Cartes postales du lac du Servières

Publié le 23 Avril 2014

 

Pour poursuivre dans nos divagations suite à la parution de "le cahier bleu, instantanés de baignade en Auvergne", qui nous a permis de parler de l'amour de Christophe Pie pour le lac de Servières (amour déjà immortalisé dans Chroniques d'en Haut sur France 3)... euh... ah, oui, faut que je termine ma phrase... voici donc quelques cartes postales (actuellement à vendre sur le site delcampe.net) de ce fameux lac. Cela permet de nous préparer mentalement à notre petit séjour en Auvergne... pour le 12e Koloko...

 

Noir et blanc:

carte postale servières

 

carte postale servières1

 

carte postale servières4

carte postale servières 2Les bords ont bien changé.

 

carte postale servieres9

carte postale servieres 8

carte postale servières7

carte postale servières5

Passons à la couleur:

carte postale servieres10

 

carte postale servières 3

 

carte postale servieres 6

Les maisons sont il me semble désormais mangés par la forêt.

 

carte postale servières 9

 

 

Et au Servières, "il y a foule" ... enfin, il y avait foule... Avant l'A75 et la mer à 3 heures de michelin... La preuve:

 

 

carte postale servières foule

carte postale servières affluence

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article

Flo Réal 24/04/2014 11:00


Jaloux Fred ...

Fred PLAINELLE 24/04/2014 08:15


     Pfffff !!! Moi, c'que j'en dis, c'est que pondre un papier uniquement avec des cartes postales, c'est vraiment un truc de feignasse...

Armelle G.R. 24/04/2014 01:00


je te rassure (ou pas), il y a toujours presqu'autant foule en plein été... et oui, les chalets ne sont presque plus visibles, gagnés par les arbres mais les abords du lac sont bien plus beaux
aujourd'hui avec les fleurs, les myrtilles et les framboisiers sauvages.


Je ne reconnais pas le Servières sur l'avant dernière photo couleur (trop rond, façon Pavin)...


 

Pierrot 24/04/2014 08:04



non, c'est bien le même, même vu qu'une photo précédente avec le Puy de Dôme... on voit les maisons, la frontière brutale entre la forêt et le champ.