Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 21:10

 

 

Après vous avoir proposé l'interview de Philippe BARBOT (à lire ici) à l'occasion de la sortie de son dernier livre BACKSTAGE, j'ai pensé intéressant de publier ses articles sur Murat.

 

ŒŒŒŒ1)  Philippe ne garde pas de souvenir de la première interview indiquée comme coréalisée avec Anne-Marie Paquotte (l'article de 1984 qui a tant compté pour Murat à lire ici). C'est peut-être qu'il n'a en fait écrit que l'intro où l'on reconnait son style. Voici donc la première page de l'article:

Telerama  (propos recueillis par PAQUOTTE et BARBOT-Intro sans doute de P. Barbot

Telerama (propos recueillis par PAQUOTTE et BARBOT-Intro sans doute de P. Barbot

Philippe Barbot (suite): ses articles

2) la première rencontre en Auvergne:

Philippe Barbot (suite): ses articles
Philippe Barbot (suite): ses articles
Philippe Barbot (suite): ses articles

3) Rencontre pour LILITH en 2003

"Lilith", nouvel album de Jean-Louis Murat

"Je ne suis pas fanatique de l'espèce humaine, c'est vrai"

En vingt-cinq ans d'expérimentations musicales, le rebelle auvergnat a peaufiné un univers à part, ténébreux et bucolique. Rencontre à flanc de coteau avec un artisan de la chanson un peu ronchon, mais vachement attachant.

On dirait la chanson des Beatles The Fool on the hill... Du haut de son promontoire auvergnat, face à une chaîne de volcans éteints depuis des lustres et tout juste bons à illustrer la pub d'une eau minérale locale, Jean-Louis Murat regarde le monde tourner. Avec la commisération du sage et l'agacement du rebelle. Ça fait déjà près d'un quart de siècle que le pâtre bourru de la chanson française joue les francs-tireurs marginaux. Après des débuts obscurs, à la fin des années 70, dans un groupe de rock intitulé Clara, puis un baroud solo entre déconnade punk et manifeste nihiliste (Suicidez-vous le peuple est mort, son premier 45 tours en 1981, jamais réédité depuis), le voilà qui mène une carrière à la longévité insolente, prolixe et dolente à la fois, comme un Manset new wave ou un Neil Young hexagonal. Depuis Cheyenne Autumn, son premier « vrai » album, il y a quatorze ans, Jean-Louis Bergheaud alias Murat (le nom d'un village du coin) a multiplié les expériences. Musicales, de Dolorès, un album électronique et solitaire enregistré en chambre, au Moujik et sa femme, retour à l'épure cinglante du trio rock, en passant par Mustango, escapade américaine mêlant sons et images. Poétiques aussi : qui d'autre que ce maniaque de la stance qui balance aurait pu mettre en musique, avec clavecin, luth et viole de gambe de rigueur, les vers perdus d'une obscure poétesse du XVIIe siècle, Mme Deshoulières, en compagnie de l'actrice Isabelle Huppert ?
Bref, le Murat des champs est un animal malaisé à cerner. Un dahu insaisissable qui caracole avec la même aisance nonchalante des coteaux pierreux du rock'n'roll aux vallées austères de la chanson de geste, d'un duo avec Mylene Farmer à des hommages à Leonard Cohen et Joe Dassin, en passant par un groupe de copains de bistrot, les Rancheros. Un campagnard urbain, un citadin rustique qui a naguère consacré un site Internet entier aux vaches, ces doux ruminants qu'il affectionne particulièrement, et est capable d'interrompre une interview pour observer une armada de mammifères à cornes galopant à flanc de colline. « Des fois, une bête se fait piquer par un taon et c'est la panique dans tout le troupeau. Faut être vigilant... » Attablé au bord d'un lac montagnard, au-dessus de Clermont-Ferrand, à quelques encablures de la ferme restaurée dans laquelle il s'exile pour concocter chansons, peintures et confitures, Jean-Louis le candide grognon parle de son dernier album, un double CD intitulé Lilith. « Pas un double CD, un vrai triple album vinyle ! corrige l'esthète. Y en a pas eu beaucoup dans l'histoire du rock : Woodstock, Yes, George Harrison... En fait, je n'ai pas fait exprès : c'est seulement au mixage final que je me suis aperçu qu'il y avait vingt-trois morceaux qui tenaient debout. Alors j'ai tout gardé. »
Comme pour le précédent opus, Le Moujik et sa femme, Murat a conservé la formule, à la fois simple et efficace, du trio basse-guitare-batterie, tout juste épaulé par quelques cordes arrangées par Tindersticks, le buggle du jazzman Stéphane Belmondo et des choeurs signés Camille, China et Jule. L'oeuvre, à la fois sobre et lyrique, entre folk-rock courtois et ballades rauques, s'articule autour d'un personnage de femme, Lilith. La troisième muse du troubadour, après Vénus et Dolorès, titres de deux de ses anciens albums : « Lilith, c'est la première femme d'Adam, l'anti-Eve. Au départ, Dieu fabrique un homme et une femme à partir de la boue. Il fait Adam et Lilith, et ça tourne à la catastrophe, un véritable fiasco : Lilith est incontrôlable, elle fait les quatre cents coups... Alors Dieu recommence, il prend une côte d'Adam et il fabrique Eve. Voilà le symbole qui a conditionné toute notre société et illustre les problèmes actuels du statut de la femme : elle ne peut être l'égale de l'homme puisqu'elle a été fabriquée à partir de lui. Lilith, dans la tradition hébraïque, ainsi que tous les prénoms qui comportent un double - (Lola, Lolita, Liliane, Leïla, ou la Layla chantée par Clapton), c'est la femme maudite, la pute, la salope. En opposition à Eve, la sainte, qui représente les valeurs familiales chrétiennes. Lilith, c'est l'inspiratrice des poètes, aussi. On retrouve son image chez les romantiques, au XIXe siècle : la femme à chevelure noire, libre, indépendante, la sexualité incarnée. C'est pour ça que les féministes américaines ont choisi Lilith comme symbole. Est-ce qu'une femme doit être une Lilith ou une Eve ? Moi je préfère les Lilith... »
Jean-Louis Murat, ou le seul auteur français à oser articuler le mot « testostérone » dans un couplet, ou à caser « gastéropode, gentiane et Poulidor » dans la même strophe. Une écriture qui ne s'embarrasse plus ni de rime ni de métrique, qui ressemble à une éruption de mots, jetés pêle-mêle, têtes par-dessus culs, âpres comme certaines piquettes du cru, coupants comme de la roche volcanique. Quelque chose comme le croisement de Ronsard, de Villon, de La Fontaine, de Brel, de Céline, de Dylan.
Avec, en leitmotiv rituel, des allusions aux mondes végétal et animal, qui associent jaguar et réséda, épervier et dahlia, cormoran et rhubarbe, grive et salsifis... « C'est vrai, mes chansons ressemblent à la fois à des bestiaires et à des herbiers : il y a même une fille, sur un site Internet, qui s'est amusée à répertorier tous les noms de plantes ou des bestioles que je citais. L'écriture, c'est très mystérieux, ça me dépasse. Des fois, quand je corrigeais les textes sur la pochette de l'album, je me disais mais merde, où es-tu allé chercher tout ça, toi ? Pourtant, je me sens de plus en plus à l'aise dans l'univers poétique ; ça me paraît infini, j'ai l'impression de faire mes premiers pas. »
Dans son antre bougnat haut perché, à des kilomètres du premier bistrot, entre collection de socs de charrue et home-studio boisé décoré de guitares (il en possède trente-six), Murat se réveille chaque matin et, spartiate, se colle au boulot : peinture, écriture de poèmes, de chansons, un exercice quotidien qui lui sert, assure-t-il, d'échauffement quasi métaphysique. L'homme écrit debout, comme d'autres jouent du piano, il a même une théorie là-dessus, à propos de cette créative station verticale : « Flaubert écrivait debout, paraît-il. Je me suis rendu compte que les chansons écrites dans la position assise passaient moins bien quand je les chantais debout sur scène. Il y a une façon de porter la voix qui est différente. Quand tu es debout, tu chantes beaucoup moins pour toi. Maintenant, quand j'écoute n'importe quel disque, je suis capable de reconnaître si la chanson a été écrite assis : ça pue la chaise... »
L'artiste peint, donc. Des kilomètres de toile, paraît-il, mais qu'il conserve farouchement hors de la vue des importuns, rejoignant ainsi involontairement la confrérie des musiciens barbouilleurs, de Captain Beefheart à Nino Ferrer, en passant par Manset et Bowie.
« La peinture m'intéresse, au moins autant que la musique, mais c'est à usage perso. Je ne suis pas un peintre, je peins, c'est tout. De même, je fais du vélo, mais pas le Tour de France. La peinture m'aide beaucoup pour la musique. On se voit de l'intérieur, on voit ses défauts, ce qu'on vaut. Quand je regarde mes toiles, je vois comment je fais des chansons. C'est comme une partition. Et puis la chanson est un métier de branleur, faut bien que je fasse d'autres trucs. »
Faire de la chanson son métier, à en croire Murat, c'est aussi dépassé que vouloir être savetier ou rémouleur. Un boulot désuet, un artisanat ingrat, voué à la disparition. Ça le fait râler, le Jean-Louis. Avec ce mélange d'analyse judicieuse et de mauvaise foi patentée qui fait, entre autres, son charme pervers... « Je crois qu'il y aura encore deux ou trois générations de chanteurs français et que ce sera terminé. La fête est finie, on n'existe quasiment plus. On est en roue libre, y a plus personne qui pédale. On va se diluer dans l'Europe, il n'y aura plus que de la chanson folklorique ou de la musique industrielle, de la variété internationale, de préférence anglo-saxonne. Moi je me sens un peu l'éboueur de la chanson, je ramasse tous les restes, je récupère. Je pille l'épave, le site archéologique. Je me vois comme une sorte d'ethnologue, de géologue, d'historien. Nous sommes dans un pays qui se déclare antiaméricain tout en bouffant de la sous-culture américaine jour et nuit. Et dont la plus pâle imitation est Johnny Hallyday. Je veux bien reconnaître qu'il a du talent, qu'il chante bien, mais c'est comme si Chaliapine n'avait interprété que la Danse des canards ou Rubinstein joué Oxygène de Jean-Michel Jarre pendant soixante ans. Et on pense défendre l'exception culturelle en aimant Johnny Hallyday ! Notre pays est un peu fou, il a besoin d'un psy. Quand on fait une activité artistique, on ne sait plus où se situer. Moi, je ne comprends rien. Je ne sais pas ce que veulent les gens, ce qu'ils ont envie d'entendre. Peut-être des trucs qu'ils ne comprennent pas. Ou qui ne disent rien. Ça nous pénalise beaucoup, nous les chanteurs français. Par exemple, il faudrait que je vende deux cent mille albums pour gagner mon indépendance. Là, je fonctionne à perte. C'est ce que dit le patron de ma maison de disques : "Toi, tu feras comme Van Gogh, tu rapporteras quand tu seras mort." »
Jean-Louis Murat a la réputation, dans le métier, comme on dit, d'être un sacré emmerdeur. Un empêcheur de marketer tranquille. Quand on lui reproche d'y aller un peu fort, de manquer de diplomatie, de ne ménager ni la chèvre ni le chou mais de les bouffer tout cru, lui, le fan de Dylan et de Neil Young, a une réponse toute prête : « S'exprimer comme ça, ça fait partie de la musique que j'aime. Le rock'n'roll, c'est le contraire du politiquement correct. C'est comme balancer un larsen. Jouer avec la saturation, ça suppose un certain comportement, un certain caractère, donc un certain franc-parler. Le rock est une musique de la franchise, pas de faux cul. C'est pour ça que c'est immortel. Pas comme la variété... On me dit souvent que je suis méchant et misanthrope, mais c'est faux. Y a pas plus gentil que moi, je suis même un vrai nigaud. Je ne suis pas fanatique de l'espèce humaine, c'est vrai, mais j'en aime quand même une bonne moitié : tout ce qui est féminin... ».


