31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 09:41

 

Ah, on s'est fait du mal dans l'article précédent, oui, je sens que ça vous a énervé, hérissé, que vous avez eu envie de jeter votre livre de Mikaïloff à la poubelle, mais tous les goûts sont dans la nature, même si Murat y est beaucoup dans la nature.

Allez, zou, séance de spa pour oublier tout ça, vous drainez, vous détendre, vous caresser dans le sens du poil  (même...xxxxxxxxxxxx [private joke running gag effacé par la rédaction suite à une plainte du Syndicat des barbus de Clermont]).

 

- D'abord, détente auditive au doux son de l'accent québecois émis par un journaliste comme qui dirait bien typique... Une chronique de LA PRESSE en une minute que c'est écoeurant que ce soit trop court t'sais, caribou.

http://www.lapresse.ca/videos/arts/201410/29/46-1-jean-louis-murat-battre-la-campagne.php/514dbff30824448fadd3006f64bcba90

The Delano Orchestra est qualifié de "groupe français le plus américain" et de ce côté-là, on sait ce que c'est les Etats-Unis t'sais.

"un disque à mettre au sommet de sa discographie".

 

 

 

-  Et ensuite, sur le site "A DECOUVRIR ABSOLUMENT", une chronique signée Jean THOORIS... qui parle peu de BABEL... mais dresse des lauriers à Murat...  Mais je ne suis pas totalement d'accord avec ses propos: les fans du départ sont en partie toujours là... et elles ont même été rejointes par les groupies d'INDOCHINE... même si c'est vrai qu'il ne doit avoir beaucoup de lectrices de ELLE (quoi que: ce journal n'a pas abandonné Murat, lui).  

EXTRAIT:

Car entre Murat et nous, c’est une question de confiance. La certitude d’une qualité constante ou évolutive. Entre Murat et nous, ça ne triche pas. Déjà, le flot des envolées lexicales ne connaît aucun tarissement. Murat, de tout temps, est marié à la langue française : il s’en amuse et la transforme, il la respecte et lui rend hommage. Murat est trop passionné par la sonorité des mots pour un jour essuyer le revers de la page blanche.

Ensuite, façon Neil Young, chaque nouvel album, tout en prenant le revers du précédent, témoigne d’un état d’esprit lié à un moment X ou Y, d’un instantané de vie. Par exemple, là où « Toboggan » (cru 2013) s’avançait intimiste et serein, « Babel » (triple vinyle 2014) renoue avec le plaisir du travail en petite bande, en comité fraternel.

Enfin, qu’il s’avance à nu ou parfaitement secondé, qu’il plonge dans la mélancolie ou qu’il s’autorise diverses incartades couillonnes, Murat décroche toujours le riff parfait, l’accord stonien, l’évidence mélodique (important, le son des grattes chez Jean-Louis). Mariage idyllique : des mots charnels, un timbre éminemment érotique, des guitares savantes, absence de baratin comme de joliesse.

A lire dans son intégralité:

http://www.adecouvrirabsolument.com/spip.php?article5756

 

 

LE LIEN EN MOINS:

et oui.. y'en a pas parce que ça suffit comme ça, j'avais des trucs à faire moi, ce vendredi matin... et c'est rapé...

Après la critique critique, caressons-nous... 2 dithyrambes!

Partager cet article

31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 09:36

 

- On est en 3e semaine et donc le classement de BABEL vient de tomber pour la 2e semaine. Et malgré qu'"on se démaine", le disque tombe de 15 places, mais pas de déveine: ce n'est pas si bad. C'est le meilleur classement en 2e semaine des 4 derniers albums... mais je le répète: l'important est le volume des ventes... (que je n'ai pas eu).

 

 

Le Salon de la Rédac' RFI et des débri-coles du net

- Sur RFi, on a déjà bien diffusé le dernier BABEL, notamment la Bande passante. Dans cette émission, une fois par mois, c'est le rendez-vous des critiques.. Et BABEL a donc été abordé mercredi... et ça casse!

