Mon compte-rendu de Clermont

Publié le 9 Avril 2010

Bon, j'ai hésité.. j'arrive un peu tard et j'aime pas ça, et je me demande quelle sera ma valeur ajoutée... même si j'ai essayé de ne pas trop regarder ce qui c'était déjà dit.. Mais soit, j'ai le sens du devoir... . 

J'ai quelques vidéos sur mon téléphone mais pas de pilote pour les transférer. Faudra patienter la semaine prochaine. Par contre, il devait y avoir un article dans Libé de ce vendredi par Bayon! J'ai oublié de l'acheter! Si quelqu'un l'a!http://www.liberation.fr/culture/0101629224-murat-suit-son-cours-ordinaire  

Bon, je l'ai trouvé finalement:

Murat suit son «Cours ordinaire»

Par BAYON

Escorté de Denis Clavaizolle (claviers), Fred Jimenez (basse), Stéphane Reynaud (drums), Murat retourne. Inclus les BO de Petite Fille, téléfilm France 3 de Laetitia Masson, et Pauline et François, deRenaud Fély avec Laura Smet, le répertoire du jour, porté par l’album de saison nashvillien, proposera : Ginette Ramade, la Mésange bleue, Taïga, Pauline, 16 h, Mousse noire, Falling in Love Again, Chanter est ma façon d’errer, Taormina, Lady of Orcival, Saurais-tu par cœur, Se mettre aux anges, Comme un incendie, Yes Sir, les Voyageurs perdus, Caillou, l’Examen de minuit. Et plus (Chère Mademoiselle Ferrières ?) si affinités. B. Photo Carole Epinette

Bataclan, 50, bd Voltaire, 75011. Ce soir, 20 h.

 

Mlle Ferrières?

 

 

 

  Allez, maintenant, le compte-rendu:

 

 

 

 

Jeudi 8 en avril, 1h30 du matin : Jocelyne rejoint l’hôtel en face de la coopé. Deux olibrius discutent encore sous la pluie de « Mlle Personne », de Manset, de Muray et de la malle du grenier.  Moi, j’ai mon blouson et deux bornes à pied pour rejoindre l’hôtel, Mathieu est en tee-shirt. Est-ce que Murat vaut vraiment la peine qu’on s’attrape une crève ?

 

 pub coopé

programme de la coopé et flyer. 

 

 

 

Mardi, c’était une douce chaleur, le soleil tapait fort sur la dent de la rancune, et 30 cm de neige sur mes pieds mouillés me conduisent à rebrousser chemin. Col de la Croix Morand en blanc. Excursion au Mont-Dore. C’est fou le nombre d’hôtel dans ce bled. Quel ennui… Je remonte vers le lac de Servières, où s’ébrouent des pêcheurs à l’air mouche (n’importe quoi). J’en fais un petit tour, enfin, le tour complet. Puis, visite à la Lady, malgré l’heure tardive, la basilique est ouverte dans un Orcival endormi. Entre Tuilière et Sanadoire, j’aperçois la Laurada auvergnate. Je me dis que c’est bête que les Alpes n’ait pas un chanteur comparable…. Moi, c’est les cimes et les abruptes que je recherche, même en Auvergne... mais un fond de vallée  n’aurait pas donné un Murat. Pas une question de force tellurique, ni de volcans tout ça… quoique… mais ici, les horizons s’ouvrent, vers des multiples ailleurs.  C’est une terre de landes propre à la divagation… Enfin soit…  j’ai tellement randonné, randonné mes méninges,  que je mérite mon assiette de charcuterie.

Elle me cale juste suffisamment pour bien entamer une belle potée auvergnate.  Bouffer un demi cochon moi… Résultat : malgré ma promenade digestive au bord de la Dordogne, et ses flots déversant des ions sur ma bobine, je dors mal !

 

Lendemain, temps maussade.

Trop, pas assez : finalement, pas de ski. J’ai envie de calme.

Retour au lac.

Je file à travers champs. Je laisse Pessade à droite, et j’atteints encore une fois un tapis de neige de printemps... Un chevreuil file devant moi.  C’est bien joli mais j’ai encore les pieds mouillés. Mince Murat ! Au mois de Juin pour Koloko, c’est trop tard pour les narcisses, et là, c’est trop tôt, pas même une jonquille, ou un crocus. Si, un…  Allez, zou, faut se préserver pour le soir !

 

Quelle horreur de redescendre… Des feux, des bouchons. Faut pas dire que Jean-Louis est de Clermont, lui ne le dit pas. Des fois, il dit juste.

 

Pluie.

 

Ah, des amis !

 

19h45 : les quinquas et quadra font la queue. Une dame en déambulateur. Ce soir, c’est Jean Sablon ?

