Inter-ViOUS ET MURAT- n°18 : Philippe BARBOT

Publié le 22 Avril 2015

(collection personnelle de P. BARBOT)

(collection personnelle de P. BARBOT)

            J'ai été lecteur de TELERAMA dans le berceau familial durant pas loin de 30 ans (à croire que c'est par fidélité au rendez-vous du mercredi que j'avais opté un temps pour une carrière de Tanguy). A réception, j'allais directement jeter un oeil sur la chronique oscillante d'Alain Remond (plus facile à trouver, et qui permettait de faire un point sur le dernier Apostrophe et l'interview d'Irène Frain ou de Claude Hagège...). Je dois même avoir encore quelque part une collection en feuilles arrachées de ces "MON OEIL"...

           Et, 2e acte, je filais sur les chroniques de disques signées: Anne-Marie Paquotte et Philippe Barbot... Ça fait moins classe que NME, et même Rock and Folk comme panthéon? Le livre "BACKSTAGE"  sorti il y a quelques semaines revenant sur les plus belles rencontres de la carrière de Philippe montre en tout cas qu'il a rencontré les plus grands, et souvent avec des résultats passionnants. Et c'est aussi un artiste qualifié d'"audacieux" par Bertrand Louis (avec lequel il vient de travailleur son 2e album). 

        Jean-Louis Murat figurant au sommaire du livre "Backstage" (édition Philippe Rey),  j'ai  saisi cette actualité pour lui proposer une interview... avec l'idée de revenir avec lui sur les grands épisodes de ce feuilleton vieux de 30 ans: "Murarama et Barbortgeaud" (série presque aussi palpitante que "les feux de l'amour", presque aussi rebondissante que "amour, gloire et beauté, et spirituelle qu'"amuracalement vôtre"... enfin, si on est passionné). On verra que Philippe Barbot est bel et bien à positionner au côté des Bayon, des Olivier Nuc, Jean Théfaine, comme les grands Saint-Simon du règne médiatique de Murat 1er... ce qui n'exclue pas une certaine distance.      PS: Quand ça fera la queue pour répondre à mes questions, promis: je ferai moins dans le dythérambique)

 

- Dans l'article suivant (à lire ici), retrouvez la plupart des articles signés Philippe Barbot (interviews, chroniques...), ceux évoqués ci-dessous et les autres chroniques d'albums notamment.

 

Bonjour Philippe, 

- Vous étiez depuis 2 ans à Télérama quand Anne-Marie Paquotte signait une des rares chroniques de PASSIONS PRIVEES... Est-ce à ce moment-là que vous découvrez Jean-Louis Murat?

Ph. Barbot: Non, je crois ne l'avoir découvert qu'à la sortie de "Cheyenne Autumn". Mais Anne-Marie, outre une belle personne, a toujours été une dénicheuse de talents, une amoureuse passionnée de la chanson, souvent en avance sur tous les médias.

- D'ailleurs, vous étiez selon Wikipédia chef du service musique, aviez-vous des discussions pour savoir quelles disques devaient être chroniqués (à l'époque, cela devait déjà être limité à 2/3 par semaines).

Ph. Barbot: Je n'ai été petit chef-chef que bien plus tard. A l'époque, j'étais simplement détenteur de la rubrique rock (qui s'appelait "Pop" au début...). Chaque chroniqueur a toujours été libre de choisir ses coups de coeur... ou ses coups de gueule. Je suis sûr qu'il en est encore de même aujourd'hui.

- Cette chronique d'Anne-Marie de Passions Privées, Jean-Louis en a beaucoup parlé, et à sa mort, à 54 ans, il a diffusé un inédit "Mille-morts"... Est-ce qu'ils avaient une relation particulière?

Ph. Barbot: Particulière, je ne sais pas, sinon que l'une admirait l'autre et que l'autre avait une tendresse spéciale pour elle : c'est la première journaliste, à ma connaissance, à avoir chroniqué son album. Il l'a dit à plusieurs reprises (notamment à sa mort), et a toujours gardé pour elle une grande affection. Il m'a même proposé que nous nous rendions un jour tous les deux sur sa tombe. Peut-être cela se fera t-il...