Ecoute et podcast:

http://www.rfi.fr/emission/20141029-le-salon-redac/

Anne Berthod de TELERAMA n'a pas suivi la carrière de Murat et dit aussi qu'elle a été surprise par la dithyrambe unanime. Elle commence par pas mal de compliments : elle a pris plaisir, a aimé l'espièglerie en opposition au souvenir qu'elle avait du chanteur (sic!), les promesses d'histoire dans chaque texte, "la vision poétique sur le monde qui disparait". "Le petit bémol": c'est mal produit, on n'entend pas ce qu'il dit... et "je n'ai pas été touché plus que cela".

Pierre Mikaïloff, ensuite, dont on sait qu'il n'est pas amateur (même s'il a accepté mon invitation sur Fb) l'avoue d'ailleurs: "je n'ai jamais trouvé Murat fréquentable". disparate, trop de chansons, mal produit, pas de direction, chansons écrasées par la batterie, on n'entend pas la voix. "on a l'impression que c'est un disque produit il y a longtemps". "Murat n'écoute pas ce qui se passe à côté et je pense qu'il devrait s'acheter un ordinateur portable et un téléphone"... Pierre devrait être peut-être écouté "Dans les oreilles de ", l'émission de Radio Nova diffusée cette semaine, où Murat égrenait ses goûts musicaux, dont des choses récentes. Le présentateur qui lui aime Murat rame et le reprend d'ailleurs en disant que Murat écoute beaucoup "ce qui se passe à côté" et se demande si les appareils audio de ces invités fonctionnent correctement! Dernière critique de Mikaïloff : Murat a "à la base une belle voix, mais je trouve qu'il chante parfois mal sur ce disque, la voix n'est pas très belle".

Le dernier critique Cyril Bahsief lui n'est pas un muratien non plus. "je trouve que Murat murit et plutôt bien, et se félicite de la collaboration avec les DELANO ORCHESTRA... mais c'est à peu près tout...

Alain PILOT, en pensant "ah, bein, si j'avais su...", conclut en nous donnant RENDEZ-VOUS LE 7 NOVEMBRE dans l'émission LA BANDE PASSANTE pour une interview de MURAT... Osera-t-il rappeler au chanteur ce qui a été exprimé dans son émission? Ça me paraitrait intéressant!

Rappel: Magic est en vente, et il contient une version live inédite de "qu'est-ce qu'au fond du coeur"!!!

LE PETIT LIEN DE RIEN DU TOUT EN PLUS:

Entre 3 pubs, quelques lignes sur BABEL sur le site Men's up.

http://www.mensup.fr/evasion/musique-concert/a,82824,zicbox-5-macy-gray-jean-louis-murat-et-ben-mazue.html

A vouloir trop en faire, Jen-Louis Murat nous avait perdu dans une discographie abondante et monotone. Depuis Dolorès, son chef-d’œuvre sorti en 1996, ses nouveaux albums nous ont laissé un goût fade. Mais Babel, le cru 2014 mûri en Auvergne, a réveillé nos papilles grâce notamment au Delano Orchestra, un groupe folk-rock lui aussi auvergnat, qui a posé les fondation de ce double album poétique et inspiré.

NDLR: Désolé pour la pub qui apparait en ce moment avec une vidéo qui se déclenche... Allez, faite moi disparaitre ça sans écouter... Si ça continue, je verrai pour paramétrer différemment peut-être.

Partager cet article

30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 17:00

Après un petit article signé sur le site d'inter, on attendait que Didier Varrod nous parle de BABEL. Il le fait en assurant le remplacement de R. MANZONI dans la chronique matinale du 7/9 ce matin. Celui que Murat (et Marie Audigier sur FB) a remercié comme à l'origine de Babel nous parle de l'album de sa plume plus sensible que jamais... et sans dire un mot d'auto-congratulation... Alors, redisons-le encore: merci Didier Varrod!

en écoute:

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=994995#

http://www.franceinter.fr/emission-pop-co-pop-and-co-8

 

J'avais mis mon réveil à 7h23 ce matin, mais le réveil n'était pas à l'heure, j'ai donc raté le début... J'ai donc profité du podcast...

 

PS: je vous avais parlé du disque L'esprit inter n°2 où figurera Murat. Il y aura bien une sortie physique (j'ai vu le n°1 dans ma médiathèque!) et pas seulement en numérique donc (comme je l'avais écrit).

