ARCHIVES: Bon anniversaire, Cheyenne autumn! (La première chronique de Christophe CONTE)

Publié le 27 Mars 2019

Et oui, le 27 mars 1989, sortait ce qui pouvait passer à l'époque pour le premier album de Jean-Louis Murat, "Cheyenne Autumn". Je n'ai pas le "bon de sortie", mais la date m'a été donnée par la maison mère.  Un article m'indique que le 45 T "l'ange déchu" sortait simultanément. Quelques mois plus tard, le disque d'or était certifié.

Allez, tous ensemble: "Joyeux anniversaire, Joy-eux anni-ver-saire, joyeux anniversaire, Cheyenn-au-tumn, joyeux anniversaire!"....  Merci pour lui.

Allez, pour l'occasion, une archive inédite!

 

L'autre jour est tombé sur  le minitel, enfin le telex, une interview de Christophe CONTE dans GONZAÏ, une interview fleuve dont  99,9% des gens se foutent royalement sans doute, mais qu'avalera avec avidité les 0.1% restant, je veux parler des amateurs de presse musicale... et il y en a encore quelques uns (mais il ne faut pas que je me fie à mon petit monde facebookien). Avec avidité,  que dis-je, sado-masochisme peut-être,  du fait de la fascination/détestation exercées par les Inrocks, que Conte a incarnée, notamment en se mettant en première ligne avec les billets durs (il prit d'ailleurs un tacle sévère de Gonzaï) et en ne se réservant pas les meilleurs morceaux de la critique (c'est-à-dire des anglo-saxons).

C'est toujours assez coquasse de constater comme l'amour de la musique peut aussi passer par le papier, où se figent les passions et les modes, pour une activité qui s'en passe souvent (de papier à musique). Christophe Conte le dit lui-même: " Rapidement, je m’intéresse presque plus à la presse musicale qu’à la musique. De façon obsessionnelle, parce que je trouvais ça intéressant en soi. Je n’ai pas forcément besoin d’écouter les disques*, en entendre parler me suffit, et c’est également par la presse que j’ai appris une forme de littérature, car je ne lisais pas ou peu de livres à l’époque".  Ceux qui conservent des kilos et des kilos de papiers dans le cagibi le comprendront. (*aaah:  ceci explique donc certains cela).

Tout ceci nous vaut  le succès (ou l'édition du moins)  de nombreux livres de "rock critiques":  Manoeuvre récemment, et on a parlé ici avec P. Barbot du sien, de Bigot...  même si, en matière romanesque, on est loin d'atteindre Pacadis.

Christophe Conte n'y va pas de sa bio pour l'instant, et on l'en remercie. Chaudement. Pour l'heure, une interview longue convient tout-à-fait... et si je vous en cause, of course, c'est que ça évoque Murat.

Précisons qu'on ne peut pas ranger Conte dans les muratiens fervents, façon Bayon, Nuc et quelques autres. Il n'a ainsi pas signé une seule chronique d'un disque de Murat dans les Inrocks.  M. dans son "10 bonnes raisons de détester Jean-Louis Murat" citait cette phrase : "Ce que Murat raconte, c'est vraiment pour moi devenu un vrai mystère […] J'ai l'impression d’entendre Frédéric Nihous qui a avalé de travers Les Nourritures terrestres"  ("la dispute" sur France Culture, 2011 pour le grand Lièvre- on verra que son style n'a guère changé en 20 ans). Un rien bloqué sur cet aspect naturaliste, à l'époque de Morituri,  il twittait " "Sur le nouvel album de Jean-Louis Murat, il y a une chanson intitulée Interroge la jument. J'en parlerai à mon cheval"...  Il s'inquiétait même déjà de l'avis de Murat sur "Chasse-pêche, Nature et tradition" en août 99 (sa seule interview avec lui).

Toi qui as usé beaucoup d'énergie pour donner aux citadins une image assez flatteuse de la ruralité, tu dois être miné par Chasse, Pèche, Nature & Tradition?