Philippe Barbot

4) La rencontre Murat/Wyatt retranscrite ci-dessous (Barbot consacre un chapitre de son livre à cet épisode et à Wyatt en particulier):

http://disco-robertwyatt.com/images/Robert/interviews/Telerama1997/index.htm

5) Le bougon fécond, critique de Parfum d'acacia (à lire dans l'interview)

6) A bird on a poire:

Philippe Barbot (suite): ses articles

7) Mockba 1 CD Labels n°2882 2005

« J'écris une chanson tous les matins en me levant. » On peut penser ce qu'on veut de Murat, mais pas le taxer de vantardise. La preuve, l'effarante prolixité de l'Auvergnat boulimique, qui enchaîne avec un dédain superbe pour les us et coutumes commerciaux disques, livres et DVD. Pour tenter de résumer, quelques mois après un disque solo, un autre en duo avec Jennifer Charles, un DVD d'inédits et un bouquin de photos, revoilà le pâtre bougnat avec une cargaison de projets dans sa besace. Un nouvel album, d'abord, baptisé MOCKBA (Moscou) et qui, malgré son titre, n'est nullement la suite du Moujik et sa femme. Plutôt un disque au charme slave et suave, où les acolytes habituels du chanteur, le bassiste Fred Jimenez et le batteur Stéphane Reynaud, partagent l'espace sonore avec des pépiements d'oiseaux, de magnifiques arrangements de cordes, et la présence de Carla Bruni et de Camille pour deux duos gais et délicats.

On y retrouve, sous une pochette au goût discutable (Murat barbu et yeux bandés, entre colin-maillard et peloton d'exécution), la propension de l'olibrius à la pop douce-amère, ses halètements au vibrato caressant et à la diction ouatée, et ses textes chantournés célébrant des amours courtoises mais crues. Parmi eux, trois textes empruntés à Pierre-Jean de Béranger, poète et chansonnier parisien du XIXe siècle, à qui Murat consacre par ailleurs un autre CD, intitulé 1829, onze poèmes mis en musique. Comme si ça ne suffisait pas, l'insatiable JLM publie également un bouquin de dessins et poèmes, annotés et illustrés, avec un DVD et un CD encartés, le tout intitulé 1451 et narrant les processus de création de l'ermite de la Croix-Morand. Qui est actuellement en tournée. « C'est comment qu'on freine ? » demandait jadis Bashung. « Suffit d'accélérer », répond Murat.

Philippe Barbot

8) Et le dossier MURAT, avec la couverture (cf l'interview de P. Barbot). Carte blanche Juillet 2005... Je vous mets les trucs principaux :

Philippe Barbot (suite): ses articles
Philippe Barbot (suite): ses articles
Philippe Barbot (suite): ses articlesPhilippe Barbot (suite): ses articlesPhilippe Barbot (suite): ses articles

JEAN-LOUIS MURAT

Autoportrait

L'artiste à travers ses doubles

Roger-Viollet Le maréchal Murat qui a inspiré au poète son pseudonyme.

"Une sorte de Ziggy Stardust napoléonien, de cow-boy impérial, avec un look spectaculaire, toujours entre femmes et festins."

Le brigand, le guerrier et le champion cycliste

J'ai toujours été fasciné par l'univers des chevaux, de la chevalerie. Western, cape et épée... Une passion qui me vient de ma petite enfance. Je suis persuadé qu'on n'échappe pas à sa préhistoire, ce quelque chose d'enfoui, d'avant soi, insaisissable, étrange. J'ai été élevé chez mes grands-parents en Auvergne, entre deux restes de châteaux forts, on prétendait même qu'un mystérieux souterrain les reliait. Aujourd'hui encore, ce qui m'intéresse, c'est ce qu'il y a en dessous, ce qui est enfoui, les cavités, les sources. Sans le savoir, on piétine peut-être des milliers de Lascaux ou de chapelles Sixtine...

Aymerigot Marchez le brigand légendaire

Ma grand-mère était un peu sorcière, elle connaissait des incantations secrètes pour arrêter les orages ou les incendies, elle disait qu'elle avait rencontré le Diable. Dans le village où je passais mes vacances, on racontait qu'un brigand légendaire, une sorte de Robin des bois local nommé Aymerigot Marchez, avait jadis enterré un trésor. Tous les étés, avec les copains, on allait à la recherche de ce trésor caché. J'ai grandi dans cette ambiance de mystère et d'aventure. Aujourd'hui encore, elle m'accompagne et m'inspire.

Quand j'ai enregistré mon premier 45 tours, Suicidez-vous, le peuple est mort, en 1981, la maison de disques m'a demandé sous quel nom elle devait le publier. J'ai répondu que je voulais m'appeler Aymerigot Marchez, le brigand de mon enfance. Evidemment, ça m'a été refusé... Alors j'ai choisi le pseudonyme de Murat, à cause d'un village auvergnat, mais surtout du maréchal d'Empire.



Joachim Murat le guerrier élégant

Un sacré personnage : grand, 1,81 mètre, beau, brun aux yeux bleus. Un voyou à la malice gasconne, mais surtout un guerrier extraordinaire, élégant, arrogant, une sorte de Ziggy Stardust napoléonien, de cow-boy impérial, avec un look spectaculaire, toujours entre femmes et festins. On raconte que sur les champs de bataille il se faisait suivre par une caravane de chariots remplis de fringues. Lorsqu'il est entré à Rome, il s'était fait confectionner un costume délirant, à l'orientale, avec des plumes et des dorures, qui avait nécessité le travail de cinquante couturières. Il pouvait changer de costume deux ou trois fois au cours d'un même combat. On s'arrêtait pour le regarder passer... Ce qui ne l'empêchait pas de se trouver toujours au coeur de l'action, là où ça chauffait le plus. Sabre au clair, il a participé à toutes les campagnes napoléoniennes, Italie, Egypte, Allemagne, Russie. Joachim Murat était le meilleur cavalier de son temps, descendant des Mourads, les guerriers arrêtés à Poitiers par Charles Martel. Ça ne l'a pas empêché de se laisser manipuler par son épouse, la très belle et très ambitieuse Caroline, soeur de Bonaparte, qui refusait de se contenter du royaume de Naples. D'où ses divers ralliements et trahisons, entre Napoléon et Louis XVIII, qui ont fini par provoquer sa perte. Lorsqu'il est mort, fusillé en Calabre en 1815, il a dirigé lui-même le peloton d'exécution. Un moment, il avait pensé se réfugier en Amérique pour s'y tailler un royaume : Murat, roi de Californie, ça aurait eu de l'allure...



Jean-Louis Bergheaud l'autodidacte dangereux

Donc, je m'appelle Jean-Louis Murat. Pour l'état civil, c'est Bergheaud. J'avais un ancêtre, un héros de la famille, qui était un zouave de la guerre de 14-18, un héros ultra décoré. Mais je ne sais toujours pas qui je suis vraiment. Pas étonnant que les gens aient du mal à m'appréhender. J'ai la réputation de quelqu'un de dangereux, une sorte de misanthrope parano qui dit du mal de tout le monde. En fait, je suis atteint de schizophrénie productive. Je suis aliéné à ma langue, façonné par ma culture. J'aime les formules assassines, j'essaie de faire preuve de créativité langagière, que ce soit dans mes chansons ou dans mes interviews. Pour un bon mot, je suis prêt à déclencher une guerre mondiale ! Ma machine inconsciente crache des mots et n'a aucune limite, je suis capable de dire des trucs effroyables. La dimension morale de la langue m'échappe complètement. Je ne suis ni sévère, ni jaloux, ni amer, juste un autodidacte qui pense que les choses doivent être dites. J'ai toujours voulu être poète. La poésie, c'est typiquement incorrect. Baudelaire, Rabelais sont des auteurs incorrects. La poésie, c'est faire cracher toute sa beauté au Mal. Mais aujourd'hui, elle est devenue une langue étrangère perçue par une minorité, comme le patois auvergnat de mon enfance. Le travers majeur de l'époque, c'est qu'il faut toujours montrer une belle âme, être poli, bien-pensant. Par exemple, on ne peut plus faire le bègue ou prendre l'accent africain sans se faire taxer d'ignoble raciste. En fait, ce sont les âmes laides qui dirigent le monde, en se faisant passer pour de nobles coeurs. Comme tout le monde, j'ai une face sombre, au moins 50 % de mon individu, mais je ne cherche pas à la dissimuler.



Lance Armstrong le chevalier du Tour

J'ai du mal à me situer dans ce qu'on appelle le monde de la chanson. Elle ne fonctionne, comme le cinéma, que sur la nostalgie collective. Les Choristes, Amélie Poulain ou le jazz manouche, c'est la même imposture. Pour moi, le grand art en chanson serait de ne pas écrire pour les esprits fins et délicats. Je me sens plus brutal que délicat. La finalité de mon job de chanteur, c'est d'être populaire. Je me sens en porte-à-faux avec ça. Je ne suis pas démocrate, je ne crois pas à un collectif de la médiocrité. Je suis persuadé que si l'on se laisse aller à la facilité, il faudra tôt ou tard en payer le prix. Le plus grand laisser-aller que je m'autorise, c'est, parfois, d'être obscur. Mais, je crois que c'est Nietzsche qui a dit ça, un esprit de premier ordre ne doit jamais avoir peur d'être ennuyeux.

