Publié le 23 Septembre 2021

Pas grand chose à se mettre sous la dent après la sortie de "Battlefield"... mais on peut compter sur France inter. Le titre est dans la playlist... et ce jeudi, cela a fait l'objet d'une chronique par Aline Afanoukoé.

https://www.franceinter.fr/emissions/dans-la-playlist-de-france-inter/dans-la-playlist-de-france-inter-du-jeudi-23-septembre-2021

"Il dévoile un peu plus son univers à chaque nouvel album. Cette fois, Murat nous raconte en musique l’histoire d’une des grandes figures qui a marqué sa vie : le cowboy Buck John … Les auditeurs qui pensaient tout connaître de Jean-Louis Murat, vont être agréablement surpris de découvrir une nouvelle facette de l’univers intime du troubadour auvergnat qui ressort de sa réserve, quelques mois après son dernier album, une ode à l’amour, intitulée « Baby Love ». Dans son vingt-et-unième album « La vraie vie de Buck John », Jean-Louis Murat rend hommage à l’un des piliers de sa jeunesse : Buck John, le héros de western né au début des années 50.

Un album enregistré en grande partie, chez lui et en équipe très réduite.

Un contexte qui lui a de nouveau permis d’écrire une série de pépites de chansons plus attachantes les unes que les autres, à la production impeccable et intemporelle.

Buck John, un héros de BD pour tous les fans de western ! Buck John, ce sont 613 numéros publiés de septembre 1953 au printemps 1986, ce qui en fait, l'un des petits formats de BD à la publication continue la plus longue en France.

Buck John donne surtout à Jean-Louis Murat le prétexte idéal pour concevoir une biographie musicale fantasmée, dont les plus grandes aventures se poursuivraient à travers les chansons pop moderne de ce nouveau disque. Incapable de rentrer dans le moule, Jean-Louis Murat nous surprend aussi en glissant de quoi nous faire chalouper dans ses nouvelles chansons sans pour autant délaisser sa voix mélancolique inimitable". 

Avant cela, les inrocks avaient aussi dégainé une petite page:

https://www.lesinrocks.com/musique/a-voir-jean-louis-murat-fait-son-grand-retour-avec-une-session-live-de-battlefield-409832-16-09-2021/

 

"Un an et demi après “Baby Love”, l’auteur-compositeur-interprète auvergnat sort le premier single de “La Vraie vie de Buck John”, son nouvel album prévu pour fin octobre.

S’il fallait encore une preuve que Jean-Louis Murat est un stakhanoviste de la chanson française, en voici une qui porte le nom de Battlefield. Adepte de la saga vidéo-ludique de DICE et Electronic Arts, rangez les rangers, il ne sera pas ici question de tirer à vue sur le premier ennemi venu. Au rythme de presque un album par an depuis deux décennues, c’est simplement le musicien qui vient ajouter une nouvelle pierre à l’un des édifices les plus imposants de la chanson française moderne : La Vraie vie de Buck John.

Ration double

C’est dans une version acoustique dépouillée – et capturée dans un élégant noir et blanc – que Battlefield, premier single extrait de ce prochain album à paraître le 22 octobre chez Cinq7 (son tout nouveau label), se dévoile à nous. Mais comme une nouvelle n’arrive jamais seule, libre à l’auditeur de lui préférer la version studio plus portés sur les nappes synthétiques et les claviers analogiques".

 

A+ dans le train, euh, dans le bus... de Buck John

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2021 BUCK JOHN

Repost0

Publié le 16 Septembre 2021

Après la version studio dans la matinée, voici une session live, chez Denis C... avec Yann C. (qu'on entendait bébé il y a quelques années sur un disque), on espère la boucle pas bouclée pour autant!!

 

Dans les crédits: Pierre Carron, ancien manager de Daho et Lescop qui a une société de production sur Lyon.
 
 
Battlefield disponible ici : http://JLM.lnk.to/BattlefieldYD
L'album " La vraie vie de Buck John" est disponible ici : https://JLM.lnk.to/BuckJohnYD
En tournée : https://jeanlouismurat.tix.to/EnConcert "Battlefield"
Titre écrit et composé par Jean-Louis Bergheaud
Version live : mixée par Denis Clavaizolle Masterisée par Jean-Pierre Chalbos à La Source Mastering Claviers : Denis Clavaizolle
Batterie : Yann Clavaizolle
Prise de son : Didier Lamaze
Réalisation: Fabien Raymond Image: Yoann Belton & François Gaillard Montage / Etalonnage: Yoann Belton Producteur exécutif: Pierre Carron
Editions : Scarlett Productions Editions (p) & (c) 2021 SCARLETT PRODUCTIONS EDITIONS - SOUS LICENCE EXCLUSIVE CINQ7 / WAGRAM MUSIC

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2021 BUCK JOHN

Repost0

Publié le 16 Septembre 2021

 

C'est arrivé sur Qobuz à 00:00  ce 16 septembre : un premier titre en écoute et téléchargement du nouvel album de Jean-Louis Murat "la vraie vie de BUCK JOHN". Ça s'appelle: BATTLEFIELD, 2 minutes 20

Bonne écoute!!

https://open.qobuz.com/album/mf5h5r3dlaujc

J'imagine que ça devrait  être disponible sur les autres plateformes rapidement!