LE LIEN EN PLUS:

Chronique rapide sur le site VOIR. CA

http://voir.ca/fiches/cd/jean-louis-murat-et-the-delano-orchestra/

Enregistré avec The Delano Orchestra, le nouvel album double de Jean-Louis Murat s’apparente à un festin en vingt services. Véritable mosaïque d’une multitude d’univers musicaux, Babel nous donne l’impression de survoler les cinq continents, et ce, en évitant de tomber dans le fameux piège d’un world tour cheapette. Dès le premier titre Chacun vendrait des grives, on se doute qu’on amorce alors un voyage que l’on voudra répéter de nombreuses fois. Évidemment, le paysage changera sans cesse tout au long du périple, mais à l’arrivée, on s’étonnera de la cohérence et de l’unité qui se dégage de l’ensemble. Et au-delà de tout ça, il y a les textes de Murat, sa voix savoureusement venimeuse et une âme. Et ça, ça fait drôlement du bien.

Partager cet article

29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 20:02

 

C'était donc le 29 octobre, 21 heures...Sur RADIO NOVA.

http://www.novaplanet.com/radionova/bientot-dans-les-oreilles-de-dans-les-oreilles-de-jean-louis-murat

 

Oh, "Col de la Croix saint-Morand" (oups) dit la présentatrice... pour démarrer... mais passons.

Chouette, cette émission... façon reportage confession (sans perte de temps à écouter des questions)... et une chouette BO : Gloria Lasso pour commencer...

Et puis en vrac, et de manière non exhaustive:

l'évocation de la découverte de Ray Charles, l'harmonie municipale, les deux premiers disques (des anecdotes connues cela dit), le prof d'anglais qui fait écouter Charlie Parker, les voyages en Angleterre (who, doors, Hendrix en stop...)... puis de la musique éthiopienne, égyptienne, les Talkings Heads, une évocation de ses 33 Tours vendus par un copain junkie...son goût pour les choses imparfaites plus enrichissantes et son "écoute quasi-professionnelle" des vieux disques... Et dire qu'il a commencé l'émission en se définissant comme "chanteur régional, auvergnat"....

 

L'interview tourne ensuite sur sa façon de produire... Une date de sortie, puis retroplanning: date de production, réservation studio... puis seulement écriture.

Ah, tiens, Gimme Shelter... Ah, quelle surprise! "Pour qu'il y ait une chanson, il faut un gimmick de guitare, de mots"...

Et tiens donc, diffusion de "déjà deux siècles"... chouette idée de sortir ce titre. Ah, c'est une idée de BAYON!!

Vraiment un plaisir d'entendre Murat défendre et parler de ses goûts si nombreux, plutôt que de taper sur ses collègues... Il se dit même "inconditionnel" de Mickael Jackson...Ceci dit, pas de french dans l'émission... Pour quelqu'un qui pousse les autres à chanter en français!

 

Podcast et playlist disponible à partir du 30/10:

http://www.novaplanet.com/radionova/podcast-dans-les-oreilles-de

 

 

LE LIEN D'AUTOPROMO EN PLUS DU BLOG:

Vous retrouverez Murat évoquant ses goûts avec Manoeuvre dans une vieille émission télé  :

http://www.surjeanlouismurat.com/tag/le%20gout%20de%20qui%20vous%20savez/

Et on termine avec son dernier coup de coeur. Mc Morroy.

 

Dans les Oreilles de .... sur RADIO NOVA

Partager cet article

28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 21:16

 

Mesdames z'et Dames et Mes essieux,

 

en association avec les fondateurs des soirées LIVRE UNPLUGGED

(Pierre Krause/Lauren Malka)

LE BLOG DE PIERROT   a l'honneur de vous inviter à:

affiche: ATELIER REEL. photo : P. GRESSIEN.

affiche: ATELIER REEL. photo : P. GRESSIEN.

Olivier NUC, vous le connaissez, journaliste au Figaro et ami de Jean-Louis Murat qu'il recevait il y a peu au "figaro live", il a déjà participé à des soirées Livre Unplugged et nous parlera des chansons qui seront interprétées. Il avait répondu à mes questions en mai 2010 (à lire ici).

Bertrand LOUIS était lui aussi passé en "inter-ViOUS ET MURAT", en novembre 2013, à l'occasion de son disque "SANS MOI",  qui a obtenu ensuite un "Coup de coeur" de l'académie Charles Cros. Ce disque salué par la critique était une mise en musique de textes de P. MURAY, projet surlequel Murat s'était essayé.

