée vendredi,  avec une vague excuse  de la fête de la musique pour commencer à débriefer le concert  du lendemain avec mon correspond local Matthieu.  Le tout devant une prestation honnête de PEAKS  (Morgane Imbeaud)... une pop assez efficace, même si le public se montre peu chaleureux. J'ai beaucoup aimé le lendemain entendre un gars raconté qu'il avait discuté un  long moment avec la chanteuse de Peaks, et voir sa tête quand son copain lui a dit qu'il s'agissait de  Morgane... "ah, bein, mince, je ne l'ai pas reconnue"...   

 

         Je me réveille trop tôt... et part dans la montagne.  On a annoncé des éclaircies... On va y croire... mais plus je monte, moins mes espoirs sont fringants... Inutile de se presser du coup pour chausser les godillots, je passe à Pessade, avec une petite idée derrière la tête, et me demande dans quelle petite maison Murat et Marie habitaient. Et comme tous les chemins mènent à Orcival, me voilà vers le Servières. Gris gris. Mais d'un coup, une idée de clair.  En voiture! Par acquis de conscience, m'en vais saluer les deux potos T et S...  mais impossible de les retrouver  dans le brouillard vers le Guery.  Col de la Croix Morand. Sentiment d'abandon... mais le ciel s'ouvre...  

 

 Et je vous raconterai la suite de ce samedi plus tard avec quelques clichés ...   Mais je vous avoue  que, saoulé de vents (c'est fou l'effet que ça fait l'effet Venturi), mon  corps en carton  fragilisé par l'humidité des gouttelettes  de St-Diery, maltraité  par les ficelles de mon sac à dos transformés en fouet  par le souffle sur les crêtes, puis asséché par le soleil de fond de vallée, et  au bout du compte, ayant laissé  sur place, devant tant de beautés, une partie de mon capital sensations, je me retrouvais sur le bitume devant la coopé  à "flotter" un peu...  Alors, oui, avant de me replonger dans le concert, j'avoue que je n'étais peut-être plus dans les meilleurs conditions pour vivre le concert.  Mais point de regrets... je viens le voir, gardons l'innocence*, patacoufin...  

          * Référence à la chanson d'"Alvin et les chipmunks" (et hop, j'en profite pour rattraper le retard d'actu ni vu ni connu...)... Faut dire que ça ne mérite qu'un entre-filet.

 

 

       On dit "hello, hello" à tous les camarades présents, ceux qui aiment le "collectif"... Je reconnais d'autres "followers" fbkiens, mais je respecte leur discrétion... par timidité mais aussi comme j'aime qu'on respecte la mienne... Ce qui est un peu raté : On se moque de moi  quand je m'écarte du groupe pour aller acheter un billet... Bein oui quoi?  Etait-ce donc un risque insensé?  Et bien, oui, on entendra plus tard que la salle affichait complet!  Helas, pas la grande coopé... comme l'année dernière.

       Mes visiteurs réguliers de la zone commentaires sont présents: Matthieu, JLL, King Arthur, Rhiannon, Armelle,Isabel... et on se demande que devient Lew...   Lew n'y est pas, mais il repassera par là j'espère. Sans doute occupé à vivre des expériences chamaniques dans quelques grands espaces....

 

       La salle se remplit rapidement... et le concert débute à l'heure je pense.

 

       Première partie : Murat et  Stéphane Reynaud, la configuration dobro + batterie de la tournée actuelle (qui s'est enrichie d'une bonne fournée de dates automnales).... mais les projections vidéos en moins, même si la lumière est assez réussie (Murat a oublié de citer et remercier les techniciens-bénévoles-, alors, je le fais... c'était parfait).

 

        Murat fait son entrée, et annonce le programme de la soirée... puis s'accorde longuement dans le calme (même si le bar  de la salle reste ouvert durant le set)!