Pour moi, vivre, c'est écrire. J'écris par volonté de rejeter le plus loin possible tout ce qui veut mourir en moi. Je hais les forces de mort partout en action. Le seul remède pour moi, c'est d'être excessif, de faire de l'excès un art de vivre, un combat contre les faux-semblants et l'hypocrisie. J'ai la nostalgie d'un temps où l'on se battait pour l'honneur. Aujourd'hui, quelqu'un comme Lance Armstrong personnifie ces valeurs, courage, droiture, bravoure. Rien que son prénom, Lance, évoque l'époque de la chevalerie. Quand il chevauche son vélo, on dirait Lancelot dans les Pyrénées. Une véritable épopée. Deux siècles après Joachim Murat, il est l'un des derniers guerriers.
Propos recueillis Philippe Barbot

Télérama n° 2896 - 14 juillet 2005

9) 2006 Taormina :

23 août 2006

Têtes de mules

Murat et Miossec : les deux ombrageux sortent chacun un album. L’un décline sa mélancolie suave, l’autre égrène ses amours en rade. Et ils persistent…

Soit deux personnages de la chanson d’ici, « indés » comme on dit, c’est-à-dire peu dépendants des modes et des courants, des ventes et des vents, des parades et du paraître. Deux artistes dissemblables, plus cousins ennemis que frangins complices, mais liés par la même impérieuse nécessité : se raconter sans compter, se mettre à nu sans se dévoiler, désabusés sans abus, passionnés et patients. Chantres du vague à l’âme et de l’alarme qui divague, baladins de l’amour vache, vain, parfois vil. Arpentant aussi les mêmes terres désolées mais fertiles, les mêmes bocages musicaux, poussière blues et herbes folk, ornières rock aux buissons épineux. Jean-Louis Murat et Christophe Miossec, le Bougnat et le Brestois, têtes de mules lyriques et artisans à la pudeur impie, publient donc, à une semaine d’intervalle, leurs nouveaux albums respectifs. Taormina pour le premier, adepte des noms de femmes ou de lieux (Dolores, Vénus, Lilith, Polly Jean, Croix-Morand, Moscou), L’Etreinte pour le second, spécialiste de la sémantique laconique (Boire, Baiser, Brûle, A prendre).
Cimes et sentiers pierreux pour l’Auvergnat misanthrope, comptoirs et récifs écumants pour le Breton noctambule. Tous deux s’exprimant à la première personne du singulier (je), pour s’adresser à une personne singulière (tu), amoureux courtois ou amant courtaud. « Ne pleure pas, je t’aime », dit l’un ; « Je ne pleure pas, aime-moi », implore l’autre. Miossat et Murec, parfois emmêlés, jamais confondus. Taormina, donc, cité balnéaire sicilienne choisie comme emblème du quinzième album (avec les live mais sans compter DVD et premiers enregistrements « reniés ») d’un Murat prolixe et ombrageux. Paysage accueillant et désormais familier d’un folk-rock aux accents de Neil Young, sculpté par les fidèles Fred Jimenez (basse) et Stéphane Reynaud (batterie), avec un Jean-Louis à la sobre efficacité guitaristique. Des chœurs féminins parfois, pour appuyer cette voix au suave trémolo chuchotant, diapason de séducteur caressant à l’élégance dionysiaque. « Tout ce qui mène au tombeau ici-bas devient beau et fait la mélancolie des gens de mon pays », scande un Murat plus mutin que morose, à la langue toujours aussi chantournée. « La mélancolie c’est communiste, tout le monde y a droit de temps en temps », réplique Miossec dans L’Etreinte, son sixième album. Qui se distingue par ses cordes, ses bois, enregistrés sous la houlette de Jean-Louis Pierot (Valentins), avec la participation du groupe belge Zita Swoon et de Gérard Jouannest, pianiste, compositeur et ancien accompagnateur de Brel. Avec, immuable quoique aguerrie, cette voix un peu pâteuse, à la diction chantonnée et à la poésie délicatement crue, aux mots fouettés par les embruns, aux mélodies parfois atonales mais irrésistiblement attachantes. Et ce personnage d’amoureux repenti et penaud, qui a oublié de payer la Facture d’électricité mais ne renie pas ses crimes et ne « chipote pas sur le châtiment », dédie une ode à sa maman et affirme qu’on peut tout faire et tout dire le temps d’une chanson.
Pas question ici d’improbable match entre un Ronsard terrien et un Bukowski marin. Plutôt d’heureuses similitudes, malgré les dix ans d’âge et les divers paysages qui séparent Jean-Louis Murat de Christophe Miossec. Au hasard des titres (L’Heure du berger pour l’un, Le Loup dans la bergerie pour l’autre) et des dédicaces où tous deux sacrifient à la fibre paternelle (Caillou pour Jean-Louis, Bonhomme pour Christophe). A chacun la manière de faire et défaire l’amour (Est-ce bien l’amour ? s’interroge l’un, « L’amour, c’est plus lourd que l’air » répond l’autre ), de se « démarier » (Murat) ou d’y « laisser sa peau » (Miossec). Dans le disque de Miossec, il y a une chanson qui s’intitule La Grande Marée. A la fin de celui de Murat, on entend des vagues et des mouettes. Comme deux pêcheurs lançant inlassablement leurs filets, deux pécheurs qui ont choisi de ne jamais se défiler.

Philippe Barbot

- Fin de l'épisode de TELERAMA...

10) On retrouve ensuite P. Barbot en maitre de cérémonie pour deux FORUMS FNAC parisiens (il en existe des enregistrements pirates)... et à la rédaction du texte promo du cours ordinaire des choses et de Grand Lièvre (à lire ici).

Sur le COURS ORDINAIRE DES CHOSES:

« I love songs ! » Cette enthousiaste exclamation a jailli de la bouche de chacun des musiciens qui ont participé au nouvel album de Jean-Louis Murat. Des musiciens qui en ont pourtant vu et entendu bien d’autres, car à Nashville, Tennessee, la cité où le moindre chauffeur de taxi a déjà enregistré au moins deux disques, la musique, c’est peu de dire qu’on connaît. « I love songs … » A peine revenu de là bas, il en est encore tout retourné, Jean Louis Murat. Comme il dit, « je me suis senti comme un poisson dans l’eau, j’ai su dès les premiers jours que j’étais au cœur du sujet : l’amour des chansons. »
Un bougnat chez les cow-boys ? Mais qu’allait donc faire notre trouvère auvergnat dans la patrie de la country music ? Assouvir un fantasme, se frotter à la mythologie, effectuer une sorte de pèlerinage obligatoire, de retour à la source d’émotions adolescentes qui, affirme t-il, ont donné un sens à sa vocation de chanteur et musicien. « Bizarrement, je n’ai jamais été un grand fan de country music, avoue Jean-Louis, mais ça fait une bonne dizaine d’années que j’avais cette envie là : enregistrer à Nashville ».
La décision a été prise en quelques semaines, presque par hasard, résultat d’un coup de fil fortuit avec son fidèle ingénieur du son, Christophe Dupouy. Pas le temps de tergiverser ni de peaufiner, voilà Jean-Louis débarquant au studio Ocean Way, celui de Willie Nelson, Robert Plant ou The Raconteurs, avec une douzaine de chansons en poche. « Je les ai jouées aux musiciens, juste guitare-voix, avec un petit métronome, et tout s’est enchaîné simplement ». Le résultat ? Rien à voir avec Jean-Louis Murat endossant la défroque de Johnny Cash ou de Tony Joe White. Si slide guitar et bottleneck habillent la plupart des chansons, on y retrouve, intacte et comme transcendée par ce nouvel équipage, la veine lyrique du créateur de « Fort Alamo » ou du « Cri du papillon ». Onze odes muratiennes à l’intemporalité frémissante et aux stances fulgurantes, entremêlant amours courtoises et émois organiques, lumières ombrageuses et nuits pyromanes, flammes et glaces, chaud et froid, anciens et modernes, cœur, chair et âme à l’unisson vibrante.
A l’image du premier extrait, « Comme un incendie », brulôt aux envolées guitaristiques incandescentes, dont le refrain donne son titre à l’album, « Le cours ordinaire des choses ». Explication du responsable : « C’est ma façon de signifier que tout me paraît ahurissant »

« Chanter est ma façon d’errer » informe ailleurs Jean-Louis Murat, entre héritage classique et vagabondage novateur, au diapason d’une « Mésange bleue » qui fera, on prend date, partie des futurs fleurons du loustic. Errer, entre hasard et erreur, plus « M Maudit » que chevalier à la triste figure. Murat maudit, Murat bénit, mais jamais oui-oui. Priant Sainte Taïga (« donne nous la sève, donne nous la joie »), vision d’un Far East disparu, ou s’apitoyant sur « Lady of Orcival », immuable icône de pierre ornant la basilique de son terroir, avec la ferveur d’un mécréant mystique.
Nashville oblige, le disque est aussi lardé de fantaisies caracolantes (« Comme un cow boy à l’âme fresh » et son fiddle endiablé), ou roucoulantes (« Falling in love again », espiègle mais respectueux clin d’œil à Elvis), gratinées (« 16 h, qu’est ce que tu fais ») ou satinées (« La Tige d’or », métaphore sexuelle que n’aurait reniée ni Ronsard ni Eluard). Sans oublier « Ginette Ramade », drame paysan aux faux airs du « Marie Jeanne » de Dassin, mixé avec la voix d’une prédicatrice locale.
Le tout porté par l’enthousiasme des musiciens du cru, cordes et frettes en goguette, loin des clichés réducteurs du genre, et illuminé des épousailles vocales avec la choriste Cherie Oakley. Un disque, malgré son titre, peu ordinaire et résolument à part dans l’œuvre du barde prolixe. Un disque qui donne envie de s’exclamer, tout comme les gaillards de Nashville, là bas dans le Tennessee : « I love songs ! »

On participé à l’enregistrement en février 2009 : Ilya Toshinskiy (guitare acoustique, mandoline, banjo), Dan Dugmore (guitare électrique, pedal steel, steel guitar), John N. Hobbs (piano, B3, wurlitzer, rhodes), Cherie Oakley (choeurs), Shannon Forrest (batterie, percussions), Eddie Bayers (batterie, percussions),Mike Brignardello (basse), Michael Rhodes (basse), Carl Marsh (arrangements cordes), Larry Franklin(violon)...
Ces musiciens exceptionnels ont travaillé notamment avec Linda Ronstadt, James Taylor, Crosby Stills Nash and Young, Alison Krauss, Taylor Swift, Willie Nelson, Jerry Garcia, John Fogerty, Roy Orbison, Dolly Parton, Randy Travis, Lynyrd Skynyrd, R.E.M, Al Green, Dusty Springfield, etc.

Un DVD de 45 mn « Falling in love again », documentaire-fiction de Laetitia Masson, tourné à Nashville pendant l’enregistrement et à Paris, avec Elsa Zylberstein, accompagne le disque dans l’édition limitée en digipack.
Open disc sur l’édition standard et sur l’édition limitée : 2 titres inédits + des bonus exclusifs
Application i-phone à télécharger gratuitement à parti
r du 21 septembre

« Le Cours Ordinaire Des Choses »

11) Voici enfin en pdf une ultime interview de 2011 pour le compte de ROLLING STONE. fichiers en pdf:

Partager cet article

22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 09:56
(collection personnelle de P. BARBOT)

(collection personnelle de P. BARBOT)

            J'ai été lecteur de TELERAMA dans le berceau familial durant pas loin de 30 ans (à croire que c'est par fidélité au rendez-vous du mercredi que j'avais opté un temps pour une carrière de Tanguy). A réception, j'allais directement jeter un oeil sur la chronique oscillante d'Alain Remond (plus facile à trouver, et qui permettait de faire un point sur le dernier Apostrophe et l'interview d'Irène Frain ou de Claude Hagège...). Je dois même avoir encore quelque part une collection en feuilles arrachées de ces "MON OEIL"...

           Et, 2e acte, je filais sur les chroniques de disques signées: Anne-Marie Paquotte et Philippe Barbot... Ça fait moins classe que NME, et même Rock and Folk comme panthéon? Le livre "BACKSTAGE"  sorti il y a quelques semaines revenant sur les plus belles rencontres de la carrière de Philippe montre en tout cas qu'il a rencontré les plus grands, et souvent avec des résultats passionnants. Et c'est aussi un artiste qualifié d'"audacieux" par Bertrand Louis (avec lequel il vient de travailleur son 2e album). 