A.M. Paquotte

 

 

- Elle chronique les disques de Murat jusqu'au Moujik, mais vous signez ensemble un entretien le 9/10/91 (l'introduction est je pense de vous). Etait-ce votre première rencontre? Des souvenirs en particulier?

Ph. Barbot: Je ne me souviens pas de ce papier de 91... Ma première vraie interview de Jean-Louis dans Télérama date de 1996 (l'album Dolorès, un de mes préférés). C'était la première fois que j'allais chez lui en Auvergne. Je me souviens qu'il m'a accueilli (je venais de faire plusieurs heures de voiture) en me proposant de m'offrir à boire... de l'eau. Mais quand je suis reparti, après moult autres libations, il a bourré mon coffre de confitures maison. Je me souviens aussi de sa théorie sur la façon d'attraper les mouches. Et d'une fan qui habitait non loin de chez lui et le harcelait.

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

- Cette histoire de fan n’est pas dans l’article, ni fait mention de votre corruption en pots de confiture… Je retiens de cette interview de 96 ces propos sur le rap «Je suis passionné par les recherches de certains producteurs de rap, comme Dr Dre…. il y a des artistes qui sont l’équivalent des grands solistes de jazz ». La reprise d’I AM est semble-t-il le seul témoignage de cet intérêt pour le rap… A l’époque, vous chroniquiez NTM et étiez fan hardcore de PRINCE… Est-ce que ce style vous a intéressé ou vous intéresse encore ?

 

Ph. Barbot: J'ai aimé les débuts du rap. Je me souviens d'un séjour à New York, en 1980 au cours duquel j'ai vu et entendu pour la première fois des gamins rapper dans la rue. Ca m'avait scotché. Ensuite, il y a eu le tube de Sugarhill Gang, dont j'ai acheté le maxi 45 tours. Chez nous, Solaar et IAM m'ont intéressé, autant d'un point de vue littéraire que musical. Je me suis même offert l'un des premiers samplers (de marque Akai) histoire de m'initier au truc. Aujourd'hui, le style, surtout français, me lasse. Question d'âge sans doute…


- J'essaye de parler de Manset à chaque interview... et là, pas besoin de chercher un prétexte: dans cette interview de 91, vous lui parlez de Manset,et vous faites souvent le lien avec lui dans vos chroniques (dans l'introduction de 91, vous parlez de Manset New wave), Murat vous répond en le taclant sévèrement mais dit aussi qu'il l'aime beaucoup. Qu'est-ce qui les rapproche et les différencie ?

 

Ph. Barbot: Vous devez savoir qu'à l'origine Jean-Louis désirait collaborer avec Manset sur la réalisation de son premier album. Les deux hommes se sont rencontrés quelques heures en studio et ça n'a pas collé. Ce qui les rapproche, c'est évidemment une certaine forme de misanthropie sociale, de réserve protectrice, cette impression d'être une sorte de samouraï solitaire face à la vulgarité et la bêtise ambiantes. Ainsi qu'un goût pour la langue française implacablement chantournée. On pourrait gloser des heures sur leurs points communs... ainsi que sur leurs différences. Rien que musicalement, Manset adorait Bob Seger et l'Electric Light Orchestra (!), alors que Jean-Louis, c'est plutôt Leonard Cohen et Neil Young...

 

- Murat ne déteste pas non plus certains « gros groupes qui tâchent » (Family, Eagles, ZZ Top…).

Ph. Barbot: Pour moi, aucun rapport entre Family (avec cet extraordinaire chanteur qu'était Roger Chapman) et Eagles, de la variét' typiquement yankee. Quant à ZZ Top, c'est avant tout du blues rock velu et rigolo…

 

- Par « groupes qui tâchent », je voulais dire « groupes qu’on dénigre » un peu...