On reste un peu dans l'ambiance des albums précédents, mais ça balance bien!! Avec des petits gimmicks vocaux dont il a le secret. Classique,  Battlefield ne suscitera sans doute pas de bataille d'hernani.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2021 BUCK JOHN

Repost0

Publié le 15 Septembre 2021

Bonjour,

 

 

1) Je finissais l'article précédent en parlant de Marie Audigier.  Voici aujourd'hui des nouvelles de Laure, qui a repris son nom de jeune fille, Laure Desbruères.

Plus actrice de l'ombre auparavant de la scène culturelle auvergnate, elle va ouvrir un tiers-lieu culturel avec sa soeur...   à Volvic, Un volcan s'éteint, un être s'éveille...

"librairie-restau-animations culturelles à Volvic sur l’axe très passant Clermont-Durtol-Nohanent-Sayat-Volvic-Riom à 20min de Clermont et 12 min de Riom,
Dans un cadre pittoresque, LES VINZELLES sera un lieu de partage, d’invitation à la lecture, d’incitation à la pratique artistique, de développement de l’esprit critique, et aussi de divertissement, de concerts et d’initiation aux pratiques agricoles alternatives pour mieux cultiver son jardin et éveiller ses sens. Géré par deux sœurs l’une géologue en reconversion, passionnée de BD et de jazz et l’autre travaillant dans la musique depuis 25 ans, le tiers-lieu sera à leur image chaleureux, ressourçant et inspirant"

Elles sont d'ailleurs en train de constituer une équipe : chef Cuisinier ,  libraire...  

Meilleurs vœux de réussite à ce beau projet.
 

2)  Alexandre Delano (Babel) a sorti un deuxième clip pour son album "ven ven ven" dont je vous ai déjà dis bien. Je l'ai réécouté cette semaine, et pour cet été indien de chaleur et langueur, il est parfait... 

La chanson est adressée à Christophe Pie...  "Et c'est la passion de Christophe pour la formule 1 qui a inspiré le clip,dans lequel un bon nombre de batteurs prennent place dans les autos, au rang desquels figure bien sûr Charlie Watts sous le dossard numéro 23"   ou même J. Bonham.

ALEXANDRE DELANO
"Ven Ven Ven"

(Bleu Nuit / Inouïe Distribution)     Disponible en CD et sur les plateformes

 

Murat avec Alex (par Julien Mignot)

 

Et je ne crois pas vous en avoir parlé: Dans le civil, Alexandre Delano, sous son nom : ROCHON, a pris la direction de l'EPICERIE MODERNE (à Feyzin). Cette smac classieuse dans laquelle il avait joué avec les DELANO ORCHESTRA  (avec Syd Matters)  va très bien au fondateur de la Kütü Folk.

3) Je vous ai également parlé du remarquable album de Matt LOW, également dédié à Christophe Pie.

Voici son planning de concerts (avec Yann Clavaizolle à la batterie...)

 

Je vous  remets VERT POMME, sur un texte de JL MURAT.

4)  Dans la famille Clavaizolle, on demande le PAPA: Denis.  Son projet ELKEEN semble après un démarrage en douceur, sur  une bonne voie. La cover de NIRVANA a fait 4000 vues en une semaine.

5)  Les ELysian Fields sont sur le sol français.

IL reste 3 dates :

16 SEP 2021

Le Tremplin

Beaumont, FR

 

17 SEP 2021

Le Pingouin Alternatif

Pau, FR

 

18 SEP 2021

Espace 180

Ste Bazeille, FR

 

Retour donc à Beaumont demain... Après un concert de 2014... où Jean-Louis s'était fait remarqué:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-a-night-full-of-stars-in-beaumont-123376638.html

Matthieu n'étant plus là, nous ne saurons peut-être pas si JL était présent en 2021...

Moi, je les avais vu en 2016:

http://www.surjeanlouismurat.com/elysian-fields-et-norma-concert-du-15-octobre-2016

6) Les DRAGON RAPIDE ont sorti leur album « Mumbo Jumbo »! Ceux qu'on retrouvera sur "AURA AIME MURAT" sont déjà salués par GONZAI... avec une description de Clermont que je vous laisse découvrir!

https://gonzai.com/a-clermont-ferrand-la-fureur-de-dragon-rapide/

A écouter :https://soundcloud.com/user-868260975

LE LIEN EN PLUS 11/09

Bertrand Dicale toujours et encore :

LE LIEN EN PLUS CHEF D'OEUVRE EN PERIL

Peut-être un peu sexiste comme titre, mais ma foi, c'est ma première idée...