         Ca débute idéalement avec le premier inédit de la soirée, le premier d'une longue série,   "l'eau de la rivière" qui devrait figurer sur la nouvelle édition de Toboggan dont Murat a parlé chez Pascale Clark. C'est un excellent titre, joué à chaque concert de cette année, avec un excellent riff sonnant comme une percussion... et accompagné avec des  grosses mailloches tom de Stéphane...  J'aime quand ça démarre avec une chanson rythmée: on est au moins directement dans le vif du sujet, on ne perd pas de temps, pas de round d'observation... J'ai dis lors de mon compte-rendu de Macon ou de Grenoble  qu'il me semblait que Stéphane n'avait jamais tapé aussi fort sur la batterie, là, le "son" m'apparait moins en force mais c'est très réussie, un peu court peut-être... "boum boum". Le public, tout acquis, apprécie. Une excellente chanson...

 

           On reconnait ensuite rapidement "le coureur espagnol". Longue intro, qui ralentit... Ca sera finalement plutôt down tempo. L'absence de basse se fait peut-être sentir sur  ce titre, et je m'en lasse un peu, même si je l'aime beaucoup.... Après la tournée "grand lièvre" et celle-ci, le cycliste n'a pas seulement besoin de produits.... mais de repos!  J'aurais préféré un "qu'est-ce que ça veut dire" ou "sans pitié pour le cheval" pour endiabler le concert...

 

            Ensuite, vient "J'ai tué parce que je m'ennuyais"... Et Murat a-t-il un trou ou se refuse-t-il finalement à dire son texte devant ses enfants qui faisaient leur premier Koloko?, mais comme il se déconcentre, je me déconcentre également... Murat se rattrape comme il peut en emballant le morceau... mais le mal est fait. Les versions que j'ai eu la chance d'entendre étaient nettement meilleurs. 

 

           Ensuite, "il neige". Là, la vidéo de flocons dans la nuit me manque, car elle permet vraiment de s'immerger dans l'ambiance et la chanson. Là, Murat est plutôt très bon et juste dans l'interprétation. Long pont musical presque ponctué de silence, avant que le chant ne reprenne...  Le public ne s'y trompe pas et réapplaudit fortement.

 

           Longue intro calme... C'est "le sniper", inédit internet, joué sur toute la tournée... Le morceau s'anime sur la fin... mais pas de solo très endiablé... 

 

           Puis surprise "agnus del babe" qu'il rechigne à chanter habituellement... mais il semble qu'il se soit souvenu des demandes de fan... Il leur fera d'ailleurs une petit clin d'oeil au cours de la chanson : " et bein, alors, je croyais que vous la connaissiez par coeur...".  Jolie intro,  puis belle envolée, bel atterrissage, puis emballement...  Version punchy. Les titres de Toboggan passent plutôt bien à l'électricité, même si on aurait bien retrouvé sur scène quelques surprises d'orchestration de l'album (de l'acoustique, du sample...). Peut-être dans une autre vie.

 

            Passage ensuite au "Michigan", autre titre inédit de la tournée. 

            Puis, le final, comme lors des dates de tournée, "extraordinaire vaudou"... Grand moment comme toujours.  Murat se donne bien, sur tous les tons  comme on l'apprécie: du murmure au cri... Le public est à fond, à fond... et la première partie s'arrête là au bout d'une petite heure... C'est passé très vite.

 

           Je vois le camarade David qui est une nouvelle fois très déçu par le set en duo, JLL qui n'avait pas adhéré à Paris nous dira peut-être s'il a préféré ce soir-là... L'ambiance est agréable, détendue, mais l'intensité de l'interprétation, des gros solos de guitare, n'est pas aussi forte que dans un concert classique. Murat joue aussi devant sa famille, il se retient peut-être un peu. J'allais écrire que la set-liste ne se prêtait pas à des débordements électriques, mais tout de même, mise à part "il neige", les morceaux étaient assez "enlevés".

 

 

         Et dans la famille Audigier,  c'est François qui est présent ce soir,  pour représenter  la coopé, et qui remet un chèque de plus de 6000 euros aux Pompiers (pas si loin du montant de  l'an dernier)...