J'ai surtout fait les louanges de la paysannerie de légende, en hommage à mes grands-parents. C'est ça que j'aime et que je ne trouve plus que chez les personnes de plus de 70 ans. La nouvelle paysannerie, j'en ai rien à foutre. Les jeunes paysans sont pires que les pires industriels pollueurs. J'habite à la campagne et ce sont mes pires ennemis. Je n'ai d'échanges qu'avec les vieux, qui eux aussi trouvent que les moins de 50 ans sont des craignos. Les lobbies du genre CPNT, c'est ni plus ni moins que de la contre-culture d'extrême droite. En même temps, même si j'ai toujours été contre la chasse, je comprends que des mecs qui n'ont pour seule distraction que le club de chasse n'aient pas envie qu'on les en prive. Ils placent ça sur le même plan que si on s'en prenait au club de lanceurs de fléchettes. La chasse, c'est souvent le seul moyen qu'ils ont trouvé pour ne pas se faire chier. Les citadins trouvent que c'est dégueulasse de tirer en pleine tête de la petite biche si gentille, mais eux ne le voient pas comme ça. C'est autour de ça que s'organise toute la vie sociale de leur petit pays et si tu leur ôtes ça, il n'y a plus de vie sociale.

 

Cette interview reproduite dans son livre cosigné avec Berbérian "la Française Pop" est issue du supplément spécial des inrocks "Murat en Amérique" (avec les photos de F. Courtès (inter-ViOUS ET Murat à relire), et les signatures de Beauvallet, Vivian, R. Robert, S.Deschamps...), dont il était le "responsable". Dans l'introduction du livre, il indique : "J'ai aussi beaucoup écouté Murat quand j'ai écouté cette chanson [Le garçon qui maudit les filles]". Et de raconter qu'il a fait appel à Murat pour le Village vert dont il était le cofondateur pour le disque d'hommage à Dassin...  Il raconte aussi cet épisode dans Gonzaï.

J’avais cette idée à la con de faire une compile de reprises de Joe Dassin. J’avais vu une émission sur lui sur TF1, et je trouvais qu’il y avait chez lui des vraies chansons pop, pas uniquement de la grosse variété gluante. Je connaissais un peu Les Objets, Bill Pritchard, Jérôme Soligny, Philippe Katerine, Dominique Dalcan, Jean-Louis Murat, etc. On leur a soumis l’idée de reprendre Joe Dassin. Tous étaient hyper enthousiastes. La première référence du label, c’était ce tribute un peu cocasse, chez Columbia. Bertrand Burgalat avait entendu parler de ce projet de compile, il est venu me proposer de faire quelque chose dessus. Ce qu’on a évidemment accepté. Ce truc a mal vieilli mais dessus, t’avais vraiment un catalogue de gens importants à ce moment-là. Ca a donné de la crédibilité à la démarche artistique du label, à savoir proposer un truc pop en France. A l’époque, en France, personne n’en avait rien à foutre de la pop.

Hélas, pour lui, il raconte qu'il a revendu ses parts  juste avant la signature de Luke... et sa "sentinelle" à succès... Unlucky (je vous évite du coup un jeux de mots avec "compte" pourtant j'en avais trouvé un correct,  ne cédons pas à la facilité).

L'autre mention de Murat dans l'interview remonte à ses débuts de chroniqueur:

Christophe Conte : Au lycée j’avais créé un fanzine, Seppuku, toujours mon obsession Taxi Girl. Lorsque je débarque à Paris, je décide de continuer en me disant que ça peut servir de carte de visite, car c’est vraiment le métier que je veux faire. Je n’ai aucun plan B. Je vends mon fanzine à la cafétéria de ma fac. Je le fourgue aussi chez New Rose. Je fais un seul numéro par ce que je suis tout seul et que ça m’ennuie. Niveau études, je suis en arts plastiques, à Saint Charles. Pour la culture générale parce que j’ai aucun talent de plasticien. Je n’ai aucune idée sur la façon de devenir journaliste mais, pour ce que je veux faire, je sais que ça ne passe pas par les écoles traditionnelles. Je démarche des fanzines, mais c’est long. Je parviens quand même à en faire un ou deux avec des gens, mais sans affinités. Et puis, vers la fin des années 80, j’ai vu une opportunité dans Rockland, un nouveau magazine qui se montait. Le rédacteur en chef était Gilles Renault, qui plus tard sera aux Inrocks et à Libé. Je vais voir les mecs de Rockland, et ils me filent deux trucs à chroniquer : Jean-Louis Murat et XTC. Gilles me dit alors « Tes chroniques sont bien mais faut rajouter des vannes ». Faut dire que Rockland, c’était ça. Je me souviens d’un mec qui faisait une chronique de Simply Red, un groupe en déclin, et qui terminait par « Ils ne sont pas encore grillés mais simplement rouges ». Après deux ou trois numéros, le magazine se casse la gueule. Je me retrouve dans Backstage, un canard monté par des dissidents de Best et Rock & Folk. Notamment Philippe Blanchet, à qui je dois beaucoup. Un jour, je force la porte de son bureau. Il était là, avec sa tête de Gotlieb, hyper sympa. J’étais venu avec des disques que je venais d’acheter à la Fnac. Il me sort : « allez-y, chroniquez-les et on verra ce que ça donne ». Il m’a donné ma chance alors qu’il y avait dans Backstage des gars comme Philippe Barbot, Hugo Cassavetti, etc. Des mecs plus âgés. Blanchet m’avait à la bonne, il me confiait de plus en plus de choses. Même faire des papiers ou des interviews, ce que je n’avais plus fait depuis le fiasco Taxi Girl. Puis le journal s’est cassé la gueule. Il appartenait à un escroc qui avait foutu le feu aux locaux en faisant croire que c’était accidentel pour toucher la prime d’assurance.