        Jean-Louis Murat figurant au sommaire du livre "Backstage" (édition Philippe Rey),  j'ai  saisi cette actualité pour lui proposer une interview... avec l'idée de revenir avec lui sur les grands épisodes de ce feuilleton vieux de 30 ans: "Murarama et Barbortgeaud" (série presque aussi palpitante que "les feux de l'amour", presque aussi rebondissante que "amour, gloire et beauté, et spirituelle qu'"amuracalement vôtre"... enfin, si on est passionné). On verra que Philippe Barbot est bel et bien à positionner au côté des Bayon, des Olivier Nuc, Jean Théfaine, comme les grands Saint-Simon du règne médiatique de Murat 1er... ce qui n'exclue pas une certaine distance.      PS: Quand ça fera la queue pour répondre à mes questions, promis: je ferai moins dans le dythérambique)

 

- Dans l'article suivant (à lire ici), retrouvez la plupart des articles signés Philippe Barbot (interviews, chroniques...), ceux évoqués ci-dessous et les autres chroniques d'albums notamment.

 

Bonjour Philippe, 

- Vous étiez depuis 2 ans à Télérama quand Anne-Marie Paquotte signait une des rares chroniques de PASSIONS PRIVEES... Est-ce à ce moment-là que vous découvrez Jean-Louis Murat?

Ph. Barbot: Non, je crois ne l'avoir découvert qu'à la sortie de "Cheyenne Autumn". Mais Anne-Marie, outre une belle personne, a toujours été une dénicheuse de talents, une amoureuse passionnée de la chanson, souvent en avance sur tous les médias.

- D'ailleurs, vous étiez selon Wikipédia chef du service musique, aviez-vous des discussions pour savoir quelles disques devaient être chroniqués (à l'époque, cela devait déjà être limité à 2/3 par semaines).

Ph. Barbot: Je n'ai été petit chef-chef que bien plus tard. A l'époque, j'étais simplement détenteur de la rubrique rock (qui s'appelait "Pop" au début...). Chaque chroniqueur a toujours été libre de choisir ses coups de coeur... ou ses coups de gueule. Je suis sûr qu'il en est encore de même aujourd'hui.

- Cette chronique d'Anne-Marie de Passions Privées, Jean-Louis en a beaucoup parlé, et à sa mort, à 54 ans, il a diffusé un inédit "Mille-morts"... Est-ce qu'ils avaient une relation particulière?

Ph. Barbot: Particulière, je ne sais pas, sinon que l'une admirait l'autre et que l'autre avait une tendresse spéciale pour elle : c'est la première journaliste, à ma connaissance, à avoir chroniqué son album. Il l'a dit à plusieurs reprises (notamment à sa mort), et a toujours gardé pour elle une grande affection. Il m'a même proposé que nous nous rendions un jour tous les deux sur sa tombe. Peut-être cela se fera t-il...

A.M. Paquotte

 

 

- Elle chronique les disques de Murat jusqu'au Moujik, mais vous signez ensemble un entretien le 9/10/91 (l'introduction est je pense de vous). Etait-ce votre première rencontre? Des souvenirs en particulier?

Ph. Barbot: Je ne me souviens pas de ce papier de 91... Ma première vraie interview de Jean-Louis dans Télérama date de 1996 (l'album Dolorès, un de mes préférés). C'était la première fois que j'allais chez lui en Auvergne. Je me souviens qu'il m'a accueilli (je venais de faire plusieurs heures de voiture) en me proposant de m'offrir à boire... de l'eau. Mais quand je suis reparti, après moult autres libations, il a bourré mon coffre de confitures maison. Je me souviens aussi de sa théorie sur la façon d'attraper les mouches. Et d'une fan qui habitait non loin de chez lui et le harcelait.

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

- Cette histoire de fan n’est pas dans l’article, ni fait mention de votre corruption en pots de confiture… Je retiens de cette interview de 96 ces propos sur le rap «Je suis passionné par les recherches de certains producteurs de rap, comme Dr Dre…. il y a des artistes qui sont l’équivalent des grands solistes de jazz ». La reprise d’I AM est semble-t-il le seul témoignage de cet intérêt pour le rap… A l’époque, vous chroniquiez NTM et étiez fan hardcore de PRINCE… Est-ce que ce style vous a intéressé ou vous intéresse encore ?

 

Ph. Barbot: J'ai aimé les débuts du rap. Je me souviens d'un séjour à New York, en 1980 au cours duquel j'ai vu et entendu pour la première fois des gamins rapper dans la rue. Ca m'avait scotché. Ensuite, il y a eu le tube de Sugarhill Gang, dont j'ai acheté le maxi 45 tours. Chez nous, Solaar et IAM m'ont intéressé, autant d'un point de vue littéraire que musical. Je me suis même offert l'un des premiers samplers (de marque Akai) histoire de m'initier au truc. Aujourd'hui, le style, surtout français, me lasse. Question d'âge sans doute…


- J'essaye de parler de Manset à chaque interview... et là, pas besoin de chercher un prétexte: dans cette interview de 91, vous lui parlez de Manset,et vous faites souvent le lien avec lui dans vos chroniques (dans l'introduction de 91, vous parlez de Manset New wave), Murat vous répond en le taclant sévèrement mais dit aussi qu'il l'aime beaucoup. Qu'est-ce qui les rapproche et les différencie ?

 

Ph. Barbot: Vous devez savoir qu'à l'origine Jean-Louis désirait collaborer avec Manset sur la réalisation de son premier album. Les deux hommes se sont rencontrés quelques heures en studio et ça n'a pas collé. Ce qui les rapproche, c'est évidemment une certaine forme de misanthropie sociale, de réserve protectrice, cette impression d'être une sorte de samouraï solitaire face à la vulgarité et la bêtise ambiantes. Ainsi qu'un goût pour la langue française implacablement chantournée. On pourrait gloser des heures sur leurs points communs... ainsi que sur leurs différences. Rien que musicalement, Manset adorait Bob Seger et l'Electric Light Orchestra (!), alors que Jean-Louis, c'est plutôt Leonard Cohen et Neil Young...

 

- Murat ne déteste pas non plus certains « gros groupes qui tâchent » (Family, Eagles, ZZ Top…).

Ph. Barbot: Pour moi, aucun rapport entre Family (avec cet extraordinaire chanteur qu'était Roger Chapman) et Eagles, de la variét' typiquement yankee. Quant à ZZ Top, c'est avant tout du blues rock velu et rigolo…

 

- Par « groupes qui tâchent », je voulais dire « groupes qu’on dénigre » un peu...

Pour le rapprochement, Murat dans l’article de 96 dit « on me compare souvent à Gérard Manset, sans doute à cause de mon côté ermite et de mes longues envolées, mes délires un peu lyriques ». Vous lui en reparlez –vous n’avez pas peur !- aussi pour Rolling Stone en 2011 : Murat dit cette fois que Manset a libéré quelque chose, « une pulsion littéraire » (et il fait la même comparaison qu’en 1991 entre Manset et De Gaulle). Petit point de rapprochement qui me vient : leur refus de la fausse modestie (hum hum), même si Murat parle un petit peu moins à la 3e personne (quoique Bergheaud évoque souvent Murat). Murat semble beaucoup plus soumis au doute… [pas de commentaire de la part de Philippe Barbot... qui a signé 3 interviews de Manset dans les années 80]

Revenons-en au fil historique : Est-ce qu'il y a une raison pour laquelle Murat passe ainsi de la chronique CHANSON à la chronique ROCK à partir de Lilith et que vous signez ensuite les chroniques de disques ?

 

Ph. Barbot: Aucune raison particulière sinon que j'ai du user de persuasion pour affirmer que Murat, c'était rock ! Façon de m'emparer du bonhomme...

- L'étape suivante est me semble-t-il la rencontre Wyatt/Murat en 1997 (qui fait la couv de Télérama)?
Vous avez choisi de l'évoquer dans votre livre "Backstage": Tous deux partagent le même goût de la simplicité dans facilité, de l'émotion sans emphase, de la mélancolie sans pathos". Murat a particulièrement bien préparé l'interview (on a vu récemment dans l'article signé Jean-Louis Bergheaud dans la revue CHANSONS) qu'il aurait fait un excellent journaliste musical). Depuis, Murat semble plus réticent à rencontrer ses idoles (Olivier Nuc a tenté d'organiser une rencontre avec Neil Young)*. Que pourriez-vous nous dire de plus sur cette rencontre ? (vous n'évoquez pas dans le livre que des années plus tard, Wyatt sera crédité dans votre premier disque). Que savez-vous de la relation que Murat et Wyatt ont maintenu?

*je pense à la rencontre possible de Tony Joe White quand il enregistrait le Cours Ordinaire des choses, à la session avec Crazy Horse ou sa déclaration sur Jimmy Page…

Ph. Barbot: Rien à dire de plus que ce qui est relaté dans le livre. Sinon que Jean-Louis était ravi de cette interview, un évènement unique je crois, et qu'il a sans doute gardé contact avec Robert. Grâce à cette rencontre, j'ai pu, en ce qui me concerne, réussir à obtenir sa participation sur mon album. Je le dois à Jean-Louis, finalement...

 

 

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

- Cette année-là, le magazine fait éditer le cd « CARTIER-BRESSON » dont je suis un heureux gagnant à l’époque… (je ne sais pas si vous avez quelque chose à nous dire là-dessus).

Ph. Barbot: Pas grand-chose… Dans le même registre téléramesque, il me semble qu'il y a eu aussi une chanson inédite à propos d'un hors série Tour de France...

- Ah, ça ne me dit rien, et rien là-dessus dans les archives…

Ph. Barbot: Ok, c'est ma mémoire qui flanche, oubliez ça…

- Il y a eu un CD en 2004 « chansons à mi-voix », les chansons coup de cœurs des journalistes, où vous choisissez « Plus vu de femmes », « plus vu de femmes » qui s’il devait être publié en single, devrait flanquer une raclée dans les charts à tous les Kyo ou Calogero » disiez-vous dans la chronique du Parfum.

On en revient à 2003 pour Lilith où vous le rencontrez à nouveau (à l’auberge du Guery) … et il vous tient le fameux discours* sur les disques qui « puent la chaise » (Dominique A l’évoquait sur le plateau de Dordhain il y a 1 an ou 2). Murat en reparlait au moment de Tristan. Qu’en pensez-vous ?

* " L'homme écrit debout, comme d'autres jouent du piano, il a même une théorie là-dessus, à propos de cette créative station verticale : «Flaubert écrivait debout, paraît-il. Je me suis rendu compte que les chansons écrites dans la position assise passaient moins bien quand je les chantais debout sur scène. Il y a une façon de porter la voix qui est différente. Quand tu es debout, tu chantes beaucoup moins pour toi. Maintenant, quand j'écoute n'importe quel disque, je suis capable de reconnaître si la chanson a été écrite assis : ça pue la chaise... »"

 

Ph. Barbot: Ce me semble être typique de Jean-Louis, ce genre de déclaration : du pain bénit pour le journaliste. Je ne suis pas sûr que les Beatles se dandinaient en composant. En ce qui me concerne, j'écris, papiers ou chansons, assis. Peut-être que mes articles puent le fauteuil et mes chansons sentent le tabouret…

- Et nous voilà, en 2005, et ce dossier spécial « carte blanche » que vous lui consacrez, avec en couverture (C’est sa première et dernière), Murat posant en costume Galliano (JL nous a parlé de ce couturier qui a adopté l’Auvergne aussi en septembre dernier, je découvrais son intérêt pour la mode). On trouve notamment une autre rencontre : Murat/Angot, mais ceux-ci se connaissaient depuis 98 (en 2001, Murat lui chantait sur lit « aimer » sous la caméra de L.Masson). Est-ce que vous avez des souvenirs de cette carte blanche?