 

1040603_10201879112799309_719399451_o-copie-1.jpg 

 

 

              ET c'est la deuxième partie  que Murat nous présente comme la reformation de Clara...  avec à ses côtés Alain Bonnefont et Christophe Pie... qui me disait l'année dernière n'avoir pas été vraiment du groupe Clara... mais soit.  

 

              Après une courte pause, elle débute par un très chouette moment: le visionnage de quelques photos vintage... Murat commente, tourné vers l'écran, et   il est très touchant : pour une fois je dirai, sans artifice, et ironie, vrai et je crois  assez ému quand  il évoque Jean-François "qui est mort en moto" ( l'ami dont la mort a tant hanté Murat (Taormina, Alexandra...).... Avant cela, le public riait de bon coeur devant les petites casseroles des looks de l'époque... Pie nous racontera que  le seul impératif était juste de faire chier le bourgeois bourboulien... Murat raconte que les répét se déroulaient dans un buron, avec un autre groupe, un groupe électrogène (je ne sais pas quel essence de musique ils jouaient, mais c'était des électrons libres sans doute). Le nom de Clara s'affiche sur l'écran, avec tous les musiciens qui ont fait partie du groupe. 

 

1048948 10201879107799184 277833549 o

 

               Murat indique qu'il y aurait de quoi faire 4 albums avec le stock de titres... et annonce qu'ils projetent de sortir quelque chose!!    Nouvelle étonnante!  Murat accepte enfin d'exploiter un peu la malle du grenier! L'émotion qu'il avait à projetter ces photos   révélait-elle  une vraie envie de se tourner  vers le passé?  Est-ce aussi une façon de faire jouer à ses côtés ses vieux amis (Alain a dû  prendre un job, comme l'autre ranchero Jérome Caillon -qui était présent-) ?

 clara-membres.jpg



            Dommage que le groupe s'installe assis... la scène n'est pas très haute, et la visibilité n'est pas excellente...

"Une femme"....  Chanson efficace de "Passions privées" premier album de Murat mais enregistré avec "la bande" dont Alain et Christophe Pie...  

 

            "Encore une chanson d'amour, je tombais amoureux tous les 15 jours"

  Un vrai inédit... "manque de toi"... Matthieu y voit un prémice de "si je devais manquer de toi"... Chanson avec une guitare efficace,  rythmée... Le "manque de toi" scandé régulièrement est accrocheur.  

 

             Autre inédit de chez inédit (oui, bein, c'est bon, Bayon, oui, je sais, toi, tu connais...)   "l'amour fou".

J'adore la partie  de guitare entrainante entre les couplets plus calmes (dans un style assez rare je trouve chez Murat). ... Avec deux guitares ou un clavier, ça sonnerait très bien...  Ma préférée, et ça applaudit beaucoup...  Même si on constate qu'on ne retrouve pas encore le parolier que l'on aime dans ses chansons de "deuxième jeunesse": trop explicite ("donne nous un bébé, je veux te garder pour toujours mon amour"). D'ailleurs, on peut remarquer qu'il n'a pas encore trouvé sa voie unique : "manque de toi", "l'amour fou" sont des titres de nombreuses chansons d'autres artistes.  On la trouve sur youtube la vidéo de ce titre.

 

             Puis, "la louve"... de Passions Privées, chanson très appréciée de certains, avec son rythme si particulier,  l'année dernière, jouée avec percussions et harmonica des frères Mikaelian, ça faisait un peu plus riche (forcément avec Le Prince de Montlosier)... mais Murat semble avoir plaisir de chanter ses vieux titres... Il est très concentré et libre une belle interprétation.

 

              Ensuite "Johnny frenchman" (Passions privées). Décidemment pas ma préférée, surtout dans cette version lente, même si ça s'excite un peu sur la fin.

 1014678 10201879107199169 1607960779 o

             "Je traine et je m'ennuie"... précédée d'une petite explication autour de  la rue Montlosier où habitait Les Mikaélian (au 17,  faudra penser à la plaque commémorative, mais sans mentionner tous les groupes dans lequel Stéphane et son frère ont joué, faudrait 10 mètres carrés)...  Murat cite aussi l'ami Jean-Pierre  présent dans la salle qui prêtait le local de répétition, le dit Buron...