J'ai apprécié l'anecdote comme je les aime du patron indélicat en fin de paragraphe mais  me suis précipité dans mes archives... Pas de Rockland!  Christophe, toujours prêt à te répondre sur les réseaux.... n'étaient plus certain du numéro... J'ai donc mené une petite enquête sur les sites marchands et trouvé une partie de la collection. Vu les prix, je me suis adressé au vendeur pour trouver le bon... et tente la négociation.... allant jusqu'à promettre une publicité gratuite sur le blog et ses 3 millions de lecteurs le siècle ("Boutique Everly24, sur RAKUTEN, votre bonheur en 24h chrono en point relais, l'essayer, c'est l'adopter, Everly 24, vos collections lui disent merci").... Bon, 18 euros dépensés plus tard... J'ai le numéro et voilà la chronique : 

 

 

Rockland, mai 1989, n°10.

Gilles Renault (après être entré dans le journal grâce à Bayon) deviendra chef de service culture à Libé. Il parle de Rockland dans un article de L'orne combattante:

Le second déclic est également activé par Jean-Claude Lebon, en 1988. Ce dernier lui fait part qu’un nouveau magazine, baptisé « Rockland », recherche un journaliste pour la rubrique cinéma. Gilles Renault découvre alors tout le plaisir de l’écriture journalistique. « C’est à ce moment que j’ai réalisé que je prenais mon pied. » Il débute comme pigiste et réalise les portraits de Mylène Farmer, les Rita Mitsouko, Etienne Daho, etc. « Mais, le magazine était mauvais. Le premier numéro n’a pas marché et beaucoup de journalistes déjà établis ont quitté le navire en voyant qu’il n’y avait rien à en espérer. » Il devient alors rédacteur en chef adjoint, puis rédacteur en chef. « En réalité, je me suis retrouvé presque seul à tout faire : du standard à la rédaction et à la limite, le ménage. » Au bout d’un an, le mensuel est coulé.

Il a continué avec succès dans les vannes, Naïve obligeant même le quotidien à un droit de réponse à la suite de son titre sur Carla Bruni : "La première dame vers le bac à soldes ».

Dans ce numéro, Conte ne signe pas une critique de XTC comme il l'indique dans l'interview mais celle de "Three months, three weeks and two days" de Bill Pritchard

 

 

L'ARCHIVE EN PLUS

Il doit nous manquer des chroniques de mars/avril 89 (rien dans Rock and folk? Best?...)... mais  voici celles que nous avons dès la sortie du disque:

 

LE VIF:

 

 

Pour conclure et en dernière minute, je me suis rappelé de l'excellente discographie commentée parue dans xroads en septembre 2009 par l'ami Yann Giraud. Voici ce qu'il disait sur le disque:

 

Bon, enfin soit, tout ceci pour dire, Jean-Louis Murat a pu s'acheter un lave-vaisselle ensuite... et les murs pour le protéger.

En 1988, rue jean l'Olagne, quartier Vallières, Clermont.

LE CONTE EN PLUS

Conte, exfiltré des Inrocks, continue son bout de chemin notamment en produisant des doc... Son "Daho par Daho" a été diffusé récemment.  Une longue interview sur sa carrière... 

https://www.france.tv/documentaires/art-culture/929817-daho-par-daho.html?fbclid=IwAR3w2ktPWX-D0SoGJe_n2VuZyzmPSSbyO1EPfisbwR4E8WX8qgF4w6UwQ6g

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article