Quand un ancien dolo fait un article sur les 60 ans de Mylène Farmer...  il cite forcement "regret"

https://www.dhnet.be/medias/musique/mylene-farmer-a-a-60-ans-portrait-d-une-artiste-hors-normes-613b60869978e2642adb122e

 

LE LIEN RIP

On a trouvé cette semaine le nom de JLM dans un article sur BELMONDO... Vous avez été nombreux à y penser: c'est  à propos de la chanson "un singe en hiver".

https://www.causeur.fr/belmondo-une-virilite-ironique-209843

JLM apprécie ce film en effet.

Stéphane Belmondo, musicien figurant dans LILITH, n'a pas de lien de famille avec le disparu.

 

Allez, à très vite, dans  "la vraie vie"!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Repost0

Publié le 10 Septembre 2021

 

On avait dans l'épisode précédent dévoilé 20 dates de concert...  mais il manquait PARIS. 

CA SERA LE 19/04... au traditionnel TRIANON.

Réservation à partir de lundi 10 h (ici)

 

(21 dates... dont deux produits par le nouveau tourneur... C'est plutôt pas mal. Pas de quoi sauter au plafond (Murat reste cantonné aux salles municipales), mais c'est un bon début pour l'association avec cing7 et W Spectacles... d'autant qu'il y a pas mal de dates pour moi). 

 

LE LIEN EN PLUS CONCERTS

- un Cognac?

https://www.sudouest.fr/culture/theatre-a-cognac-tous-les-spectacles-de-la-saison-2021-2022-de-l-avant-scene-5788143.php

- un cidre?

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/saint-brieuc-la-passerelle-scene-nationale-de-proximite-d2873336-10a7-11ec-9117-940091b907ce

- avec un peu de boudin?

https://www.ouest-france.fr/normandie/coutances-50200/coutances-le-theatre-presente-sa-saison-avec-thomas-vdb-gael-faye-et-jean-louis-murat-8a199eb4-0ccd-11ec-bd55-30d8b7cdc1a3

- Un verre de boue?

https://premium.courrier-picard.fr/id228527/article/2021-09-08/le-theatre-du-beauvaisis-compte-bien-repartir-de-lavant

 

LE LIEN "j'ai fréquenté la beauté et le CONGO"

Marie Audigier fait le bilan de ses 4 ans au service de la France et de l'Afrique

https://www.adiac-congo.com/content/interview-marie-audigier-le-congo-demeurera-jamais-dans-mon-coeur-130339

De quoi quand même encore plus regretter que Murat n'ait pas fait son album "africain" (Egyptien).

 

LE LIEN "des touristes attaqués au Servières"

Et bien voilà, on attendait ce que ça arrive... c'était pas faute que ça soit annoncé...  un couple de touristes a été attaqués près du lac...  Euh... mais pas par un indigène, ce sont les vaches qui ont chargé!

https://www.lamontagne.fr/orcival-63210/actualites/chargee-par-des-bovins-une-randonneuse-serieusement-blessee-pres-du-lac-servieres-puy-de-dome_13997542/

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2021 BUCK JOHN

Repost0

Publié le 7 Septembre 2021

Voici l'annonce officielle qui est arrivé peu après 17 heures:
 
"Le nouvel album de Jean-Louis Murat sortira le 22 octobre prochain.
Intitulé "La vraie vie de Buck John", il paraîtra en CD, vinyle noir, vinyle blanc (édition limitée) et digitale.
Pour le recevoir directement le jour de sa sortie, vous pouvez d'ores et déjà le précommander :
https://jlm.lnk.to/BuckJohn?fbclid=IwAR0DgWr6tpjr6OuICu0HE3mOFlIkKfCWsZoNDS7ivBd0wHz_H_iRHLsc26E

Ces quelques notes nous laissent penser que Jean-Louis Murat est resté dans la lignée de ces albums précédents avec des sonorités synthétiques. En tout cas, après les mots codés "le CODC", RN89, BBDC, voici donc la "VVBJ"...

Christian Eudeline a été le premier à dégainer un petit paragraphe dans un article sur les disques de la rentrée:

https://www.lesechos.fr/weekend/spectacles-musique/pop-rock-dix-albums-pour-la-rentree-1343469

« La Vrai Vie de Buck John » Jean-Louis Murat (Cinq7)

Infatigable auteur-compositeur-interprète, cet album est son 24ème. Cette fois, c'est presque un concept album à propos d'un cow-boy, héros de BD de sa jeunesse, Buck John, prétexte à une biographie fantasmée, avec des conquêtes de rêve « Marylin & Marianne ». Revenant à une sorte de folk, soit on déteste, la monotonie de ton peut-être, soit on adore, pour cette forme d'expression justement qui jamais ne s'altère. Nous, on ne s'en lasse pas.

 

Sur twitter, Olivier Nuc m'a indiqué : "un bon cru!"

