Murat à Villeurbanne, festival les Invités, 21 juin 2014

Publié le 22 Juin 2014

 

Villeurbanne-2014-par-stimento-mag.jpg

                                                                   ©Vincent Raymond de  Stimento, le nouveau mag culturel lyonnais.

 

 

Lyon est petit pour ceux qui aiment Murat et la bière d'un aussi grand amour, si bien que je tombe dès 18h30 sur notre camarade Matthieu, pris d'un coup de folie: partir aussi loin de sa base clermontoise pour une nuit. Accompagnés de nos verres, nous rejoignions illico nos potos Paulo et Fredo Plainelle pour 4 heures de conf' de rédac' : débriefings diverses des parutions, les offs, les interviews à faire, négociations sur le remboursement des frais de bars... Fredo râle qu'on ne lui file que des marronniers, mais il se calme avec une nouvelle bière. 

Matthieu exige qu'on profite de la journée, et nous voilà dans Villeurbanne pour nous faire une idée de la fête de ces "invités de Villeurbanne". Nous tombons sur un concert, un village où il est possible de se restaurer de multiples plats exotiques, proposés par les habitants et les associations culturelles. Puis, un petit spectacle de mime, les gens s'assoient par terre. Bien sympathique...

  DSC00847

 

Nous rejoignons le Square de la Doua, tout près du parc de la Tête d'or, sur le bord du no'man's land du campus (c'est le week end!  -même si depuis mon temps, que les moins de 20 ans ne peuvent presque pas connaitre, il s'est largement ouvert sur la ville).

Cadre superbe, boisé. Avec toujours le même principe de restauration.  Un espèce de dancing type abri d'auto-tamponneuse est installé au milieu du square... dans lequel une fanfare meuble durant les 3 changements de scène. Il y a de la place, les pique-niques sont nombreux, un peu de chaises et tables en bois... Cela se remplit doucement.

On croise Guillaume Bongiraud, le violoncelliste, qui nous parle de ses quelques projets, notamment avec Morgane Imbeaud.

 

DSC00850

 

 

 

Le nouveau projet de Cyril Atef occupe la scène...  Bon... Ils étaient à Europa Vox la semaine dernière et Matthieu m'avait préparé psychologiquement...  C'est curieux.  On peut quand même s'interroger sur la programmation de ce soir. Ca part un peu dans tous les sens, et Murat au milieu de ça... Une programmation pour lui un peu plus tôt aurait peut-être mieux convenu de manière à pouvoir laisser la place aux "fêtards" ensuite. 

 

On a droit à un long mot sans grand intérêt des intermittents, la démocratie bafouée, la liberté en danger...

 

Enfin, soit, nous voilà à une dizaine de mètres de la scène.  J'ai l'impression qu'il y a pas mal de gens venus pour Murat, attentifs. Murat, le retour à Villeurbanne (après l'enregistrement de "Murat live" au transbo!)

 

Et c'est parti...  Et c'est un inédit..."qu'est-ce qu'au fond du coeur"... Jean-Louis Murat a sa guitare semi-métallique de sa dernière tournée. Très longue intro vibrante, avec des petites saillies de trompette et le violoncelle, avant que la batterie ne lance le rythme de la chanson.    Alexandre Rochon est au  "grisgris" dira Murat, son "outil"  posé sur un tabouret.  C'est plutôt concluant, le refrain est assez entrainant, et la trompette décisive.  A 5 minutes, Jean-Louis mollement demande qu'on tape dans les mains "pour soutenir les intermittents". Ca réagit tout aussi mollement. Pas de déconcentration pour autant: il est bien dedans, super voix en variations en multipliant le refrain.   On en est déjà 9 minutes, et on a droit à un grand pont musical... avant qu'il y ait une petite séquence down tempo avant un redémarrage  final. Plus de 10 minutes pour le premier titre, très très rallongé (le texte est plutôt court)... et j'ai l'impression que Murat a réussi à capter la foule nombreuse. 

 

On part sur une intro plus classique pour Murat ensuite : petit solo de guitare saturée (Murat a pris sa télécaster, et Alexandre sa guitare), et batterie. Quelques notes de piano. C'est Michigan. Version pas endiablée, mais Murat se donne à fond. Le piano joué par Guillaume est très réussi.  Murat termine : "nous sommes les auvergnats de Clermont, votre prochaine capital, vous irez chercher votre carte grise à Clermont", et présente les THE DELANO ORCHESTRA, avant de repartir sur la chanson, avec la trompette toujours en avant. 2e chanson: encore 10 minutes! Ce n'est pas la facilité pour capter un public qui est a priori à conquérir... mais là encore, j'ai l'impression que ça marche.

 

Morceau des The Delano orchestra, "Sea water". Déjà joué à Clermont. Murat est à la guitare, assez discret. Peut-être plus qu'à Clermont. J'ai déjà dit le bien que je pensais de ce titre... qui passe très vite.. au vu des deux titres précédents... si bien qu'on a l'impression qu'elle est écourtée, mais ce n'est qu'une impression.

 

Rythme plus endiablé ensuite sur une longue intro, avec une belle partie de trompette, mais on est un peu perturbé par un gus derrière nous qui fait son intéressant : "mais tu comprends, moi, je kiffe la musique" ou  "le rock an roll vous emmerde"... si bien que ça part un peu en cacaouette sur toute la chanson, et en insultes.  Vous lirez ci-dessous le commentaire de Laurent Cachard... Matthieu est plus philosophe et essaye de calmer tout le monde". "Agnus del babe", ça devait être une superbe version... mais là, j'en suis sorti. La perturbation a dû se ressentir sur scène, mais Murat ne le fera pas remarquer. Faut dire qu'il y a des centaines de personnes derrière nous qui profite du concert.

 

 

Du coup, je perds un peu le fil. The Delano orchestra joue-t-il tout de suite derrière leur deuxième titre?  C'est "PALOMA" en hommage à la fille d'Alexandre. Joli titre.

 

Vient ensuite "extraordinaire vaudou". C'est redevenu plus calme, et on peut profiter de ce grand titre "live", démarré lentement, avant l'explosion finale. Pas de réel changement avec le concert de décembre, on retrouve les petits choeurs mais un peu moins en avant et le morceau s'allonge un peu. Bravo à Julien Quinet, le trompettiste... 8 minutes 30. 

 

On a de la chance, il fait beau, temps idéal, Murat en tee-shirt marqué d'un "i'm still alive" (à confirmer), transpire, les cheveux ébouriffés. On ne pourra pas dire qu'il ne s'est pas donné!

CAM 0802

 

Et retentit le riff de "L'eau de la rivière",  la batterie moins explosive qu'avec les maillets  de Stéphane Reynaud. Petites notes de trompette... ça manque peut-être un peu de fluidité (Murat demande un  truc à la régie) et il y a 30 secondes d'intro en trop.  Ce titre marchait bien avec la formation "guitare et batterie" de la tournée précédente vu son rythme et son refrain percutant, et son "boum boum" que l'on a envie de chanter, mais avec The Delano Orchestra, c'est bien sûr encore mieux. Le titre est assez court :  moins de 6 minutes, mais mériterait presque d'être resséré de manière à capter toute son énergie hydraulique.

 

Murat introduit le titre suivant :   "la musique gratos, c'est comme l'amour sans amour, ce n'est pas toujours rigolo". C'est un inédit... qui pourrait porter le titre "boy" ou "boï"  prononcés souvent (est-ce plutôt "les grives" ou "mujade"?).  Avec les titres "neige et pluie sur le sancy" et celui avec un peu de patois, joués en Suisse,  il se confirme que l'inspiration muratienne est plus que jamais ethnocentrée:  là, il est question de la Dordogne, de "monter jusqu'au sommet", avec une interpellation " arrête d'y penser... tu sais bien que..." facilitant une interprétation habitée.

Le gus allumé me casse une dernière fois le tympa droit au tout début de la chanson, mais je  rentre bien dans la chanson, même si c'est difficile de capter le texte, avec l'orchestre. La composition est assez classique, avec des parties assez dénudées... mais le gimmick de trompette, un peu funèbre,  est parfait, et permet d'adhérer à la litanie.  J'ai moins remarqué le travail du violoncelliste ce soir qu'à Clermont (je ne suis pas de son côté, et peut-être du fait du  côté moins intime du concert ), mais sur ce dernier titre, toujours associé à la trompette, c'est le grand pied. Près de 13 minutes pour ce dernier titre, grâce à un final enflammé  (avec certes une présentation nominative des musiciens). 