 

Autres liens:

http://delafenetredenhaut.blogspot.fr/2010/11/bertrand-louis.html

http://www.bertrandlouis.com/

http://www.telerama.fr/musiques/sans-moi,104540.php

 

Antonin Lasseur, que nous avions mis à l'honneur également en janvier 2014 (interview croisée avec Mathis) pour son premier album "MADE IN DETROIT",  finira la soirée, en compagnie de la délicieuse MARJOLAINE PIEMONT.... Cette dernière a notamment fait partie de l'aventure MOZART, l'opéra rock... et naturellement, elle adore Murat.

 

Il aurait peut-être été possible de faire une nuit Murat, mais le lieu ne nous le permettait pas. Néanmmoins, en plus du concert inédit et exclusif, nous espérons vous offrir la possibilité de discuter  avec un certain nombre d'invités... et c'est pour cela que nous annoncons des GUESTS : musiciens, journalistes, écrivains, photographes... Des contacts sont déjà pris et confirmés!

 

Nous aurons l'occasion bien sûr de vous en dire plus. 

Entrée libre et gratuite!

 

 Soirées LIVRE UNPLUGGED:

Page des soirées:

https://www.facebook.com/livreunplugged?fref=ts

un article:

http://toutelaculture.com/musique/interview-les-soirees-livre-unplugged-mettre-en-scene-le-portrait-musical-de-grandes-icones-du-rock-ou-du-jazz/

Page de l'événement sur FB:

https://www.facebook.com/events/734517119975169/?notif_t=plan_user_invited

Partager cet article

28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 16:57

 

Voilà donc l'article du fidèle Alain de Repentigny, dans la Presse.CA, qui a eu au téléphone Jean-Louis Murat juste avant la rencontre fnac. Des propos intéressants de Murat livrant quelques infos sur des chansons...

 

 

A lire sur le site:

http://www.lapresse.ca/arts/musique/entrevues/201410/28/01-4813384-jean-louis-murat-le-poison-de-la-nostalgie.php

 

 

"Jean-Louis Murat n'a jamais souffert du syndrome de la page blanche. «J'ignore complètement ça, je n'arrive pas à comprendre ce phénomène», répond le chanteur auvergnat au téléphone depuis un magasin parisien où il a rendez-vous avec le public.

Babel, son nouvel album en vente aujourd'hui au Québec, est une bagatelle de 20 chansons, écrites rapidement et enregistrées en 10 jours avec le Delano Orchestra.

Quand France Inter lui a proposé de chanter avec ce groupe très polyvalent  [ NDLR de Pierrot: cqfd avec Babel ]de Clermont-Ferrand, Murat s'est dit qu'il vaudrait mieux avoir de nouvelles chansons sous la main. Rien de plus naturel pour l'orfèvre de la chanson française qui a l'habitude de nous livrer un nouvel album tous les ans.

«Je n'ai pas changé de cadence. Je pédale toujours à la même vitesse et je ne me fatigue pas», dit tout bonnement l'artiste de 60 ans qui nourrit toujours des projets de toutes sortes qui s'accommodent mal de la frilosité grandissante des maisons de disques.

 

N'allez surtout pas lire dans le titre de ce nouvel album une référence biblique au monde un peu bordélique dans lequel nous visons. «J'habite à côté d'un village qui s'appelle Saint-Babel, explique Murat. Au début, je voulais appeler l'album Saint-Babel, finalement ça s'est terminé en Babel, mais il n'y a pas une symbolique particulière derrière tout ça.»

Murat a toujours chanté son coin de pays, qui lui permet de vivre en retrait du jet-set médiatique et artistique français, mais il ne l'a jamais autant fait que dans Babel. Il n'y peint pas pour autant un tableau idyllique de sa région: Neige et pluie au Sancy, Le col de Diane et Noyade au Chambon sont autant de nouvelles noires mises en musique.

«Je parle de l'alcool, de maltraitance des enfants, c'est un peu tout ce que j'ai connu et ce que je connais dans le monde paysan, convient-il. La campagne n'est pas le paradis que peuvent penser les citadins; il y a autant de turpitudes, de problèmes et de choses terribles que ce qui peut se passer en ville.»