Ph. Barbot: Il avait accepté d'être photographié, et même de paraître en couverture du magazine, ce qui, à l'époque était compliqué car il refusait tout cliché qu'il ne fournissait pas lui-même (tiens, une autre ressemblance avec Manset), à condition d'être ainsi costumé. Je ne me souviens plus du prétexte de ce déguisement, peut-être une vague analogie avec le maréchal Murat dont il fait l'apologie dans l'un des articles. Pour cette carte blanche, je me suis rendu chez lui, puis nous avons été ensemble à Montpellier, assister à un spectacle chorégraphié de Christine Angot. Le lendemain j'ai fait l'interview croisée qui est parue dans le journal.

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

 

- J’ai relevé quelques propos dans ces pages de 2005… si cela vous inspire…

« Pour moi, vivre, c'est écrire. J'écris par volonté de rejeter le plus loin possible tout ce qui veut mourir en moi. Je hais les forces de mort partout en action.

Ma machine inconsciente crache des mots et n'a aucune limite, je suis capable de dire des trucs effroyables. La dimension morale de la langue m'échappe complètement. Je ne suis ni sévère, ni jaloux, ni amer, juste un autodidacte qui pense que les choses doivent être dites. J'ai toujours voulu être poète. La poésie, c'est typiquement incorrect. Baudelaire, Rabelais sont des auteurs incorrects. La poésie, c'est faire cracher toute sa beauté au Mal ».

Ph. Barbot: Je pense que ces propos (dont je partage absolument la première partie) expliquent clairement l'attitude de Jean-Louis face à certains médias et, en général, au "métier", son côté politiquement incorrect, "grande gueule qui ne respecte rien"…

 

- Et vous chroniquez encore Mockba (vous émettez un doute sur la pochette, que j’adore), le Parfum d’acacia… Et c’est votre départ de TELERAMA, puis c’est l’arrivée de Valérie Lehoux, parfois plus distante… et Murat rejoint la case « chansons »… alors qu’Hugo Cassavetti semble pourtant plus amateur (cf les émissions « les sonos tonnent » et "la dispute"). Un petit commentaire, notamment sur votre départ de Télérama ?

Ph. Barbot: J'ai quitté le journal en 2006, après plus de 24 années de bons et loyaux sévices, avec le sentiment d'avoir fait mon temps jusqu'à faire partie des meubles (ceux qu'on range parfois au grenier ou dans un placard), suite à un changement de direction avec lequel (le changement) je ne me sentais pas à l'aise. Anne-Marie était partie un an avant moi.

 

- En 2009, on vous retrouve en maitre de cérémonie d’un show case FNAC à côté de Murat… Murat vous assène :

« toi au moins tu t’es barré de tout ça, un jour tu as dit ras le bol de cette daube de Télérama, je me casse, tu as tout compris et tu as bien fait. Le niveau moyen des médias est tellement con que, soit je réponds rien, soit je joue la surconnerie, qu’est-ce que je pourrais leur raconter, y zen ont rien à foutre, ils s’en foutent. Une fois y en a un qui vient m’interviewer, il avait jamais écouté mes chansons, il connaissait rien de ce que je faisais… lamentable, tous pareils, alors je dis des conneries plus grosses qu’eux, par exemple un jour j’ai dit que les guignols étaient fascistes, hop le lendemain je retrouve ça en gros titres, ils sont tous aussi cons les médias, à part toi… ».

Avez-vous d’autres souvenirs de cette rencontre ?

 

Ph. Barbot: J'ai animé deux rencontres Fnac avec Jean-Louis, l'une pour "Le Cours Ordinaire" (Fnac Montparnasse), l'autre pour" Grand lièvre" (St Lazare, ou inversement),. L'exercice n'est pas très difficile tant il est disert et à l'aise avec le public venu boire ses propos avant la séance de dédicaces. Faut juste tenter d'intervenir de temps en temps. Je me souviens de l'une de ces interventions où, brusquement, il s'est mis à m'interdire de le tutoyer, juste pour rigoler…

 

- Concernant les propos ci-dessus, c’est assez représentatif des attaques de Murat (ponctuelles ou régulières ?) contre les médias, mais aussi le trio Inrocks/Télérama/Libé, des journaux qui jamais ne lui en tiendront réellement rigueur (un peu les inrocks). Qu’en pensez-vous ? Réel rejet politique ? Peur du succès qui le pousse à se couper de son public « traditionnel » ?

Ph. Barbot: Cf ce que je disais plus haut sur le côté "politiquement incorrect". Mais je pense au contraire que le succès, s'il ne l'obsède pas, ne fait nullement peur à Jean-Louis.

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

- Enfin (pour en finir avec votre parcours avec Murat), on vous retrouve comme auteur de plusieurs «dossiers de presse» : Le Cours ordinaire et Grand Lièvre (je ne sais pas si vous en avez rédigé d’autres – Hugo en a fait je crois après vous). Que pouvez-vous nous dire de cet exercice (un « ménage » de journaliste musical) ? *

* vous avez fait aussi celui de « SANS MOI » pour Bertrand Louis, sans doute amicalement.

Ph. Barbot: Il m'arrive, comme beaucoup de journalistes, d'être sollicité pour écrire des "bios", soit par la maison de disques, soit par l'artiste lui-même. Libre à nous d'accepter ou de refuser, même si la plupart du temps ces exercices ne sont pas signés. La seule règle est, en principe, de ne pas chroniquer/critiquer le disque en question. Ce qui n'empêche pas parfois d'en profiter pour faire un papier informatif dans le registre "interview". En ce qui concerne Bertrand Louis, c'était en effet purement amical : d'ailleurs c'est lui qui a écrit la bio de mon nouvel album, album qu'il a réalisé.

 

- Murat dit souvent que pour chaque album, il faut un truc à raconter aux journalistes… Il est assez fort là-dessus. De son côté, Bertrand Burgalat dans technikart disait il y a peu avoir de quoi faire un disque, mais reculer parce qu’il n’avait aucun « storytelling » à proposer. Que pensez-vous de ce phénomène moderne qui renforce d’ailleurs le rôle du dossier de presse (qui sera gobé tel quel par des centaines de sites et les journalistes paresseux…) ?

 

Ph. Barbot: En tant que journaliste, j'ai toujours pensé que mon boulot n'était pas de servir la soupe mais de raconter des histoires, quitte à ce qu'elles se limitent parfois à des anecdotes. J'ai même poussé le vice jusqu'à en faire un bouquin…

 

- Dans ce livre, justement, Murat est évoqué, mais c’est avant tout Wyatt dont vous dressez le parcours. Vous êtes-vous posé la question de le faire figurer de manière plus importante? Cela m’interroge du coup sur la place que vous pouvez lui accorder au milieu de ce hall of Fame (où figure Bashung, Christophe, Dutronc, Higelin, Brassens) ? Qu’est-ce qui lui manque pour rentrer dans la « légende » ?

Ph. Barbot: Encore quelques années, peut-être. Et un éventuel tome 2 du bouquin…

 

- J’ai envie de vous poser la même question sur Manset, que vous avez interviewé plusieurs fois. N’y avait-il pas matière de nous conter quelques souvenirs ? (Je me demande en fait si, puisqu’on sent que vous avez voulu « rendre hommage », et toujours porté (à quelques remarques prêtes) un regard bienveillant (vous vous dites fan à plusieurs reprises), s’il n’y pas certaines choses qui vous ont empêché de traiter de Manset ?)

Ph. Barbot: Rien ne m'a empêché de parler de Manset (pas plus que de Souchon, Voulzy, Sheller, Annegarn, et autres artistes que j'apprécie) mais il fallait bien faire un choix, à moins de publier un bouquin de 500 pages.

 

- Le titre « Backstage » est en fait un peu trompeur, on pouvait s’attendre à des détails un peu plus « croustillant », mais il semble que vous vous y êtes refusé, ce qui est à votre honneur. D’ailleurs, dans le livre, vous vous racontez toujours comme un journaliste, et jamais comme l’ami de tel ou tel, est-ce que c’est important pour vous de conserver une distance « journalistique » avec les artistes, même si vous nous racontez les repas qui s’éternisent ?

Ph. Barbot: Le titre Backstage a été l'objet de longues tractations avec l'éditeur. J'aurais préféré un titre en français plus clin d'œil (genre "Héros et Vilains", allusion à un morceau des Beach Boys) mais au bout du compte je pense que Philippe Rey a eu raison. Le titre, même s'il peut être trompeur, claque et accroche. Et puis ça sonne mieux que "Coulisses", non ?

Quant aux amis, c'est affaire de vie privée. Les relations journalistiques, donc professionnelles, sont, elles, d'ordre public. La différence s'arrête là, mais elle est cruciale.

 

- Vous évoquez deux/trois fois dans le livre comme il est difficile de poser des questions originales (ça m’a relaxé du coup au moment de vous poser les miennes) , et vous portez parfois un regard amusé sur vos propres questions (ou vous décrivez comme avec Lou Reed comme une interview peut réussir sur un détail ou une question)… L’exercice de l’interview classique et de sa reproduction telle quelle vous a-t-elle moins intéressé tout au long de ses années que la rédaction d’un article relatant la rencontre ? Est-ce uniquement par plaisir de l’écriture ? Je ne crois pas d’ailleurs que vous vous soyez intéressé à la radio qui se prête sans doute mieux à cet exercice ?

Ph. Barbot: A l'interview classique, questions-réponses, j'ai toujours préféré l'exercice du portrait, émaillé de citations. Qui, il est vrai, oblige à un effort d'écriture, ce qui n'est pas pour me déplaire. Une interview, pour moi, est surtout une prise de contact qui, dans le meilleur des cas, peut aboutir à un dialogue (sauf dans le cas de Lou Reed…).

Quant à la radio, j'en ai fait il y a quelques années (France Bleu) et j'ai trouvé ça aussi physiquement éprouvant que diablement excitant.

 

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

- Une des choses agréables du livre c’est cet effort de transmission, et cet amour de la musique qui transpire… Vous dites bien dans le livre que vous détestez quelques trucs dans le livre, mais on sent un regard bienveillant. Que pensez-vous des collègues qui se font un peu une spécialité de ne rien aimer ? (je pense à Ungemuth par exemple*). Quels sont les gens que vous appréciez ou les « grandes » plumes de « critic rock » en France ?

* qui déclare par exemple : « le rock français aujourd’hui ? N.U. : Je ne suis pas un bon client pour toi parce que je n’ai jamais écouté de rock français de ma vie, en dehors des Dogs et éventuellement de Métal Urbain. Le rock est anglo-saxon et les Français n’ont rien à y faire. Je trouve que les langues anglaise, italienne ou portugaise sont musicales, mais pas le Français ou l’Allemand. Moi, Wagner, je n’écoute que les ouvertures. Dès que ça chante, je m’en vais. « Le principe même de nouveauté, je n’en ai rien à foutre ! » -Il y a des groupes récents que tu aimes ? N.U. : Non, pas du tout ! Le principe même de nouveauté, je n’en ai rien à foutre ! »

 

Ph. Barbot: Je préfère la mauvaise foi talentueuse aux postures formatées. Les "rock critics" français (oxymore) qui ne se sont jamais remis de la lecture de Lester Bangs, m'amusent plus qu'ils ne m'agacent. Je me considère avant tout comme un journaliste, spécialisé musique par passion, non comme un critique exerçant sa plume par humeur. Pour les noms de confrères, je me contenterai de la réponse de Gainsbourg : no comment.