Pour le rapprochement, Murat dans l’article de 96 dit « on me compare souvent à Gérard Manset, sans doute à cause de mon côté ermite et de mes longues envolées, mes délires un peu lyriques ». Vous lui en reparlez –vous n’avez pas peur !- aussi pour Rolling Stone en 2011 : Murat dit cette fois que Manset a libéré quelque chose, « une pulsion littéraire » (et il fait la même comparaison qu’en 1991 entre Manset et De Gaulle). Petit point de rapprochement qui me vient : leur refus de la fausse modestie (hum hum), même si Murat parle un petit peu moins à la 3e personne (quoique Bergheaud évoque souvent Murat). Murat semble beaucoup plus soumis au doute… [pas de commentaire de la part de Philippe Barbot... qui a signé 3 interviews de Manset dans les années 80]

Revenons-en au fil historique : Est-ce qu'il y a une raison pour laquelle Murat passe ainsi de la chronique CHANSON à la chronique ROCK à partir de Lilith et que vous signez ensuite les chroniques de disques ?

 

Ph. Barbot: Aucune raison particulière sinon que j'ai du user de persuasion pour affirmer que Murat, c'était rock ! Façon de m'emparer du bonhomme...

- L'étape suivante est me semble-t-il la rencontre Wyatt/Murat en 1997 (qui fait la couv de Télérama)?
Vous avez choisi de l'évoquer dans votre livre "Backstage": Tous deux partagent le même goût de la simplicité dans facilité, de l'émotion sans emphase, de la mélancolie sans pathos". Murat a particulièrement bien préparé l'interview (on a vu récemment dans l'article signé Jean-Louis Bergheaud dans la revue CHANSONS) qu'il aurait fait un excellent journaliste musical). Depuis, Murat semble plus réticent à rencontrer ses idoles (Olivier Nuc a tenté d'organiser une rencontre avec Neil Young)*. Que pourriez-vous nous dire de plus sur cette rencontre ? (vous n'évoquez pas dans le livre que des années plus tard, Wyatt sera crédité dans votre premier disque). Que savez-vous de la relation que Murat et Wyatt ont maintenu?

*je pense à la rencontre possible de Tony Joe White quand il enregistrait le Cours Ordinaire des choses, à la session avec Crazy Horse ou sa déclaration sur Jimmy Page…

Ph. Barbot: Rien à dire de plus que ce qui est relaté dans le livre. Sinon que Jean-Louis était ravi de cette interview, un évènement unique je crois, et qu'il a sans doute gardé contact avec Robert. Grâce à cette rencontre, j'ai pu, en ce qui me concerne, réussir à obtenir sa participation sur mon album. Je le dois à Jean-Louis, finalement...

 

 

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

- Cette année-là, le magazine fait éditer le cd « CARTIER-BRESSON » dont je suis un heureux gagnant à l’époque… (je ne sais pas si vous avez quelque chose à nous dire là-dessus).

Ph. Barbot: Pas grand-chose… Dans le même registre téléramesque, il me semble qu'il y a eu aussi une chanson inédite à propos d'un hors série Tour de France...

- Ah, ça ne me dit rien, et rien là-dessus dans les archives…

Ph. Barbot: Ok, c'est ma mémoire qui flanche, oubliez ça…

- Il y a eu un CD en 2004 « chansons à mi-voix », les chansons coup de cœurs des journalistes, où vous choisissez « Plus vu de femmes », « plus vu de femmes » qui s’il devait être publié en single, devrait flanquer une raclée dans les charts à tous les Kyo ou Calogero » disiez-vous dans la chronique du Parfum.

On en revient à 2003 pour Lilith où vous le rencontrez à nouveau (à l’auberge du Guery) … et il vous tient le fameux discours* sur les disques qui « puent la chaise » (Dominique A l’évoquait sur le plateau de Dordhain il y a 1 an ou 2). Murat en reparlait au moment de Tristan. Qu’en pensez-vous ?

* " L'homme écrit debout, comme d'autres jouent du piano, il a même une théorie là-dessus, à propos de cette créative station verticale : «Flaubert écrivait debout, paraît-il. Je me suis rendu compte que les chansons écrites dans la position assise passaient moins bien quand je les chantais debout sur scène. Il y a une façon de porter la voix qui est différente. Quand tu es debout, tu chantes beaucoup moins pour toi. Maintenant, quand j'écoute n'importe quel disque, je suis capable de reconnaître si la chanson a été écrite assis : ça pue la chaise... »"

 

Ph. Barbot: Ce me semble être typique de Jean-Louis, ce genre de déclaration : du pain bénit pour le journaliste. Je ne suis pas sûr que les Beatles se dandinaient en composant. En ce qui me concerne, j'écris, papiers ou chansons, assis. Peut-être que mes articles puent le fauteuil et mes chansons sentent le tabouret…