La chanson démagogique

Dans une récente interview en France, Murat s'en est pris à la «chanson démagogique» à la Alain Souchon. Il s'explique: «Chez vous c'est la même chose, la chanson populaire aide de plus en plus à faire passer la pilule d'un pouvoir, ou d'une déstructuration, qui ne nous convient pas.»

«Moi, réellement, je me sens investi de cette responsabilité de dire aussi que les choses ne sont pas comme on le pense et que les choses ne vont pas dans le bon sens comme on pense les faire aller. Sans faire d'idéologie.»

Murat se méfie tellement de la chanson démagogique qu'il a décidé de ne pas chanter le premier extrait de ce nouvel album, la très belle J'ai fréquenté la beauté, dans ses concerts actuels. «J'ai toujours un peu procédé comme ça: ce n'est pas moi qui choisis les 45-tours, je laisse choisir les maisons de disques et chaque fois qu'elles me choisissent des 45-tours, je n'ai pas envie de les chanter. Ça ne me paraît jamais être les chansons les plus représentatives de ce que je sais faire. Et je n'ai pas envie de devenir le mec d'une chanson.»

 

 

Il ne faut surtout pas y voir un jugement sur la qualité de J'ai fréquenté la beauté dont Murat se doutait bien qu'elle pouvait plaire à un large public: «Je l'ai presque faite sur mesure. Le jour où je l'ai enregistrée avec les musiciens, je leur ai dit: bon on va enregistrer le premier 45-tours», dit-il en pouffant de rire.

Murat est peut-être un écorché, sans doute un rebelle, mais il n'est pas un cynique. Dans Le jour se lève sur Chamablanc, il plonge carrément dans ses souvenirs d'enfance sur fond de reportage en anglais sur une mission spatiale américaine.  [enregistrement de voix d'un voyage spacial apollo plutôt que reportage]

«J'arrivais bien dans mon esprit à faire une sorte de lien entre l'extrême modernité des gens dans l'espace et l'extrême rusticité de la vie que les gens pouvaient mener sur Terre, dit-il. Il y a un mélange des deux qui fait un peu nos vies à tous de ces générations-là, où on est obligés de concilier les extrêmes.»

C'est le même homme qui ne s'exclut pas non plus quand, dans Chant soviet, il dénonce le surmoi totalitaire en chacun de nous ni quand, dans Les ronces, il chante «voilà le grand poison, tout est mélancolie».

«C'est sûrement l'accumulation de chansons sur le pays et sur l'enfance, explique-t-il. L'écueil principal, c'est une vision nostalgique et mélancolique. Je me refuse de penser en quoi que ce soit que c'était mieux avant. On le voit tout de suite en Syrie ou en Irak: dès qu'on a la nostalgie ou la mélancolie d'un autre état des choses, c'est extrêmement dangereux pour la vie individuelle mais ça l'est aussi pour la vie des peuples. La nostalgie et la mélancolie, voilà, c'est un poison.»

______________________________________________________________________________

CHANSON. Jean-Louis Murat, Babel. Pias/Sélect.

 

LE LIEN EN PLUS:

Web radio qui a diffusé Murat dans la nuit...  et elle est de CHICAGO..  http://www.wholesomezine.com/radio/

 

LE 2e LIEN EN PLUS (parce que c'est mardi, et le mardi, je suis gentil):

Une petite chronique :

http://www.lauditorial.com/jean-louis-murat-babel/

Le pacifique Saint-Babel a traversé l'Atlantique : PHONER

Partager cet article

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 16:28

Ah, voilà l'événement de cette promo française, une belle couv! et avec une magnifique photo inédite! Bravo à magic! d'avoir négocié ça, un exploit! (à la question de savoir pourquoi Rock and Folk parlait si peu de Murat, Manoeuvre a répondu que c'était parce que Murat exigeait de décider des photos).

 

En vente VENDREDI....dans les points presse bien achalandés...

 

Je vous ai mis les deux couvertures du magazine précédentes... il y a 12 ans pour la plus ancienne... la dernière date d'une année plus tard (2003).

En couv de MAGIC!
En couv de MAGIC!
En couv de MAGIC!