La salle mettra du temps à se remplir car c’est la grande ! Je n’avais encore pas franchi cette porte.

Zak Laughed se pointe. –alors, Zak ? une référence Murat ?  - C’était mon père qui écoutait, et j’aimais pas… Et puis à force… J’aime beaucoup le dernier album, Mustango et le Moujik … et puis, il y a Denis avec lui (NDLR : son producteur) ».  Il a eu un concert annulé faute de combattants le week-end prédécent :  si jeune et déjà frappé par la crise…  C’est pas grave, il lui reste le  lycée demain…

Je vois aussi aller de droite à gauche le chanteur des Delano. Il apparaît plutôt stressé et préfère circuler, même quelques minutes avant de monter sur scène,  plutôt que de se manger les phalanges en loge ou d’être avec ses musiciens.

Je demande  à Jocelyne si un Koloko est programmé. Apparemment, c’est prévu, mais pas en juin. 

 

Allez, premier round. Les Delano Orchestra, avec Pie aux baguettes.

Certains morceaux enlevés sont très réussis, avec des parties musicales quasi-Curesque. Loin du folk auquel j’avais un peu limité le groupe (du fait du nom du label -Kütu Folk).  Le violoncelle, la trompette donnent une belle couleur… mais plus difficile à la longue d’accrocher aux parties spleenétiques. J’avoue avoir pensé « trop de pathos » mais je m’en suis voulu quand Christophe Pie me dira qu’Alex  chante des choses très intimes, et qu’il était prêt de pleurer à la sortie de scène… Oui, mais voilà, il écrit en anglais… Dommage, dommage pour moi. Malgré tout, ça promet un bel album. Bonne chance à eux. Il semble qu’ils feront quelques festivals cet été mais en collectif « Kutu folk ».

 

Et voilà Murat. Belle chemise, beau jean,  Je le trouve en forme et portant son âge avec élégance, et un embonpoint maitrisé.

Il dit bonsoir…et ça démarre sur Ginette Ramade. En douceur. Mésange bleue. En douceur. Avec un beau final, et un sacré feeling à la guitare. C’est beau, c’est propre, assez carré. Un merci après chaque chanson, mais pas question d’ouvrir les yeux.

Je trouve Taïga presque yeye par moment. Un petit solo quand même. On est dans un beau bleu (blues  quoi !), avec une guitare émouvante et expressive, alors que Jean-Louis Murat finit par une douce incantation « tombe neige », « tombe neige »… qui m’apparaît toutefois être un contre-sens…

 

La salle est attentive, concentré. 

Morceau plus rock : « Pauline à cheval »,  Pauline à cheval est un dieu léger…. Est un dieu discret… rendez-vous en forêt ». Je repense à la photo  du chevreuil grâce à laquelle le film est annoncé… et je me dis « ça colle ». Un titre assez réussi.

 

Puis, c’est 16 heures. Là, c’est parti ! J’adore… mais la suite retourne dans le bof. Pas de Cherie, pas d’Emilie Loizeau (c’est lui qui avait lancé la rumeur lors du tchat sur linternaute.fr), ni même de micros… tant pis on fait avec ce qu’on a… pour Denis ou Fred… pour ajouter un peu de chœur… Oui, c’est Falling in Love un peu à plat… Ca tombe bien car en descendant du cœur, on trouve « Mousse Noire »… et enfin, on peut entendre ce riff avec toute l’énergie qu’on devinait sur disque, et à peine esquissée sur la tournée solo. Beau texte sur lequel Jean-Louis peut s’amuser et accompagner dans son chant une  musique très réussie.

 

« chanter est ma façon d’errer »… Même constat que sur les autres ballades du Cours Ordinaire des choses. Il manque quelque chose, et les claviers de Denis ne rajoutent rien. Je me demande si le clavier ne l’oblige pas à être plus cadré, et du coup, à moins se laisser aller à l’improvisation, avec ses bons et mauvais côtés. J’aimais bien moi les longues intros, même si Murat  ne retombait pas sur ses pattes, où il se laissait vraiment aller. Par contre, on évite cette fois que Jean-Louis Murat  ralentisse les rythmes des chansons, notamment celles normalement enjoués, et qu’il étire un peu inutilement les titres.

 

Viens ensuite Taormina, un titre qui arriverait à faire peur à un Jaguar, ou du moins, le remplace plutôt bien… avec des effets lumières en kaléidoscope du plus bel effet. C’est le seul moment à mon avis où l’on remarque la lumière.
Sur sa lancée, ah, enfin, une belle lancée !,  c’est «yes sir ». Ca déménage… Faut dire que même en solo, cet inédit fonctionnait plutôt bien.