                Depuis l'année dernière, je suis dingue de cette chanson, même si certains la trouvent "facile"...  Belle version, avec les choeurs de Christophe, avec une bonne partie musicale, même si ça ne s'enflamme pas tout-à-fait suffisamment (c'est assez court).  Ca enchaine d'ailleurs rapidement sur autre chose, avec un sifflotage de Jean-Louis, accompagné de Christophe, avant que la guitare n'arrive: "Je rêve autant" (inédit).   On retrouve bien Murat sur ce titre avec ce début tout calme, puis de parties plus fortes, avec une grosse guitare, et un retour au calme, le tout sur plus  de 6 minutes. A réécouter... mais quand?

 

                 On s'envole ensuite sur "Lindberg buziness", déterré l'année dernière et que Murat a choisi de jouer sur la tournée de printemps. Pas de surprise d'intrerprétation, version rock et tendue.

 

                 J'ai regardé sur la Sacem si on trouvait trace de ces titres inédits, mais je n'ai rien trouvé, mise à part "l'empire du nord"    qui était le seul titre présenté comme du CLARA qui avait été diffusé.. mais qui date bien des années 80. Ce titre, car c'est bien par celui-ci que le concert se poursuit, débute doucement... Le refrain sonne très années 80, avec ses choeurs "oh ohoh", même si les couplets sont joués plutôt "cool", créant une rupture un peu brutale avec le refrain.  Pas un titre que j'apprécie particulièrement... les répétitions de "dans l'empire du nord" me lassent.

 clara
Une des rares photos (Clara canal historique), avec celles du blog de Guy Forgeois, que nous connaissions de Clara paru dans une BD, .



              Le dernier titre sera  "Typhon" (inédit)... et on apprécie d'avoir un peu de clavier et de sortir du "trio rock".  C'est une chanson dont la musique est signée Alain Bonnefont. Même si la partie piano est toute simple (surtout dans cette configuration live), la mélodie est très accrocheuse... et ce titre avait sa place sur un des albums synthétiques de Murat. On espère là encore réécouter rapidement.

 

           C'est fini, une deuxième partie d'une heure également... Le public est très chaud, mais pas de rappel, même si Murat revient saluer...  en disant "à l'année prochaine".  

 

           A la différence de l'année dernière, on retrouve l'ambiance des Kolokos précédent en after : on papote sur le trottoir, on prend des nouvelles des rancheros et  de la vieille toyota (je fais dédicacer mon album par les membres que je n'avais pas eu encore),  on voit Stéphane Reynaud heureux et ça fait plaisir, Murat s'occuper de ses enfants et discuter...

 

          Un koloko comme on l'apprécie donc : des inédits à foison (8...), un Murat détendu, des rencontres... Avec des pieds plus vaillants pour ma part, une prestation debout en deuxième partie, ça aurait parfait... Est-ce que j'aurais l'air d'être un éternel insatisfait si je disais qu'on avait juste un peu l'impression de reprendre là où on en était l'année dernière (avec  la prestation en duo en première partie et "passions privées"  en deuxième), alors même qu'on aurait pu faire un saut de 10 ans pour fêter Lilith?  Pour Murat, le koloko semble plus que jamais le rendez-vous des copains, l'occasion de jouer avec ses amis du 6.3... même s'il faut rester prudent concernant une édition discographique autour de Clara... Prochaine reformation en juin 2014.

 

 

Dans "la montagne", le lendemain (article sans intérêt: "murat a repris les moments forts de sa carrière", mais jolie photo).

 

 SAM_9815.JPG

 

 

 

 

 

  LE LIEN EN PLUS :

 

  L'Auvergne, le pays de la chanson? 

Une raison de plus de le croire... avec l'ouverture d'un musée à Montluçon...