Enfin,  concert and co annonce l'événement et indiquent des dates de tournées :

https://www.concertandco.com/artiste/jean-louis-murat/billet-concert-19834.htm?fbclid=IwAR0lfIy9a6M2rFw0ohSj9KZ4WfzmsUCBsV3smLZb9qIsCf_pwv5KrYMJVNc

On avait déjà annoncées ici la majorité, mais quelques dates sont nouvelles:  NANTES (que je n'avais pas annoncé cet été) et COGNAC et NEVERS,  Cholet, et Clermont.  Deux dates en grande région parisienne à ce jour...

Ve.25Fév.2022 Jean-Louis Murat La Maladrerie St Lazare - Beauvais (60)

Sa.26Fév.2022 Jean-Louis Murat Théâtre Municipal - Coutances (50)

Je.03Mars2022 Jean-Louis Murat L'Avant-Scène Cognac - Cognac (16)

Ve.04Mars2022 Jean-louis Murat Entrepot des Jalles - Le Haillan (33)

Ve.11Mars2022 Jean-Louis Murat Maison de la Culture - Nevers (58)

Sa.12Mars2022 Jean-Louis Murat Espace Crouzy - Boisseuil (87)

Ve.18Mars2022 Jean-Louis Murat Salle du manège - Vitry le françois (51)

Sa.19Mars2022 Jean-Louis Murat Eglise Jeanne d'Arc - Cité Verte - Verdun (55)

Je.24Mars2022 Jean-Louis Murat Salle Paul Fort - La Bouche d'Air - Nantes (44)

Ve.25Mars2022 Jean-Louis Murat Le Rive Gauche - St Etienne du Rouvray (76)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2021 BUCK JOHN

Repost0

Publié le 4 Septembre 2021

Bonjour!

C'est la rentrée! Et est apparue aujourd'hui une belle annonce:

 

Les dates de tournées devraient arrivées dans la foulée (2022, on a déjà quelques dates annoncées sur le blog pour rappel)! D'ici 15 jours, il semble qu'on aura droit à un premier aperçu (cf ci-dessous!).

 

---------------------------------
 

Il semble donc que le disque de reprise de CELENTANO soit oublié... Je ne pense pas que ce titre corresponde. On n'est pas non plus dans un champ qui apparaît étonnant pour Jean-Louis Murat: le western, l'enfance... Quoique... la BD n'a jamais été son truc.

Buck John est un périodique de bande dessinée de western publié par l'éditeur français de petit format Impéria. Ses 613 numéros ont été publiés de au printemps 1986, ce qui en fait l'un des petits formats à la publication continue la plus longue1.

Buck John publiait, outre la série britannique éponyme inspirée par l'acteur Buck Jones, diverses séries britanniques, italiennes, espagnoles et américaines1.

 

AH, mais voici ce qui en est dit sur le site de la FNAC:

"A peine quelques mois après la sortie de son dernier album studio Baby Love, le très inspiré Jean-Louis Murat est de retour en cette rentrée 2021 avec un nouvel album intitulé La vraie vie de Buck John.

Cet album a été enregistré en grande partie à domicile, chez Jean-Louis Murat lui-même, et en équipe très réduite.

On y retrouve les thèmes qui lui sont chers : les voyages, l’amour, la transmission, l’histoire, ainsi que de nombreuses références aux grandes figures qui ont marqué sa vie, son enfance.

La vraie vie de Buck John est un hommage très personnel à son héros de jeunesse.

A ce cowboy, héros de western, né au début des années 50, dont les plus grandes aventures se poursuivraient à travers les chansons pop moderne de ce nouvel disque. Jean-Louis Murat nous surprend une fois encore par sa faculté unique et très personnelle à nous livrer une collection de chansons plus attachantes les unes que les autres. Des chansons à la production impeccable. Intemporelles".

 

Allez, hop, c'est parti: je crée la catégorie d'article: "BUCK JOHN", on part vers des nouvelles aventures!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #BUCK JOHN

Repost0

Publié le 23 Août 2021

Paulo est encore à la fenêtre. Son travail de rédac-chef, il a toujours pensé qu'il fallait mieux le faire avec ses sens que devant son ordi. Ce matin,  ça lui avait permis de constater que le nombre de juillettistes avait sérieusement augmenté, 5 caravanes, et 18 voitures non immatriculés dans le pays, c'était du concret... même si, après tout,  il les détestait à peine moins que les aoûtiens.  Faut dire qu'il détestait tout bonnement l'été,  enfin surtout le cœur, quand il ne se passe plus rien dans l'actualité. Il a un blog à alimenter lui! Et pas de congés payés, pas de tourisme à la ferme, juste la traversée du désert; la disette, le gap, le bayrou...; et celle-ci était une des plus longues qu'il avait eu à traverser.  Cette nuit, il avait fait un cauchemar: il avait rêvé qu'il tenait un blog consacré à Terrence Malick, la nuit d'avant, déjà, idem, mais avec Arnaud Fleurent-Didier...    Que faire?  Vladimir, pour le soulèvement des masses et la diffusion d'une conscience muratienne des classes (du primaire à la terminale)? ...  Bon, plus d'un mois sans article, il fallait en tout cas se bouger... et sortir le joker "Marronnier" : "le camping à la ferme", "le tourisme en Sancy", les rats taupiers,  "la plage de Cabourg"... Non, vraiment Paulo séchait... quand le téléphone sonna:

"Bonjour, c'est Florence! Je vous ai envoyé un texte sur Murat et les animaux! A vous de voir..."