 

- Vous avez fait un disque de chansons en 2012, et vous avez dit que Murat avait été le premier à l’écouter… Pouvez-vous nous en dire plus ? Vous souhaitiez son avis en particulier ? Est-ce un hasard?

Ph. Barbot: Je lui ai glissé le disque discrètement dans son sac, dans les loges de je ne sais plus quel concert. Quelque temps après, il m'a envoyé un mail me disant qu'il avait apprécié, qu'il écoutait le disque sur la route en tournée, mais que maintenant, il fallait m'attaquer à la suite... Ce que j'ai fait, puisque mon deuxième album, Dynamo, réalisé par l'excellent Bertrand Louis, est terminé.

 

- Vous vouliez faire un deuxième disque différent. Le sera-t-il? et en quoi? Et quand va-t-il sortir? Toujours chez Believe?

Ph. Barbot: Le deuxième album est presque entièrement électro. Il a été joué et enregistré à quatre mains, en compagnie de Bertrand Louis. Il est aussi, je crois, beaucoup plus sombre que le premier. Vous pouvez en avoir un court aperçu (auditif et visuel), grâce au premier clip (ci-dessous).

Le disque sortira en digital chez Believe, sans doute à la rentrée. Pour le physique, pour l'instant sans label ni distribution, on verra. Si vous avez des idées, je suis preneur...

 

https://www.youtube.com/watch?v=FFQJNgQOOCk&feature=youtu.be

 

 

Merci Philippe Barbot!

Interview réalisée par mails du 28/03 au 04/04/2015 (ça n'a pas trainé). Il n'est pas question du livre "Coups de tête" puisque Philippe en ignorait l'existence. Désolé que les questions soient plus longues que les réponses. Ultime précision: j'ai acheté le livre "Backstage" (à la FNAC d'Annecy).

 

La suite avec les articles signés Barbot :

http://www.surjeanlouismurat.com/2015/04/philippe-barbot-suite-ses-articles.html

Inter-ViOUS ET MURAT- n°18   : Philippe BARBOT

LES LIENS EN PLUS:

-Site officiel:

http://phbarbot.com/

- Le blog de Philippe Barbot sur yahoo:

https://fr.news.yahoo.com/blogs/c-est-ma-tournee/

- Le livre Baskstage, http://www.philippe-rey.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=264

Avec sa plume alerte et amusante, on y retrouve les grandes rencontres de P. Barbot (avec que des très grands noms), un peu de coulisses, de vécu, la vie du journaliste qui n'en oublie pas d'être fan, mais surtout des mini-bios sélectives, des portraits... très intéressants, notamment pour ceux qui comme moi ne savent pas tout sur tout.

- Le premier album "Point barre": http://www.deezer.com/album/1418755

http://musique.fnac.com/a4060959/Philippe-Barbot-Point-barre-Exclusivite-Fnac-CD-album

 

PS: Pensez à vous abonner au blog en laissant votre mail à droite dans la case Newsletter, ou sur Facebook (avec les notifications) sur la page du blog de Pierrot.

Partager cet article

20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 22:50

Calexico in Köln (E Werk) le 20 avril 2015

Il n'y avait pas de brouillard pour franchir le Rhein grande
J'ai lu E-Werk Koln
Mais tu es qui, toi?

Calexico ... Que je n'avais que survolé... Profondément bête que j'étais

Too tough to die
ça c'était les Ramones... trop vieux pour les découvrir, moi plutôt...


Je ne voyais plus dans la culbute franco-française... plus rien à devoir aux ricains.

Aimer
Mais qui peut sans façon être sûr

En terre Allemande, ce soir, j'étais
d'Arizona (il parait que c'est loin l'Arizona...)
L'âme et le cœur cher Al
Tout à la fois


Hey! Joey, John,
Are you sure, les gars?...
Oui je vois mieux qui je suis moi là

Avec Calexico ... Je dis Calexico, Calexico

Calexico à Cologne   20 avril

- 2 très bonnes heures de concert, une petite partie pour le nouveau album que l'on dit pas le meilleur... mais c'est pourtant avec le titre en espagnol y figurant que l'ambiance se réchauffe tout-à-fait: Cumbia De Donde et le tubesque Falling from the sky... Les deux trompettes mettent le feu (avec l'allemand Wenk que j'avais vu chez Eicher), et les musiciens changent d'instrument, Joe laisse le micro pour deux titres au trompettiste, l'accordéon, le xylo, la jolie guitare énergique de Depedro (Jairo Zavala) qui slide parfois comme un vrai gars du bayon... Joe qui n'a certainement pas la plus belle voix du monde, ni le charisme exceptionnel... mais quand il livre un titre presque solo, le charme opère... Et John a plus que jamais l'air de Buddy Holly qui aurait décidé de rater un avion... Voilà... je viens de rentrer d'Arizona, un Arizona plein d'espagnol, d'allemand, d'un bout de français, de pop anglaise...

Ils sont au TRIANON le 26 avril. Il reste des places. A Cologne, il y avait 2000 personnes.

Merci Véro d'avoir sonné le rappel!

Set-liste (sur fb officiel)

PS: Voici ce que dit LE LIEN DEFAIT sur la relation Murat/Calexico:

"C'est Denis Clavaizolle qui est à l'origine de la collaboration de Murat avec le groupe de Tucson : "Je l'ai encouragé à contacter les gens de Calexico parce que j'aimais beaucoup OP8 ainsi que leurs propres albums."

Murat rencontre Joey Burns (bassiste) et John Convertino (batteur) dans les coulisses du New Morning fin 1998. Joey Burns raconte "Il nous a laissé ses albums, qu'on a écoutés. Sa voix nous a plu et on l'a recontacté pour lui dire qu'il était le bienvenu à Tucson s'il voulait qu'on travaille ensemble".

Leurs échanges se poursuivent pas e-mails et quelques mois plus tard, Murat débarque en Arizona avec des maquettes bien avancées du futur Mustango. Joey Burns explique : "Nous n'avions qu'à jouer par-dessus ce qu'il voulait entendre. Il avait suffisamment de chansons pour se sentir sûr de lui. Pour le titre Bang bang par exemple, il avait une bande avec le squelette du morceau. Nous avons apporté les muscles, la peau et quelques organes."

En fait, Murat sait précisément ce qu'il attend de Calexico : "Je suis fasciné par le son de leur rythmique, ce son chaud fabuleux de la batterie et de la contrebasse. Pour moi, le rock est avant tout une affaire de section rythmique. Burns et Convertino, ils ont ce que n'ont pas la plupart des groupes. Ils sont comme les Stones ou Creedence, on reconnaît leur rythmique en un quart de seconde." Un point de vue que Joey traduira à sa manière : "Il voulait seulement une touche de Calexico, ma basse et la batterie jouée avec des balais de John." Dès lors, pour Calexico, la tendance sera à l'épure : "John et moi avions tendance à jouer beaucoup de notes, dont les chansons de Jean-Louis n'avaient pas besoin. Ce fut une leçon de minimalisme pour nous."

Sans doute les musiciens de Calexico auraient-ils aimé aller plus loin, car la collaboration semble leur avoir laissé un peu de frustration : " Nous avons manqué de temps pour développer le dialogue musical, qui entre parfois plus dans le temps simplement passé ensemble que dans les répétitions. Nous avons peu composé ensemble. Nous avons seulement écrit Viva Calexico ! et une autre chanson qui sera peut-être sur une face B. Il nous a dit qu'il aimerait revenir à Tucson pour expérimenter la composition collective. On a travaillé ensemble quelques jours, puis il est parti dans le désert et on l'a très peu revu."

Après une vingtaine de jours, Murat retournera à New York pour faire d'autres rencontres qui aboutiront à Mustango.

Joey Burns gardera d'excellents souvenirs du temps passé hors du studio, à faire découvrir à Murat les restautants et les boutiques d'instruments de musique de Tucson : " Nous avons appris à connaître Jean-Louis en passant du temps ensemble dans les restaurants mexicains, à l'écouter parler de ses expériences. (…) On s'est beaucoup amusés avec lui, j'ai beaucoup aimé les histoires de Jean-Lo
uis, il a beaucoup d'expériences à partager."

[Toutes les citations sont extraites de "Murat en Amérique", supplément des Inrockuptibles consacré à Mustango.]

http://www.casadecalexico.com/"

Partager cet article

19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 11:06

Hier, et ce disque PIAS NITE en beau cadeau pour clôturer l'année BABEL, je me disais de plus belle: C'est la quille! Oui!! Murat va m'offrir des vacances! S'arrêter un peu! Bien sûr, il y avait cette ombre menaçante sur mon repos: cet enregistrement annoncé pour dans une dizaine de jours... mais j'avais déjà planté un parasol au dessus de mon ordi... et Koloko, ce fichu rendez-vous, cet oasis dans le désert de l'actualité que j'aime à traverser comme un Théodore Monomaniaque...

Et là, mais merde!!! quoi!! C'est dimanche!! PFFFUU...

Non mais c'est pas possible de prendre des vacances?

1) D'abord, alors que j'étais pourtant décidé à aller expier mes fautes à la messe... ou à l'apéro, une émission suisse sur RADIO CHABLAIS... Le plus gros a déjà diffusé, mais on nous promettait une version "étendue"... Elle l'a été, mais surtout du fait de nombreux titres diffusés.

Voici l'émission à télécharger (Murat est au téléphone, ce n'est pas top):

http://dl.free.fr/kOcKkG57m

2) Et puis voilà... vlan, vlà ce qui tombe à l'heure du tian:

Le premier concert d'octobre 2015 annoncé!! enfin préannoncé! PFuu... comme s'ils pouvaient pas attendre tiens!! Et en plus, c'est encore dans le Nord! Quand on parle des privilégiés du nord!! Toujours le soleil, le bon air, et des centaines de concert de Murat à portée!

Ça sera à ARMENTIERES.

http://www.lavoixdunord.fr/region/armentieres-au-vivat-une-saison-engagee-en-attendant-ia11b49726n2780996 Une salle "engagée"...

PS: je m'amuse bien sûr... Des vacances? Il n'en était pas question: y'a pleins de travail à faire (de l'exclusif, de l'inédit, et des petites choses en retard, et même un peu de sang peut-être...)... Il paraitrait même possible que je sois à Koloko au bout du compte...

Partager cet article

18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 14:07

1) La journée se termine... mais bon, on va quand même se refaire un petit article sur le disquaire day.  C'est curieux mais le live proposé par PIAS a un peu plus de succès que le petit 45 Tours "il neige" d'il y a deux ans.  On le trouve en vente sur certains sites déjà à des prix exhorbitants... Ne les achetez pas là-bas, et attendez de trouver le stand de Jocelyne!