- Et nous voilà, en 2005, et ce dossier spécial « carte blanche » que vous lui consacrez, avec en couverture (C’est sa première et dernière), Murat posant en costume Galliano (JL nous a parlé de ce couturier qui a adopté l’Auvergne aussi en septembre dernier, je découvrais son intérêt pour la mode). On trouve notamment une autre rencontre : Murat/Angot, mais ceux-ci se connaissaient depuis 98 (en 2001, Murat lui chantait sur lit « aimer » sous la caméra de L.Masson). Est-ce que vous avez des souvenirs de cette carte blanche?

Ph. Barbot: Il avait accepté d'être photographié, et même de paraître en couverture du magazine, ce qui, à l'époque était compliqué car il refusait tout cliché qu'il ne fournissait pas lui-même (tiens, une autre ressemblance avec Manset), à condition d'être ainsi costumé. Je ne me souviens plus du prétexte de ce déguisement, peut-être une vague analogie avec le maréchal Murat dont il fait l'apologie dans l'un des articles. Pour cette carte blanche, je me suis rendu chez lui, puis nous avons été ensemble à Montpellier, assister à un spectacle chorégraphié de Christine Angot. Le lendemain j'ai fait l'interview croisée qui est parue dans le journal.

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

---------------

Vidéo de la séance photo et lecture d'un poème pachtoune: http://www.dailymotion.com/video/x2q0i7g_2005-telerama-jean-louis-murat-lit-de-la-poesie-pashtoune_music

---------------

 

 

- J’ai relevé quelques propos dans ces pages de 2005… si cela vous inspire…

« Pour moi, vivre, c'est écrire. J'écris par volonté de rejeter le plus loin possible tout ce qui veut mourir en moi. Je hais les forces de mort partout en action.

Ma machine inconsciente crache des mots et n'a aucune limite, je suis capable de dire des trucs effroyables. La dimension morale de la langue m'échappe complètement. Je ne suis ni sévère, ni jaloux, ni amer, juste un autodidacte qui pense que les choses doivent être dites. J'ai toujours voulu être poète. La poésie, c'est typiquement incorrect. Baudelaire, Rabelais sont des auteurs incorrects. La poésie, c'est faire cracher toute sa beauté au Mal ».

Ph. Barbot: Je pense que ces propos (dont je partage absolument la première partie) expliquent clairement l'attitude de Jean-Louis face à certains médias et, en général, au "métier", son côté politiquement incorrect, "grande gueule qui ne respecte rien"…

 

- Et vous chroniquez encore Mockba (vous émettez un doute sur la pochette, que j’adore), le Parfum d’acacia… Et c’est votre départ de TELERAMA, puis c’est l’arrivée de Valérie Lehoux, parfois plus distante… et Murat rejoint la case « chansons »… alors qu’Hugo Cassavetti semble pourtant plus amateur (cf les émissions « les sonos tonnent » et "la dispute"). Un petit commentaire, notamment sur votre départ de Télérama ?

Ph. Barbot: J'ai quitté le journal en 2006, après plus de 24 années de bons et loyaux sévices, avec le sentiment d'avoir fait mon temps jusqu'à faire partie des meubles (ceux qu'on range parfois au grenier ou dans un placard), suite à un changement de direction avec lequel (le changement) je ne me sentais pas à l'aise. Anne-Marie était partie un an avant moi.

 

- En 2009, on vous retrouve en maitre de cérémonie d’un show case FNAC à côté de Murat… Murat vous assène :

« toi au moins tu t’es barré de tout ça, un jour tu as dit ras le bol de cette daube de Télérama, je me casse, tu as tout compris et tu as bien fait. Le niveau moyen des médias est tellement con que, soit je réponds rien, soit je joue la surconnerie, qu’est-ce que je pourrais leur raconter, y zen ont rien à foutre, ils s’en foutent. Une fois y en a un qui vient m’interviewer, il avait jamais écouté mes chansons, il connaissait rien de ce que je faisais… lamentable, tous pareils, alors je dis des conneries plus grosses qu’eux, par exemple un jour j’ai dit que les guignols étaient fascistes, hop le lendemain je retrouve ça en gros titres, ils sont tous aussi cons les médias, à part toi… ».