LE LIEN EN PLUS:  (par M)

 

Ils étaient beaux nos Babeliens samedi soir à Blanzat (l'une des rares communes du Puy-de-Dôme à ne pas être citée dans le dernier Murat...). Sur cette photo de Yann Cabello, on reconnaîtra Morgane, Guillaume et Julien entourant Julien Estival, séduisant représentant d'une chanson légère, taquine, gentiment provoc, qui tente de rabibocher le cul et les sentiments avec un esprit assumé de jeune canaille (il reprend Dutronc...).

On pourra découvrir son tout nouvel album sur son site officiel : http://www.julienestival.com/

Le voir et l'entendre en compagnie des trois musiciens susnommés dans ce clip : http://www.youtube.com/watch?v=p_kjvOp3RB0

Et puisqu'il est question ces temps-ci dans les interviews de Murat des mérites comparés de la chanson en français, en globish ou en anglais, les amateurs de hanhon hrançaise (comme dirait Loïc Lantoine...) pourront faire connaissance avec les jeunes artistes auvergnats associés au sein du Collectif Septembre (dont fait partie Estival) qui, eux, s'expriment tous en français et sur des rythmes variés, le temps d'un concert diffusé dimanche dernier sur France Bleu Pays d'Auvergne : http://www.francebleu.fr/musique/ca-va-monter-d-un-ton/collectif-septembre-la-2deuche .

 

-------------

Merci Matthieu, quant à la mention qu'on aurait vu Julien Quinet bouger sur scène, voire faire le show, j'ai préféré supprimer. C'est un blog sérieux ici. Des faits! Rien que des faits!

copyright Yann Cabello (reproduction interdite).

copyright Yann Cabello (reproduction interdite).

Partager cet article

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 07:09

Marie-Agnès Hallé collabore ou a collaboré avec quelques sites musicaux. Sur son blog, elle livre une belle chronique, passant en revue tous les titres de BABEL:

http://piggledypop.blogspot.fr/2014/10/jean-louis-murat-babel.html

Extrait:

Car pour ceux qui ont la chance d'être là-bas, les 20 titres de Babel sont un cadeau. Pour les autres, c'est un chef d'oeuvre de finesse d'écriture, de poésie, de lyrisme et de rock à découvrir absolument. Jean-Louis Murat est l'auteur compositeur français qui domine les autres depuis des années tant ses mélodies majestueuses, ses textes littéraires, sa musicalité poétique et sa voix, incroyablement ronde de subtilité, émouvante et finement maitrisée le distinguent du misérable imbroglio musical français, essentiellement proposé par les gros labels (gros et gras d'esprit avec un maigre sens des valeurs esthétiques) soutenus souvent, ça va de paire, par de médiocres médias. La jolie rebelion de Murat face au système économique de la musique gangréné depuis les années 80, lui a valu une renommée qui avec le recul était malséante. Aujourd'hui, il est évident qu'il avait raison de batailler au détriment quelque fois de sa carrière. Cette belle intégrité s'entend dans sa musique, à la fois constante par sa qualité au travers des décennies mais aussi riche de sa parole, de son tempérament d'acier qui protège une âme de poète. Cette personnalité solide et ce coeur tendre se retrouvent intraséquement sur Babel.

LE LIEN EN PLUS:

Pas de nouvelle directe du "biographe" de Murat, mais celui-ci annonce sur son blog que le livre est annoncé sur le site de la FNAC:

http://aurayoncd.blogspot.fr/2014/10/jean-louis-murat-coups-de-tete-annonce.html

Belle chronique sur Piggledy POP: Babel en revue complète

Partager cet article

26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 09:43

 

Retrouvez une interview très intéressante sur le photographe Frank Loriou qui a souvent travaillé avec Murat. Il nous délivre des infos intéressantes sur deux clichés fameux de l'auvergnat:

 

à lire ici http://htl.li/DdABs

 

extraits:

Sur la pochette de Toboggan de Jean Louis Murat par exemple, le vélo lui appartient, c’est une route à coté de chez lui, cette photo reflète un moment de vérité : je passais quelques jours chez lui, je l’ai vu sur son vélo.