JT du 21/06 : http://auvergne.france3.fr/emissions/jt-1920-auvergne

Avec un reportage sur la coopé...avec Morgane Imbeaud, et Kaolin en plateau.

 

 

 

 

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Commenter cet article

web site design 21/08/2014 15:03

Well! I almost felt like the 90s. I haven’t really heard of this band. So, I never had any huge expectations about them. But trust me guys! They literally burned the floor. It was a night I would never forget.

KingArthur 03/07/2013 12:21


A Matthieu : pourquoi "quand même ??" 


mon mari te remercie chaleureusement de vanter et d'exagérer ses biscottos même s'il pense que la vrai valeur d'un homme vient de son esprit 


bises et à l'année prochaine, même bar, même punition !

Muse 30/06/2013 22:06


Je suis prof d'arts plastiques et d'arts appliqués, Pierrot. Arts plastiques en ateliers associatifs pour enfants, ados et adultes. J'ai 5 sites d'enseignement différents pour cette matière. J'y
enseigne le dessin, la peinture, la sculpture toutes techniques. Chaque classe d'âge a un programme particulier évolutif en fonction des techniques apprises, maîtrisées. Je fais en plus de la
pédagogie individualisée pour que chacun puisse progresser le plus et le mieux possible. Et chaque année, je fais travailler ces élèves autour d'un thème qui se retrouve dans les expositions de
fin d'année. Je créée aussi les affiches des expos gratuitement (les sites n'ayant pas assez d'argent pour me rémunérer en plus).Ce job est constitué de plusieurs cdds de 10 mois renouvelables
(un par site). Ca fait plus de 10 ans que je travaille comme ça. Au départ, je complétais avec des jobs en grande distribution pour avoir un salaire décent. Maintenant, je ne fais plus que prof.


Et j'enseigne aussi les arts appliqués dans un centre de formation industriel pour des apprentis ados de 15 à 25 ans. Je leur enseigne le graphisme publicitaire, le design (mobilier, textile,
environnemental, packaging) et l'architecture. J'ai toutes les classes des différents bacs pros en 3 ans que le centre propose. Soit 12 classes. C'est une matière très pointue avec des examens à
créer et à faire valider chaque trimestre par le Ministère de l'Industrie. Ces examens comptent tous pour le Bac Pro. Et il y a en plus depuis un an, un dossier de travaux d'études en Arts
Appliqués à faire exécuter par chaque apprenti et qui compte aussi pour le bac. C'est un très gros boulot pédagogique et professoral. Très intéressant mais très mal rémunéré. Tous mes congés sont
sans solde et n'ouvrent à aucune indemnisation assedic, contrats précaires chaque année sur 10 mois, pas payée pour les conseils de classe, ni les préparations ni les examens. Nombre d'heures
variables et la rémunération est ridicule à côté de ce qui est versé aux profs de l'EN. Je sais toujours au dernier moment quelle classe j'aurai la semaine suivante. Mais c'est le lot des
établissements privés professionnels et de plus en plus de profs. Nous sommes une majorité de vacataires pour très peu de titulaires (réduits à 5 sur 20 enseignants). Et nos vacances sont
réduites de moitié puisque les jeunes ne suivent pas le rythme de l'année scolaire classique. Comme tu vois, je suis bien occupée ;-)

Muse 30/06/2013 10:58


Etonnant que Matthieu t'ait demandé de mes nouvelles...


Merci pour les références. J'irai jeter une oreille et un oeil.


En fait, pendant que vous vous amusiez à Koloko, j'étais bien occupée et là je vais y retourner à corriger (j'ai 80 copies à corriger qui m'attendent aujourd'hui) et finir de mettre au point
différents examens de Bac Pro pour le ministère de l'Industrie, sans compter le gardiennage de l'expo d'un de mes groupes d'élèves (enfants, ados et adultes). Les fins d'année scolaire des profs
qui ont la double compétence, c'est toujours des moments très chargés qui ne laissent pas l'opportunité de se faire porter pâle pour partir en Auvergne...surtout pour nous autres vacataires
précaires qui travaillons hors Education Nationale donc avec moins de vacances, moins de salaire et des CDD de 10 mois renouvelables ou pas, payés au lance-pierre. Ce qui fait que je ne pourrai
jamais aller à Koloko même si ça me ferait très plaisir au demeurant. C'est pas de la mauvaise volonté. Juste des conditions de travail qui ne me le permettront jamais. J'en suis désolée chaque
année.