 

 

LE BESTIAIRE

 

Je rêve d’une musique pour tous les animaux”, chante Murat dans “Paradis perdu”. C’est toute une faune qui habite en effet les espaces dessinés par les textes, présence familière ou incongrue (le phacochère…). Oiseaux, chiens ou vaches donnent même de la voix à l’occasion. Petit tour d’horizon de ce bestiaire, qui dit tout un rapport au monde et à l’écriture.

 

La nuit j’entends le chant des clarines bleues

Dans les paysages de prés et de montagnes, la magie des noms fait surgir tout un peuple d’animaux sauvages. Les oiseaux d’abord dans leur diversité d’allure, éperviers, chardonnerets, mésanges, faucons cendrés, milans noirs, jean-le-blanc, alouettes, roitelets, hérons, hirondelles ou coucous… « L’entomologiste bavard » met aussi en scène frelons, guêpes, papillons ou tarentules, et la libellule, nom aérien et tempérament de carnivore. Au détour des chemins on croise des renards, une belette, une loutre; et même le lynx, que Murat  dit avoir vu réapparaître. Et puis il y a les animaux de la ferme, chevaux, agneaux, et surtout les vaches. Murat a souvent parlé de son enfance chez ses grands-parents paysans, de l’odeur de l’étable dont les autres enfants se moquaient à l’école, et de son intimité avec Bijou, sa vache. Elle sont partout dans le paysage de ses chansons, génisses, veau, taureau, bœuf, ferrandaises… Elle apparaissent dans le chant des clarines bleues de « Chagrin violette », dans l’abreuvoir de « Dans la direction du Crest », dans les foins coupés. Elles meuglent dans le « Lait des narcisses ». Leur silhouette structure l’espace, lignes nettes, jeux de lumière et d’ombres : le taureau du « Chant du coucou » guette au loin « cornes prises dans la lumière » puis « dans les ténèbres », « Démariés » peint « les soirs illuminés entre les cornes de bœufs ». Et avec elles on entend les travaux et les jours paysans, la présence des vachers, et autres bergers, pâtres et pastoureaux. Soin des troupeaux, mais aussi sang des bêtes : avec la maison d’enfance de « Dans la direction du Crest » revient à la mémoire le « sang noir », la « viande crue »; l’image du  lapin égorgé, baignant dans son sang traverse « Perce-neige » et « Accueille-moi paysage ».

De cette « vie d’avant », dont Murat chante aussi la disparition, il garde vivaces les récits et croyances : le chat noir cabriolant de Toboggan, ou celui qui ronronne à l’envers de la vie, inquiétant comme « la petite idée derrière la tête », rappellent cette histoire de grand-mère un peu sorcière racontée à Laure Adler : elle aurait porté dans son panier le diable sous la forme d’un chat noir…

 

Interroge la jument

Ce bestiaire familier nourrit enfin les réseaux d’images. Murat superpose sans cesse le réel et le métaphorique, le quotidien et le symbolique (au risque de l’hermétisme : le phacochère ?) La libellule, qu’on appelle aussi demoiselle, a bien des traits féminins. Le désir emporte en cavale, à triple galop, mais l’amant abandonné n’est  plus qu’un oiseau de passage qui retourne aux nues. Avec la mésange bleue vont et viennent les amours. L’hirondelle des faubourgs est venue et repartie. La vipère est convoquée pour son venin, la chèvre alpestre n’en fait qu’à sa tête et disparaît, la jument peut témoigner de la folie du temps. Les grands félins deviennent des figures du doute et de la mélancolie, le jaguar tourmenté dans ses élans brisés, sa force inemployée, le lynx, grand prédateur resurgi en des temps barbares, interrogeant sur notre capacité à résister au courant qui nous emporte, par la pensée, la langue, la poésie. 

Et puis il y a évidemment les hommes, les femmes, et l’amour. D’ailleurs Murat se plaisait récemment à raconter comment il jouait de toute la gamme des cris d’animaux dans ses ébats. Le petit poisson se glisse dans une eau toute féminine. Le bouc et le taureau tiennent leur rôle d’animaux vigoureux, bouc solitaire devenu compagnon de sabbat aux Veillis, taureau bandant offert complaisamment en spectacle à Cathy pour sa fête (« Le voleur de rhubarbe »). « L’heure du berger » (attendue dans Taormina) est, selon le Dictionnaire érotique moderne de 1864 « le moment où l’homme baise la femme pour laquelle il bandait depuis plus ou moins de temps » Sans surprise, on rencontre chats et chattes, la minette de Béranger dans 1829, qui comme sa maîtresse attend un matou, le petit chat de Travaux sur la N89Murat, explicitant l’image, va jusqu’à affirmer orgueilleusement dans « La surnage… » : « je veux le chas de toute aiguille ». Plus étonnante, la présence du cygne, lié explicitement à une image sexuelle dans « Le blues du cygne ». Si l’on en croit Gaston Bachelard, il représente la femme nue, contemplée et désirée, mais il est aussi masculin dans l’action, la satisfaction de ce désir ; le chant du cygne ne serait pas celui de la mort, mais celui de l’extase sexuelle… Enfin les dénominations amoureuses disent aussi la force de la femme aimée, louve d’orage, aux grands yeux d’aigle...

 

Ohé coursiers des déesses…

Mais ce paysage fondateur, et les animaux qui le peuplent, est le point d’ancrage d’un imaginaire qui se déploie bien plus largement dans le temps et l’espace. Du présent, on passe à l’Histoire, et, au détour d’un vers ou d’un mot, on saute au mythe. « Chacun vendrait des grives, des lièvres et… de la myrrhe » chante Murat dans Babel. Dès l’ouverture de cet album structuré autour de sa géographie intime, il élargit son territoire jusqu’à l’Orient, et sa temporalité jusqu’au mythe (dès le titre d’ailleurs, ici et ailleurs, aujourd’hui et hors du temps…). C’est souvent par les animaux que le temps s'étire ou se compresse. Le cheval est l’animal sacrifié avec les hommes à la guerre de 14-18, et la monture de Joachim Murat - c’est un cheval qui ouvre le livret de Il Francese. Il est le mythe de l’Ouest américain, les cow-boys, Jim, l’héritier des Flynn, les cavaliers de John Ford. On va aussi au grand galop dans l’Antiquité, où, aux confins des vallées, un ravisseur de femme défie « ceux de Mycènes », dompteurs de cavales, génisses au large front. Proche des représentations antiques aussi, la représentation des taureaux cornes dans la lumière : en Egypte, ou dans le culte oriental de Mithra, le taureau, symbole de fécondité, est associé au soleil. 

Prends garde au loup qui dort au village 

Naviguant sans heurt du présent au passé, du passé au mythe, Murat semble glisser avec le même naturel à la méditation existentielle. La figure du loup, et le motif de la chasse dans la neige reviennent à plusieurs reprises, et notamment, dans Babel et Toboggan. Sous la beauté contemplative de « Il neige », celle qui naît du silence sur la campagne enneigée, couve la violence : un épais manteau ensevelit toute vie, mais s’y découpe, juste esquissée, la silhouette du « chasseur accroupi dans la neige », s’y devine la « gorge de loup dans la ténèbre ». Et en une formule énigmatique, Murat chante « Il n’y a place que pour le silence, au couteau sur ta chair blanche » : sur la neige qui enveloppe tout, prés, roches et forêts, sur le blanc laiteux de la peau, se donne tout à coup à voir le rouge sang. Et lorsque, comme en écho à ce premier titre, Toboggan se clôt par « J’ai tué parce que je m’ennuyais », plus qu’à la phrase entendue dans le récit d’un fait divers on peut penser au Giono d’Un roi sans divertissement. Murat y aurait-il puisé (autant que dans Toy Story, régulièrement cité comme source d’inspiration de son album) ? De fait, tous deux ont parlé de l’ennui auquel la création leur permet d’échapper, et la coïncidence des motifs entre le roman et la chanson est troublante. Un roi sans divertissement met en scène le capitaine Langlois, dépêché dans un village de montagne englouti par la neige pour enquêter sur une série de disparitions. Il comprend que l’assassin, dans ce grand ennui d’hivers interminables pratique un cérémonial, tue pour voir le sang couler – et de préférence, pour des raisons esthétiques, sur le blanc de la neige. L’assassin découvert, il ne le livre pas, mais le tue, lui offre fraternellement la mort. Revenu quelques mois plus tard en tant que capitaine de louveterie, il est confronté à un loup qui a commis un carnage dans une bergerie, lui aussi comme « pour le plaisir, pour s’agacer les dents ». A l’issue d’une spectaculaire battue, il tue l’animal (« Le Monsieur ») acculé dans les ténèbres, comme il a tué l’assassin. Mais donnant la mort, il se trouve contaminé par le mal. Ceux qui l’entourent, et savent, tenteront en vain d’organiser d’autres divertissements – fête somptueuse ou mariage : après avoir constaté sa fascination devant le sang coulant du cou d’une oie égorgée, il se donne la mort. 

Silence dans un paysage enseveli, où l’hiver semble ne plus devoir finir, sang perlant sur le blanc, chasseur aux aguets dans les ténèbres, mise à mort du loup dans la neige : on retrouve bien des éléments du roman dans les tableaux de Murat. Et ses personnages semblent rencontrer les préoccupations de ceux de Giono, « profonds connaisseurs du cœur humain » lorsqu’il chante : « L’état de mon cœur est de tout savoir », « que veux-tu savoir ? », ou encore « Rien n’aura jamais fait la peine que tu te fais, rien n’aura jamais fait la peine que tu nous fais »...

 

Suivre la piste animale, c’est traverser bien des obsessions de Murat, constater une fois encore la richesse et la cohérence de son univers, et sa capacité à figurer en quelques traits. Les noms d’oiseau, Jean-le-Blanc ou faucon cendré, le milan noir qui s’enflamme, les souvenirs par bribes, “Je me souviens par la bride dans l’obscurité”… : que de tableaux esquissés, et de tremplins pour l’imaginaire…

Suivre ces traces, c’est aussi se retrouver lectrice, invitée par cette écriture elliptique, parfois énigmatique dans ses jeux de condensation ou ses dissonances inattendues, à oser rapprochements et interprétations. Ce sage relevé se veut point de départ, prise d’élan. Aux lectrices et lecteurs perspicaces, audacieux, inventifs de prendre la suite. Parlez-nous du phacochère !

Florence D.

 

 

Un grand merci à toi, Florence!

 

 

LES LIENS "MARRONNIERS" EN PLUS

http://www.surjeanlouismurat.com/article-murat-animal-47392808.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-bestiaire-liste-dressee-non-ordonnee--43211049.html

http://didierlebras.unblog.fr/29-jean-louis-murat-et-les-animaux/

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 23 Juillet 2021

Allez, avant le déferlement médiatique que va susciter son nouveau disque en novembre... je vous prépare!

 

Via l'attaché de presse, j'avais découvert DA CAPO en 2017, qui m'avait conduit à proposer une interview d'Alexandre Paugam, qui a gardé le vaisseau, seul maître à bord du groupe (on le retrouvera aussi sur "Aura aime Murat" dans un magnifique instrumentale de "GENGIS". Nicolas PAUGAM, le grand frère, avait pris une voie en solo quelques temps plus tôt (même si "les frère Paugam à meustaches", side project tzigane, les réunit encore).  Je n'avais livré qu'une oreille trop rapide à cet artiste, même si la lecture de chroniques (télérama 4f) me le laissait en haut de la liste des "à écouter" (liste que je ne tiens pas, ce qui complique les choses il faut l'avouer). Ce n'est qu'en recherchant des artistes pour "AURA aime Murat" que je finis par lui accorder toute ma considération...  juste avant que Burgalat dans Rock and Folk s'étonnasse de ne découvrir "qu'en 2021 ce chanteur de la trempe de Annegarn, Vassiliu, Ricet Barrier, pas loin de Ferré, période "les souvenirs" ou de "nous deux" avec Caussimon".   Il cite la chanson "L'homme heureux"  qui "jette par dessus bord toutes les fadaises sur les migrants". Elle fera partie de son prochain opus à sortir en novembre: "PADRE PADRONE",  la petite assistance du concert de jeudi 15/07  a pu l'entendre, ainsi que la chanson titre qui fera l'objet d'un duo avec, excusé du peu: JP NATAF. Ils s'étaient croisés dans Paris, avaient discuté, Nicolas lui a glissé ce jour-là le nom d'un artiste à découvrir... Le contactant pour le duo quelques années plus tard, JP ne l'avait pas oublié: "mais oui, je me rappelle, c'est  toi qui m'a fait  écouter le chanteur éthiopien Mahmoud Ahmed!"... artiste depuis qu'il a dit "adorer" en interview. JP et Nicolas feront une scène commune le 3/12/21 à Esquelbecq, village culturel des flandres. On retrouvera aussi NICOLAS au WALRUS, à PARIS Le 29/09.

 

Le concert du soir est organisé par une adorable bouquinerie LE RAFIOT LIVRES sur la place du village de Saint-Geoire en Valdaine, au pied de la Chartreuse, et le temps exécrable a coulé le marché nocturne de producteurs qui doit normalement se tenir, et il y a donc repli parmi les milliers de livres. Quelques acteurs culturels du village, une petite diaspora auvergnate dont un touriste de Montluçon, on tient tous, sans servir de serre-livres pour autant. J'ai découvert quelques jours plus tôt que j'avais déjà croisé il y a dix ans sur le net le patron du lieu, qui exécrait Murat. Je lui pardonne... d'autant que non seulement la soirée est gratuite, mais qu'il nous offre aussi à boire (une bière artisanale produite au village La Dauphine)... 

Tout cela est donc bien sympathique. Avant le concert, j'ai le temps d'interroger Nicolas sur sa rencontre téléphonique tout récente avec un certain Gérard Manset (filiation revendiquée plutôt qu'à la grammaire: "je mourirai" chante-t-il dans une de ses chansons)... Bien-sûr moment inoubliable pour un fan comme lui de l'oeuvre de Gégé , notamment pour ses compositions, ses mélodies,  "plus riches que Murat". 