Avez-vous d’autres souvenirs de cette rencontre ?

 

Ph. Barbot: J'ai animé deux rencontres Fnac avec Jean-Louis, l'une pour "Le Cours Ordinaire" (Fnac Montparnasse), l'autre pour" Grand lièvre" (St Lazare, ou inversement),. L'exercice n'est pas très difficile tant il est disert et à l'aise avec le public venu boire ses propos avant la séance de dédicaces. Faut juste tenter d'intervenir de temps en temps. Je me souviens de l'une de ces interventions où, brusquement, il s'est mis à m'interdire de le tutoyer, juste pour rigoler…

 

- Concernant les propos ci-dessus, c’est assez représentatif des attaques de Murat (ponctuelles ou régulières ?) contre les médias, mais aussi le trio Inrocks/Télérama/Libé, des journaux qui jamais ne lui en tiendront réellement rigueur (un peu les inrocks). Qu’en pensez-vous ? Réel rejet politique ? Peur du succès qui le pousse à se couper de son public « traditionnel » ?

Ph. Barbot: Cf ce que je disais plus haut sur le côté "politiquement incorrect". Mais je pense au contraire que le succès, s'il ne l'obsède pas, ne fait nullement peur à Jean-Louis.

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

- Enfin (pour en finir avec votre parcours avec Murat), on vous retrouve comme auteur de plusieurs «dossiers de presse» : Le Cours ordinaire et Grand Lièvre (je ne sais pas si vous en avez rédigé d’autres – Hugo en a fait je crois après vous). Que pouvez-vous nous dire de cet exercice (un « ménage » de journaliste musical) ? *

* vous avez fait aussi celui de « SANS MOI » pour Bertrand Louis, sans doute amicalement.

Ph. Barbot: Il m'arrive, comme beaucoup de journalistes, d'être sollicité pour écrire des "bios", soit par la maison de disques, soit par l'artiste lui-même. Libre à nous d'accepter ou de refuser, même si la plupart du temps ces exercices ne sont pas signés. La seule règle est, en principe, de ne pas chroniquer/critiquer le disque en question. Ce qui n'empêche pas parfois d'en profiter pour faire un papier informatif dans le registre "interview". En ce qui concerne Bertrand Louis, c'était en effet purement amical : d'ailleurs c'est lui qui a écrit la bio de mon nouvel album, album qu'il a réalisé.

 

- Murat dit souvent que pour chaque album, il faut un truc à raconter aux journalistes… Il est assez fort là-dessus. De son côté, Bertrand Burgalat dans technikart disait il y a peu avoir de quoi faire un disque, mais reculer parce qu’il n’avait aucun « storytelling » à proposer. Que pensez-vous de ce phénomène moderne qui renforce d’ailleurs le rôle du dossier de presse (qui sera gobé tel quel par des centaines de sites et les journalistes paresseux…) ?

 

Ph. Barbot: En tant que journaliste, j'ai toujours pensé que mon boulot n'était pas de servir la soupe mais de raconter des histoires, quitte à ce qu'elles se limitent parfois à des anecdotes. J'ai même poussé le vice jusqu'à en faire un bouquin…

 

- Dans ce livre, justement, Murat est évoqué, mais c’est avant tout Wyatt dont vous dressez le parcours. Vous êtes-vous posé la question de le faire figurer de manière plus importante? Cela m’interroge du coup sur la place que vous pouvez lui accorder au milieu de ce hall of Fame (où figure Bashung, Christophe, Dutronc, Higelin, Brassens) ? Qu’est-ce qui lui manque pour rentrer dans la « légende »

?

Ph. Barbot: Encore quelques années, peut-être. Et un éventuel tome 2 du bouquin…

 

- J’ai envie de vous poser la même question sur Manset, que vous avez interviewé plusieurs fois. N’y avait-il pas matière de nous conter quelques souvenirs ? (Je me demande en fait si, puisqu’on sent que vous avez voulu « rendre hommage », et toujours porté (à quelques remarques prêtes) un regard bienveillant (vous vous dites fan à plusieurs reprises), s’il n’y pas certaines choses qui vous ont empêché de traiter de Manset ?)