Après ces deux titres bien enflammés, Jean-Louis prend sa serviette, et s’éponge durant la seule chanson, où il lâche la guitare : Oiseau de paradis.  Je pensais à un inédit… mais mince, ça date de Polly Jean… J’ai très rarement écouté ce disque un peu expérimental ou qui m’était apparu comme une blague.  Manset a écrit une chanson portant ce même titre, mais je vois qu’il existe aussi une chanson de Trenet (1952).  Ca relève plus du Jean Sablon dont a parlé Dominique A. Jean-Louis Murat croonant… mais qui n’ose pas aller jusqu’au bout de l’interprétation : sa serviette restera sur scène, et ne sera pas lancé au public. C’est un détail, mais à mon sens, ça aurait fait la différence sur le titre et pour la suite.

 

C’est le rappel. Le public applaudit gentiment mais ce n’est pas du délire.

 

Le train bleu roule à un train d’enfer (à la Taormina), mais l’émotion n’est pas trop entamée. J’attendais ce titre avec impatience :  C’est peut-être ma préférée de l’album grâce auquel j’ai découvert Murat et il me renvoie certains souvenirs…   Ce « train entre Lyon et Genève », il m’est arrivé de le prendre « le cœur meurtri d’idées noires ». 

Là encore, même constat, la guitare de Jean-Louis fait merveille.

Et que dire de « se mettre aux anges », dont il me semblait pourtant, lors des précédentes dates qu’il chantait sans guitare… Ce soir, elle est bien présente… et remplit de beaux préliminaires tendres et fiévreux.

Petite mort, et c’est « le cours ordinaire des choses »… là, encore, sur un tempo très rapide. Peut-être un peu trop finalement. Mais c’est plutôt sympa d’écouter une vraie surprise d’orchestration.

 

Ensuite, beau final sur les « voyageurs perdus » et  « l’examen de minuit ». 

 

Applaudissements nourris, mais les lumières se rallument.

 

 une la montagne

Alors, oui, un petit concert... même s'il n'était pas si court que cela.  Manque « m maudit » qu’on nous annonçait comme réussi, et « tige d’or ». Pas non plus de « Philomène », ni de « saurais-tu par cœur ? ». Dommage.

Jean-Louis Murat n’aime pas jouer à Clermont. Avec ses amis, sa famille. On apercevra à la sortie Marie Audigier, Laure Bergheaud, Caillon, mais point de  Jean-Louis, ni des ses musiciens. Ils  jouent le lendemain à Alençon et ça fait une tirée.

 

Je discute un peu avec Christophe Pie, qui est fier de la musique des Delano… et c’est à juste titre… Et alors que les portes se ferment, j'entame une discussion avec  une personne que j'avais remarquée à la carte blanche de Lyon. Celui qui avait osé titiller Murat sur la posture/imposture.  Excellent connaisseur, et c'est moi qui me sent finalement comme un imposteur, mais il m'encourage pour mon blog. Je le remercie içi.  Et moi, je suis même pas tombé malade...

 

 Les autres chroniques à lire:

  là: http://www.concertandco.com/critique/jean-louis-murat-the-delano-orchestra/critique-concert-1-33545.htm 

par Pierre Andrieu

ou là: http://www.leliendefait.com/index.php?idPage=concertDtl&idConcert=422&idTournee=12

 

et l'article de la Montagne:

 article la montagne

La page d'après, un article sur De Palmas, qui réunissait 2000 personnes au Zénith. ...

 

 

Les 3 photos ci-dessus sont téléchargeables là: http://www.megaupload.com/?d=X88I70YK

 

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

 Le Président de Région Basse Normandie parle du concert de la Luciole...!!! et des 200 personnes qui ont pu grâce à lui (en partie) écouter Jean-Louis :

http://lbeauvais.typepad.fr/blog/2010/04/jean-louis-murat-%C3%A0-la-luciole.html

 

 

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Commenter cet article

Matthieu 12/04/2010 13:19



Bon compte-rendu package (avant-pendant-après) de ce concert. Deux précisions pour l'Histoire :


1. Je ne suis pas un si bon connaisseur, même s'il me semblait bien que j'avais déjà entendu "Oiseau de paradis". Tu restes sans contestation possible l'expert.


2. Non, je ne suis pas tombé malade. Même pas froid !



Pierrot 12/04/2010 13:34



 salut à toi!


 



esca4ever 10/04/2010 11:51



Merci pour le compte-rendu. J'étais au concert du Bataclan hier soir, excellent ! J'ai mis une video de 10 minutes en HD sur YouTube : http://www.youtube.com/watch?v=8F6fEODhb5o



Pierrot 10/04/2010 12:42



ah,  génial, j'vais relayer ça plus visiblement!


si je la trouve.... Elle marche pas l'adresse...


Ah, j'ai trouvé par le surnom!