 

Certaines sessions avec Jean Louis Murat ont été très belles. Je lui avais apporté mon livre, ça lui a donné envie de rouvrir la maison d’un de ses voisins, une personne très importante pour lui. Il avait racheté cette maison, sans doute dans la volonté de rester « maitre » de cet endroit, de la mémoire de cette personne. Je l’ai vu rouvrir les volets, je l’ai fait asseoir dans la cuisine. Il regardait par la fenêtre, il se passait quelque chose de très très fort. Il me dit « Ça fait 30 ans que je m’assois à cette place, lui à celle-ci, et c’est la première fois que je pose mon regard sur ce qu’il voit par la fenêtre». À la fin du shooting, je lui dis « Il y a un morceau de toi qui m’a particulièrement marqué Accueille-moi paysage », il me répond « C’est étrange, c’est le morceau que j’avais écrit pour ce voisin 2 jours après son décès ». Dans ces moments là, tu as vraiment l’impression de vivre un moment de grâce, de faire quelque chose qui t’échappe complètement.

Retrouvez la photo (pris chez Emile)  dont il parle sur l'article en suivant le lien ci-dessus.

 

L'interview est très bien, et c'est celle dont je rêvais... et qui avait été débutée... Voici donc cette "inter-ViOUS ET MURAT" interrompue  à Mustango (4 questions):

 

 

1) Pour Murat, j’ai retrouvé votre nom pour la pochette de Mustango, celles du maxi CD Polly Jean, de Muragostang… et la série de photos de 2011… Est-ce que c’est bien exhaustif ?
Si oui, pouvez-vous nous raconter l’histoire de cette pochette qui me parait bien représentative de votre style… ou bien des « codes » imposés par les maisons de disque ?

Oui j'ai rencontré jean louis il y a bien des années maintenant, pour la pochette du Mustango sur laquelle Virgin France m'avait demandé de travailler.

j'ai effectivement fait la création des maxis qui ont suivi, polly jean, le mont sans soucis, et le sublime live Muragostang, et le live in Dolorès à partir d'une création et de photos de paul ritter. Mais je n'ai jamais photographié murat à l'époque.

 

Je ne crois pas que cette pochette corresponde à des codes imposés par la maison de disque. au contraire nous sommes allés chercher très loin des pistes graphiques très originales, notamment autour du royaume du mustang, une région fascinante située au nord est du Népal, et qui fut longtemps interdite aux étrangers. Finalement à force d'épure nous nous sommes concentrés sur cet autoportrait de Murat extrêmement simple et brut, comme j'aime. C'est jean-louis qui a trouvé la typo de la pochette, et j'aime particulièrement l'image à l'intérieur où il se roule dans la neige. Et cet album qui est magnifique.

 

 

 

2) Je m'en rends compte que je suis collectionneur de LORIOU (cf photos)... Je suis un peu étonné sur cette référence au Royaume de Mustang... En reste-t-il vraiment
des traces?

Les voies par lesquelles passe la création d'une pochette de disque sont parfois impénétrables ;-)

 

 

3) C'est effectivement la typo qui est très particulière sur cet ensemble, à la limite de la lisibilité dans le livret d'ailleurs... Est-ce elle qui fait l'unité de l'ensemble ou y a-t-il
d'autres éléments?

 

L'équilibre de cette pochette comme de beaucoup d'autres repose sur la rencontre entre des images et des codes typographiques forts, c'est l'alchimie plus ou moins
réussie qui fait l'unité de l'ensemble, ou pa
s

 

 

4) Je parlais de codes (l'artiste en plan rapproché avec le nom à côté) mais tu parles toi plus de "tradition" dans l'interview à pop news.... Cela correspond tout de même
à des impératifs de marketing? (notamment qui expliquerait un peu l'alternance quasi-parfaite chez Murat entre les pochettes où il apparait, et celles "illustratives").

 

Les choix ne sont pas forcément raisonnés en terme de marketing, surtout chez jean-louis murat qui travaille bien plus à l'instinct et en fonction de son inspiration que sur des critères de commercialisation. La pochette Mustango est réalisée à partir d'un autoportrait, comme d'autres depuis ; certaines ont été réalisées à partir de dessins, de photographies mêlées à du graphisme. je crois que pour chacune l'approche a été très libre et correspond plutôt à une recherche de cohérence avec les sources d'inspirations de JLM au moment de la composition.