Ph. Barbot: Rien ne m'a empêché de parler de Manset (pas plus que de Souchon, Voulzy, Sheller, Annegarn, et autres artistes que j'apprécie) mais il fallait bien faire un choix, à moins de publier un bouquin de 500 pages.

 

- Le titre « Backstage » est en fait un peu trompeur, on pouvait s’attendre à des détails un peu plus « croustillant », mais il semble que vous vous y êtes refusé, ce qui est à votre honneur. D’ailleurs, dans le livre, vous vous racontez toujours comme un journaliste, et jamais comme l’ami de tel ou tel, est-ce que c’est important pour vous de conserver une distance « journalistique » avec les artistes, même si vous nous racontez les repas qui s’éternisent ?

Ph. Barbot: Le titre Backstage a été l'objet de longues tractations avec l'éditeur. J'aurais préféré un titre en français plus clin d'œil (genre "Héros et Vilains", allusion à un morceau des Beach Boys) mais au bout du compte je pense que Philippe Rey a eu raison. Le titre, même s'il peut être trompeur, claque et accroche. Et puis ça sonne mieux que "Coulisses", non ?

Quant aux amis, c'est affaire de vie privée. Les relations journalistiques, donc professionnelles, sont, elles, d'ordre public. La différence s'arrête là, mais elle est cruciale.

 

- Vous évoquez deux/trois fois dans le livre comme il est difficile de poser des questions originales (ça m’a relaxé du coup au moment de vous poser les miennes) , et vous portez parfois un regard amusé sur vos propres questions (ou vous décrivez comme avec Lou Reed comme une interview peut réussir sur un détail ou une question)… L’exercice de l’interview classique et de sa reproduction telle quelle vous a-t-elle moins intéressé tout au long de ses années que la rédaction d’un article relatant la rencontre ? Est-ce uniquement par plaisir de l’écriture ? Je ne crois pas d’ailleurs que vous vous soyez intéressé à la radio qui se prête sans doute mieux à cet exercice ?

Ph. Barbot: A l'interview classique, questions-réponses, j'ai toujours préféré l'exercice du portrait, émaillé de citations. Qui, il est vrai, oblige à un effort d'écriture, ce qui n'est pas pour me déplaire. Une interview, pour moi, est surtout une prise de contact qui, dans le meilleur des cas, peut aboutir à un dialogue (sauf dans le cas de Lou Reed…).

Quant à la radio, j'en ai fait il y a quelques années (France Bleu) et j'ai trouvé ça aussi physiquement éprouvant que diablement excitant.

 

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

- Une des choses agréables du livre c’est cet effort de transmission, et cet amour de la musique qui transpire… Vous dites bien dans le livre que vous détestez quelques trucs dans le livre, mais on sent un regard bienveillant. Que pensez-vous des collègues qui se font un peu une spécialité de ne rien aimer ? (je pense à Ungemuth par exemple*). Quels sont les gens que vous appréciez ou les « grandes » plumes de « critic rock » en France ?

* qui déclare par exemple : « le rock français aujourd’hui ? N.U. : Je ne suis pas un bon client pour toi parce que je n’ai jamais écouté de rock français de ma vie, en dehors des Dogs et éventuellement de Métal Urbain. Le rock est anglo-saxon et les Français n’ont rien à y faire. Je trouve que les langues anglaise, italienne ou portugaise sont musicales, mais pas le Français ou l’Allemand. Moi, Wagner, je n’écoute que les ouvertures. Dès que ça chante, je m’en vais. « Le principe même de nouveauté, je n’en ai rien à foutre ! » -Il y a des groupes récents que tu aimes ? N.U. : Non, pas du tout ! Le principe même de nouveauté, je n’en ai rien à foutre ! »

 

Ph. Barbot: Je préfère la mauvaise foi talentueuse aux postures formatées. Les "rock critics" français (oxymore) qui ne se sont jamais remis de la lecture de Lester Bangs, m'amusent plus qu'ils ne m'agacent. Je me considère avant tout comme un journaliste, spécialisé musique par passion, non comme un critique exerçant sa plume par humeur. Pour les noms de confrères, je me contenterai de la réponse de Gainsbourg : no comment.