Pierrot 30/06/2013 20:04



Je suis étonné qu'en tant que vacataire, tu te tappes 80 copies et des préparations d'examens... pourquoi parles-tu de doubles compétences? tu fais deux matières?



Muse 30/06/2013 10:20


Pierrot tu écris: "Je suis même arrivée vendredi,"


Koloko t'aurait-il fait changer de sexe? ;-) ou alors est-ce un effet de la marchandise que tu as confié à Matthieu? ;-)))


Merci pour le compte rendu. Mais bon, comme je ne connais pas toutes les chansons chantées et encore moins celles de la période Clara, je ne peux me faire qu'une vague idée du moment.

Pierrot 30/06/2013 10:31



tu trouveras les chansons sur youtube chez M.DECoster ou chez mylenemurat.   Tu as manqué à Matthieu, qui a demandé de tes nouvelles



Matthieu 28/06/2013 19:27


     Je souscris au sentiment partagé que Koloko reste un moment très particulier, non seulement en raison de ce qui se passe sur scène, mais aussi de tout ce qu'il y a
autour... Je suis en revanche moins d'accord avec l'impression que certain(e)s ont eue de redite du concert de l'année dernière. Il me semble que le changement de salle, la position assise, les
trois inédits, les archives, l'ambiance sur scène (une atmosphère de nostalgie pudique) et deux ou trois détails (comme la présence cette année dans la salle de Caillon) suffisaient à
différencier K2012 et K2013.


     Marie-Laure, bon CR en caméra embarqué, mais tu es bien indulgente en me présentant comme un guide... Si tous les guides étaient aussi peu inspirés que moi, l'industrie
du tourisme (le seul trésor qui reste à ce pays) s'effondrerait. Il faudra que je fasse un effort pour l'année prochaine...


     Pierrot, je me suis fait contrôler par les flics dimanche, juste après t'avoir quitté. La dame avait l'air quand même déçu quand elle a constaté que le bâton de deux
centimètres que j'avais dans la bouche n'était que du réglisse... Heureusement, j'avais déjà mis à l'abri la marchandise que tu m'as chargée d'écouler dans les quartiers nord de la
ville...


     Bises à tou(te)s les camarades kolokistes, même à toi KingArthur. Pourtant, maintenant que j'ai découvert que tu étais mariée avec un gaillard de 2m10, aussi musclé que Teddy
Riner, je dois avouer que j'ai un peu peur...


     Et un salut à Yvan Dautin, of course...


 


 


 

rhiannon 28/06/2013 16:23


Merci Marie Laure...pas eu la possibilité de bavarder avec Mr Jean Louis Murat...ce sera pour une prochaine fois j'espère...;)...Avec Alain ...c'est toujours un pur bonheur d'échanger quelques
mots....je l'ai trouvé très en forme...