 

 

Frank Loriou, secrets d'instantanés

Partager cet article

25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 07:52

1)

http://www.letelegramme.fr/musique/jean-louis-murat-26-10-2014-10401003.php

par Stéphane Guihéneuf / Jean-Louis Murat Il en a des choses à raconter Murat sur cette Auvergne qu'il affectionne tant. Suffisamment pour noircir, en deux fois dix chansons, les plages d'un bien joli double album. Son deuxième du genre (seulement), onze ans après « Lilith ». En compagnie du chanteur, tel un guide, on prend la direction du Crest, on plonge dans un quotidien, fait de montagne et de col, de « neige et de pluie au Sancy » mais aussi de séjours joyeux (avec voix d'enfants en prime) à la ferme. On y entend les tourments de l'âme, la mort, l'amour (« Noyade au Chambon »), l'histoire des hommes dans cet album qui porte en lui une mélancolie que The Delano Orchestra, formation auvergnate, colore de sonorités folk-blues à coup de trompette et cordes. C'est enlevé (« Chacun vendrait des grives »), aérien (« Vallée des Merveilles ») et espiègle (« Camping à la ferme »). Murat comme on l'aime.
© Le Télégramme

2) L'album sort au Canada... On va rester sur le grill avec la promo qui sera importante j'espère... même sans présence physique de Murat sur place.

Première chronique de Maud Cucchi dans Le Droit:

http://www.lapresse.ca/le-droit/arts-et-spectacles/disques/201410/25/01-4812657-babel-de-jean-louis-murat.php

Découvrir un nouveau disque de Jean-Louis Murat, c'est un peu la promesse de prendre la clé des champs, s'évader le temps d'un album (ici double!) en rase campagne ou en haute montagne.

Une chanson consacrée à la Chèvre alpestre, une autre au Blues du cygne... l'Auvergnat possède une voix féline qui raconte, envoûte et enchante. Son bestiaire dit aussi beaucoup de la faune humaine. Et tant pis si l'on remarque qu'un titre (Les ronces, précisément) laisse une impression de déjà-entendu (Amour n'est pas querelle de son précédent opus, Toboggan).

Épique fantaisie colorée, Babel est une histoire bizarre faite de recoupements sensibles, de songes fantastiques, de coeurs brisés, mais aussi un kaléidoscope de la vie de tous les jours, lorsque l'on se donne le droit de s'arrêter en chemin contempler le vol d'une hirondelle.

Oui, il est toujours permis de rêver en couleurs.

Chacun trouve ses ressemblances semble-t-il.

3) Comme d'habitude, Nicola Sirkis fait de la pub pour Murat: le single est dans une playlist d'INDO... sur leur tumblr. Et ce n'est peut-être pas anodin vu les retweets et la fanatitude des groupies (les fans d'INDO dépassent les fans de Mylène aux côtés de Murat j'ai l'impression désormais... sans compter que sur Regrets, il a changé de discours sur une interview cette année).

http://indochineofficiel.tumblr.com/post/100912219014/la-playlist-dindo-jean-louis-murat-jai

4) En Belgique, on écoute Jean-Louis même en faisant la cuisine... Ah, avec l'accent "jean-louis murat"...

http://www.rtbf.be/video/detail_la-musique-de-ce-vendredi?id=1965591

On l'écoute même deux fois:

http://www.rtbf.be/video/detail_la-seconde-chanson-de-ce-vendredi?id=1965594

Avec la bonne blague, sur Napoléon... que je ne connaissais pas. Faudra dire aux belges d'arrêter de rigoler avec nos grands Français!

Pour finir, une petite prestation de JLM à une autre époque, histoire de faire saliver dans les chaumières (disponible également sur la RTBF) http://www.rtbf.be/video/detail_la-tele-de-a-z-emissions-de-varietes-n-104?id=1872472

comme un dimanche matin

comme un dimanche matin

Partager cet article

Présentation

  • : Le blog de Pierrot
  • Le blog de Pierrot
  • : L'actualité et l'histoire de Jean-Louis Murat, Site non officiel.
  • Contact

ACTU :

 

 - Prochains Concerts: ici  

- Retrouvez des interviews exclusives:   F.Hardy, J.Cherhal...  dans la catégorie "Inter-vious et murat".  Les deux dernières interviews: Jérome PIETRI et Magali BRENON

- Le Double album BABEL est disponible chez PIAS

- Samedi 21 Février: Soirée Livre Unplugged MURAT, avec Le Blog de Pierrot, à la Bellevilloise,  concert exceptionnel de BERTRAND LOUIS, avec OLIVIER NUC, + guests.

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog