Les inédits de "THE END, etc..."

Publié le 13 Février 2013





Ah, et bien voilà le livreur!!! Un gros paquet... bien lourd... qui fait plaisir!  J'aime beaucoup ce qui a été offert à nos oreilles ce matin... grâce au "web documentaire" de Laetitia MASSON mis en ligne ce matin : 

 http://the-end.nouvelles-ecritures.francetv.fr/

 

 

Je me suis interrogé ce matin de savoir s'il fallait que je traite cela comme un film ou vous partager les séquences musicales... mais vu la facilité de les partager sans "briser"  l'oeuvre cinémathographique (vu le concept de "découpages"), j'ai décidé de garder ma vocation de partage immédiat...Donc, on ne traitera que musique et Murat ce matin!

 

 

Alors, voilà, au programme:  5 inédits... pris en vif, en frais, en studio, Murat en prise direct... avec guitare sèche... des séquences  non mixées, avec la possibilité de voir Murat au travail... Très chouette! Reste à découvrir les versions studios avec les musiciens (orgue avec Slim, Basse avec Fred, et Stéphane...) qui sont peut-être dans d'autres séquences du film.

 

 

L'envers du Zebu:  Seule véritable inédit composé par Murat

http://the-end.nouvelles-ecritures.francetv.fr/theend/content/63bc6094-37e3-11e2-bab6-12313c033dc2

J'aime beaucoup la composition et le texte... et je suis impatient d'entendre une version aboutie...   Belle séquence de cinéma aussi :   Murat écoutant le titre assis...concentré... L. MASSON joue des superpositions d'images, des découpages d'écrans, c'est assez réussi.  

 

 

Très réussie "L'internationale", lilithisée ou mortefontainifiée...

http://the-end.nouvelles-ecritures.francetv.fr/theend/content/3d68ae0c-37e3-11e2-bab6-12313c033dc2

"c'est la lutte finale" mode pop... qui se lance dans un remix pour rendre le titre définitivement dance?   

 On entend un peu de la version studio à partir de la moitié du film.

Murat  commente à la fin :  "C'est une chanson qui s'adresse à 18 % de la population, il y a plus de retraités que d'ouvriers en France"... et le bon sens près de chez nous : "Le nombre de paysans a été divisé par 10 mais le nombre de fonctionnaires du ministère est constant".  

 

"Ni dieu, ni maitre" de Léo Ferré... Très "1829gélifiée"

http://the-end.nouvelles-ecritures.francetv.fr/theend/content/4947cb54-37e3-11e2-9b33-12313c033dc2

 

Il ne s'agit pas de la chanson de Ferré, mais une chanson de 1892, anonyme, avec ajout d'Achille Leroy :

 http://www.merle-rouge.com/nidieuni.htm

 

La Marseillaise, avec les choeurs de Jeanne Cherhal, pénétrée patriote, et Fred Jimenez, neutre... forcement!!

http://the-end.nouvelles-ecritures.francetv.fr/theend/content/57acdfae-37e3-11e2-9b33-12313c033dc2

Pour interprêter la danse des canards, Murat met quand même une concentration et une émotion tout-à-fait remarquable.

 

 

Et "l'idée" de Charles d'Avray déjà mise en ligne sur le site:

http://the-end.nouvelles-ecritures.francetv.fr/theend/content/70f7f976-37e3-11e2-9b33-12313c033dc2

Très jolies images... avec des écrans, des visages d'enfants, et Murat écoutant la chanson à la console...

On avait parlé de la chanson :

 

379238 10151354469380138 163414178 n

 

  LES VERSIONS STUDIOS FINALISEES SONT ECOUTABLES :  Merci denis!

 http://the-end.nouvelles-ecritures.francetv.fr/musique-the-end-etc.html

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Commenter cet article

Denis 14/02/2013 17:28


Bonjour,merci pour ces liens vers les vidéos des séances d'enregistrements de Murat pour le film.Peut-être est-il utile de mettre ce lien également : 


http://the-end.nouvelles-ecritures.francetv.fr/musique-the-end-etc.html


qui correspond aux versions audios finalisées donc avec un meilleur son que sur les vidéos.


 

Pierrot 14/02/2013 18:18



MERCI DENIS, j'ai rajouté dans l'article. Apparemment, je n'ai pas assez cherché...



lew 13/02/2013 16:32


ah, merci pour ta sélection (si sélecte).


sur Tweeter j'ai pu découvrir le film de L. Masson ce midi, c'est un véritable web-labyrinthe, pas trop le temps de tenter de m'y perdre ou de m'y retrouver.





cela fait plaisir de revoir Jean Louis en bras de chemise d'ébéniste (et non pas "de bûcheron canadien") faire jouir les cordes de sa douze cordes de légende comme
si c'était un balalaïka de mémoire de Moujik.





la boucle mélodique ressemble à un lai de troubadour chanté au théorbe aussi. belle impression sonore, on ne s'ennuie jamais.





j'ai pu capter quelques paroles au vol, il évoque le passé récent d'une coquille de noix qui s'est retournée dans les eaux pourtant calmes de la Méditérannée mais il
parle aussi de militaires dans une bétaillère (ma parole c'est une prémonition des évènements se passant actuellement au Mali), de lion de Sélassié, de Rimbaud moderne fuyant le buzz ("l'envers
du zébu", ne serait-il pas une manière détourner de parler de l'enfer quotidien de "l'endroit du buzz", ce bruit médiatique horrible qui nous agace les esgourdes du soir au matin ?), de
l'Erythrée...c'est très beau comme images.





alors, oui, je le redis, merci pour tout ça Pierrot.


 


ps : dans "Trois couleurs rouge" du génial et irremplacé K. Kieslowski, Murat avait, je crois, composé une chanson "L'amour au premier regard".


il était déjà question d'un naufrage, celui d'un ferry, naufrage au cours duquel se retrouvent tous les personnages de la fameuse trilogie du cinéaste
polonais.


 


alors, réminiscence consciente-inconsciente ?