On évoque aussi sa reprise pour "Aura aime Murat". Il aimait beaucoup "baby carny bird", il l'a travaillé mais n'a pas trouvé comment l'adapter à sa façon, d'autant que Murat jouant plutôt de sa voix basse, Nicolas est sur un registre beaucoup plus haut.  Son repli vers "le reason why" est plutôt heureux selon moi. On a ainsi un titre très récent, et qui va bien au côté fantasque (il figurait dans le numéro spécial des Inrocks "les excentriques de la chanson française")  et au flow de Nicolas, une très belle adaptation. Il me demande si quelqu'un a osé se frotter à "nu dans la crevasse"...  La réponse est non (on re-saluera du coup le courage de Lionel Fondeville qui avait produit un bel ouvrage pour le tribute to Mustango-chez A.D.A.). 

 

Ce jeudi,  c'était concert en solo, à la guitare électrique, mais Nicolas tourne aussi avec des musiciens, ce qui lui permet de partir plus à l'aventure avec la guitare.  En solo, la virtuosité guitaristique est tout de même visible, et la part d'improvisation aussi, ce qui le rapproche de Jean-Louis Murat, comme les quelques cris d'oiseaux ou d'animaux qui vont conclure certains morceaux ("les barbus" par exemple). On est mis à contribution sur certains morceaux et c'est toujours bien sympathique. On est en droit de se sentir privilégié  d'assister à ce concert quasi-privé, même si Paugam nous évoque les ambiances plus électriques et en suées des concerts en groupe.  

Paugam pioche dans ses différents albums... "les sablons", "les ablettes", "mon agitation" (il me semble) et notamment le single du dernier album sur le Titanic, sur une mélodie remarquable : 

 

Il faut vraiment faire l'effort de se familiariser avec ce timbre de voix qui peut être perturbant, et on se rend compte ensuite du talent mélodique du Monsieur.  Passionné par  les arrangements, la production, il sait aussi enluminer ses compositions sur disque, inspirées parfois par le jazz,  la musique brésilienne, mais moins la bossa nova que le tropicalisme plus expérimental et pop et moins marqué par la "saudade", ou carrément la variété ("tu savais, tu savais" digne d'un Mike Brandt dans le refrain (S'il était apparu dans les années 60/70, j'imagine qu'un éditeur aurait proposé ses créations à des interprètes).

 

A la fin du concert, pendant le petit verre de l'amitié, Nicolas Paugam raconte le passage chez LITHIUM de DA CAPO (disque minor swing), et le travail de D.A. de Vincent Chauvier.  Malgré le bon succès du disque, notamment au Japon, le groupe se sent laissé tomber, avec leur refus de passer au français. On entend aussi que, autant que LOVE, The Pale Fountains ont été une référence pour lui et Da Capo... autre point commun avec Murat. 

"C'était à l'époque des Pale Fountains : d'un seul coup, je sentais quelque chose de neuf, que je pourrais aller dans cette direction."
Ainsi les Pale Fountains auraient été une des influences majeures qui expliqueraient la transition de la musique de "Passions privées" à celle de "Cheyenne Autumn". C'est fort probable quand on sait que Marie Audigier a déclaré de son côté que "Pacific Street" des Pale Fountains était "le disque fondateur de ma culture". Mon groupe préféré". (site SANADOIRE.COM).  Murat parlait lui d'"album parfait".


J'ai randonné mercredi et jeudi, et j'ai eu "rendez-vous au sommet" dans la tête pendant les deux jours... et j'avoue que... c'était pénible. Alors attention, je vous aurais prévenu.

 

Retrouvez NICOLAS PAUGAM:

BANDCAMP

https://www.nicolaspaugam.com/

youtube

https://www.facebook.com/nicolas.paugam6

et bientôt sur le disque "AurA Aime MurAt"...

 

Pour en savoir plus, deux interviews:

http://www.mandor.fr/archive/2019/05/09/nicolas-paugam-interview-pour-le-ventre-et-l-estomac-6149837.html

https://www.youtube.com/watch?v=H_974M04zrs

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres, #2021 Aura aime Murat

Repost0

Publié le 18 Juillet 2021

Dans le dernier épisode de "game of tournée", les soldats du Murat d'or franchissaient la frontière du Quievrain pour faire un siège à Liège...

La suite verra la troupe se rendre à Bruxelles, chez les fidèles du BOTANIQUE, 700 places.

samedi 09 avril 2022

réservation

On se rappelle d'anciens passages:

2018

http://www.surjeanlouismurat.com/2018/12/live-report-paris-et-botanique-bruxelles.html

J'y étais en 2015:

http://www.surjeanlouismurat.com/2015/02/murat-au-bota-bilan-intermediaire.html

2011:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-murat-a-bruxelles-botanique-89446818.html

 

EN 1994:

 

en 2013:

 

en 98: (suivi d'un concert également en 99)

(pensée à la belge Josy qui a créé le forum consacré à Murat il y a bien longtemps... et qui a été victime de l'innondation. Bon courage à elle et aux camarades de Liège)

La liste est désormais incomplète, mais une bonne partie des concerts à Bruxelles :

http://www.leliendefait.com/index.php?idPage=villeDtl&idVille=12

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0