 

- Vous avez fait un disque de chansons en 2012, et vous avez dit que Murat avait été le premier à l’écouter… Pouvez-vous nous en dire plus ? Vous souhaitiez son avis en particulier ? Est-ce un hasard?

Ph. Barbot: Je lui ai glissé le disque discrètement dans son sac, dans les loges de je ne sais plus quel concert. Quelque temps après, il m'a envoyé un mail me disant qu'il avait apprécié, qu'il écoutait le disque sur la route en tournée, mais que maintenant, il fallait m'attaquer à la suite... Ce que j'ai fait, puisque mon deuxième album, Dynamo, réalisé par l'excellent Bertrand Louis, est terminé.

 

- Vous vouliez faire un deuxième disque différent. Le sera-t-il? et en quoi? Et quand va-t-il sortir? Toujours chez Believe?

Ph. Barbot: Le deuxième album est presque entièrement électro. Il a été joué et enregistré à quatre mains, en compagnie de Bertrand Louis. Il est aussi, je crois, beaucoup plus sombre que le premier. Vous pouvez en avoir un court aperçu (auditif et visuel), grâce au premier clip (ci-dessous).

Le disque sortira en digital chez Believe, sans doute à la rentrée. Pour le physique, pour l'instant sans label ni distribution, on verra. Si vous avez des idées, je suis preneur...

 

https://www.youtube.com/watch?v=FFQJNgQOOCk&feature=youtu.be

 

 

Merci Philippe Barbot!

Interview réalisée par mails du 28/03 au 04/04/2015 (ça n'a pas trainé). Il n'est pas question du livre "Coups de tête" puisque Philippe en ignorait l'existence. Désolé que les questions soient plus longues que les réponses. Ultime précision: j'ai acheté le livre "Backstage" (à la FNAC d'Annecy).

 

La suite avec les articles signés Barbot :

http://www.surjeanlouismurat.com/2015/04/philippe-barbot-suite-ses-articles.html

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

LES LIENS EN PLUS:

-Site officiel:

http://phbarbot.com/

- Le blog de Philippe Barbot sur yahoo:

https://fr.news.yahoo.com/blogs/c-est-ma-tournee/

- Le livre Baskstage, http://www.philippe-rey.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=264

Avec sa plume alerte et amusante, on y retrouve les grandes rencontres de P. Barbot (avec que des très grands noms), un peu de coulisses, de vécu, la vie du journaliste qui n'en oublie pas d'être fan, mais surtout des mini-bios sélectives, des portraits... très intéressants, notamment pour ceux qui comme moi ne savent pas tout sur tout.

- Le premier album "Point barre": http://www.deezer.com/album/1418755

http://musique.fnac.com/a4060959/Philippe-Barbot-Point-barre-Exclusivite-Fnac-CD-album

 

PS: Pensez à vous abonner au blog en laissant votre mail à droite dans la case Newsletter, ou sur Facebook (avec les notifications) sur la page du blog de Pierrot.

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT

Commenter cet article

Rhiannon 22/04/2015 18:53

Bien vu Flo.....je n'avais pas remarqué...intéressante cette interview....Merci Pierre ....je connaissais peu ce Monsieur....c'est chose faite....je me souviens de l'interview dans Télérama....je dois l'avoir encore dans mes docs....

Muse 27/04/2015 08:34

Pas l'impression qu'il s'agisse d'acacias sur la première photo, mais juste de pins dont certaines parties sont desséchées. L'acacia n'a pas la même écorce ni la même apparence.

Florence 22/04/2015 15:14

Superbe ! j'aime beaucoup l'interview de Philippe Barbot qui est ma madeleine à moi ...
au niveau des dates d'interview , n'as tu pas fait une petite erreur ??
et as tu remarqué que derrière Jean Louis sur la photo collec spéciale Philippe Barbot, il y a des acacias en fleurs ??...
merci de l'ITW Pierrot.

pierrot 22/04/2015 15:25

Merci de la correction (tu m'as fait peur, j'ai cru que tu parlais des interviews dans télérama). Bien vu les acacias! Je crois que c'était plutôt époque TAORMINA pourtant (à confirmer)!