QQ liens sur l'événement:

http://france3-regions.francetvinfo.fr/limousin/2015/04/17/venez-defendre-les-disquaires-independants-706613.html

http://www.lest-eclair.fr/256339/article/2015-04-16/disquaire-day-faites-le-plein-de-vinyles-samedi-a-troyes

http://www.lejdc.fr/nievre/mag/culture/musique/2015/04/17/paris-nimes-marseille-les-activites-prevues-a-l-occasion-du-disquaire-day_11408929.html

Opération spéciale avec RADIOFRANCE (on pouvait y trouver des disques)

http://www.radiofrance.fr/espace-pro/espace-presse/communiques-de-presse/2015/04/radio-france-s-associe-au-disquaire-day-et

 

DU côté des inrocks:

PIAS NITE en vinyle et anecdote de concert de 2003

Et de Télérama: http://www.telerama.fr/sortir/disquaire-day-2015-notre-selection-de-vinyles-a-ne-pas-rater,125513.php?hc_location=ufi

"Enregistré lors d'un show happening dans une micro-salle parisienne, avant la sortie de son excellent Babel. Le chanteur ronchon au mieux de sa forme débridée avec le soutien (rare) du mini big band auvergnat DELANO ORCHESTRA"

Voici l'objet, avec des photos piquées sur fb chez les amis Henro et Pierre K.

PIAS NITE en vinyle et anecdote de concert de 2003
PIAS NITE en vinyle et anecdote de concert de 2003
PIAS NITE en vinyle et anecdote de concert de 2003

2) Il y a une rediffusion d'Alcaline ce 16/04, ce qui a suscité quelques tweets autour de la déclaration de Murat sur Mac Cartney... C'est 50/50, 50 "drôle"/ 50 "con".

@benouilleDANCE

Jean-Louis MURAT...j'aime souvent sa musique mais là, en interview t'as juste envie de lui foutre des baffes.... #Alcaline

·@alexis_patri

"Ceux qui meurent jeunes restent des idoles, pas comme Paul McCartney". Décidément Jean-Louis Murat l'aime plus. #bestofAlcaline #Alcaline

· @AchrafMOUSSIgnr

Jean-Louis Murat est en train de chier sur @PaulMcCartney comme pas possible! mais ça reste drôle #Alcaline

· @alexis_patri

"Paul McCartney, c'est le Jacques Chirac de la chanson" Jean-Louis Murat. Je vais aimer ce best-of d'#Alcaline.

· @segotweed

Jean-Louis Murat avant,il était beau et con. Maintenant,avec le temps,il est juste con.

3) Le concierge de l'ancienne Belgique de Bruxelles a été interviewé... et a joué le concierge sur Murat...

Je vous ai mis l'extrait-là:

Le concierge en rajoute un peu... Les musiciens: il n'y en avait que 2!! Et le concert avait duré plus de 45 minutes...

L'interview dans son intégralité ici:

http://focus.levif.be/culture/musique/focus-brolcast-dans-les-coulisses-de-l-ancienne-belgique/article-normal-389735.html

Deux articles de l'époque, le premier notamment, loin d'être négatif:

http://www.lalibre.be/culture/musique/jean-louis-murat-comme-un-songwriter-auvergnat-51b8806ee4b0de6db9a95302

http://archives.lesoir.be/musique-a-l-ancienne-belgique-quand-murat-rale-le-publi_t-20031017-Z0NN5V.html

Partager cet article

16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 13:37

Ce petit cachottier ! Il n’a pas résisté à l’appel de Montceau (entre un ou deux râteaux en proposant  des Inter-vious et Murat) !

 Ce 10 avril, ce bon morceau de saligaud  de M  fit donc  un saut à Montceau LM pour JLM sans que je le susse et a tardé à sceller à la mine le sort d’un sautillant billet sur le concert… Le  voici donc…

Murat, en petits monceaux de frissons...*

 

En souvenir d'Émilie et de son Papa...

Il nous parut bien tristounet l'étang jaunâtre du jardin Lecoq de Clermont-Ferrand, lorsque nous le revîmes samedi matin, comparé au vaste lac Saint-Pierre du parc Maugrand. Allongé dans l'herbe, au bord de l'étendue majestueuse et calme, une fois surmontée la tentation d'une baignade sauvage (effets secondaires du Cahier bleu, sans doute...), nous aurions aisément pu en oublier qu'un concert de Jean-Louis Murat était programmé le soir-même, à deux pas de là. De rares promeneurs, des chevaux, des ânes, des cygnes, des canards – et puis ces bornes informatives retraçant le passé minier du parc, situé sur d'anciens puits d'extraction. Sont évoqués la dynastie des Chagot, l'évolution technique des lampes, les coups de grisou (décembre 1867, puits Cinq-sous : 89 morts), les grèves historiques (105 jours consécutifs en 1901). Rien sur l'état de santé des anciens mineurs, mais il aura suffi de converser, chemin faisant, avec un vieux Montcellien, pour entendre parler silicose et poumons ravagés. Nous sommes à Montceau-les-Mines, par une après-midi ensoleillée, le 10 avril. Sur le calendrier républicain, le mois de Germinal.

JL MURAT à MONTCEAU par M.

Un verre de Chablis et quelques heures plus tard, nous traversons le canal du Centre et pénétrons dans le hall de l’Embarcadère, espace culturel polyvalent d'une taille très respectable pour une ville de 20 000 habitants. De cette population, on ne retrouvera cependant qu'un mince échantillon à l'intérieur – 300-400 personnes dans une salle pouvant en accueillir 900, une affluence moyenne pour un JLM qui ne s'est pas souvent produit en Bourgogne au cours des dernières années. L'optimisme nous incitera à songer que le fait qu'il reste un peu partout dans le pays des gens disposés à dépenser, de temps à autre, une trentaine d'euros pour prendre des nouvelles de l'auteur de "Si je devais manquer de toi", "Au Mont Sans-Souci" ou "Amour n'est pas querelle" (autant de standards qu'il n'interprétera évidemment pas ce soir...) est une donnée encourageante. À l'approche du coup d'envoi nous nous faufilons vers le premier rang, où, bien enfoncé dans notre fauteuil afin de ne pas gêner la voisine de derrière, nous assistons à 21h00 à l'entrée des artistes. Quatre musiciens, quinze titres, du 100 % Babel – que dire de plus de l'antépénultième concert d'une tournée déjà abondamment commentée ici ou ? Une poignée de sensations et réflexions éparses, éventuellement...

JL MURAT à MONTCEAU par M.

Noter, pour commencer, que cette tournée entamée voici dix mois aura permis de confirmer sur la durée la qualité de certains titres phares du dernier album. "Le blues du cygne", par exemple, avec le gimmick imaginé par Alex Rochon, demeure efficace malgré le changement de casting. Il est interprété ce soir sur un tempo très enlevé, ponctué par les claquements de mains de Chris Thomas à la fin des refrains. "Mujade Ribe" ("Vlà la beurrée", en patois bourguignon), joué dans une version assez funky, avec un Thomas remuant, offre à JLM l'occasion de se lâcher un peu à la guitare, tandis que la trompette originelle résonne dans notre tête en accompagnement subliminal. "Frelons d'Asie" ne dégage certes plus le même magnétisme qu'au New Morning, mais a gagné en tonicité, grâce aux trois acolytes déchaînés du meneur de jeu. Doté de tels morceaux (plus quelques autres) à la maturation fertile, Babel restera au final comme un très bon cru dans l’œuvre de Murat.

Cet album n'est pourtant pas parfait et l'on pourrait y trouver sans peine des chansons plus faibles. Mais c'est justement l'un des plaisirs de ce concert que de nous inviter à en réévaluer certaines. Telle ce "Chant soviet" initial, long, lourd et grave, paré d'une lumière rouge-URSS, qui nous donnerait presque envie de l'extraire de la poubelle où nous l'avions jusqu'à présent relégué. "Tout m'attire", dans un autre registre, se révèle ici une douce et agréable parenthèse (juste après une "Noyade au Chambon" boostée par les applaudissements du public), solidement structurée en quatre mouvements distincts (sifflements inclus). Voilà d'ailleurs un mérite de JLM ce soir : ne pas étirer systématiquement ses morceaux en se lançant dans d'interminables ponts, penché sur le manche de sa guitare. Même si l'on goûte ce genre d'échappées, la capacité du musicien à livrer des versions condensées et carrées de plusieurs compositions valorise, par contraste, les envolées instrumentales qu'il s'accorde à d'autres moments. Quant à l'ineffable "Chèvre alpestre", embellie par la contrebasse et un chant particulièrement sensuel, on se surprend à lui trouver une parenté avec "Le revolver nommé désir". Et de fait, quoique les rythmes et l'atmosphère diffèrent, la supplique de l'épouse patiente de 2014 : "Tu vas pas nous faire la tête le mardi / Nous faire croire qu'Davy Crockett est pas gentil" n'est pas sans évoquer celle de cette amante lilithienne d'une nuit de 2003 : "Tu m'files les pétoches / Redeviens léger léger / C'est en plume que je t'adore". Ainsi la scène nous permet-elle, au détour d'un nouvel arrangement ou d'un changement d'interprétation, de détricoter, puis de retricoter à l'envi la discographie d'un artiste chéri.

Pour le plaisir, une petite piqûre de nostalgie et de frelons...

On le sait, les spectacles de Murat sont sponsorisés par Rire et Chansons. La partie sketch de la soirée se situe cette fois dans la moyenne, ni outrancière, ni hilarante. Se plaignant d'une angine purulente et d'un doigt endommagé par un accident de tronçonneuse (vous savez, celle qui est rangée à l'arrière du break, à côté de la contrebasse...), JLM se lance dans une involontaire mais coquasse séquence "Pansement" d'environ cinq minutes, sorte d'hommage inversé au Capitaine Haddock (ici, le sparadrap ne tient pas...) ou de salut discret à Pierre Richard, son successeur sur la scène de l'Embarcadère ce mercredi. Il se fend aussi d'une prévisible allusion à l'Habitat Montebourg (ex-élu du département), puis, après avoir cité le nom du Delano Orchestra, annonce l'enregistrement imminent d'un nouvel album avec ses actuels partenaires de jeu.

La voilà la bonne nouvelle de la soirée ! Car l'entente entre les trois musiciens (dont deux sont nouveaux) et ce chanteur que certains s’obstinent à dépeindre en ours misanthrope semble bien réelle et participe évidemment de la réussite du concert. Chris, from Missouri, se montre le plus enthousiaste, donnant l'impression de se régaler, que ce soit à la basse, à la contrebasse ou lorsqu'il empoigne une percu pour endiabler "Neige et pluie au Sancy". Sa belle voix, grave et profonde sur "Col de Diane", avec ses "ooh-ooh" en réponse aux "aïe-aïe" du chanteur, nous fait même regretter qu'il n'intervienne pas plus souvent comme choriste. Gaël Rakotondrabe, lui, est nettement moins expressif, affichant un flegme non-dénué de second degré. Mais il se montre brillant derrière ses claviers, passant de nappes d'orgue efficaces à un piano élégant ("Les Ronces") et n'hésitant pas à bidouiller aux confins de l'électronique ("Neige et pluie"). Stéphane Reynaud, enfin, cheveux courts et silhouette affinée, fait preuve d'une belle vivacité avec ses balais. Son style, d'une légèreté aux accents jazzy plus prononcés qu'à l'accoutumée, tranche quelque peu avec la puissance pop-rock qu'il développait lors des tournées précédentes. Il faut aussi relever un fait qui n'a rien d'anodin : c'est la première fois depuis longtemps qu'un clavier s'intègre d'une façon aussi harmonieuse au sein de la formule guitare-basse-batterie de JLM. Un bon point à mettre au crédit des trois musiciens – Rako en tête.