marie-laure 27/06/2013 23:05






Marie-laure Decoster-calbet





Petit CR de ce concert de Samedi,
Arrivée devant la salle vers 18h00, sur les marches nous y découvrons Barbara, virginie et leur ami dont excusez moi j'ai oublié le prénom, en fond sonore, jean-louis qui répète , je
reconnais extraordinaire voodoo, puis la louve, donc je compris que ce soir là il y aura du clara dans l'air, j'ai le grand plaisir de discuter un petit moment avec Alain Bonnefont, très en forme je trouve, souriant, vraiment agréable , une petite photo, je lui
demande si il accepterait de venir dans ce groupe ce oui m'a beaucoup émue. depuis c'est chose faite, Alain est ici je l'en remercie encore, d'autres amis muratiens arrive petit à petit,
donc notre cher pierrot, suivent Gwenaël et florence que nous avons le plaisir de rencontrer pour la première fois, impatiente dans cette file d'attente qui deviens de minutes en minutes
de plus en longue, nous entrons enfin dans cette petite salle de la coopé, là on y retrouve avec grand plaisir rhiannon. Jean-louis fait son entré avec Stéphane, Une set list dont martial
vous en fera la liste sur les titre de toboggan, puis la remise du chèque pour clerauvergne 7700 euros, tonnerre d’applaudissements pour les pompiers, leurs bénévoles, et martial et marie
Christine qui leur réclame une chanson, hurlement de rire de beaucoup de gens, bref très beau moment aussi, on sait tous aussi à ce moment là le pourquoi de ce concert finalement!!!! 2éme
partie, Alain bonnefont, Christophe pie, et jean louis s'installe, assis cette fois pour nos artiste, jean louis sur une note d'humour explique qu’Alain ne voulais pas jouer de la basse,
mais de la guitare électrique, qu'il préfère jouer assis, fou rire encore, là démarre un diaporama de leur moment ensemble de 1978/1980, j’étais assez émue encore lorsqu'il évoque leur
amis disparu tragiquement en moto, " Jean-François", je repense direct à la chanson de jean louis fait pour lui et l'amie de laure" Alexandrie, je retiens discrètement une larme qui ne
demande qu'à coulé, bref, je me délecte de leur morceau, mais non d'une pipe qu'ils sont bien ces trois là ensemble, une vrai complicité jamais perdu, pour nous du pure bonheur, je vous
assure, plusieurs titres, 2 inédits de Clara si j'ai bonne mémoire, tonnerre d’applaudissements, jean louis nous annonce une sortie prochaine d'un albums ou des inédits de Clara y seront,
ont est tous aux anges là!!!!!! permettez moi de dire et je m'en excuse d'avance d'employer ce mot mais honnêtement cela sort du cœur" putain de concert", il s'avance vers marie Christine
lui caresse la joue un petit bisous puis un pour moi et Armelle, puis Barbara, rhaaa ce jean louis il c'est faire plaisir lol. je sors de la salle, je prend un bon bol d'air pour essayer
de redescendre et jean louis prés de moi, il s'avance vers nous moi, Barbara, et virginie, on papote quelques minutes, puis ensuite rejointe par marie Christine, je me permet de demander
à jean louis qu'elle était son ressentie sur sa prestation chez drucker, là il me répond avec un soupir, qu'il n'aurait pas du dire oui, qu'il étais malade, qu'il se répéter
intérieurement" ne tombe pas ds les pommes, ne tombe pas", je le cite: j'avais 40 de fièvre, je flottais, les bruits étais sourd derrière, moi, je n'entendais plus vraiment les questions,
j’étais très mal!!!, je me suis fait rapatrier sur clermont pour aller aux urgence, et hop une semaine d'hosto" donc là je lui répond qu'une mini polémique c'etais mis en route suite à
son passage chez drucker et que ça m'avais bien gonfler, petit sourire, Martial ensuite avec Gwenaël puis florence lui ont causer quelques minutes, et Armelle à enfin pu lui offrir son
cadeau, bref un jean louis hyper accessible, moi je dirais comme toujours, souriant, agréable, bref heureux je pense sans trop m avancer, ensuite nous décidons avec notre ami et guide
Mathieu de faire un debriefing du concert sur clermont, et nous voilà en terrasse du bar de l'an passé, nous étions tous bien à discuter les uns avec les autres, de belles rencontre
aussi, tout ça pour vous dire et surtout à vous jean louis murat:

Vous m'avez donner du plaisir, sans que cela soit sexuel!!!!!




pierrot 27/06/2013 18:33


L'histoire de "jeudi noir",un ancien de fafafa... une histoire du rock à Clermont...