 

C'est fini. On espère quelques instants un rappel... d'autant qu'il reste de la place pour un titre. Les prochains sont prévus dans une demi heure... mais les techniciens arrivent et coupent les amplis. ah, c'était court!  On a beau s'y attendre en festival, là, il nous manque un titre, déception d'autant plus grande qu' il semble que c'est un inédit encore meilleur qui manquait.  

  villeurbanne-2014-par-Quinet.jpg                                                     c. julien quinet (fb).  Une photo de moi et Matthieu, vos serviteurs. On ne voit que nous.



On ne verra pas Murat ensuite, mais quelques Delano.  Ils sont vraiment heureux d'accompagner Jean-Louis, notamment ce soir sur cette belle scène et cette foule (la plus grande pour eux de l'été?), et du travail accompli avec lui sur l'album. La concentration était maximale sur scène, presque plus que lors du live radiophonique de décembre... C'est le tout  petit bémol que l'on pourrait trouver : un petit manque d'interaction physique  sur scène entre Murat et ses musiciens, mais ce n'est que le deuxième concert de la tournée, et on n'attend pas Murat là-dessus.  Il était en tout cas apparemment en pleine forme (malgré l'enchainement des activités: enregistrement, mixage d'un double album  et tournée),  bien impliqué, maitrisant ses textes, malgré le pupitre à disposition, et du coup,  a livré des interprétations impeccables. Messieurs les programmateurs de festival, vous avez raté quelque chose en ne proposant que ces quelques dates à cette formation!  En tant pis pour les perturbateurs, je les oublie (mon crédeau, mon confiteor, mon confiture, c'est de toute façon d'accepter tout le monde au sein de la chapelle de La Lady... et Murat a préché en ce sens hier). 

 

 

28 juin 2014 / Concert Koloko, pour l’association Clermauvergne Humanitaire - Coopérative de mai - Clermont Ferrand (63) - avec Stéphane Reynaud, mais c'est confirmé avec une partie avec Delano.  
14 juillet 2014 / Francofolies - La Rochelle (17)
17 juillet 2014 / Festival Voix de la Méditerranée - Lodève (34)
7 août 2014 / Festi’Vaux - Vaux sur Mer (17)
9 août 2014 / Festival au Champs - Chanteix (19)

22 août 2014 / For Noise Festival - Pully-Lausanne (CH)
Et un Européen à Paris à l'automne (sans The Delano Orchestra).

DSC00852

 

 

 

A lire aussi  

La chronique de Laurent Cachard. "il ne faut pas souhaiter la mort des gens".

 

 

Murat et The Delano : ma chronique du concert de Clermont en décembre (j'ai eu parfois envie de me répéter, bon, oui, je l'ai fait):  à lire ici . Le concert est toujours disponible en podcast!

 

Des images du festival "les invités": http://www.leprogres.fr/rhone/2014/06/20/villeurbanne-le-festival-des-invites-se-pare-de-mille-couleurs  

 

 

DSC00851

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Commenter cet article

yseult 28/06/2014 17:46


les camions de pompiers sont là ... des delano et bonnefont vus sur le trottoir ... et je suis la aussi ...:-))

Rhiannon 25/06/2014 16:32


MDR...que de fautes d'étourderie..."admire"..."regretté"...et j'en passe...je crois que je suis d'un tempérament assez nerveux ces temps ci ...le temps orageux sans doute....tu peux avoir peur
Matthieu....je confirme


 


 

Pierrot 27/06/2014 08:10



Voilà donc un avis...    Oui, les titres à rallonge, et la difficulté pour le comprendre....   
http://labuze.cac40.net/post/concert-Jahkasa-Murat-Delano-Orchestra-Har-Mar-Superstar-Les-Invites-%28Villeurbanne-21-06-2014



Matthieu 25/06/2014 14:29


   Rhiannon, j'espère que tu ne me frapperas pas à Koloko, maintenant, j'ai peur de toi...