JL MURAT à MONTCEAU par M.

Le pansement collé, la promo effectuée, l'avenir esquissé – retour aux chansons pour un final éblouissant. D'abord avec un "Long John" très doux, où la contrebasse, le piano et les caresses de Steph à la batterie parviennent (presque) à compenser l'absence de Morgane Imbeaud aux chœurs. Puis c'est "Chagrin violette", beau morceau qui pâtit sans doute de sa position lointaine sur le disque, interprété ce soir dans une version à la fois très rythmée et très mélodieuse. Gaël se décontracte et répond aux sourires de Chris, dont le plaisir ne paraît pas décliner à l'approche de la fin. Il faut dire que le meilleur est à venir, avec un rappel monstrueux : une longue introduction sombre et poisseuse, avant que n'émerge de ce chaos "Qu'est-ce qu'au fond du cœur" sous les oripeaux d'un blues ancestral d'une rare noirceur, où les griffures électriques de JLM se mêlent à d'obscures paroles en anglais, qui tirent le morceau vers une sorte de transe. Le genre de final qui rend inutile toute demande de rab : le concert est terminé et sa conclusion fut magnifique.

Sommes-nous seul à avoir (par déformation d'amateur) apprécié ce concert ? Il semblerait que non. Si l'on entend bien une ou deux remarques sur le manque de communication du chanteur, les spectateurs qui s'attardent nombreux dans le hall de l'Embarcadère ont l'air satisfait. Le stand de Jocelyne est assailli, vinyles, cd ou affiches sont achetés, puis aussitôt présentés à l'artiste pour dédicace. Murat est avenant, il signe et contresigne, consent aux photographies (juste derrière un panneau interdisant... les photos), revient volontiers sur ses pas vers les retardataires. À la chargée de communication de la salle, qui lui demande une signature pour l'ancienne directrice partie vers d'autres contrées, il lance un énergique : "Venez dans ma loge !", proposition inattendue qu'elle finit par accepter, après un temps d'hésitation. Elle ressortira indemne et charmée. La soirée se termine ainsi aux alentours de 23h30, dans une atmosphère chaleureuse.

Et c'est un point, là encore, sur lequel il convient d'insister. À force de se vouloir "imbuvable", JLM a si bien manœuvré au fil des ans que même lorsqu'il se montre courtois et aimable, il traîne avec lui l'image d'un chanteur peu sympathique. Si un jour un écrivain décidait de se lancer dans une biographie de l'artiste, il lui faudrait donc décrire avec soin, au-delà de ses manières parfois rudes ou carrément grossières, la chaleur diffuse, le réconfort et les émotions troubles que peut procurer une prestation scénique de Murat. C'est en tous cas empli de semblables sensations que nous quittons – à regret – l'Embarcadère pour nous diriger vers la gare de Montceau, l'âme provisoirement apaisée et le cœur brûlant d'un feu qui, comme indiqué dans le morceau final, "livre Bataille à la nuit"...

M.

Comme dirait Manset, "Aimez-vous les uns les autres ou bien disparaissez !"...

Comme dirait Manset, "Aimez-vous les uns les autres ou bien disparaissez !"...

**********

Sur ce même concert, le point de vue d'un vieil amateur de Murat, qui n'avait pourtant jamais eu l'occasion de le voir sur scène (il y en a !). Impression mitigée à découvrir chez ce blogueur qui semble réussir à quasiment tenir le rythme d'un article par jour (alors qu'on connaît des lambins à qui il faut une semaine pour écrire un CR...) :

http://www.manitasdeplata.net/archives/2015/04/14/31888449.html

**********

RAPPEL : Si le Babel Tour s'est achevé lundi soir au Palace, The Delano Orchestra sera encore présent sur scène ces prochaines semaines, notamment le 25 avril au Printemps de Bourges (on a beaucoup parlé du prolétariat au début de cet article, mais il ne faut pas oublier les Bourgeois...). Plus d'information sur la page Facebok du groupe et sur celle d'Alexandre (désormais) Delano. Et comme nous le signalait Yeult tout récemment, Morgane Imbeaud participera avec l'un de ses nombreux projets au Festival Voix de Femmes de Maury, le 12 juin prochain.

 

* : Les plus attentifs l'auront noté, la formule du titre est empruntée à Silvain Vanot (plus de détails ici).

Partager cet article

16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 12:05

En attendant les impressions de notre reporter spécial très précieux (et non spécieux) sur le concert de MONTCEAU, voici un autre compte-rendu avec photos:

http://www.manitasdeplata.net/archives/2015/04/14/31888449.html,

Sur le PALACE, on trouvera quelques mots là:

http://carmadou.blogspot.de/2015/04/jean-louis-murat-au-palace.html?spref=fb

Un petit mot encore de TROADEC sur MURAT, son coup de coeur du Festival MYTHOS:

http://www.ouest-france.fr/festival-mythos-les-coups-de-coeur-de-la-redaction-3331052

RAPPEL:

SAMEDI, disquaire day, avec le LIVE PIAS NITES à se procurer en vinyle (mais il devrait se trouver chez JOCELYNE également cette automne). Voici l'objet avec une jonquille d'ORCIVAL:

« Ce live de Murat avec Delano, capturé façon pirate sous les voûtes d’une petite salle parisienne, est le genre d’objet jouissif que l’on adorait jadis se passer sous le manteau.» Les Inrockuptibles

Façon PIRATE? On espère au contraire une qualité maximale!

Retours sur le PALACE et MONTCEAU

Et je vous le répète : le concert pour l'association CLERMAUVERGNE, ça sera finalement le 20 juin... et il semble que les fans aient décidé de venir en nombre ! Alors décidez-vous rapidement!

Partager cet article

14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 06:19

Les derniers concerts ont laissé des impressions mitigées. Murat semblait un peu fatigué, à Rennes (2e soir), son problème de main semblait réveiller pour certains (il aurait joué peu de guitare sur certains morceaux) mais à Bourgoin, c'est les oublis de textes qui auraient été nombreux (Murat jouant alors beaucoup de ponts pour se rattraper...). C'est un peu contradictoire... C'est normal, c'est Murat... [EDIT: en fait, point de tendinite, mais une blessure de tronçonneuse, a-t-il dit à Montceau, avec une angine!]

Allez, en attendant les contradicteurs, voici un petit mot de Pierre K. sur le concert d'hier:

"dernière date à paris pour murat. Concert assez proche de celui de Creil. Tres long a venir mais de bons moments ici et là. Je regrette quand même le Delano et Morgane. Murat pas tres causant mais regardant la salle, assise, a eu ce bon mot : "C'est chiant ce type de salles. On a l'impression de baiser une morte". Le public s'étant réchauffé vers la fin, il dira : "bon bah ça va, la morte s'était juste endormie". Moi j'ai beaucoup rigolé. Pour en avoir parlé après avec deux trois personnes, ce n'était pas le cas de tout le monde.

Ce n'était clairement pas son meilleur concert, ni la meilleure formation sur scène. Tout le monde y met de sien mais la mayonnaise ne prend que pour quelques chansons Nous n'irons plus au bois, Mujade Ribe, Noyade au chambon, et toute la fin. Personne ne comprend pourquoi il commence avec des chansons assez faible comme chant Soviet , la chèvre aplestre, etc..

Sinon, du beau monde dans la salle : Julien Doré, Eric Reinhardt, Silvain Vanot, Frank Loriou, Antonin Lasseur et Marjolaine Piemont (le duo que nous avions formé pour la soirée Livre UNPLUGGED), JP Nataf, Mathieu du Delano et j'n'ai pas vu tout le monde"...

On peut ajouter Fred Jimenez, Laetitia Masson et Armelle Pioline au rayon people.

NOTA BENE IMPORTANT:

SOIREE POUR CLEMAUVERGNE vient de changer de date: ça sera une semaine plus tard qu'annoncé au départ: le SAMEDI 20 JUIN. http://www.lacoope.org/concert/jean-louis-murat-chante-pour-clermauvergne-humanitaire-0

La fin de l'épisode BABEL à PARIS... LE PALACE

Partager cet article

12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 20:09
Un retour en mots et en image sur RENNES

Intéressant d'avoir le retour d'une néophyte... qui a eu qui plus est la possibilité de multiplier les photos... A lire ci-dessous:

http://alter1fo.com/retour-sur-mythos-2015-murat-entre-chien-et-loup-95097

'Il a beau avoir été programmé dans une salle à 15 bornes de Rennes, Jean-Louis Murat a joué deux soirs de suite à une heure tardive à guichets fermés pour Mythos. L’enfant terrible de la chanson française n’a pas failli à sa réputation, tant musicale, qu’invectivante. Pour mon baptême de Murat, j’ai été servie… Babel est un bel album, nourri à la poésie de l’auvergnat et aux histoires qu’il aime à raconter. On le suit sur les traces de son terroir (Neige et pluie au Sancy), dans ses souvenirs (Chagrin Violette), sur les traces de l’Histoire et de la guerre (Noyade au Chambon), dans ses déclarations d’amour (Tout m’attire), lui le « romantique qui s’ignore ». 1h45 de concert, ce sont 15 titres chantés sur les 20 que compte l’album devant un parterre conquis. Certains étaient même déjà là hier soir… L’artiste harangue le public, râle, éructe, crache du venin sur un certain Dominique, pratique le free hug démonstratif avec ses musiciens tout en les engueulant gentiment plus tard et remercie le public d’être venu du fond de son cœur de chanteur français.

La suite ici

les photos:

https://www.flickr.com//photos/alter1fo/sets/72157651897030702/show/

Partager cet article

11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 20:00
Et un nouvel album...

Jean-Louis Murat était à Montceau Les Mines hier soir... et il a indiqué qu'il se mettait à enregistrer son nouvel album d'ici 15 jours... et avec ses musiciens actuels. Les fans ardents seront ravis qu'un opus soit gravé avec les excellents Chris et Gaël (on ne parle plus de Stéphane Reynaud), les grincheux, les "c'était mieux avant" diront que ce n'est pas la promesse d'une production très originale. En tout état de cause, Murat maintient sa cadence... et on devrait donc le retrouver à l'automne dans les bacs et sur scène.


Ce soir, c'était à Bourgoin... chez moi... Je me console avec de belles vacances...

Et un nouvel album...

Partager cet article

Présentation

  • : Surjeanlouismurat.com, le blog de Pierrot
  • Surjeanlouismurat.com, le blog de Pierrot
  • : L'actualité et l'histoire de Jean-Louis Murat, Site non officiel.
  • Contact

ACTU :

 

 - Prochains Concerts: ici  

- Retrouvez des interviews exclusives:   F.Hardy, J.Cherhal...  dans la catégorie "Inter-vious et murat".  Les deux dernières interviews: Jérome PIETRI et Benoit Laudier

- Le Double album BABEL est disponible chez PIAS

- Samedi 21 Février: Soirée Livre Unplugged MURAT, avec Le Blog de Pierrot, à la Bellevilloise,  concert exceptionnel de BERTRAND LOUIS, avec OLIVIER NUC, + guests.

Recherche