http://www.youtube.com/watch?v=rlGxQvivT0o&list=PLmHyDXVNAExBXI2RJ3lMN9KmH5TuOuDzM&index=13

pierrot 27/06/2013 18:21


J'ai oublié de raconter qu'un hommage silencieux mais bruyant était aussi rendu à quelqu'un ce soir-là... La batterie de Christophe Pie qu'il vient tout juste de rénover a appartenu à Anaclet, le
batteur de FAFAFA (groupe dans lequel a joué Alain, avec à leur tableau notamment une première partie de J.cliff) qui est décédé tout récemment.


http://www.youtube.com/watch?v=Tzqg1TK1xMM

rhiannon 27/06/2013 13:00


Super CR comme à l'accoutumée....pour ma part, j'ai préféré "Je reve autant"véritable coup de coeur...j'ai encore quelques paroles en tete.."Je reve autant qu'on peut rever...attends moi...
ralentis le pas...il fait trop chaud pour faire l'amour...la vie est trop tot de retour...je ne propose que l'éphémère..."cette chanson me trotte dans la tete.J'espère qu'il fera partie des
titres choisis pour la réédition concernant le groupe "Clara"...c'est toujours un réel bonheur de voir Mr Alain Bonnefont et Murat jouer ensemble...Les photos vintage  ...j'avoue...étaient
assez flippantes  (le retour sur le passé m'a toujours fait flipper..)...Murat nostalgique...c'est chose rare...j'aime pas trop...çà m'a mis mal à l'aise...quand à Mr Christophe
Pie...toujours aussi fidèle à lui meme on peut dire qu'il a encore"envoyé du bois"...;)..ravie d'avoir fait la connaissance de KingArthur...quand à toi Pierre...je te dois un verre...;)

Armelle R.G. 26/06/2013 17:58


mais non, on ne se moque pas de toi Pierrot!  avoue que tu as eu chaud sur ce coup là... ça n'aurait pas été
le cas si tu était resté dehors


c'est vrai que c'était un peu une réédition de l'an passé cette 2ème partie et que celle de l'an passé était même bien meilleure mais l'important était d'être là, de participer à gonfler le
chèque pour Clermauvergne (7700€) et de se retrouver entre potes en after.


Et puis le lendemain j'ai dégusté avec mes amis, la meilleure truffade de toute ma vie (et j'en ai mangé depuis mes 10 ans!)... allez je vous donne l'adresse, c'est au Cantou sur la place
d'Orcival, une véritable cuisine traditionnelle, du pounti à la pompe aux pommes... j'en salive encore! c'est aussi ça le rendez-vous auvergnat de juin! 

KingArthur 26/06/2013 15:46


Merci Pierre, c'est un excellent compte-rendu , j'ai beaucoup aimé l'ambiance qui régnait à ce concert, plus électrique que l'année passée, sans doute due à la petitesse de la salle, nous étions
placés au premier rang ( pour faire les choeurs, lol... ) et ça nous a été un atout précieux pour la seconde partie (assise)


J'ai trouvé ce concert très dense, très nerveux, très chargé en émotion, très rock (bien qu'il conchie le rock depuis quelques temps...) mais je suis d'accord avec toi qu'on se retrouvait un peu
à la suite du concert de l'an dernier, une redite en quelque sorte... en même temps avec Christophe Pie et Alain Bonnefont, on ne pouvait pas s'attendre à autre chose que Clara !...


Perso, je n'aime pas trop Typhon ( Bonnefont était magistral sur "les Hérons" En revanhce, j'ai bien aimé l'Empire du Nord, c'est sans doute celle que j'ai préférée sur cette deuxième partie,
avec Passions privées (" reste nue sous ta jupe en ce début juillet" ) très entraînante ... Bien à toi et bises à Matthieu.;-)

marie-laure 26/06/2013 15:46


excellent CR!!!

Pierrot 26/06/2013 21:58



merci Marie Laure.. poste aussi le tien stp!



katialyn 26/06/2013 15:07


sympa l'article ! la photo de Clara + le dessin est de Thiriet 

Pierrot 26/06/2013 21:59



Merci Katia... j'ai eu la flemme de rechercher...