   Pierrot, je te confirme que le second inédit était bien "Mujade".

Rhiannon 24/06/2014 12:18


Je comprends Matthieu et j'amire cette conduite....mais me connaissant et d'un tempérament assez colérique(il m'arrive de jurer comme un charretier ;)...)j'aurais fini par exploser...et dieu
sait à quel point j'aurai regretter cette conduite puérile après cet éclat...:)

Matthieu 24/06/2014 11:51


   Matthieu, il n'est pas philosophe, il est juste pragmatique : il sait que dans un festival gratuit, un samedi soir, à minuit, le public ne sera pas uniquement composé de fans transis
de Murat. Et il devine aussi que s'énerver contre un mec déjà agité et passablement imbibé n'arrangera pas les choses. Et puis, Matthieu, il se souvient que JLM aura toujours le cul entre deux
chaises : le type agité de samedi soir lui reprochait de n'être pas assez "rock n' roll", de s'écouter chanter, de trop se prendre pour un poète ; il y a huit mois, à Cébazat, c'était
l'inverse : une partie du public trouvait la guitare trop forte... Les concerts de JLM ne sont ni des récitals de chanson française où l'on savoure chaque vers prononcé par le chanteur, ni des
concerts de rock endiablés encourageant le body surfing. Il y aura donc toujours des déçus. Depuis le temps, on le sait...


   Petite image de complicité entre musiciens qui a échappé à la sagacité de notre reporter : sur "L'eau de la rivière" (?), Alexandre Rochon s'approche de Julien Quinet et lui donne
son médiator, le trompettiste se transformant alors l'espace d'un accord en guitariste...


   Allez, on file à Koloko : là, au moins, on aura un rappel !


 

Rhiannon 22/06/2014 18:27


Merci Pierre...on s'y croirait mais je ne préfère pas imprimer la scène du guss...je pense que j'aurai été moins philosophe que Matthieu....;)...pas encore lu la chronique de Laurent
Cachard.....enfin en conclusion Mr Jean Louis Murat s'est donné à son public et c'est le principal :)

Pierrot 23/06/2014 21:37



il me manque un peu des retours de la part des non-muratiens pour voir quellles impressions il a donné... Nous, on voit qu'il a été plutôt ouvert... mais on le connait...  Je pense 
quand même qu'il a encore raté le coche en ne proposant pas de rappel!  Gui était assez sévère...



Flo Réal 22/06/2014 18:04


Merci Pierrot pour ce joli compte-rendu. ai lu le C/R de Laurent Cachard, ai pas tout compris, peut-être est-ce voulu ... sauf qu'il en veut à mort à l'ivrogne patati patata...


Bon je vais me faire mon opinion dans 8 jours.


Merci encore !

Pierrot 23/06/2014 21:33



Ivrogne dans le groupe duquel il y avait quand même une doctorante de Clermont... que je n'ai plus vu ensuite. Peut-être a-t-elle foutu le camp?  On lui avait fait de la pub pour le
koloko... pour que ça hurle un peu  :.)...   Quant à Laurent, il fait passer des messages...  Il regrette peut-être un peu qu'on ait préféré parler de Magali Brénon ici... Ce
n'est que partie remise Laurent, mais j'ai déjà bien participé à sa renommée auprès des muratiens.



pierrot 22/06/2014 16:17


2 choses:


- Ah, Matthieu était déçu de ne pas rencontrer plus d'amateurs... On a raté Gui du site Soul Kitchen,  critique du Murat sur scène, qui a trouvé cela "bof bof" et regrette que Murat ne soit
pas plus proche du public.   Certes... mais hier, il a été loin d'être bougon. Il faudrait avoir des avis de personnes qui le découvraient. Gui a apprécié par contre har Mar qui a
suivi... nettement plus facile d'accès, et qui a mis l'ambiance


- Et également Vincent Raymond... dont on avait parlé quand il travaillait à la Tribune de Lyon... Il avait été aussi l'animateur du forum Fnac à Lyon.  Il prépare la sortie de son nouveau
magasine culturo lifestyle... Il a eu l'air d'apprécier lui.